> Accueil du site
Les orgues de la région de Strasbourg
Strasbourg, église Néo-apostolique
1960 proj > Projet
L'orgue de l'église néo-apostolique de Strasbourg.Photo d'Alexis Platz, vers 2007.L'orgue de l'église néo-apostolique de Strasbourg.
Photo d'Alexis Platz, vers 2007.

Cet instrument situé 6, rue Heckler à Strasbourg a été construit entre 1969 et 1971 par Alfred Higelin, puis rénové par Christian Boetzlé (Organis Nobilis) en 2016.

---
---

Historique

En 1949, l'édifice, construit en 1932 par l'architecte Frédéric Keck, fut doté d'un petit orgue (a priori neuf) d'Edmond-Alexandre Roethinger. L'instrument présentait une façade libre (sans buffet). [EgneapSxb2016] [VWeller]

Il fut question d'un projet pour un orgue neuf dès 1960. [VWeller]

---
L'orgue Alfred Higelin,
1971 (instrument actuel)
---

Historique

En 1971, Alfred Higelin, Jean-Pierre Garland, Etienne Schmidt et une équipe de volontaires furent chargés de construire un instrument neuf. L'ébauche de façade la est due à Marc Garnier. [VWeller] [EgneapSxb2016]

A la fin des années 1960 allait se jouer un des épisodes les plus sombres de l'orgue français, à Bouzonville (57) : l'ancienne abbatiale Sainte-Croix abritait encore un orgue d'exception : un des derniers Dalstein-Haerpfer à traction mécanique, datant de 1890, dont la tuyauterie venait de l'orgue Jean-Frédéric Verschneider qui l'avait précédé. Cet instrument était logé dans un buffet néo-gothique absolument somptueux. Les Savonarole de service, sous prétexte de redonner à la nef son "aspect primitif" décidèrent de purement et simplement supprimer cet orgue historique, portant un coup fatal au patrimoine de Bouzonville. Ce fut radical et catastrophique : le buffet, les mécanismes ont été détruits. La tuyauterie fut recueillie par la communauté néo-apostolique de Freyming-Merlebach, puis conservée par Alfred Higelin. Ce dernier, assurément, n'avait aucun besoin de tant de jeux. Il en utilisa toutefois une partie pour construire l'orgue de l'église néo-apostolique de Strasbourg. Grâce à cela, ce trésor culturel n'a pas été totalement perdu ! [IOLMo]

Dans cet instrument se trouve donc tout ce qui reste - et s'en est la seule trace - du grand orgue Verschneider / Dalstein-Haerpfer de Bouzonville.

L'ancienne abbatiale de Bouzonville - qui avait perdu une partie de son âme - fut équipée, en 1979, d'un orgue de coeur (payé par la chorale ; car les "conseilleurs" ayant causé le désastre n'étaient une fois de plus pas les payeurs). En 1992, cet instrument présentait des emprunts et des soufflures au sommier (mécanique) du Brustwerk [Inventaire des orgues de Moselle].

Depuis sa construction, qui a débuté en 1969, l'orgue de l'église néo-apostolique n'a cessé d'évoluer. Voici la composition relevée par l'inventaire de 1986, caractéristique du style néo-baroque alors à la mode :

Composition, 1986
Grand-orgue, 56 n. (C-g''')
Chape vide
Prévue pour une Trompette
Brustwerk, 56 n. (C-g''')
Pédale, 30 n. (C-f')
I/P
Agissant sur les manuels
[ITOA] [IHOA]

De 1971 à 2014, plusieurs interventions ont été menées, pour faire évoluer la composition ou procéder à des réparations. En 2008, le second clavier était nommé "positif" à la console (et expressif), et doté d'un couple Voix céleste / Gambe. [JMartin] [APLatz] [CBoetzle] [EgneapSxb2016]

L'esthétique avait donc évolué vers des couleurs plus néo-classiques. Il faut dire qu'en 1986, l'harmonisation du Brustwerk avait été qualifiée de "poussée". (Les oreilles de l'époque étaient pourtant accoutumées à pas mal d'excès tonitruants des petits jeux.) La démarche était donc compréhensible. De fait, en 2008, la composition était la suivante :

[JMartin] [APLatz]

En 1916, l'orgue a été relevé (suite aux importants travaux dans l'édifice, qui ont duré de 2012 à 2014) par Christian Boetzlé (Organis Nobilis, Bischwiller). L'inauguration a eu lieu le 25/11/2016, avec Daniel Roth (Paris, St-Sulpice) au claviers. Le programme a comporté des pièces de Bach, Marchand, Grigny et August-Gottfried Ritter, plus une improvisation. [CBoetzle] [JMartin] [VWeller] [EgneapSxb2016]

Caractéristiques instrumentales

Console:
La console après les travaux de 2016.Photo fournie par la maison Organis Nobilis.On distingue les jalousies ouvertes de Brustwerk.La console après les travaux de 2016.
Photo fournie par la maison Organis Nobilis.
On distingue les jalousies ouvertes de Brustwerk.

Console frontale, placé en contrebas, derrière l'autel. Tirage des jeux par tirants de section ronde disposés en deux fois trois colonnes de part et d'autre des claviers. Claviers noirs. Commande des accouplements par pédales-cuillers à accrocher, en position centrale. Commande de l'expression du récit par pédale basculante, disposée à droite et tournée vers le centre.

Transmission: mécanique suspendue.
Sommiers: à gravures.
Détail de la tourelle en tiers-point.Photo d'Alexis Platz, vers 2007.Sur les plates-faces, des tuyaux de façade sont "inversés" pour donner un effet de réflexion.Détail de la tourelle en tiers-point.
Photo d'Alexis Platz, vers 2007.
Sur les plates-faces, des tuyaux de façade sont "inversés" pour donner un effet de réflexion.

Sites Webographie :

Culture Activités culturelles :

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2016. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670482055P02
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable