> Accueil du site
Les orgues de la région de Rouffach
Rouffach, Notre-Dame
1917 degr > Dégâts

L'histoire des orgues de Rouffach est marquée par l'étonnant instrument de Thomas Schott que Louis Dubois y trouva en 1758. Muni d'une incroyable Mixture à la pédale, sa tuyauterie est partiellement arrivée jusqu'à nous, puisque ni Dubois en 1758, ni Rabiny en 1803, ni Claude-Ignace Callinet en 1865 n'osèrent la remplacer. Outre ses qualités intrinsèques, l'instrument actuel est doté d'une histoire à la fois riche et surprenante.

---
L'orgue de facteur inconnu (1449)
---

Historique

Un premier orgue est attesté en 1449. [ITOA]

Il a été réparé en 1532 par Hans von Masmünster. [Vogeleis]

Puis en 1571 par Chrysostome Letzer. [Vogeleis]

A ce moment, cet instrument comportait un positif de dos. Mais on ne sait pas s'il en était muni d'origine, ou s'il a été complété lors d'une de ces interventions.

---
L'orgue Hans Klein,
1605
---

Historique

En 1605, Hans Klein, alors installé à Strasbourg depuis 1592, fournit un nouvel orgue, probablement placé sur le jubé séparant le choeur de la nef. [ITOA] [HOIE] [OoRouffach]

Cette fois-ci, l'orgue était muni d'un positif intérieur.

---
L'orgue Thomas Schott,
1626
---

Historique

C'est de 1626 que date le fameux orgue de Thomas Schott de Bremgarten (Zürich, CH) dont certains tuyaux sont parvenus jusqu'à nous. [ITOA]

Thomas Scott avait construit un orgue à Saint-Ursanne (CH) 6 ans plus tôt. Cette fois, on refit le choix de disposer d'un positif de dos. Les claviers avaient 41 notes. Voici la composition restituée de l'orgue de Rouffach (les "Hörnli" sont de petites Sesquialtera à reprises) : [ITOA] [PMSAEA83] [HOIE] [ArchSilb]

L'instrument fut réparé en 1694 par Johann Friedrich Macrander. [Vogeleis]

De cette époque date un fait divers assez curieux : il y eut une plainte de Johann Jacob Wientz, le curé, concernant la disparition d'un livre de messe. Or, on sait que les facteurs étaient friands de papier ou de parchemin, qu'ils utilisaient pour rendre étanches des éléments de l'orgue (voir le papier à musique utilisé par Dubois à Saverne). Peut-être que la disparition du livre lors de la présence du facteur n'était pas une coïncidence... [OoRouffach]

L'instrument fut alors confié en 1724 à Hans Glis pour une réparation ; il en assura l'accord pendant 12 ans. [ArchSilb] [HOIE]

En 1739, Jean-André Silbermann vint à Rouffach, et nota de nombreuses informations sur l'insrument de 1626. Les étiquettes de jeux étaient à ce moment illisibles au positif, mais il note quand même la composition. En plus de celle-ci, il y avait deux jeux "transpositeurs", accordés un ton plus haut. Le reste de l'instrument était au "Chorton" (ton de choeur). [ArchSilb]

Les deux croquis du buffet de Rouffach
                    réalisés par jean-André Silbermann.L'orgue était muni de volets
                    (originellement pour le fermer pendant leCarême,mais ils servaient aussi de
                    "porte-voix"... et de support pour des peintures).Les deux croquis du buffet de Rouffach réalisés par jean-André Silbermann.
L'orgue était muni de volets (originellement pour le fermer pendant leCarême,
mais ils servaient aussi de "porte-voix"... et de support pour des peintures).

---
L'orgue Louis Dubois,
1758
---

Historique

En 1758, Louis Dubois fit une importante transformation, qu'on peut qualifier de reconstruction. [IHOA] [OoRouffach]

Le devis a été validé en février 1758 : il s'agissait de réparer et d'augmenter l'orgue : soufflerie, nettoyage, compléments aux claviers dans l'aigu (cis'', b'', h'' et c'''), ajout d'une Trompette et d'une Voix humaine de 45 notes, ainsi qu'un grand cornet (5 rangs) au grand-orgue, mais aussi une Trompette et un Cromorne au positif. Trois tremblants (un fort pour le grand-jeu, un "médiocre" pour les Flûtes et un spécial pour les Voix humaines. [OoRouffach]

Les travaux prirent plus longtemps que prévu. Il faut dire que l'orgue était tout à fait atypique, au moins pour l'Alsace de l'époque. A la date d'achèvement figurant au devis, le démontage venait de se finir... On s'adressa à François Michel Von Esch pour une expertise, qui eut lieu le 16/10/1758. Il recommanda la pose d'un troisième clavier (limité au dessus). On ne sait pas si ce dernier fut réalisé, mais le reste de ses recommandations (compositions) semble avoir été respecté, et l'orgue était resté "en octaves courtes". [ArchSilb] [OoRouffach]

---
L'orgue Joseph Rabiny,
1805
---

Historique

En 1805, Joseph Rabiny et François Callinet procédèrent à une nouvelle transformation. Il s'agissait de donner aux claviers une étendue standard de 51 notes (donc de supprimer l'octave courte). Les notes graves de la pédale étant probablement jugées plus importantes que les aigues, on se décida pour une étendue standard pour l'époque : Do-Fa (C-f'), soit 18 notes. Il est donc probable que les sommiers furent reconstruits. [ITOA] [OoRouffach]

En 1824, il y eut une réparation par Joseph Callinet. Il avança l'instrument pour le rendre plus "présent" dans la nef. L'expert était Vonesche (désigné le 07/09/1825), qui nota qu'il y avait une Trompette au 3ème clavier. Joseph Callinet semble avoir placé ou remplacé la Flûte 8' du positif, les (dessus de) Voix humaine et Hautbois du récit, ainsi que la Bombarde. [ITOA] [OoRouffach]

---
L'orgue Claude-Ignace Callinet,
1855 (instrument actuel)
---

Historique

En 1855, Claude-Ignace Callinet (le frère cadet de Joseph et fils de François) reconstruisit les sommiers, la console et le buffet. [ITOA]

Force est de constater (ce n'est pas le seul exemple) que les sommiers de Joseph Rabiny et François Callinet ne devaient pas donner satisfaction. A moins que l'organiste, jugé incompétent (cela provoqua d'un petit scandale en 1805, et Rabiny écrivit au préfet pour appuyer son remplacement) ne les aient réellement malmenés.
L'orgue de Rouffach est décidément atypique : cette localité abritait déjà depuis deux générations la maison Callinet (famille qui figurait parmi ses notables ; et Rabiny avant eux). Mais on continuait à y "mettre à jour" l'orgue par petites touches, sans jamais procéder, comme pratiquement partout ailleurs, à la construction d'un orgue neuf. De fait, depuis 1626, on semble n'approcher de cet instrument qu'avec regret, en conservant à chaque fois le plus de matériel possible.

Outre la pose d'un buffet neuf, de style néo-gothique (doté d'une Montre sonnant en 16') et en sapin peint, il s'agissait donc de remplacer les sommiers, les manuels passant à 54 notes (le récit sans C-fis, commençant donc au deuxième sol), et la pédale à 24 notes. Ces 24 notes sont une étendue atypique : ce n'est pas une pédale de 2 octaves complètes (3 Dos) à laquelle il manquerait le Do" grave (CD-c'), mais une pédale de 2 octaves s'arrêtant au Si (C-h). Un mystère de plus au sujet de cet orgue, car ce troisième Do devait vraiment manquer. La quasi-intégralité de la tuyauterie a été conservée, outre la Montre, seule une Flûte 8' ayant été ajoutée (au positif, avec une basse en sapin). Il est aussi possible de l'expression du récit fut posée à cette date. [ITOA] [OoRouffach]

Le moins que l'on puisse dire, c'est que Claude-Ignace Callinet n'avait pas fait de l'orgue de "chez lui" une vitrine pour son entreprise : il ne jugea même pas nécessaire de compléter jusque au Si la Trompette et la Bombarde de pédale, qui s'arrêtaient donc au second Fa. On ne peut pas non plus dire que Callinet fit de cadeau à la paroisse, dont il fut pourtant membre du conseil de fabrique de 1860 à 1870.

On signale encore une réparation en 1876. [ITOA]

En fait, il s'agit probablement des travaux liés à l'abaissement de la tribune, d'une cinquantaine de centimètres. Une conséquence de cette opération est que la découpe dans l'arrière du buffet, soigneusement effectuée à l'origine pour contourner une corniche, se situe aujourd'hui bien plus bas, et qu'une seconde découpe a été faite (cette fois en rectangle).

Sur la paroi arrière du buffet,les deux
                    échancrures montrant que l'orgue est aujourd'hui situé plus bas qu'à
                    l'origine.Sur la paroi arrière du buffet,
les deux échancrures montrant que l'orgue est aujourd'hui situé plus bas qu'à l'origine.

En 1893, c'est logiquement Joseph Antoine Berger (lui aussi installé à Rouffach) qui intervint. Un certain nombre de jeux semblent avoir été ajoutés à cette occasion. [ITOA]

En mars 1917, les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités. [IHOA]

En 1935, il y eut une intervention d'Alfred Berger. Il est probable que celle-ci consista à compléter le récit (C-fis), et à... envoyer la Voix céleste au positif. Une Gambe 8' (grand-orgue), un Cor anglais à anches libres (positif), et un Violoncelle de pédale paraissent aussi avoir fait partie de la dotation. En 1952, Schwenkedel nota la composition : [IHOA]

Composition, 1952
Grand-orgue, 54 n. (C-f''')
Manque f''-f'''
Chape vide
Pour Bombarde
Positif, 54 n. (C-f''')
'durchschlagend' (percutant)
Chape vide
Pour Trompette
Expressif, 54 n. (C-f''')
(c'f''')
Pédale, 24 n. (C-h)
(C-f)
Manque 6 tuyaux
(C-f)
Manque 6 tuyaux
Chape vide
Pour Flûte 4'
Chape vide
Pour Clairon

En 1983, l'orgue fut à nouveau transformé par Alfred Kern. [ITOA]

Cette fois, c'est la pédale qui fut complétée, pour passer à 27 notes (C-d'), et 7 jeux furent placés, par remplacement ou sur des chapes vides. Le Cor anglais fut remplacé par une Cymbale à 3 rangs.

En 1993, il y eut un relevage, par Richard Dott. [IHOA]

En 2011, c'est Antoine Bois qui fit un relevage, concernant en particulier la transmission. [Visite]

Caractéristiques instrumentales

Composition, 2013
Grand-orgue, 54 n. (C-f''')
(B-f''')
Pour partie de 1626
Pour partie de 1626
1855
Pour partie de 1626
1983
Pour partie de 1626
1983 ; sur une chape... de Bombarde
1758
Pour partie de 1626 (sauf le dessus du 1er rang)
C c c' c''
1'1/3 2' 4' 8'
1' 1'1/3 2'2/3 4'
2/3' 1'1/3 2' 2'2/3
1/2' 1' 1'1/3 2'
1/3' 2/3' 1' 2'
1758
1758
Positif, 54 n. (C-f''')
Pour partie de 1626
1824
1855
Pour partie de 1626
Pour partie de 1626
Pour partie de 1626
1983 ; 1' + 2/3' + 1/2'
Berger, venant de Feldbach
1758
Récit expressif, 54 n. (C-f''')
Dessus 1758
Dessus 1803
Dessus 1758
(c'-f''')
1758 ; sur le vent
Dessus 1824
Dessus 1824, basse 1855
Pédale, 27 n. (C-d')
Etain
1983
1824
1758
1983
I/P
Console:
La console de 1855.La console de 1855.

Console en fenêtre frontale, de Claude-Ignace Callinet, complétée en 1983. Tirants de jeux de section carrée à pommeaux tournés, placés en deux fois 3 colonnes de part et d'autre des claviers. Claviers blancs.

Cornet III
Flageolet 2'
Doublette 2'
Cornet V
Bourdon 16'
Bourdon 8'
Ophicleïde 16'
Pédale
Flûte 16'
Pédale
 
Voix Humaine 8'
Bourdon 8'
Montre 8'
Tierce 1 3/5'
Trompette 8'
Trompette 8'
Pédale
Violoncelle 8'
Pédale

Tacet
Prestant 4'
Bourdon 8'
Doublette 2'
Cromorne 8'

Flûte 8'
Salicional 8'
Flûte Octave 4'
Cymbale III
Trompette 8'
 
Flûte 4'
Flûte Traversière
8'
Prestant 4'
Nazard 2 2/3'
Clairon 4'
Clairon 4'
Pédale
Flûte 8'
Pédale
Basson-Hautbois 8'
Tacet
Tacet
Montre 16'
Flûte Octave 4'
Fourniture V
Flûte 4'
Pédale
Avenir
Transmission: à équerres et balanciers.
Sommiers: à gravures, de Claude-Ignace Callinet. A l'étage principal, le grand-orgue encadre le positif intérieur. Le récit est logiquement placé en retrait. Pédale à l'arrière.
Tuyauterie:
Une vue de la tuyauterie de pédale,à
                    droite, le réservoir principal (ici vide).Une vue de la tuyauterie de pédale,
à droite, le réservoir principal (ici vide).

Evidemment la tuyauterie n'est pas "homogène" (comme on dit) du point de vue historique, vu qu'elle provient de huit "couches" réalisées en 1626, 1758, 1803, 1824, 1855, 1893, 1935 et 1983, mais il n'en demeure pas moins que l'orgue actuel constitue un tout cohérent. Les deux étapes d'harmonisations conséquentes semblent avoir été celles de 1855 et de 1983. Elles ont produit un instrument plein de possibilités, avec ses 3 manuels (dont un expressif) et une pédale plutôt fournie. Il y a d'abord un "fond d'orgue" assez impressionnant, qui doit beaucoup à la qualité des Flûtes. Et un plein-jeu très adapté aux pièces "contrapuntiques", mais aussi deux Cornets et des anches "18 ème", donnant accès au répertoire classique. Il y a aussi largement de quoi donner des couleurs à de nombreuses pages romantiques.

Un des célèbres angelots ornant le buffet : on est
            bien "chez" Claude-Ignace Callinet.Un des célèbres angelots ornant le buffet : on est bien "chez" Claude-Ignace Callinet.

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2015. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F680287001P06
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable