> Accueil du site

Les Verschneider en Alsace

La signature de Jean-Frédéric II Verschneider en
        1880.La signature de Jean-Frédéric II Verschneider en 1880.

Il n'est pas question de retracer ici toute l'histoire de la plus célèbre dynastie de facteurs d'orgues mosellans : elle a commencé en 1763 pour s'achever en 1899, et les trois générations de facteurs qui se sont succédées dans ses ateliers à Puttelange ont construit de nombreux et remarquables instruments, dont seule une petite partie se trouve en Alsace. La contribution la plus évidente de ce nom à la facture d'orgue semble bien être la définition d'un orgue "rural", imaginé par Jean-Frédéric I, et perfectionné par ses fils après leur voyages d'études. La famille disposait de nombreuses relations avec le clergé, et avait donc pu comprendre les besoins spécifiques de l'Est. Nous en avons hérité un patrimoine constitué d'instruments certes de taille modeste, mais d'une très grande qualité.

Après l'annexion par l'Allemagne, s'ouvrit une période extrêmement féconde pour la facture d'orgue, en Moselle tout comme en Alsace. Les frères Verschneider se firent une spécialité des buffets néo-baroques, caractérisés par un langage ornemental spécifique (le style des culots des tourelles en est un exemple marquant).

Après 1884, les ateliers de Puttelange furent repris par la veuve de Jean-Frédéric II, et Franz Staudt. En effet, Paul-Frédéric, fils de Jean-Frédéric II mourut un an seulement après son père, à l'age de 25 ans. Après 1888, il n'y a plus d'orgue Verschneider de Puttelange, et Staudt se mit à son compte.

Du côté Rémering, Krempf continua ses activités après la mort de Nicolas Verschneider (1899), mais sans construire d'orgue neuf après 1891 : Nicolas et Georges avaient refusé de passer à la transmission pneumatique, ce qui leur ferma vite toutes les portes.

Sites  Principaux travaux en Alsace de Jean-Frédéric I

Miniature 1822 : Dehlingen (région de Sarre-Union), Eglise protestante
Instrument actuel.
Le buffet, avec ses tourelles latérales plus petites que la partie centrale, et ses plates-faces "retombantes", est issu du style sarrois (et du Palatinat) à la fin du 18 ème siècle.

Miniature 1826 : Oermingen (région de Sarre-Union), Eglise protestante
Instrument actuel.
Ce petit orgue dut être reconstruit en 1965 (sommiers, mécanique).

Miniature 1826 : Oermingen (région de Sarre-Union), St-Rémy
Remplacé par Kriess (1899).
Verschneider posa deux orgues à Oermingen : celui de l'église protestante (qui s'y trouve toujours) et celui de l'église catholique, qui fut déménagé en 1899 à Rosteig. Là-bas, on le prit longtemps pour un Cavaillé-Coll... Il est malheureusement affublé d'une Tierce et d'une Cymbale, totalement étrangères à l'esthétique d'origine de cet instrument.

On trouve à Katzenthal un buffet provenant d'un petit orgue Verschneider de 1827.

Miniature 1839 : Domfessel (région de Sarre-Union), Eglise protestante
Instrument actuel.
Endommagé durant la seconde guerre mondiale, il fut malheureusement réparé d'une drôle de façon, avec une composition étrangère à son esthétique d'origine, comprenant des étrangetés comme une Fourniture de pédale...

Miniature 1843 : Sarrewerden (région de Sarre-Union), Eglise protestante de Bischtroff-sur-Sarre
Instrument actuel.
Partie instrumentale classée Monument Historique (22/07/1983).
Il s'agit probablement, avec celui d'Henridorff (57, 1830), du mieux conservé des orgues de Jean-Frédéric I Verschneider. Il s'agit d'un orgue "Taille unique" : le rapport diamètre-hauteur est constant pour tous les tuyaux donnant la même note pour les Principaux et les tuyaux ouverts du Cornet.

Sites  Principaux travaux en Alsace de J.F. II et des frères Verschneider

Miniature 1850 : Herbitzheim (région de Sarre-Union), Nativité de la B.V.M.
Instrument actuel.
Construit par Georges et Nicolas Verschneider, c'est l'une des "figures" de l'orgue alsacien. Il revient de loin : fortement modifié en 1910, il fut restauré dans l'état de 1850 par Yves Koenig en 1994.

Miniature 1853 : Haegen (région de Marmoutier), St-Quirin
Remplacé par Edmond-Alexandre Roethinger (1905).
Bien que la partie instrumentale ait été remplacée en 1905, le buffet de l'orgue Verschneider est encore visible. Toutefois, la ligne de bouche horizontale ne paraît pas être d'origine, et les ornements "extérieurs" (jouées et couronnement) sont probablement dus à la transformation de 1905.

1857 : on a pu lire que "c'est à la mort de Joseph Callinet que les Verschneider prirent leur véritable essor". On se demande sur quoi repose cette affirmation : s'il est vrai que les orgues Verschneider ont été plus nombreux dans le Haut-Rhin après la mort de Joseph Callinet, les ateliers de Puttelange et de Rémering n'avaient pas vraiment besoin du marché alsacien pour se développer. De plus, on vérifiera ici qu'ils ont posé des orgues en Alsace bien avant 1857.

Il est possible (mais non établi) que l'orgue de Hochstett (1859) soit venu de Puttelange. Mais Wetzel est aussi cité dans l'attribution de ce petit instrument (I/0P 8j).

Miniature 1860 : Guebwiller, St-Léger
Remplacé par Verschneider (1879).
Un premier orgue Verschneider, par Georges et Nicolas, fut posé en 1860 à Guebwiller. Après un déménagement sur une nouvelle tribune, et une reconstruction (par Jean-Frédéric en 1879), cet instrument devait connaître (comme pratiquement tout le reste du mobilier ce l'église) un sort funeste en 1974.

Miniature 1861 : Keskastel (région de Sarre-Union), St-Nicolas
Instrument actuel.
Bien que complètement chamboulé en 1933, cet orgue contient encore de nombreux jeux de Georges et Nicolas Verschneider.

Miniature 1861 : Saint-Bernard (région d'Altkirch), St-Bernard
Remplacé par Edmond-Alexandre Roethinger (1927).Détruit avec l'édifice le 24/10/1915.

Miniature 1861 : Linthal (région de Guebwiller), Ste-Marie-Madeleine
Cet orgue construit à Puttelange est resté remarquablement authentique. Sa composition, dépourvue de Mixture, est caractéristique de l'évolution en cours.

Miniature 1862 : Dornach (région de Mulhouse), St-Barthélémy
Remplacé par Edmond-Alexandre Roethinger (1932).Buffet déménagé à Bruay-la-Buissière.
C'est un instrument de taille moyenne (II/P 28j), issu des ateliers de Rémering, qui fut posé à Dornach. Il eut probablement beaucoup à souffrir de la première Guerre mondiale. En 1933, la maison Roethinger en récupéra heureusement le magnifique buffet, pour le poser à Bruay-la-Buissière, St-Martin, muni d'une partie instrumentale neuve. La seconde Guerre mondiale n'épargna pas Bruay, son église et son orgue. Mais c'est toujours le buffet Verschneider qui abrite l'orgue actuel, construit en 1990... dans le style Flamand ! Il est fort dommage que cette boiserie - inscrite à l'inventaire supplémentaire le 07/09/1987 et qui a vaillamment survécu à deux guerres - abrite du coup une partie instrumentale dont l'esthétique sonore est complètement opposée à son esthétique visuelle. Mais cela fait partie des nombreuses bizarreries léguées par le 20ème siècle finissant. [Bruay] [IHOA:p52b] [ITOA:2p269-70] [Barth:p182]

Miniature 1862 : Bartenheim (région de Sierentz), St-Georges
Remplacé par Martin et Joseph Rinckenbach (1909).
Cet orgue Jean-Frédéric II Verschneider, construit selon les directives du compositeur Léo Stöcklin de Mariastein a été remplacé en 1909 par Martin et Joseph Rinckenbach. A son tour, l'orgue de la maison d'Ammerschwihr disparut dans les flammes, le 21/07/1934.

Miniature 1862 : Lutterbach (région de Wittenheim), St-Choeur de Jésus
Remplacé par Martin et Joseph Rinckenbach (1909).
Même destin pour cet orgue Georges et Nicolas Verschneider, remplacé également en 1909 par Martin et Joseph Rinckenbach. A son tour, l'orgue de la maison d'Ammerschwihr fut détruit par faits de guerre, en 1944.

Miniature 1863 : Flaxlanden (région de Mulhouse), St-Sébastien
Remplacé par Georges Schwenkedel (1935).
Bien que fortement modifié en 1935 par Georges Schwenkedel (il n'avait à l'origine qu'un clavier), cet orgue reste un instrument très attachant contenant pas mal de matériel Verschneider.

Miniature 1863 : Hombourg (région d'Illzach), St-Nicolas
Remplacé par Georges Schwenkedel (1957).
Le malheureux orgue de Hombourg, construit à Puttelange (Jean-Frédéric II), a été perdu lors d'une épouvantable transformation commanditée en 1957. Alors que l'instrument allait devenir centenaire, il a été complètement défiguré : sur 18 jeux, a peine plus de 4 sont d'origine.

Miniature 1863 : Gungwiller (région de Drulingen), Eglise protestante
Remplacé par Ernest Muhleisen (1962).
Ce petit orgue de Rémering, construit pour Gungwiller en 1863 (I 6j), a été détruit avec l'édifice en 1944.

Miniature 1863 : Sigolsheim (région de Kaysersberg), Sts-Pierre-et-Paul
Remplacé par Curt Schwenkedel (1966).Détruit par faits de guerre fin 1944.
Jean-Frédéric II Verschneider construit aussi un orgue pour Sigolsheim. Malheureusement, cet instrument ne survécut pas au terrible Noël 1944.

Miniature 1864 : Geishouse (région de St-Amarin), St-Sébastien
Instrument actuel.
Retour à Rémering, où a été construit ce très bel instrument. A part deux jeux (restaurables), il est resté authentique (y-compris la façade).

Miniature 1865 : Wintershouse (région de Haguenau), St-Georges

L'église de Wintershouse est un édifice "sans voix" depuis 1965, date à laquelle son orgue Georges et Nicolas Verschneider (dont la partie instrumentale a été classée le 20/09/1995) fut cédée aux Bénédictines de Rosheim... pour ne rien en faire. Plusieurs décennies d'errance allaient alors commercer pour ce malheureux instrument de musique.

Miniature 1865 : Brinckheim (région de Sierentz), St-François-d'Assises
Instrument actuel.
Bien qu'installé à l'église de Brinckheim dès 1873, cet instrument était d'abord un orgue de salon : celui de Charles Kientzl, le célèbre directeur de la Musique de Guebwiller. Il a dû être construit vers 1865, et porte curieusement, dans la laye, la signature de Jean-Frédéric II (Puttelange) et de Georges Krempf (Rémering).

Miniature 1865 : Bergholtz (région de Guebwiller), St-Gall
Instrument actuel.
Il s'agissait de reconstruire un orgue de Jaques Besançon. Le buffet et peut-être quelques tuyaux furent réutilisés pour ce qui fut en pratique un (très bel) instrument neuf.

Miniature 1865 : Boersch (région de Rosheim), St-Médard
Instrument actuel.
Jean-Frédéric II Verschneider posa cet instrument muni d'un magnifique buffet à 5 tourelles. Malheureusement, Roethinger remplaça la partie instrumentale en 1928 en 1953 pour un résultat fort douteux. Il est à souhaiter qu'une étude poussée du matériel restant soit menée.

Miniature 1866 : Traubach-le-Haut (région de Dannemarie), St-Jean-Baptiste
Instrument actuel.
C'est probablement l'un des orgues les plus marquants des Verschneider en Alsace, avec son buffet à 5 tourelles. Il vient des ateliers de Puttelange, et il est resté remarquablement authentique.

Miniature vers 1867 : Retzwiller (région de Dannemarie), St-Antoine

Ce petit instrument était doté de deux manuels, et d'une pédale de 18 notes. Il a disparu en 1973, mais une photo a été conservée. Le buffet était analogue à celui de Haegen (les ornements "extérieurs" n'y étant probablement pas d'origine : il devait y avoir, là-bas aussi, de simples claires-voies). Il devait aussi beaucoup ressembler, quoiqu'étant un peu plus grand, à celui de Wintershouse.

Miniature 1868 : Rantzwiller (région de Sierentz), St-Georges
Instrument actuel.
Complété par un récit et une pédale indépendante en 1908, ce n'est plus entièrement un Verschneider, mais la partie originelle est restée très authentique.

Miniature 1870 : Spechbach-le-Haut (région d'Altkirch), St-Martin
Remplacé par Edmond-Alexandre Roethinger (1923).
Il ne reste pas grand-chose de l'orgue Verschneider de Spechbach-le-Haut, qui a été reconstruit à deux reprises (1923 et 1992).

Miniature avant 1870 : Baldersheim (région d'Illzach), Sts-Pierre-et-Paul
Instrument actuel.
Le bel orgue aujourd'hui à Baldersheim avait été construit pour Münster (D), mais fut déménagé quelques années à peine après son achèvement. Relativement épargné par l'histoire, il a été restauré dans l'état de 1870 par Hubert Brayé (y-compris la façade).

Giromagny : comme s'est un des rares 3-claviers de la maison, il faut ici citer l'orgue de l'église Saint-Jean-Baptiste de Giromagny (90), achevé en 1874 par l'atelier de Rémering (Nicolas Verschneider et Georges Krempf). Il n'avait que 18 notes à la pédale et un récit sans octave grave (enfin une preuve de la "façon" parisienne appliquée à Rémering ?). L'instrument, probablement assez authentique (pédale complétée, nouvelle console - l'originelle était en fenêtre), n'a visiblement plus été entretenu depuis les années 1960.

Miniature 1874 : Obermorschwiller (région d'Altkirch), St-Sébastien
Instrument actuel.
A part 3 jeux, cet orgue de Puttelange, pratiquement jumeau de celui de Baldersheim est resté authentique.

Miniature 1875 : Durmenach (région de Ferrette), St-Georges
Instrument actuel.
Cet orgue fut malheureusement affublé d'un Larigot et d'une Mixture baroque en 1967 ; si ceci était réparé, ce serait un instrument particulièrement intéressant.

Miniature 1875 : Aspach (région d'Altkirch), St-Laurent
Remplacé par Georges Schwenkedel (1924).Tous les tuyaux retirés en 1917.
Une des pages noires de l'Orgue alsacien.

Miniature 1876 : Roderen (région de Thann), St-Laurent
Instrument actuel.
Dans son magnifique buffet néo-gothique, cet orgue de Puttelange fut épargné par les aléa de l'histoire et la mode des années 1960. Il est resté authentique. Un relevage est, paraît-il, envisagé.

Miniature 1877 : Bourbach-le-Haut (région de Masevaux), St-Michel
Remplacé par Martin et Joseph Rinckenbach (1910).
L'église fut victime d'un incendie en 1909, mais le buffet (et sûrement les tuyaux de façade) de cet orgue de Puttelange (II/P 11j) ont pu être sauvés. Ce sont les seuls éléments Verschneider subsistants.

Miniature 1877 : Berentzwiller (région d'Altkirch), St-Imier
Instrument actuel.
Il s'agissait de reconstruire et de compléter un orgue fabriqué vers 1830 par l'instituteur/organiste du lieu, Sébastien Herd.

Miniature 1879 : Gerstheim (région d'Erstein), St-Denis
Remplacé par Daniel Kern (2014).
Il ne reste rien de cet l'orgue, qui venait des ateliers de Puttelange : la partie instrumentale a été victime de la mode néo-baroque des années 1960, puis les rares jeux de fonds qui avaient probablement survécu, ainsi que le buffet, disparurent totalement dans l'incendie de la nuit du 24 au 25/11/2011. De l'église, il ne resta que les murs extérieurs et le clocher.

Miniature 1879 : Guebwiller, St-Léger
Remplacé par Berger (1924).
Un des pires épisodes du vent de folie "minimaliste" qui a sévi dans années 1970. (Souvent accompagné d'un mépris affiché pour tout ce qui est beau, et aussi à d'ignorance assumée, érigée en valeur, par quelque snobisme assez incompréhensible.) Un premier orgue Verschneider, par Georges et Nicolas, avait été posé en 1860 à Guebwiller. Après un déménagement sur une nouvelle tribune, et une reconstruction par Jean-Frédéric en 1879, cet instrument était en parfait état dans les années 1970. Il a été démonté, pour partie dispersé, et pour partie et envoyé à la chaudière en 1974. Toute l'église a d'ailleurs fait les frais de l'opération : elle a été dépouillée de ses adjonctions du début du siècle, jugées superflues, y-compris les superbes confessionnaux de Klem, le magnifique banc de communion, le grand maître autel néo-gothique ainsi que les autels latéraux, la lustrerie, la belle chaire de Klem...

Miniature avant 1880 : Rammersmatt (région de Thann), St-Jean Gualbert
Instrument actuel.
Il semblerait que ce soit un ancien orgue de salon (comme celui de Brinckheim) - ceux-ci devaient être nombreux dans la production des Verschneider. Venu de Colmar, il fut adapté à sa nouvelle mission par la maison Verschneider elle-même en 1880, et devint le positif d'un instrument plus important. Il vit malheureusement sa Gambe substituée par une Mixture "baroque" en 1970 ; son anche basse+dessus a disparu.

Miniature 1881 : Zaessingue (région de Sierentz), Sts-Pierre-et-Paul
Instrument actuel.
A son arrivée, ce joli petit instrument construit à Puttelange était déjà le troisième orgue de Zaessingue. Il fut remarquablement bien conservé, puisque seule sa façade n'est pas d'origine.

Miniature 1885 : Bruebach (région de Mulhouse), St-Jacques Majeur
Instrument actuel.
Comme pour l'héritage Wetzel, on se rend compte que la plupart des orgues Verschneider qui sont restés authentiques sont des petits instruments. C'est le cas pour le petit (I 10j) orgue de Bruebach, construit à Puttelange, qui nous est parvenu intact, à part ses tuyaux de façade. Bien que reçu après la mort de Jean-Frédéric II, on peut encore l'attribuer à ce dernier.

Miniature 1886 : Ammertzwiller (région de Dannemarie), St-Etienne
Remplacé par Joseph Rinckenbach (1929).
Cet instrument était analogue à celui de Bruebach (et certainement construit en même temps), mais avec un pédale indépendante. La commune est titulaire de la croix de guerre 1914-1918 : l'orgue Verschneider fut détruit avec l'église et tout le village.

Miniature 1886 : Diefmatten (région de Dannemarie), St-Nicolas
Instrument actuel.
C'est le dernier orgue de Jean-Frédéric II, qui mourut en 1884, c'est-à-dire avant la réception de cet instrument (1886). Il parait toutefois avoir été pratiquement achevé en 1884. On trouve en Alsace certains des petits Verschneider "posthumes", réalisés grâce à l'engagement de sa veuve Laure-Florence, probablement soutenue par Franz Staudt ; car en 1885 mourut Paul-Frédéric, le fils de Jean-Frédéric. L'orgue, témoin de ces deux deuils fort rapprochés, a gardé une grande part de son authenticité : sur 13 jeux, il n'y a que la Bombarde (qui avait été remplacée par une Soubasse) et la malheureuse Voix céleste 8' (remplacée par une Doublette...) qui ont été changés.

Sites  Principaux travaux en Alsace après la mort de Jean-Frédéric II

Miniature 1887 : La Vancelle (région de Sélestat), St-Louis
Instrument actuel.
Premier des trois orgues "posthumes" de Jean-Frédéric II, il a été réalisé à Puttelange sous la direction de Laure-Florence Verschneider aidée de Franz Staudt. A part sa façade, l'instrument est resté authentique.

Miniature 1888 : Bettendorf (région de Hirsingue), Ste-Croix
Remplacé par Alfred Berger (1927).
Le deuxième des trois orgues "posthumes" de Jean-Frédéric II a eu moins de chance que celui de La Vancelle : le petit instrument, achevé par Laure-Florence Verschneider et Franz Staudt, a été presque complètement détruit en 1917. Depuis les travaux de 2001, il compte quand même parmi les orgues très intéressants de la région.

Miniature 1888 : Chalampe (région d'Illzach), St-Wendelin
Remplacé par Curt Schwenkedel (1955).
Le dernier Verschneider alsacien eu encore moins de chance que celui de Bettendorf, puisqu'il a été entièrement détruit en 1945, par faits de guerre.

Franz Staudt se mit à son compte en 1890. Ce grand facteur, dépositaire de l'héritage Verschneider, et comptant parmi les pionniers de la transmission pneumatique, n'a pas construit beaucoup d'orgues pour l'Alsace.

On ne comptait guère que celui de Buhl-Seltz (19 jeux), mais comme il semble avoir été réalisé après 1926, son attribution à Staudt (qui ne produisait plus d'orgues neuf à cette époque) est fort douteuse. On ne le saura sans doute plus avec certitude : la seconde guerre mondiale ne laissa de l'édifice que quelques pans de murs.

Staudt réalisa environ 70 opus entre 1893 et la première guerre mondiale, et pratiquement plus rien ensuite. Ses ateliers se mirent à produire des meubles, sous l'impulsion de son fils Pierre Staudt qui préférait de loin cette activité à la facture d'orgues. Franz Staudt forma Adolphe Blanarsch (qui travailla à Strasbourg dès 1920 chez Roethinger, puis s'installa en 1924 à Bischheim avec Pierre Berg pour associé), et André Guébel, qui fit de même comme accordeur à Puttelange (et posa surtout des façades et des ventilateurs). Même après 1930, Staudt aidait encore souvent Théodore Jacquot, et on le retrouve à Herrlisheim (67), en 1931, aidant Blanarsch. Il était agé de 71 ans. Franz Staudt est mort en 1938 à Puttelange.

Sites

Webographie :

Références

Sources et bibliographie :

© 1999-2015. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.