> Accueil du site
Les orgues de la région de Ferrette
Muespach, St-Blaise
Orgue authentique, sauf la façade (mais l'originale est conservée).
Muespach, l'orgue Martin et Joseph Rinckenbach.Photo de Martin Foisset, 21/01/2016.Muespach, l'orgue Martin et Joseph Rinckenbach.
Photo de Martin Foisset, 21/01/2016.

Joseph Rinckenbach construisit à Muespach (Muespach-le-Bas et Moyen-Muespach) son dernier orgue d'avant guerre (il fut enrôlé peu après). Logiquement daté de 1914, c'est l'opus 147 de la maison d'Ammerschwihr. Fort bien conservé, c'est l'un des post-romantiques les plus intéressants d'Alsace.

---
L'orgue de facteur inconnu (1822)
---

Historique

Il y avait déjà un orgue dans l'ancienne église, car sa présence est attestée en 1822, avant la reconstruction de l'édifice. [IHOA]

---
L'orgue Stanislas et Meinrad Burger,
1843
---

Historique

En 1843, ce sont Stanislas et Meinrad Burger qui fournirent un orgue pour Moyen-Muespach. L'instrument dut être réparé (par ses constructeurs) en 1864 et 1868. L'enquête-inventaire de 1893 précise que l'orgue est doté de 22 registres. [IHOA] [Barth]

Le 21/08/1911, la foudre frappa l'édifice et l'orgue Burger fut incendié. [IHOA]

---
---

Historique

C'est en 1914 que Muespach reçu son orgue actuel, l'opus 147 de Martin et Joseph Rinckenbach. [ITOA] [Barth]

La Trompette du récit, son Octavin et sa Flûte octaviante, directement dans l'esprit "Cavaillé-Coll", sont résolument inspirées de l'époque romantique française. Les faits démontrent une fois de plus que les conseillers de l'époque - loin d'être des prosélytes à la solde de quelque pouvoir central - prenaient en compte le passé culturel de la région. Leur objectif était de faire construire des instruments de musique qui allaient satisfaire leurs commanditaires et, surtout, leur auditoire.
Le couple Salicional + Gambe dote le grand-orgue de cinq 8' (au lieu des quatre du "carré d'or" romantique : un Principal, un Bourdon, une Flûte, une Gambe). Avec le traitement de la Flûte en "Concert floete", cela constitue un trait plus "germanique", rendant l'instrument mieux adapté au répertoire de Reger, Rheinberger et aux autres romantiques et postromantiques allemands. D'autant qu'il y a cinq autres fonds de 8' au récit. Grand-orgue et récit sont particulièrement équilibrés, puisqu'il y a 8 jeux à chaque plan sonore. Pas de Hautbois, par contre, car on s'est satisfaisait d'un seul jeu d'anche (il n'y en a pas non plus à la pédale, où l'orgue post-romantique s'attend à trouver soit une anche en 16', soit pas d'anche du tout). Du coup, la Trompette hérite du qualificatif "Solo", ne signifiant évidemment pas qu'elle ne peut être utilisée dans les ensembles, mais qu'elle est assez belle pour servir, si l'on veut, de jeu de détail !

En 1946, Georges Schwenkedel fit un devis pour remplacer les "relais" (donc a priori les membranes). [ITOA]

En 1982, ce sont les frères Steinmetz qui firent un relevage. [ITOA]

En 1996, suite à une décision totalement incompréhensible, la façade d'origine de Rinckenbach a été remplacée par des tuyaux neufs en étain. Les travaux furent effectuées par Christian Guerrier. Heureusement, la façade d'origine a été conservée (dans le clocher). [JCGuerrier]

Il serait fortement souhaitable que cette façade retrouve rapidement sa place, rendant à nouveau cet instrument 100% authentique ! En dehors du buffet, l' "espérance de vie" des tuyaux d'orgue est très limitée... La bévue de 1996, commise par un expert qu'il vaut mieux ne pas citer, faisait partie d'une initiative absurde consistant à remplacer systématiquement les façades en zinc (même celles qui sonnaient merveilleusement) par des tuyaux neufs en étain "standard", à grand renfort de subventions (fort mal affectées). Il faut rappeler que beaucoup de désinformation a été pratiquée à la fin du 20ème siècle, en particulier en ce qui concerne le zinc et les transmission non mécaniques.

A une époque indéterminée, il y eut aussi une réharmonisation de l'anche et des principaux, qui leur a donné des couleurs "néo-baroques" (totalement étrangères à cet instrument). [MFoisset]

Le buffet

La belle boiserie néo-classique ne se limite pas à la façade, puis qu'elle comporte aussi des côtés. Il n'y a pas de plafond. Trois tourelles - la plus grande au milieu et séparée en deux horizontalement - entourent deux plates-faces au sommet recourbé. L'ornementation est particulièrement riche, avec des claires-voies ajourées et des rinceaux au-dessus des plates-faces. Les couronnements sont constitués de pots pour les tourelles et de lyres pour les plates-faces.

Caractéristiques instrumentales

Console:
La console Rinckenbach. Photo de Guillaume Ueberschlag, 14/05/2008.La console Rinckenbach. Photo de Guillaume Ueberschlag, 14/05/2008.

Console indépendante face à la nef, fermée par un rideau coulissant. Tirants de jeux de section circulaire avec porcelaines frontales, disposés en une seule ligne au-dessus du second clavier. Les porcelaines sont à fond blanc pour le grand-orgue, rose pour le récit, et bleu pour la pédale. Les tirants de la pédale sont à gauche, puis viennent ceux du récit, et le grand-orgue est à droite. Claviers blancs.
Commande des accouplements et tirasses par taquets (manuels) à accrocher (en "L", comme les pédales habituelles, mais beaucoup plus petites), en fer forgé, placées sous le premier clavier, à gauche, et repérées par des porcelaines rondes disposées au-dessous : "Super octav II a I" (II/I 4'), "Sub octav II a I" (II/I 16'), "II a P." (II/P), "I a P." (I/P), "II a I." (II/I). Ces porcelaines sont bicolores, et respectent le code de couleur, "II a P." étant par exemple rose en haut et bleue en bas.

Les commandes manuelles des accouplements et tirasse.Photo de Guillaume Ueberschlag, 14/05/2008.Les commandes manuelles des accouplements et tirasse.
Photo de Guillaume Ueberschlag, 14/05/2008.

Commande des combinaisons fixes par 7 pistons blancs, situés sous le premier clavier, du côté droit, et repérés par de petites porcelaines rondes placées en dessous : "PP", "P.", "MF", "F.", "FF.", "Tutti", et "0" pour l'annulateur.
Plaque d'adresse en position centrale, au-dessus du second clavier, à l'horizontale, constituée de lettres en laiton incrustées sur fond foncé, et disant :

M.&J.Rinckenbach
Ammerschweier (Els.) Opus 147
La plaque d'adresse et quelques tirants de jeux.Photo de Martin Foisset, 21/01/2016.La plaque d'adresse et quelques tirants de jeux.
Photo de Martin Foisset, 21/01/2016.
Transmission: pneumatique tubulaire.
Sommiers:

Sommiers à membranes. Diatoniques pour le grand-orgue, en "M" (basses aux extrémités). La pédale est logée sur les côtés, basses au fond.

Tuyauterie:
La tuyauterie du grand-orgue.De gauche à droite : la façade, le Principal 8', le Bourdon 16' (en bois),le Salicional et la Gambe (métalliques et étroits), la Flûte en bois,le Bourdon 8' (basse en bois, dessus métalliques à calottes mobiles), l'Octave,et enfin la Mixture, au premier plan.La tuyauterie du grand-orgue.
De gauche à droite : la façade, le Principal 8', le Bourdon 16' (en bois),
le Salicional et la Gambe (métalliques et étroits), la Flûte en bois,
le Bourdon 8' (basse en bois, dessus métalliques à calottes mobiles), l'Octave,
et enfin la Mixture, au premier plan.

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2016. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F680221001P03
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable