> Accueil du site
Les orgues de la région de Haguenau
Wintershouse, St-Georges
1917 degr > Dégâts
Cette photo a été prise à l'ancienne pharmacie de
        Marmoutier,où l'orgue était entreposé en 2000.Cette photo a été prise à l'ancienne pharmacie de Marmoutier,
où l'orgue était entreposé en 2000.

L'église Saint-Georges de Wintershouse est un "édifice sans voix" depuis 1965, date à laquelle leur orgue Georges et Nicolas Verschneider (dont la partie instrumentale a été avec raison classée Monument historique le 20/09/1995) fut cédée aux Bénédictines de Rosheim... pour ne rien en faire. Plusieurs décennies d'errance allaient alors commercer pour ce malheureux instrument de musique. Et pourtant, on ne peut s'empêcher de penser que c'était exactement l'orgue idéal pour Wintershouse...

---
---

Historique

Wintershouse avait eu la main heureuse, en 1865, en se faisant construire un petit orgue par la célèbre maison mosellane tenue par Georges et Nicolas Verschneider, à Rémering (57). L'instrument était à l'origine était probablement joué par l'instituteur Ehresmann. [PMSSTIEHR] [DPVerceo]

Les Verschneider étaient en quelque sorte - avec les frères Wetzel - les spécialistes de l'orgue "de campagne". D'un certain style d'orgues de campagne plus exactement, qui, s'ils ne rivalisaient pas en taille avec les instruments "citadins", étaient construits avec au moins autant de soin, et avec des critères de qualité très élevés. Les orgues Verschneider qui nous sont parvenus intacts sont tous très attachants, et font preuve d'une qualité de facture exceptionnelle. Celui de Weintershouse avait été construit à l'aube de l'époque romantique, une période que l'histoire de la facture d'orgues appelle "de transition", marquée en Alsace par les Stiehr, les Rinkenbach ou les Callinet, et en Lorraine par les Verschneider. Presque contemporain de celui de Geishouse, ce devait être un très bel instrument !

En 1896, Charles Wetzel (l'un des deux frères déjà cités) qui vint s'occuper de l'instrument. [DPVerceo] [PMSSTIEHR]

Les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités allemandes en 1917. [DPVerceo]

On ne sait pas exactement quand la façade a été remplacée (par des tuyaux en zinc) ; peut-être à l'occasion des travaux de Georges Schwenkedel en 1927. [DPVerceo] [ITOA]

Schwenkedel électrifia la soufflerie. On ne sait pas si c'est lui qui procéda à la seule modification effectuée à la composition : le remplacement du jeu d'anche (qui était coupé en basse+dessus) par une Gambe. [DPVerceo] [ITOA]

C'est en 1965 (pour son centenaire) que l'orgue fut cédé aux Bénédictines de Rosheim. Mais il ne fut jamais remonté à Rosheim. [DPVerceo]

C'était peut-être une bonne idée à l'époque (sauf pour Wintershouse). Mais comme le remontage ne se fit pas, l'instrument commença une vie d'errance puis d'oubli. Il fut revendu en 1977 aux Amis de l'Orgue de Marmoutier, qui l'entreposèrent au presbytère de Marmoutier, puis dans l'ancienne pharmacie, puis au Centre Européen de l'Orgue. Résultat : le bel orgue Verschneider est démonté depuis presque 50 ans. L'église du monastère de Rosheim est aujourd'hui munie d'une machine électronique sans âme, qu'il est bien triste de trouver dans un tel lieu de prière. Et ce doit bien-sûr être pareil à Wintershouse. On ne peut qu'espérer qu'avant ses 150 ans (ce serait en 2015), ce petit instrument - aujourd'hui classé - soit enfin remonté, et donne une voix à un édifice qui en a besoin.

Le buffet

Le haut d'une des plates-faces (celle de gauche),
                montrant une claire-voie sculptée.Le haut d'une des plates-faces (celle de gauche), montrant une claire-voie sculptée.

Le buffet est constitué de 4 plates-faces (ou 3, la centrale étant double). Les deux latérales contenaient 5 tuyaux (râtelier conservé), et celle du centre deux fois 7. Les plates-faces sont ornées de claire-voies à motifs végétaux.

Pour se faire une idée de l'instrument monté, on pourra voir les photos de Zaessingue : les deux instruments devaient être très ressemblants. L'instrument devait aussi ressembler, peut-être en un peu plus petit, aux deux orgues disparus - pratiquement jumeaux à l'origine - de Retzwiller et Haegen.

Caractéristiques instrumentales

Composition, 1865
Manuel, 54 n. (C-f''')
c-h en façade ; C-H en bois, puis étain
2 octaves en bois, puis étoffe
C-H dans le Bourdon ; étoffe
(c'-f''')
bois
C-H en Montre ; étain
bouché, sauf a''-f'''
étain
Anche (B)
Trompette ou Basson
Anche (D)
Trompette ou Hautbois
Pédale, 18 n. (C-f)
I/P
Permanente
[DPVerceo] [ITOA] [Visite]
Console:
Les trous de passage des tirants de jeux, et
                    la basse du clavier.Les trous de passage des tirants de jeux, et la basse du clavier.

Console en fenêtre, frontale, accolée, presque tout en chêne, fermée par un petit couvercle rabattable maintenu levé par deux petits crochets. Tirants de section ronde, à pommeaux caractéristiques des Verschneider. Tout est d'origine, sauf les étiquettes (1965?).

Sommiers:

Sommier à gravures, en chêne, d'origine. Ordre des chapes (de l'arrière vers la façade) : Anche (B+D), Doublette, Nasard, Flûte 4', Flûte 8' (D), Salicional, Bourdon, Prestant, Montre.

Tuyauterie:
verceotu.jpgBourdons à calottes soudées (Rémering - Verschneider frères - ne passera aux calottes mobiles que vers 1870, et Jean-Frédéric II, à Puttelange, conserva la technique des calottes soudées), sans cheminées.
L'orgue montrait d'inquiétantes traces de ver à bois, même dans la tuyauterie. Les tuyaux en bois ont un pied/postage métallique. La Gambe, plus récente, présente des aplatissages en plein-cintre.
La façade réquisitionnée en 1917 était constituée de 24 tuyaux, 12 de la Montre et 12 du Prestant ; elle pesait 24 kg. Elle a été remplacée en zinc. [DPVerceo] [IHOA] [Visite]

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2013. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670540001P00
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable