> Accueil du site
Les orgues de la région de Rouffach
Rouffach, Franciscains

Les Franciscains se sont établis à Rouffach au cours de la seconde moitié du 13ème siècle. L'architecture de leur église est caractéristique des ordres mendiants, urbains, qui avaient une mission pastorale, et accueillaient donc des fidèles : une grande nef ouverte au public (côté nord... car le portail ouest donnait sur les jardins du couvent !), et même une chaire extérieure, appuyée sur un contrefort. Transformée en 1735, la vénérable église (classée depuis 1921) a abrité au moins 3 orgues différents.

---
L'orgue de facteur inconnu (1654)
---

Historique

Un orgue est attesté peu après la guerre de Trente ans : en 1654, l'évêque de Bâle a été reçu le 13/11/1654 chez les Franciscains de Rouffach au son de l'orgue, qui accompagna le Te Deum. [JPEAEA1975] [IHOA]

Vogeleis rapporte qu'en 1607, à l'occasion de la réception de l'orgue de choeur de Colmar, St-Martin, "erschienen als Experten P. Wilhelm Störcklin aus dem Marbacher Kloster, P. Ernst, Vize-Guardian des Barfüsserordens zu Rufach, sowie der Prior und Subprior der Dominikaner zu Colmar". Si P. Ernst du "Barfüsserordens" (ordre des pieds-nus, soit les Franciscains) de Rouffach faisait partie du groupe de quatre experts nommés pour évaluer l'orgue de Colmar, il est probable qu'il s'y connaissait en orgues. Soit il en avait un au couvent de Rouffach (ce qui expliquerait la compétence d'Ernst), soit Ernst a dû militer pour qu'il y en ait un. Evidemment, si cet hypothétique orgue d'avant la guerre de Trente ans a existé, il n'y a sûrement pas survécu. [Vogeleis]

---
L'orgue Franz Joseph Beyer,
1727
---

Historique

Le facteur Franz Joseph Beyer, de Turckheim, construisit un orgue pour les Récollets de Rouffach en 1727. L'instrument était placé dans le coeur, avait une façade en 4 pieds, mais disposait quand même d'un Principal 8'. [IHOA]

Les concurrents de Silbermann, c'est Silbermann qui en parle le mieux... Dans ses "archives", il y a un article sur l'orgue des Franciscains de Rouffach :

Composition, 1739
Grand-orgue, 42 n. (CF-a'')
(A-a'')
Pédale, 14 n. (EF-f)
Permanente
[ArchSilb]

La console était à l'arrière, la façade en 4 pieds. Jean-André Silbermann note l'absence de tremblant, et ironise : il n'y en a pas besoin, car la soufflerie fait déjà plus d'effet que de deux tremblants ! [ArchSilb]

Silbermann indique que l'orgue avait été construit il y a 12 ans par Bayer de "Dürckheim", ce qui place sa construction en 1727. [ArchSilb]

En 1758, Louis Dubois vint y faire quelques travaux. [ArchSilb]

A la Révolution, les Récollets furent chassés, leurs biens confisqués. L'orgue a été déménagé à Ste-Odile de Lapoutroie en 1792. [IHOA]

En 1840, l'orgue Beyer était "bien délabré". Il fut remplacé l'année suivante par Joseph Callinet.

---
L'orgue de facteur inconnu (vers 1825)
---

Historique

Quand l'ombre de la Guillotine se fut éloignée, l'église des Récollets de Rouffach fut rendue au culte, et consacrée à Ste-Catherine. On y installa un orgue au début du 19ème, disons vers 1825. [IHOA]

Evidemment, on pense à François Callinet. Mas une photo non datée (prise milieu du 20ème, en tous cas avant 1975), de Georges Estève, montre la nef depuis le choeur. Le buffet (vide) de l'orgue y apparaît en tribune, derrière une excroissance de la balustrade (comme à Issenheim). Ce buffet, occupant un tiers de la largeur de la nef, est constitué de 3 tourelles, la plus petite au centre, encadrant deux plates-faces. Le soubassement, plus étroit que les superstructures, fait plus penser à une orgue du 18ème que du 19ème. L'espace entre les tourelles n'est pas rempli (ce qui plaide aussi pour un buffet 18ème). La photo étant à contre-jour dans la zone de l'orgue (qui n'est pas le sujet principal), on n'arrive pas à distinguer si les tourelles sont rondes ou plates. Les jouées sont assez développées, et les couronnements constitués de pots-de-fleurs sur les tourelles latérales, et d'une grande statue sur la tourelle centrale. L'allure générale fait penser aux Stiehr du 1er tiers du 19ème (Duppigheim) ; mais il se pourrait aussi qu'il s'agisse d'un de ces nombreux orgues "disparus" à la Révolution. [Mérimée]

En 1955, l'édifice fut interdit au public. En 1965, le buffet (vide) aurait été revendu par la municipalité à Alfred Kern. [IHOA]

La belle église, dans un état toujours préoccupant mais faisant l'objet de procédures de conservation, peut être visitée lors des Journées du Patrimoine. C'est un édifice assez fascinant, abritant un maître-autel, les vestiges des stalles du 14ème, "la Déploration" (relief en bois), un cadran solaire, le contrefort qui faisait chaire, des inscriptions du 13ème. L'intérieur est orné de fresques, dont certaines réapparaissent comme par magie au travers d'enduits amincis par le temps. Il y a aussi les vestiges de la tribune sur laquelle se dressait jusqu'en 1965 cet orgue mystérieux.

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2015. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F680287002P00
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable