> Accueil du site
Les orgues de la région de Strasbourg
Neudorf, St-Léon
Strasbourg, St-Léon, le 10/08/2003.On distingue, en haut, le Cornet posté.Strasbourg, St-Léon, le 10/08/2003.
On distingue, en haut, le Cornet posté.

Cet instrument, logé dans un buffet parfaitement rectangulaire à caissons, a été construit par Gaston Kern, et inauguré le 06/02/1972.

---
L'orgue Ibach
---

Historique

En 1925, l'église du Schluthfeld fut dotée du mobilier de Haguenau, Collège des Missions africaines (à l'époque le "Knaben Besserungs und Erziehungsanstalt"), qui incluait un petit orgue Ibach (I/P? 4j). [IHOA]

Toujours en 1925 (en fait à l'occasion du déménagement) Edmond-Alexandre Roethinger compléta l'orgue en ajoutant un second manuel. [IHOA]

Composition, 1925
Grand-orgue, 54 n. (C-f''')
Récit expressif, 54 n. (C-f''')
Pédale, 27 n. (C-f')
[IHOA]

Il existe une photo de cet instrument. Visuellement, il n'était pas dépourvu d'originalité : le corps central (à l'évidence la partie "Ibach") était constitué de trois plates faces en arcs plein-cintre (celle du milieu légèrement plus haute), les larges boiseries blanches dessinant des volutes. Cet élément central était encadré de deux tourelles rectangulaires (a priori l'adjonction de 1925) sans style, et munies de jouées (qui étaient probablement celles d'origine, déplacées là).

---
L'orgue Gaston Kern,
1972 (instrument actuel)
---

Historique

En 1972, Gaston Kern construisit un orgue néo-baroque neuf. [IHOA] [ITOA]

Le projet Roethinger d'avril 1965

Le projet date au moins de 1965, car le 14/04/1965, Max Roethinger rédigea un devis pour un petit instrument : [ARoethinger]

Composition, Projet_Rothinger
Grand-orgue, 56 n. (C-g''')
Basses en acajou, puis en étain et en façade, puis sur le vent
C-H en façade
'2 rgs.' changé manuscritement en '3 rgs.'
Positif, 56 n. (C-g''')
C-H en acajou, puis étain 50%
Toute métallique
Spotted
Pédale, 30 n. (C-f')
Entièrement en acajou
[ARoethinger]

La console devait être en fenêtre (claviers blancs), les sommiers à gravures, et la mécanique en alliages (vergettes en Duralumin). [ARoethinger]

Le projet Schwenkedel de mai 1969

Le 12/02/1969, le curé René Angst de St-Léon envoya à la manufacture Schwenkedel une demande de devis (en plusieurs tranches) portant sur la construction d'un orgue dont la composition avait déjà été décidée par l'abbé Ringue. [ASchwenkedel]

Cette composition (assurément fort peu originale) ne donnait pas l'étendue des claviers et du pédalier, et précisait "Toutes combinaisons et tirasses". Par "combinaisons", il fallait probablement entendre "appels". Le second manuel était curieusement appelé "Récit". [ASchwenkedel]

Directement sur le courrier, une note manuscrite, probablement de Schwenkedel, propose de remplacer la Doublette du grand-orgue par une Flûte conique 2' (puisqu'il y en avait déjà une au second manuel). Schwenkedel élabora alors en mai 1969 un tableau manuscrit, où figurait la proposition "originelle" de l'abbé Ringue, et sa propre proposition. La première était complétée par quelques détails, ce qui semble indiquer que des précisions ont été apportées : le clavier secondaire était cette fois appelé "Positif", à placer en bas ("1er clavier"), il devait être doté d'une façade, la Cymbale est précisée à 3 rangs et l'étendue des manuels et de la pédale est proposée : 56 et 30 notes (ce qui était standard). La (contre-) proposition de Schwenkedel était la suivante :

[ASchwenkedel]

Les sommiers étaient prévus à gravure, et la traction mécanique. pour le diapason, Schwenkedel le donne avec le La (a') du Prestant (donc en 4' et non en 8') : 880 Hz. [ASchwenkedel]

Le projet ne vint pas à exécution. La proposition de Schwenkedel n'était pas typographiée, on peut même se demander si elle a été soumise. [ASchwenkedel]

L'orgue Kern

C'est finalement la maison Gaston Kern qui emporta l'affaire, avec un orgue présentant la particularité d'avoir trois manuels : celui du bas (I) est un clavier d'accouplement (II/I et III/I permanents). Par rapport à l'austère projet de 1969, on note l'apparition d'une Trompette au... positif, ainsi que d'un Cornet et d'une Voix humaine (tous deux au deuxième clavier - qui est le grand-orgue, le troisième étant le positif, tout en haut, ce qui est pour le moins déroutant). La Voix humaine rendit aussi nécessaire l'installation d'un tremblant. [Visite]

Caractéristiques instrumentales

Composition, 2003
Accouplement, 56 n. (C-g''')
Permanent
Permanent
Grand-orgue, 56 n. (C-g''')
Rang 1'1/3 séparable
Positif, 56 n. (C-g''')
Rang 1' séparable (tirant à mi-course, avec cran)
Pédale, 30 n. (C-f')
Extension de la Soubasse
Second extension de la Soubasse
Tirant plus petit que les autres et agissant sur les Manuels
[ITOA] [Visite]
Console:

Console en fenêtre frontale. Tirants de jeux de section carrée à pommeaux tournés, placés en deux fois deux colonnes de part et d'autre des claviers. Claviers blancs. Commande des tirasses par pédales-cuillers à accrocher, à droite : "II-P", "III-P".

❍ FLUTE 8'
❍ MONTRE 4'
❍ DOUBLETTE 2'
❍ BASSE 8'
 
❍ FOURNITURE 4 rgs
❍ CORNET 5 rgs
❍ VOIX HUMAINE 8'
❍ TENOR 4'
 
CYMBALE 4 rgs ❍
NAZARD 2'2/3 ❍
TIERCE 1'3/5 ❍
TROMPETTE 8' ❍
BOURDON 8' ❍
FLUTE 4' ❍
FLAGEOLET 2' ❍
SOUBASSE 16' ❍
TREMBLANT ❍
Transmission: mécanique à balanciers.
Sommiers: à gravures.

Sites La maison Richard Ibach

La firme allemande de Wuppertal (Barmen) est connue pour ses Havanes (lire : orgues posés à la Havane) et ses autres instruments conçus pour l'exportation lointaine (comme l'Afrique du sud ou San Francisco). Apparemment, les seuls orgues Ibach d'Alsace ont été des instruments d'étude, commandés par des institutions : l'école normale de Colmar (opus 163, 165 et 166) et celle de Strasbourg (l'opus 152, et l'un des précédents y a probablement été emménagé). L'un des petits orgues de Strasbourg ou de Colmar - il est difficile de les suivre avec précision - fut déménagé en 1882 à Haguenau ("Knaben Besserungs und Erziehungsanstalt"), puis en 1925 à Neudorf, St-Léon. Il fut agrandi à deux manuels par Roethinger à l'occasion du dernier déménagement, et il en reste une photo. Le tout fut - évidemment - impitoyablement éliminé en 1971, puisque ce n'était pas du "comme il faut" pour l'époque. C'est ainsi que l'on perdit le seul et unique Ibach d'Alsace restant.

La liste Ibach cite aussi "Lampertheim" (1865), mais il s'agit du Lampertheim allemand, situé un peu au nord de Mannheim, et non de la commune alsacienne. La maison Ibach n'a plus construit d'orgue après 1890 environ (se concentrant sur la facture de pianos), et ses archives ont brûlé lors du bombardement de Wuppertal au cours de la seconde guerre mondiale.

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2017. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670482058P02
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable