> Accueil du site
Les orgues de la région de Niederbronn-les-Bains
Niederbronn-les-Bains, église protestante
Niederbronn, l'orgue de l'église protestante. Toutes
        les photos de la page sont de Roland Lopes, 26/06/2011.Niederbronn, l'orgue de l'église protestante.
Toutes les photos de la page sont de Roland Lopes, 26/06/2011.

De l'église protestante de Niederbronn, il faut d'abord souligner qu'il s'agit d'un lieu d'accueil : elle est ouverte toute la journée, de mai à octobre. Chose qui devient extrêmement rare, à une époque où l'immense majorité des églises sont fermées au public en dehors des offices (donc bel et bien fermées au public). L'édifice est particulièrement intéressant et mérite à coup sûr d'être découvert : pour ses vitraux, pour y croiser les pas de Friedrich Weyermüller ou Albert de Dietrich, et pour l'orgue. Le grand corps de son buffet remonte à 1807 : il abritait à l'époque un instrument à un seul clavier construit par Louis Geib.

---
L'orgue Louis Geib,
1807
---

Historique

En 1807, Louis Geib posa un orgue neuf dans cet édifice, qui était alors une église mixte. Le marché avait été signé le 13/07/1806, et l'inauguration eut lieu le 02/08/1807. [IHOA] [ITOA] [HOIE] [PMSSTIEHR]

L'instrument n'avait qu'un seul manuel, d'une étendue de 4 octaves, et une pédale. Les deux plans sonores comportaient une Trompette, dont les corps avaient été construits en plomb, et non en étain (comme c'était l'usage à l'époque). [ITOA] [HOIE]

Il y eut une réparation en 1828, effectuée par Johan Jacob I Moeller. [IHOA] [ITOA] [PMSSTIEHR]

Une autre réparation, cette fois de Johan Jacob II Moeller (le fils du précédent), eut lieu en 1838. [IHOA] [ITOA] [PMSSTIEHR]

En 1858, c'est Pierre Rivinach qui vint entretenir l'instrument. [IHOA] [ITOA]

Et en 1868, ce fut au tour de la maison Stiehr-Mockers. [IHOA] [ITOA]

En 1886 eut lieu une transformation d'envergure, puisque Heinrich Koulen plaça une console indépendante et des sommiers à cônes. [IHOA]

---
L'orgue Georges Schwenkedel,
1948
---

Historique

L'orgue a été entièrement reconstruit en 1948 par Georges Schwenkedel, dont ce fut l'opus 95. L'instrument était dans le plus pur style néo-classique alsacien, dont Schwenkedel était un ardent contributeur. [IHOA] [ITOA] [PMSSTIEHR]

La composition, extrêmement "typée", proposait un grand Cornet au grand-orgue, et pas moins de 7 rangs de Mixtures aux claviers. Le récit était doté d'un Cornet décomposé de 6 rangs, avec Larigot.

A cette époque, la tribune faisait une avancée circulaire, sur toute la largeur de l'orgue, avec une balustrade cylindrique. Le buffet était déjà muni de ses petites places-faces latérales.

Le (dessus du) Bourdon de l'orgue Geib a été placé par Georges Schwenkedel au temple réformé de Thann.

Caractéristiques instrumentales

Console: indépendante.
Transmission: pneumatique.
---
L'orgue Alfred Kern,
1970 (instrument actuel)
---

Historique

En 1970, Alfred Kern reconstruisit à nouveau l'instrument, cette fois dans une esthétique néo-baroque, et avec un positif de dos. [IHOA] [ITOA]

L'inauguration eut lieu le 19/04/1970 (la plaque d'adresse donne 1969). Une grande partie de la tuyauterie de Schwenkedel fut reprise. [PMSSTIEHR] [ITOA]

Notons qu'il ne s'agit absolument pas, comme on a pu le lire, d'une restauration.

Le buffet

La tourelle et se culot orné de feuilles
                d'acanthes.Une des fameuses mini-plates-faces.La tourelle et se culot orné de feuilles d'acanthes.
Une des fameuses mini-plates-faces.

Le grand corps de ce buffet ne manque pas de personnalité, avec ses "mini" plates-faces latérales. Elles paraissent d'origine. Il faut dire qu'elle ne libèrent pas de place pour un agrandissement de la partie instrumentale, et leur ajout en 1948 n'aurait pas été justifié par cet argument. De toutes façons, à cette époque, on ne se souciait que très peu des buffets. En dehors de cette originalité, le dessin du grand corps respecte les canons de la seconde moitié du 18ème : trois tourelles à entablements, places-faces rectangulaires, ornementation végétale : jouées, rinceaux (guirlandes), claires-voies, culots. La petite tourelle est surmontée d'une lyre. Son côté "18ème tardif - début 19ème" apparaît dans l'occupation (certes partielle) de l'espace entre les grandes tourelles, dans la partie supérieure. Et aussi, le soubassement n'est pas moins large que le reste du buffet (comme dans un vrai orgue classique) (il faut l'imaginer sans sa clôture de pédale actuelle).

Caractéristiques instrumentales

Composition, 2012
Positif de Dos, 56 n. (C-g''')
2/3'
Spotted (1948?)
Grand-Orgue, 56 n. (C-g''')
30 tuyaux proviennent d'un Quintaton, décalé et recoupé
Geigenprincipal recoupé
1'
Spotted (1948?)
Pédale, 30 n. (C-f')
Flûte à fusau recoupée en 2'
Spotted (1948?)
Spotted (1948?)
I/P
Agit sur I et II
Console:
La console.La console.

Console en fenêtre frontale, de Kern. Claviers à naturelles noires. Commande des accouplements par cuillers, dans l'ordre suivant : "Tirasse Grand Orgue", "Tirasse Positif", "Copula Pos - G.O.". La plaque d'adresse, au-dessus et à droite du clavier principal (sans fond, il n'y a que les lettres, couleur bronze) dit :

A.Kern
Strasbourg
1969
Transmission: mécanique suspendue.
Sommiers: à gravures (1970).
Tuyauterie:

En grande partie de Schwenkedel.

Vue de côté du buffet, avec le massif de
                    pédale (et l'agencement des mini-plates-faces).Les grands tuyaux de la
                    Bombarde sont coudés par manque de hauteur. On distingue aussi l'extrémité
                    de quelques tuyaux de la Soubasse et de la Flûte 8'.Vue de côté du buffet, avec le massif de pédale (et l'agencement des mini-plates-faces).
Les grands tuyaux de la Bombarde sont coudés par manque de hauteur.
On distingue aussi l'extrémité de quelques tuyaux de la Soubasse et de la Flûte 8'.

Sites Louis Geib

La signature de Louis Geib.La signature de Louis Geib.

De l'oeuvre alsacienne de Louis Geib (1759-1827), il ne resterait que le grand corps du buffet de Niederbronn-les-Bains, probablement celui d'Oberschaeffolsheim, et, s'il est remonté un jour et qu'il s'avère que c'est bien celui de 1814, celui de l'orgue de Strasbourg, St-Nicolas. Il semblerait bien que le seul héritage laissé par ce facteur soit une certaine influence dans le style des buffets du 19 ème.

Geib aurait été établi en Franche-Comté avant son arrivée en Alsace ; on sait qu'il était installé à Schiltigheim en 1819. Il avait fort probablement été formé par son oncle Johann Georg, de Saarbrücken. (C'est à Johann Georg que l'on doit le splendide buffet de Harskirchen, construit aux environs de 1760, probablement pour l'orgue de la Hofkirche de Saarbrücken. Même certains tuyaux de façade sont conservés). On peut relever les travaux suivants de Louis Geib :

Geib aimait les buffets avec des plates faces très hautes (par rapport à leur largeur).
Du côté musical, on ne sait rien, puisqu'aucune partie instrumentale de Geib n'a été conservée : tout ce qui reste est à Thann (c'est un dessus de Bourdon).

Sites Webographie :

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2014. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670324001P03
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable