> Accueil du site
Les orgues de la région de Marckolsheim
Mackenheim, St-Etienne
1917 degr > Dégâts
Mackenheim, l'orgue Roethinger dans son buffet
        Koulen. Toutes les photos de la page sont de Roland Lopes, 01/07/2012.Mackenheim, l'orgue Roethinger dans son buffet Koulen.
Toutes les photos de la page sont de Roland Lopes, 01/07/2012.

L'église St-Etienne de Mackenheim, surnommée "Cathédrale du Ried" est un très bel édifice néo-gothique de 1866, dû à l'architecte Antoine Ringeisen, qui démontre une fois de plus son talent. L'orgue a été construit par la maison Roethinger en 1950, mais heureusement en conservant le buffet de son prédécesseur (1875), bien accordé au reste de l'édifice.

---
L'orgue de facteur inconnu (1799)
---

Historique

Le premier orgue de Mackenheim a été installé en 1799, et venait de Sélestat, Ancienne Commanderie St-Jean. [IHOA]

Comme de nombreux orgues "glanés" par les paroisses lors de la Révolution, celui-ci ne fit pas long feu.

Vers 1800, l'instituteur-organiste du lieu s'appelait Sebastian Seiter. [Barth]

---
L'orgue François Callinet,
1808
---

Historique

C'est de 1808 que date le premier orgue réellement construit pour Mackenheim. Le choix du facteur fut judicieux, puisqu'il s'agissait de François Callinet, dont l'oeuvre, complétée par ses deux fils, marqua avec talent les deux premiers tiers du 19ème siècle. [IHOA]

Mackenheim, c'est aussi la localité où naquit George Wegmann (20/04/1805 - après 1859). Wegmann apprit le métier en Allemagne, chez Franz Joseph et Martin Martin à Waldkirch. Ces calamiteux fils de Mathias Martin (1765-1825) firent faillite en 1832, et Wegmann revint en Alsace, où il trouva du travail chez Théodore Sauer. Il passa rapidement contremaître, puis associé, et reprit finalement les ateliers de Strasbourg lorsque Sauer partit travailler à Paris et Lyon chez Abey puis Daublaine-Callinet. Pour Wegmann, facteur finalement assez méconnu car décrié de façon sûrement excessive par plusieurs historiens, tout se passa bien jusqu'à ce qu'il obtint le marché de la rénovation de l'orgue de la cathédrale de Strasbourg. Ensuite, les difficultés (et sûrement les maladresses dans la façon de les approcher) s'accumulèrent, et Wegmann, accusé d'"immoralité", fit faillite en 1857. Il finit par prendre la fuite.

L'orgue Callinet a été réparé en 1829 par Antoine Herbuté. [IHOA] [PMSAEA69]

Antoine Herbuté revint faire une autre réparation en 1844. [IHOA]

En 1866, ce sont les frères Wetzel qui remontèrent l'instrument dans la nouvelle église néo-gothique. [IHOA]

En 1874, l'instrument (à l'évidence beaucoup trop petit pour la nouvelle nef) fut vendu, et déménagé à St-Arbogast de Richtolsheim (donc pas très loin), où on peut encore en voir le buffet. [IHOA] [PMSAEA69]

---
---

Historique

Car en 1875, Mackenheim s'était doté d'un instrument résolument novateur, construit par Heinrich Koulen, alors installé à Strasbourg. Le buffet, néo-gothique, était en parfaite harmonie avec l'édifice. [IHOA] [ITOA]

Peut-être un peu trop novateur : il s'avéra d'un entretien délicat, voire impossible, et il fallut bientôt, à la place, faire usage d'un harmonium... Joseph Lüdaescher, dans sa chronique, parle ainsi de l'orgue : "leider war das Werk nicht dauerhaft, viele Reparaturen"" ("Malheureusement cette oeuvre n'était pas durable, beaucoup de réparations"). [Barth]

Une coquille s'étant glissée dans l'ouvrage de Médard Barth ("56 jeux"), on ne sait pas exactement la disposition de l'orgue Koulen (et encore moins sa composition). 26 paraît être une bonne hypothèse.

En 1917, les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités allemandes. [IHOA]

---
L'orgue Max Roethinger,
1950 (instrument actuel)
---

Historique

C'est en 1950 que Max Roethinger posa ici un orgue neuf, harmonisé par Albert Kastner. Le buffet de Koulen put être conservé. [IHOA] [ITOA]

Le nouvel instrument, complètement néo-classique (le Hautbois et la Trompette du récit y cotoient une Cymbale et une Tierce), est caractéristique des années 1950. On comparera la composition avec l'orgue de Rossfeld (la seule différence majeure porte sur la présence, ici, d'anches coniques - Trompette et Clairon - au récit ; il y a donc une composante "romantique française" plus présente à Mackenheim qu'à Rossfeld). Décidément, que ce qui caractérise ces orgues néo-classiques plutôt réussis, c'est de ne pas être affublés d'un positif de dos. Tant que le second clavier reste intérieur, la "sauce prend", et on a à faire à des instruments à la fois polyvalents et cohérents.

L'orgue a été réparé en 1959 par la maison Muhleisen. [IHOA]

Un relevage a été effectué en 2012 par Yves Koenig. [RLopes] [programme2012]

Il s'agissait d'effectuer un nettoyage en profondeur et de remplacer les membranes des sommiers.

L'orgue a été inauguré le 21/10/2012 par Marc Baumann (Strasbourg, Cathédrale) et Françoise Jehl (Mackenheim), avec une présentation des jeux par Robert Pfrimmer, qui était intervenu en tant qu'expert pour ce relevage. La cérémonie a comporté des chants interprétés par les chorales réunies de Mackenheim, Bootzheim et Marckolsheim. Oeuvres de Boellmann, J.S. Bach, Mozart, Boëly (dont la Fantaisie en Sib), Saint Saëns et Jehan Alain (Litanies !).

Le résultat est vraiment enthousiasmant, et il est réjouissant de voir les orgues néo-classiques des années 1950 comme celui-ci bénéficier de la même attention et du même soin que les orgues "historiques". Ces instruments le méritent, car ils contribuent à la richesse et à la diversité du paysage musical. Ils sont étonnamment polyvalents, ont la "noblesse de l'usage" (en d'autre termes, ils "font le boulot", et ils le font bien) et sont souvent bien plus passionnants que des instruments très prestigieux... La maison Koenig a su rendre cet orgue très attachant, en mettant en valeur ses timbres si caractéristiques et si variés.

Caractéristiques instrumentales

Composition, 2012
Grand-orgue, 56 n. (C-g''')
Sur le vent ; sans Tierce ; 8' bouché
Récit expressif, 56 n. (C-g''')
C-h à cheminées ; c'-g''' conique
g''-g''' à bouches
Pédale, 30 n. (C-f')
Etroite ; freins (!)
Extension de la Flûte 16'
Extension de la Flûte 16'
I/P
[RLopes]
Console:
La console de Roethinger.La console de Roethinger.

Console indépendante face à la nef, fermée par un rideau coulissant. Tirage des jeux par dominos, disposés au-dessus du récit. Commande des combinaisons fixes par poussoirs situés sous le grand-orgue ; l'annulateur est noir. Voltmètre. Ordre des pédales : "Super II-I" (II/I 4'), "Sub II-I" (II/I 16'), "II-P", "I-P", "II-I", "Schwellwerk" (expression récit, à bascule). Selon une idée chère à Albert Schweitzer, les commandes des accouplements et tirasses sont dupliquées au moyen de dominos.

Transmission: électrique.
Sommiers: à cônes. Deux sommiers diatoniques pour le grand-orgue (basses aux extrémités). Quatre sommiers diatoniques pour le récit (de part et d'autre d'une passerelle, basses au centre). Deux sommiers diatoniques pour la pédale (il n'y a que trois rangs réels).
Tuyauterie:
Une vue sur la tuyauterie du
                    grand-orgue.De gauche (fond/accès) à droite (façade) : la Trompette,le
                    Cornet (dont on vérifie qu'il n'est pas posté et n'a que 4 rangs),le
                    Nasard, le Prestant, le Bourdon 8', le Salicional, la Montre et le Bourdon
                    16'.Une vue sur la tuyauterie du grand-orgue.
De gauche (fond/accès) à droite (façade) : la Trompette,
le Cornet (dont on vérifie qu'il n'est pas posté et n'a que 4 rangs),
le Nasard, le Prestant, le Bourdon 8', le Salicional, la Montre et le Bourdon 16'.
Une partie (le sommier avant côté C) de la
                    tuyauterie du récit.Tout en bas (près des jalousies ouvertes, donc vers
                    l'avant de l'instrument), la Cymbale.En haut de l'image, les tuyaux évasés
                    du Basson/Hautbois.Une partie (le sommier avant côté C) de la tuyauterie du récit.
Tout en bas (près des jalousies ouvertes, donc vers l'avant de l'instrument), la Cymbale.
En haut de l'image, les tuyaux évasés du Basson/Hautbois.

Culture Activités culturelles :

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2013. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670277001P04
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
								portable