> Accueil du site
Les orgues de la région de Mulhouse
Mulhouse, synagogue (Orgue de tribune)
Partie instrumentale inscrite à l'Inventaire Supplémentaire, 01/04/1985.
Cet orgue a été entièrement détruit lors d'un incendie, le 10 Avril 2010.
L'orgue Wetzel de la Synagogue de Mulhouse, le
        09/08/2002. Toutes les photos de la page sont issue de la documentation du Dr
        Rothé.L'orgue Wetzel de la Synagogue de Mulhouse, le 09/08/2002.
Toutes les photos de la page sont issue de la documentation du Dr Rothé.

Charles Wetzel avait construit pour la Synagogue de Mulhouse un instrument résolument "fin de 19ème", avec les jeux qu'il affectionnait (Gambes, Voix céleste, Dolce, Basson/Hautbois), et une traction mécanique, confirmant une fois de plus son attachement aux traditions.

---
L'orgue Charles Wetzel,
1892
---

Historique

Le devis de Charles Wetzel est daté du 15/02/1892. [IHOA] [SaisAls55] [PMSRHW]

Charles Wetzel est l'auteur de tous les orgues des synagogues alsaciennes entre 1869 et 1895. Ce fait s'explique par le succès de celui livré à Sarreguemines (Moselle) vers 1867. Si un orgue avait été installé dans la synagogue de Seesen (Basse-Saxe, D) depuis 1810, cet instrument (comme les autres d'ailleurs) n'a été toléré en France dans les synagogues qu'après la conférence des grands rabbins de France du 25/09/1856 (soit environ 10 ans plus tard qu'en Allemagne : Braunschweig 1844, Francfort 1845, Breslau 1846). Pour l'Est, l'aventure commença à Metz, où Gaston Levy publia d'ailleurs son "Orgue et Pioutim" (Metz, 1859), plaidoyer en faveur de l'usage de l'orgue dans les synagogues. Mais le grand rabbin Mayer Lambert était vigoureusement opposé à ces pratiques ("...il n'est point permis à un Israélite de jouer d'un instrument le jour de fête [...] C'est en outre, une imitation d'un autre culte et l'imitation est éminemment dangereuse pour la religion"). [IOLMO]

C'est alors la communauté de Nancy (où l'on faisait usage d'un harmonium depuis 1844...) qui fut la première à franchir le pas, en 1862 : un orgue étonnant, puisqu'il s'agissait rien moins que d'un instrument de la maison Cavaillé-Coll ! Le Consistoire s'opposa à une inauguration officielle, mais l'évènement inspira la communauté de Sarreguemines, qui put s'assurer de la qualité du travail fourni par les Frères Wetzel au temple protestant de cette ville (02/1866). C'est donc tout naturellement à cette maison, plus proche que la parisienne Cavaillé-Coll qu'ils s'adressèrent pour faire construire leur orgue. Le devis était daté du 07/04/1867, et l'instrument, bien que de taille réduite, fut très apprécié : tant qu'il valut à Wetzel la signature de cinq contrats pour Strasbourg (synagogue de la rue Ste-Hélène) (1869), Sélestat (1890), deux orgues à Mulhouse (1892) et Benfeld (1895). L'orgue était joué par le directeur de l'école de musique protestante de Sarreguemines. [IOLMM]

Quant à la communauté de Metz, elle ne se dota finalement en 1897 d'un orgue (le facteur est inconnu, mais probablement allemand) qui continua longtemps à susciter le courroux des opposants à la musique instrumentale, fut-elle pratiquée par des non-juifs. Ainsi, le rabbin Nathan Netter écrivit en 1930 "...on a eu recours à l'orgue, croyant par la beauté du service attirer le monde. Mais on finit par constater, ce qui a été remarqué ailleurs, que l'artificiel ne remplace pas le naturel". [IOLMO]

En 1898, la communauté de Strasbourg dota la nouvelle synagogue d'un orgue Walcker de 38 jeux. Après la disparition de Charles Wetzel (1902), ce furent Dalstein et Haerpfer pour la synagogue de Thionville (1913) et qui transformèrent celui de Metz (1924). Et en 1925, c'est Edmond-Alexandre Roethinger qui dota la synagogue du quai Kléber de l'instrument qui allait rester une légende de l'Orgue alsacien : le grand 3 claviers de 62 jeux, l'orgue préféré d'Emile Rupp.

Les orgues de Nancy, Sarreguemines, Sélestat, Strasbourg et le petit de Mulhouse furent pillés ou volés par les Nazis en 1940. Celui de Thionville fut détruit avec l'édifice. Quant à l'orgue de Metz, il semble n'avoir dû sa survie qu'à sa faculté d'accompagner des pratiques encore plus outrageantes pour l'édifice qu'il servait... Celui de Benfeld existe toujours, mais l'intérieur n'est plus de Wetzel, puisqu'il a été remplacé par la maison Dalstein-Haerpfer.

Curieusement, la seule spécificité des devis Wetzel destinés aux synagogues semble liée à l'esthétique du buffet. Pour le reste (composition et caractéristiques techniques), il s'agit d'instruments romantiques, plutôt concertants. Les devis de Wetzel sont donc de ce point de vue très classiques : il reste fidèle à une esthétique germanique du milieu du 19ème siècle : très riche dotation en jeux de fonds (Salicional, Voix céleste et Unda maris au récit), jeux harmoniques, Hautbois au récit expressif (complet). Pas de "pédales de combinaisons" ou autres accessoires de console, à l'exception d'un évocateur "Tonnerre" (pédale permettant d'enfoncer plusieurs notes du pédalier à la fois pour imiter le tonnerre nécessaire aux improvisations "champêtres" en vogue à la fin du 19ème). Lui aussi confirme la vocation concertante de l'orgue proposé au devis.

Voici la composition apparaissant sur le devis:

Les jeux d'anches, tout en étain, témoignent de la qualité des matériaux utilisés. Quant au buffet, il était précisé qu'il serait en "chêne, style oriental, verni à l'huile et au copal". [SaisAls55]

Le 14 juin 1940, les troupes nazies prirent possession de Mulhouse, et la communauté juive expulsée. Son retour, difficile, ne fut possible qu'à partir de mi-1945. La synagogue avait été impitoyablement vandalisée (même le plancher fut arraché), et finalement utilisée comme remise (pour des décors de théâtre). Les travaux de restauration étaient colossaux. Et pourtant, c'est dès 1949 (la date du centenaire de l'édifice) que Georges Schwenkedel répara l'orgue, dont il attesta qu'il avait été abîmé mais non modifié entre temps. [IHOA] [SaisAls55]

!Ce n'est donc pas cet instrument qui fut démonté en 1941 : il s'agissait de l'orgue du sous-sol. C'est ce dernier qui a été placé au théâtre municipal, puis, en 1965, dans une maison de retraite. Le grand orgue Wetzel n'avait jamais quitté la tribune.

La malheureuse synagogue avant sa
                    restauration. Photo de Paul Lichtenstein.La malheureuse synagogue avant sa restauration. Photo de Paul Lichtenstein.

Schwenkedel fit plusieurs changements de jeux : la Gambe du grand-orgue fut recoupée en Quinte 2'2/3, le Geigenprincipal du récit fut transformé en Flûte conique, quant aux Salicional, Unda Maris et Cor de nuit, ils furent remplacés par de très néo-baroques Flûte conique 2', Tierce 1'3/5 et Larigot 1'1/3, complètement étrangers à l'esthétique première de l'instrument (modification malheureuse, donc, mais visionnaire, puisque de telles dispositions allaient devenir l'esprit même de la facture l'orgue durent les 50 ans suivants). A la pédale, la Flûte 8' (Octavebasse) fut recoupée en un "Choralbass" (4 pieds), et la belle Trompette en étain remplacée par un Basson 16' (en zinc). Schwenkedel posa probablement aussi un Tremblant (puisque celui-ci était pneumatique) en remplacement du fameux effet de Tonnerre. Il avait peut-être prévu de "baroquiser" le Plein-jeu, puisque l'étiquette précisait "4 rangs". Mais le Plein-jeu était resté à 3 rangs et fondé sur 2 pieds. [ITOA]

Malgré ces changements, l'orgue Wetzel était dans un état d'authenticité remarquable, ce qui justifiait pleinement le classement de sa parie instrumentale à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques, le 01/04/1985.

Le 10/05/2010 un incendie affecta gravement l'édifice, et l'orgue Wetzel fut entièrement détruit. [AFP]

L'incendie affecta les combles et la charpente, une partie du toit, ruina complètement l'orgue, mais ne fit heureusement pas de victime. La communauté juive de Mulhouse se vit ce jour-là affectée d'un nouveau malheur, tandis que l'orgue alsacien perdait un précieux représentant de l'époque romantique - la plus glorieuse de sa facture. On ne peut que regretter ce témoin si original, parfois contesté (il ne laissait personne indifférent !), légué par une histoire musicale si passionnante. Le "grand Wetzel de Mulhouse" est donc à présent entré dans la légende, rejoignant celui de la grande synagogue de la place des Halles de Strasbourg, démonté et dispersé en 1940 juste avant que les Nazis n'incendient l'édifice.

Le buffet

Détail de l'ornementation.Détail de l'ornementation.

Le magnifique buffet "de style oriental" (comme précisé sur le devis ; de fait plutôt néo-roman si on fait abstraction des arcs outrepassés) présentait deux groupes principaux séparés par un troisième, plus petit. Les deux grandes tourelles étaient des demi-hexagones, flanquées de plates-faces. La partie centrale était constituée d'une tourelle plate encadrée par deux plates-faces doubles. L'ornementation, très riche, était constituée de créneaux, de frises d'oves et de claires-voies délicatement ajourées, surmontant des arcs outrepassés.

Le style est proche de celui dessiné par l'architecte du buffet de la synagogue de Metz, Jacquemin (mais l'instrument est de taille plus réduite).

Caractéristiques instrumentales

Composition, 1986
Grand jeu, 56 n. (C-g''')
C c' c''
2' 2'2/3 4'
1'1/3 2' 2'2/3
1' 1'1/3 2'
étain
Récit expressif, 56 n. (C-g''')
Pédale, 25 n. (C-c')
Grosse taille
zinc
I/P
pneumatique
[ITOA]
Console: Console indépendante, orthogonale à l'orgue, au centre, orientée vers la partie gauche.
Transmission: Mécanique à équerres
Sommiers: Sommiers à gravures. La partie gauche du buffet abritait les deux sommiers (diatoniques, donc) du grand-orgue. La partie droite contenait la pédale et le sommier (chromatique) du récit expressif.
Soufflerie: Réservoir à plis. Les grandes pompes à pied avaient été conservées.
[ITOA]

Sites Webographie :

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2014. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F680224017T00
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable