> Accueil du site
Les orgues de la région de Marckolsheim
Richtolsheim, St-Arbogast
1917 degr > Dégâts
Buffet classé Monument Historique, 15/12/2006.
Richtolsheim, le buffet de François Callinet. Toutes
        les photos de la page sont de Roland Lopes, 28/07/2012.Richtolsheim, le buffet de François Callinet.
Toutes les photos de la page sont de Roland Lopes, 28/07/2012.

Le buffet de cet orgue est sûrement le plus ancien construit par François Callinet (le fondateur de la maison de Rouffach) que l'on puisse voir en Alsace.

---
L'orgue François Callinet,
1808
---

Historique

C'est en 1874 que l'orgue François Callinet / Joseph Rabiny, 1808 de Mackenheim, St-Etienne fut installé à Richtolsheim. [IHOA] [ITOA]

François Callinet (avec sûrement encore son beau-père Joseph Rabiny, qui mourut en 1813 et ne cessa pratiquement pas son activité avant sa mort) construisit donc l'orgue dont on peut encore voir le buffet, non pas à Richtolsheim, mais à Mackenheim, village distant de quelques kilomètres. Cet instrument est l'un des 4 ou 5 premiers orgues neufs des Callinet. A Mackenheim, l'instrument a été réparé et un peu modifié en 1829 par Antoine Herbuté, de Marckolsheim : relevage, remplacement d'un jeu de 4 pieds en Bourdon 16', vernissage du buffet en "beau brun du bas en haut avec des rayures en jaune d'or sur les pièces scultées (sic) qui sont aux deux côtés" (marché du 05/05/1829). L'instrument fut à nouveau réparé en 1844. Il fut déménagé dans l'église neuve en 1866 par la maison Wetzel. C'est en 1874 que l'orgue fut vendu à Richtolsheim, pour laisser la place à un instrument neuf de Heinrich Koulen.

Les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités allemandes en septembre 1917. [IHOA]

---
L'orgue Franz Xaver Kriess,
1926
---

Historique

L'instrument a été reconstruit en 1926 par Franz Xaver Kriess. Rien de la partie instrumentale ne fut conservé. Le buffet fut fortement transformé (élargi). [IHOA] [ITOA]

Caractéristiques instrumentales

Voici la composition relevée par l'inventaire de 1986 :

Composition, 1986
Grand-orgue, 56 n. (C-g''')
Récit expressif, 56 n. (C-g''')
(c-g''')
à anches libres
Pédale, 30 n. (C-f')
I/P
[ITOA]
---
---

Historique

En 1988, Yves Koenig reconstruisit un orgue neuf dans le buffet Callinet. [IHOA]

Le buffet

Détail du buffet.Détail du buffet.

Tant le dessin que le langage ornemental font déjà de ce premier buffet alsacien de François Callinet un représentant caractéristique de sa production. L'architecture générale (les grandes tourelles sur les côtés), la ligne caractéristique des plates-faces (avec une petite ligne horizontale), les guirlandes de frises florales : ces éléments se retrouvent dans presque tous les buffets Callinet. Les frises à oves sont limitées au culots. Les fleurs de la frise ont 5 pétales. Les couronnements sont constitués de pots-à-fleurs. Plus spécifiques à cet instrument sont les claires-voies des tourelles, figurant des lambrequins, et beaucoup plus "lourdes" que ce à quoi nous a habitué (par la suite) la maison de Rouffach.

Caractéristiques instrumentales

Composition, 2012
Grand-orgue, 54 n. (C-f''')
Peut-être en partie de Callinet
C-d' en façade
C-cis en façade
Tiroir
Positif intérieur, 54 n. (C-f''')
Pédale, 30 n. (C-f')
[RLopes]
Console:
La console.La console.

Console frontale sans porte, de Koenig. Claviers à naturelles noires. Tirants de jeux à section carrée et pommeaux tournés disposés en colonnes de part et d'autre des claviers. Etiquettes en papier, les jeux de pédale figurant en majuscules. Pas de tirasse.

Disposition des tirants à la console :

Prestant
Bourdon
Cromorne
Flûte conique
Quarte
SOUBASSE
TROMPETTE
Doublette
Plein-jeu
Bourdon
Nasard
Tierce
OCTAVEBASSE
Tremblant
Transmission:
Vue sur la mécanique.Le grand-orgue est
                    directement accroché à son grand abrégé (au fond), après avoir traversé le
                    clavier supérieur.Les touches sont axées en queue.Le second clavier
                    est suspendu à des équerres, qui tirent des vergettes horizontales en
                    éventail (élargissant l'action aux dimensions du sommier).Une seconde
                    barre d'équerres renvoie à nouveau le mouvement verticalement pour tirer les
                    soupapes du positif.Le ravalement est traité au moyen d'un petit
                    abrégé.Vue sur la mécanique.
Le grand-orgue est directement accroché à son grand abrégé (au fond), après avoir traversé le clavier supérieur.
Les touches sont axées en queue.
Le second clavier est suspendu à des équerres, qui tirent des vergettes horizontales en éventail
(élargissant l'action aux dimensions du sommier).
Une seconde barre d'équerres renvoie à nouveau le mouvement verticalement pour tirer les soupapes du positif.
Le ravalement est traité au moyen d'un petit abrégé.

Mécanique suspendue (renvois d'équerres pour le positif dont les soupapes sont à l'arrière).

Sommiers:
Les 3 jeux de pédale sont logés derrière le
                    buffet, dans sa clôture.C'est la Trompette qui est métallique.Les 3 jeux de pédale sont logés derrière le buffet, dans sa clôture.
C'est la Trompette qui est métallique.

Sommiers à gravures (1988). Un grand sommier chromatique (avec ravalement) pour les deux manuels.

Tuyauterie:
De gauche (fond de l'orgue) à droite (façade)
                    :la Tierce, la Quarte, le Nasard (dessus conique, basses bouchées),la
                    Flûte conique, le Bourdon du positif, puis le Cromorne(qui se trouve dans
                    cette position étrange au milieu du sommier car il est au grand-orgue.Vient
                    ensuite la Fourniture (dont on ne voit que des tuyaux graves), le
                    Bourdon,la Doublette et le Prestant (ces deux derniers jeux étant pour
                    partie en façade, le reste "sur le vent").Au fond, le ravalement,
                    c'est-à-dire les tuyaux graves renvoyés de l'autre côté,pour mieux répartir
                    le poids et les besoins en vent.De gauche (fond de l'orgue) à droite (façade) :
la Tierce, la Quarte, le Nasard (dessus conique, basses bouchées),
la Flûte conique, le Bourdon du positif, puis le Cromorne
(qui se trouve dans cette position étrange au milieu du sommier car il est au grand-orgue.
Vient ensuite la Fourniture (dont on ne voit que des tuyaux graves), le Bourdon,
la Doublette et le Prestant (ces deux derniers jeux étant pour partie en façade, le reste "sur le vent").
Au fond, le ravalement, c'est-à-dire les tuyaux graves renvoyés de l'autre côté,
pour mieux répartir le poids et les besoins en vent.

Tuyaux ouverts coupés au ton, Bourdons à calottes soudées. Une partie des tuyaux Kriess (en spotted) ont été repris (évidemment totalement réharmonisés). Quelques tuyaux, en particulier de Bourdon, pourraient remonter à Callinet.

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2014. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670398001P03
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable