Accueil
Jeux
Architecture
Esthetiques
Facteurs
Avant18
Bergantzel
Dubois
Herbute
Moeller
Rinckenbach
Silbermann
Stiehr
Waltrin
Repertoire
Haut-Rhin
  Ferrette
Bas-Rhin
Credits
An2000
An2001
~ Les orgues de la région de Ferrette ~

Vieux-Ferrette, St André
Claude-Ignace CALLINET, 1861


Avant... CALLINET Après...

Composition, 1986
Grand-orgue
54 notes
Récit
54 notes
Pédale
27 notes
Bourdon 16' Bourdon 8' Bourdon 16'
Montre 8' Flûte harmonique 8' Flûte 8'
Bourdon 8' Salicional 8' Violoncelle 8'
Gambe 8' Flûte 4' Trompette 8'
Prestant 4' Basson/Hautbois 8' I/P
Flauto amabile 4'   II/P
Doublette 2'    
Mixture (2'2/3)    
Trompette 8'    
II/I    

     Claude-Ignace CALLINET construisit cet instrument en deux tranches : l'une en 1861, l'autre en 1868. Il s'agit d'une étape décisive dans son évolution vers une esthétique plus "romantique" que celle des orgues qu'il réalisait lorsqu'il était associé à son frère Joseph. Le cadet des frères Callinet est ici encore relativement fidèle à l'orgue dit "de transition". A Moosch, ce sera déjà très différent.

     Le devis date du 29/09/1857, et le traité du 08/05/1858. Cet instrument possèdait encore quelques uns des traits de l'orgue dit "classique". Il y avait en particulier :

  • une Console en fenêtre,
  • un quatre-pieds de Pédale (il n'existe plus mais y était à l'origine : un Violoncelle de RINCKENBACH est venu le remplacer),
  • une Doublette (mais l'actuelle n'est plus celle de Callinet),
  • Et le Récit n'était pas expressif.
Bien sûr, suivant son goût, Claude-Ignace réalisera un Récit très flûté (pas de Prestant).
Le Grand-cornet de 5 rangs est passé de mode, tout comme les Mutations (même le Nasard) et il n'y a pas de Clairon. Quant à la Fourniture, elle est à 3 rangs seulement.

Voici la composition en 1861 (1ère tranche, reçue le 20/05/1861):

Composition, 1861
Grand-orgue
54 notes
Récit
54 notes
Pédale
18 notes
Montre 8' Montre 8' Bourdon 16'
Prestant 4' Bourdon 8' Flûte 8'
Doublette 2' Flûte 4' Trompette 8'
Fourniture 3 rgs Hautbois 8' (D)  
Trompette 8'    
II/I    

Et voici la composition en 1868 (2ème tranche, devis du 11/05/1868, Réception le 29/08/1868) :

Composition, 1868
Grand-orgue
54 notes
Récit
54 notes
Pédale
18 notes
Bourdon 16' Montre 8' Bourdon 16'
Montre 8' Bourdon 8' Flûte 8'
Bourdon 8' Salicional 8' Flûte 4'
Gambe 8' Flûte 4' Trompette 8'
Prestant 4' Basson/Hautbois 8' (B+D)  
Flûte octaviante 4'    
Doublette 2'    
Fourniture 3 rgs    
Trompette 8'    
Notons que ce qui était prévu (au devis) comme 4 ème Jeu de Pédale en 1861 était bel et bien une Gambe (Violoncelle 8').

Le Buffet est inspiré de celui d'Oberhergheim, sans Positif de dos. C'est le même que celui de Bollwiller,mais les ornements sont un peu plus riches, et dorés (feuilles sur les culots, rinceaux, pots et couronnements).

Le Buffet apparaissant dans l'Inventaire des Orgues du Haut-Rhin sur la page de Vieux-Ferrette, avec les intéressants "doubles culots" pour ses deux petites Tourelles (ceux du haut portant des angelots), est en fait celui de Widensolen.

     Vers 1900, Martin Rinckenbach modifia l'instrument exactement dans le sens de l'évolution que suivait Callinet. Il plaça une Console indépendante, avec une transmission mécanique à Equerres, et des claviers de 56 notes (mais le Sommiers, restés d'origine, n'en ont que 54).
Il fit aussi les quatre changements de Jeux suivants :

  • Remplacement de la Doublette du Grand-orgue par un Dolce 8'.
  • Toujours au grand-orgue, changement de la Fourniture 3 rgs en Mixture grave (2'2/3).
  • Au Récit, qui fut rendu expressif, le Principal 8' devint une Flûte harmonique.
  • A la Pédale, le fameux 4 pieds devint le Violoncelle 8' prévu initialement.

Les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités allemandes en Mars 1917.

     En 1980, Christian GUERRIER entama une restauration. En plus de lourdes réparations, il remit une Doublette (à la place du Dolce de Rinckenbach) et supprima la boîte expressive, puisque le Récit n'était pas expressif à l'origine.

Mécanique : à Equerres (Console indépendante de Rinckenbach, avec plaque d'adresse d'Ammerschwihr, face à la nef). Sommiers à Gravures, d'origine pour les Manuels. Claviers de 56 touches dont 2 muettes.

Sources :

  • P. MEYER-SIAT, "Les Callinet, facteurs d'orgues à Rouffach, et leur oeuvre en Alsace" ISTRA, 1965
  • M. BARTH, "Elsass, 'Das Land der Orgeln' im 19. Jahrhundert", AEA XV (1965-66)

Si vous recopiez des éléments de cette page pour des articles, plaquettes ou pages Web, citez vos sources. D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs.
Dernière mise à jour : 30/05/2003 10:16:26

F680347001P02