> Accueil du site
Les orgues de la région de Strasbourg
Strasbourg, St-Louis à la Citadelle
vers 1790 degr > Dégâts
Edifice disparu
Superposition d'une carte moderne et du plan de la
        Citadelle.L'église St-Louis est le rectangle bleu.Superposition d'une carte moderne et du plan de la Citadelle.
L'église St-Louis est le rectangle bleu.

De la Citadelle de Strasbourg, il reste quelques fortifications situées dans l'actuel parc du même nom. La guerre de 1870 n'a évidemment pas laissé grand-chose de ces ouvrages censés défendre l'espace situé entre Strasbourg et son stratégique pont sur le Rhin. C'est Vauban et Louvois, suite à l'annexion de Strasbourg à la France, qui avaient établi le rapport à l'origine de la construction de l'ouvrage (commencé en 1682), et qui prit la forme d'une étoile hérissée de bastions. A l'intérieur, il y avait tout ce qu'il faut pour faire vivre la garnison, y-compris, évidemment, une église. Consacrer cette dernière à St-Louis était probablement une évidence politique. C'était "St-Louis à la Citadelle". L'édifice apparait clairement sur le plan-relief de Boitard (1863). Il était situé au sud de l'actuelle rue de Londres, dans le prolongement de la rue d'Oslo.

---
L'orgue Georg Antoni
---

Historique

L'édifice fut achevé en 1685, et ce sont les Franciscains (Récollets) qui y assuraient la pastorale (ils faisaient fonction d' "aumôniers militaires"). Georg Antoni (qui avait travaillé pour Silbermann) y installa en 1718 un orgue d'occasion. [IHOA]

Jean-André Silbermann en donne la description dans ses archives, et rapporte que l'orgue (en particulier le sommier) était plus ancien que l'édifice. [ArchSilb]

Il y eut une réparation, avant 1739, par Georg Friederich Merckel [ArchSilb]

Puis ce fut Jean-André Silbermann qui intervint, en 1739. [ArchSilb]

Composition, 1739
Manuel, 45 n. (CFDGEA-c''')
Bois, bsses bouchées, dessus ouvert
Tout ouvert
Merckel
Tremblant rapide
[ArchSilb]

Comme d'habitude, Silbermann évalue bien bas les travaux de Merckel (soufflets) ; il indique aussi que le Cornet est de ce facteur. L'architecture interne de l'instrument était fort mal pensée, le gros Bourdon 8' se trouvant à l'arrière, bouchant complètement l'accès, et obligeant à passer de l'autre côté (donc déposer la façade) pour accorder. En 1741, les Franciscains voulaient déplacer le buffet, et placer la console à l'arrière. Silbermann trouva que l'instrument ne valait pas le coût d'une telle modification, et qu'il serait préférable d'en construire un neuf. [ArchSilb]

Le travail fut finalement effectué par Waltrin, vers 1741. [ArchSilb]

On n'avait donc pas écouté les conseils de Silbermann. Un peu plus tard, des travaux à la tour causèrent des infiltrations d'eau qui endommagèrent l'instrument. Mais l'orgue ne fut toujours pas remplacé. Silbermann procéda à des réparations (ce fut probablement une faveur qu'il accorda aux Franciscains : il n'effectuait pas volontiers ce genre de travaux). En 1762, il procéda encore à un relevage. Cette fois, il attribue le Cornet à Waltrin (ce dernier a peut-être remplacé celui de Merckel). [ArchSilb]

En 1762, Jean-André Silbermann procéda à un relevage. Cette fois, il attribue le Cornet à Waltrin (ce dernier a peut-être remplacé le Cornet de Merckel). [ArchSilb]

Bref, ce n'était pas Weingarten... Mais l'étonnante histoire de cet orgue du 17ème qui s'accrochait à la vie était peut-être encore loin d'être terminée.

Pendant la révolution, vers 1790, les tuyaux de l'instrument furent volés. Sauer fournit un positif temporaire de décembre 1791 à avril 1792. [IHOA]

---
L'orgue de facteur inconnu (1808)
---

Historique

Or, un orgue est attesté en 1808. Si Sauer a repris son positif dès avril 1792, c'est probablement parque ce le vieil orgue a été remplacé ou réparé. Pour Lobstein, on installa ici l'orgue de Strasbourg, Grands Capucins, que la Révolution avait confisqué. Pie Meyer-Siat, a priori, n'y croyait pas trop ; il émet également l'hypothèse d'un orgue neuf vers 1840. En 1840, justement, l'instrument était doté de 8 registres sur 1 clavier, avec pédale accrochée (cela n'élimine pas formellement la possibilité que ce fut toujours l'orgue du 17ème, si on compte le Cornet à 3 rangs comme 3 "registres" ; une pédale accrochée a toujours pu être ajoutée entre temps.) [IHOA] [Lobstein]

L'hypothèse de l'arrivée de l'orgue de l'église des Grands Capucins (rue du Foin, à la Krutenau, l'église était située au nord de l'ancien hôpital militaire "Gaujot") est tout de même séduisante. Car il y avait là-bas une Pietà, qui avait été dissimulée par une cloison en planches durant la Terreur. Après la fin de la Révolution, comme l'église des Grands Capucins ne fut jamais rendue au culte, on déplaça la statue à St-Louis de la Citadelle, pour la rendre aux pèlerins. [MTFPelerinages]

L'orgue aurait alors logiquement suivi la Pietà.

Ce sont les frères Wetzel qui firent un devis (1865) puis réparèrent la soufflerie et relevèrent l'orgue, en juillet 1869. [PMSRHW]

La Citadelle reçut bien évidemment une bonne part de la pluie d'obus qui s'abattirent sur Strasbourg lors du siège de 1870. Le 16/09/1870, l'église prit feu et l'incendie ne put être maîtrisé. Suite à l'appel au secours du curé (St-Louis était devenu une paroisse), quatre gardes mobiles parvinrent à extraire la Pietà de l'édifice en flammes. [MTFPelerinages]

Le sauvetage fut immortalisé par un tableau de Hornecker, et les ruines de l'église furent le sujet de nombreuses gravures. Bien que disparue, l'église St-Louis de la Citadelle est l'un des édifices célèbres de Strasbourg.

L'orgue d'origine inconnue (17ème ? 1840 ? Grands Capucins ?) fut détruit ce jour là, et gardera probablement pour toujours son mystère. La Pietà, sauvée des flammes au péril de leur vie par les quatre gardes mobiles (dont l'Histoire retient que l'un d'eux était Protestant !), fut installée en 1884 à St-Aloyse (Neudorf). [MTFPelerinages]

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2015. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670482026P00
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable