> Accueil du site
Les orgues de la région de Benfeld
Boofzheim, St-Etienne
Boofzheim, l'orgue Roethinger.
Les photos sont de Martin Foisset, 03/11/2017.Boofzheim, l'orgue Roethinger.
Les photos sont de Martin Foisset, 03/11/2017.

Voici un petit orgue post-romantique caractéristique de la production alsacienne du début du 20ème siècle. Bien que doté de 7 jeux seulement, l'instrument a été conçu par Edmond-Alexandre Roethinger pour démultiplier les possibilités de registration, et donc les couleurs musicales. L'orgue de Boofzheim est aujourd'hui (2017) muet et abandonné, mais possède un fort beau potentiel. C'est un précieux témoin des premières années du 20ème siècle, dont le dernier quart a injustement méprisé les créations, au profit d'une "pensée unique" tout-baroque.

L'église St-Etienne de Boofzheim date pour partie de 1522 (nef agrandie en 1870, chœur en 1896). Elle était utilisée conjointement par les catholiques et les protestants de 1687 à 1854 (date de l'achèvement de l'église protestante actuelle) ; c'est à présent l'église catholique de la localité. L'édifice abrite un tableau de Melling (vers 1890) figurant Saint Etienne, surmontant un maître autel néo-gothique. On trouve aussi la pierre tombale de Paul Jacques Mueg (17ème).

---
L'orgue de facteur inconnu (1818)
---

Historique

Un premier instrument a été fourni d'occasion en 1818 (du temps où l'édifice servait pour les deux confessions) par le facteur Louis Geib, de Schiltigheim. Il s'agissait d'un positif de 4 jeux, posé sur les ordres du maire Sultzberger, malgré les protestations du conseil presbytéral et du conseil de fabrique catholique, qui ne voulaient pas d'un si petit orgue. [IHOA] [PMSCS65]

L'instrument ne donna pas satisfaction, et la commune rechigna à payer le solde. Pour se défendre, Louis Geib affirma que l'instrument provenait de Silbermann. Le clavier avait 51 notes, et il y avait 204 tuyaux (51 x 4). Cette attribution à Silbermann, qui n'est étayée par aucune preuve d'archives, est fort probablement une affabulation. [PMSCS65]

En 1838, il y eut un nettoyage et un accordage "des 204 tuyaux", par Antoine Herbuté. [IHOA]

En 1872, Félix Mockers remonta le positif dans l'église agrandie. Le 29/06/1889, l'orgue nécessita encore une réparation. [PMSCS65]

---
---

Historique

L'orgue actuel a été construit en 1902 par Edmond-Alexandre Roethinger, dont c'est l'opus 36. [Visite] [IHOA]

L'instrument est contemporain de celui de Voellerdingen, qui est un peu plus grand (9 jeux). Dans de nombreuses sources (la liste des travaux Roethinger par exemple), l'orgue de Boofzheim est noté à 9 jeux, ce qui laisse à penser que le projet original était doté de deux jeux supplémentaires. Ceux qui manquent par rapport à Vollerdingen sont un Geigenprincipal 4' pour le grand-orgue et une Voix céleste pour le récit (qui est là-bas expressif).

Caractéristiques instrumentales

Composition, 2017
1er Manuel, 56 n. (C-g''')
2nd Manuel, 56 n. (C-g''')
Pédale, 27 n. (C-d')
Sapin, bouches arquées.
I/P
[ITOA] [Visite]
Console:
La console latérale.La console latérale.

Console latérale accolée sur le côté gauche, fermée par un couvercle basculant. Tirage des jeux par dominos, disposés au-dessus du second clavier en deux groupes, de part et d'autre de la plaque d'adresse. Ils sont en bois, plutôt allongés (rectangle de rapport 18:5), et munis de porcelaines à fond coloré. Celle de la pédale a un fond vert, celles du récit un fond rose. Les trois du grand-orgue, blanches, constituent le groupe de droite, avec un domino sans porcelaine (probablement disposé ici juste pour la symétrie, ou pour un Geigenprincipal 4', après une extension future).

Commande des tirasses et accouplements par pédales-cuillers en fer forgé, placées au centre, au-dessus du pédalier. Elles sont repérées par des porcelaines blanches placées juste au-dessus. Certaines sont partiellement effacées. De gauche à droite : "Pedal koppel I.", "Pedal koppel II.", "Manual koppel I. II.", "Su[per]okt koppel [II. I.]", "Unter [ok]tav [koppel] [II. I.]

Appel et retrait du tutti par deux pistons blancs placés au centre et sous le premier clavier, repérés par deux petites porcelaines rondes : "Tutti" et "Auslös.".

Plaque d'adresse en lettres gothiques noires sur fond blanc, et en trois éléments. La plaque principale est située au-dessus du second clavier, en position centrale, et dit :

Edm. Alex. Roethinger
Orgelbaumeister
Schiltigheim-Strassburg i/E.
1902.

Deux petites plaques sont disposés à ses coins inférieurs. A gauche :

Opus 36.

A droite :

1902.
Les plaques d'adresse.Les plaques d'adresse.
Transmission:

Pneumatique tubulaire.

Sommiers:

Sommiers à cônes, chromatiques.

Soufflerie:

Le réservoir à l'arrière, et en hauteur.

Tuyauterie:
Une vue sur la tuyauterie.
On distingue de la sciure au pied des tuyaux de la Soubasse,
résultat de l'action du ver à bois.Une vue sur la tuyauterie.
On distingue de la sciure au pied des tuyaux de la Soubasse,
résultat de l'action du ver à bois.

La tuyauterie est de belle facture, mais très empoussiérée. La Soubasse a été attaquée par le ver à bois, ce qui est très préoccupant pour le reste de l'instrument et du mobilier de l'église.

Quel dommage que ce petit orgue, authentique et fort original, soit aujourd'hui (2017) muet ! Il n'est pas jouable en l'état, mais pas totalement muet : avec la pompe à pied, il y a moyen de remplir suffisamment le réservoir pour faire fonctionner la traction et entendre quelques notes, confirmant la belle qualité de l'harmonie attendue et l'absence de fuite très importante. En ouvrant le buffet du côté droit, on trouve de la sciure, qui trahit une légère attaque du ver à bois. Des piqûres dans les tuyaux graves de la Gambe viennent confirmer les craintes, et un traitement rapide s'impose. Toutefois, les organes essentiels (sommiers, transmission, console) semblent dans un état de conservation fort satisfaisant. Pas de trace d'humidité, aucun dégât dû à des entretiens peu scrupuleux : s'il n'a sûrement été que très peu entretenu, l'instrument n'a jamais été maltraité. Les peaux de la transmission ayant une espérance de vie de 30-40 ans, elles sont évidemment à remplacer.

Cet orgue mérite une préservation, et un relevage permettant de conserver son authenticité et de retrouver les timbres romantiques qui commencent tant à manquer en Alsace. L'opération semble tout à fait envisageable, et se justifie tant par l'intérêt historique (il s'agit d'un précieux témoin de la facture alsacienne du tout début du 20ème) que musical. Dans une région (l'Est de Benfeld) dotée surtout d'instruments de la seconde moitié du 20ème siècle (en raisons des dégâts de la guerre), l'orgue de Boofzheim, résolument romantique, contribue grandement à la diversité du paysage musical. Muet (ou quasiment), son potentiel ne peut être que déduit par la valeur de ses contemporains ; sur place, l'observation de la facture dénote un réel soin porté à la réalisation de l'instrument. De part sa situation, il permettrait d'accompagner de nombreuses manifestations culturelles de façon originale, et ses spécificités seraient un atout incontestable s'il était utilisé pour l'enseignement.

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2018. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670055001P02
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable