> Accueil du site
Les orgues de la région d'Erstein
Gerstheim, St-Denis
1917 degr > Dégâts
1944 degr > Dégâts
2001 rele > Relevage
Gerstheim, l'orgue Kern, le 13/04/2014.Gerstheim, l'orgue Kern, le 13/04/2014.

L'église catholique de Gerstheim, magnifiquement rebâtie après le terrible incendie du 25/11/2011, abrite aujourd'hui un orgue construit par la maison Kern dans l'esprit du "Verschneider" disparu, mais aussi en faisant preuve d'une impressionnante maîtrise des techniques les plus récentes. Ces solutions originales et novatrices (certaines imposées par les contraintes diverses, d'autres dictées par des choix esthétiques à l'évidence longuement étudiés) ont toutes été mises au service de la musique. Avant d'évoquer cette aventure technique et artistique, il faut revenir sur l'histoire du lieu : une belle partie de son héritage, on le verra, a survécu aux flammes.

---
---

Historique

Le premier orgue de l'église catholique de Gerstheim a été construit par Jean-Frédéric II Verschneider, et fut reçu le 07/08/1879. [IHOA] [Barth]

Les deux édifices (l'église catholique et l'église protestante) ont été bâtis en 1869-1870 sur des plans d'Antoine Ringeisen, pour mettre fin au "simultaneum", c'est-à-dire l'utilisation conjointe pour les offices catholiques et protestants d'une église "mixte". Celle de Gerstheim datait de 1685, et était dotée d'un orgue depuis au moins 1825. En 1840, l'enquête-inventaire y trouva un instrument datant probablement du 18ème, mais dont on ignore l'origine. [IHOA] [Barth]

Il fallait donc deux orgues ; l'ancien ne fut pas conservé. Du côté protestant, en 1870, on avait retenu les frères Wetzel, strasbourgeois, et sûrement plus "classiques" et fidèles au traditions héritées de l'après-révolution. Mais ici, ce sont des couleurs plus romantiques qui furent choisies, avec le lorrain Jean-Frédéric Verschneider. Ce dernier pratiquait depuis Puttelange une facture robuste, de grande qualité, et sûrement plus en accord avec son temps, au moins du point de vue des techniques (inspirées de la facture anglaise et parisienne). C'était donc un instrument résolument romantique. Et, de fait, plutôt "moderne" pour l'époque.

L'orgue Verschneider était placé en tribune, au-dessus de la porte d'entrée. Cette tribune était munie d'une balustrade non ajourée, et on y accédait par un escalier en colimaçon du côté gauche. [IHOA]

En 1917, les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités. Ils furent remplacés après 1930. [IHOA]

En 1944, il y eut des dommages de guerre. [IHOA]

En 1955, la maison Max et André Roethinger fit des réparations. [IHOA] [Barth]

L'orgue fut "baroquisé" selon la mode des années 60 en 1965 par Alfred Kern. [IHOA]

La Sesquialtera présente au récit après cette opération (cf ci-dessous) ne pouvait pas être d'origine, et il manquait à cette composition les Gambes de pédale et de récit (probablement remplacées par la Doublette de récit et la Flûte 4' de pédale).

L'orgue avait été relevé, et ré-inauguré le 18/11/2001. [FBaumann]

Dans la nuit du 24 au 25 novembre 2011, éclata un incendie qui détruisit entièrement l'instrument. De l'église, il ne resta que quelques plans de mur et des pierres rongées par la chaleur. [FBaumann] [Visite]

Gerstheim, l'orgue Verschneider
					disparu.Photo de Fabien Baumann, 24/07/2010.Gerstheim, l'orgue Verschneider disparu.
Photo de Fabien Baumann, 24/07/2010.

Le buffet

Le buffet était néo-gothique, constitué de trois plate-faces (la centrale plus grande, occupant presque la moitié de la largeur), et orné de trilobes, crochets et pinacles. Il avait 4,5m de large, 4m de haut, et l'orgue était profond de 3m05. [IHOA] [Palissy]

Caractéristiques instrumentales

La console était en fenêtre, frontale. Voici la composition relevée en 1986 par l'inventaire des orgues d'Alsace :

Composition, 1986
Grand-orgue, 54 n. (C-f''')
Entailles de timbre
Entailles de timbre
Récit expressif, 56 n. (C-g''')
Probablement de 1965
Probablement de 1965
Pédale, 27 n. (C-d')
Probablement de 1965
I/P
[ITOA]
---
L'orgue Daniel Kern,
2014 (instrument actuel)
---

Historique

C'est à la maison Daniel Kern que fut confiée la réalisation d'un orgue neuf, achevé en avril 2014. [Visite]

Nid d'hirondelle

Plutôt que de reconstruire une tribune au-dessus du portail (pour laquelle il aurait fallu deux escaliers d'accès), il fut décidé de placer l'orgue en nid d'hirondelle. Les combles du bas-côté permettent de loger la soufflerie et le récit (sous un rampant).

Ce schéma montre le corps principal de
					l'orgue (en jaune) et l'emplacement du récit (en rouge).Ce schéma montre le corps principal de l'orgue (en jaune) et l'emplacement du récit (en rouge).

Transmission électrique

Cette disposition excluait une traction mécanique. La console ne pouvait être logée en hauteur (pour d'évidentes raisons d'encombrement et d'accès). La seule solution logique était une console à placer au sol. Elle présente l'immense avantage, pour l'organiste, d'entendre son instrument comme l'auditoire.

Espace limité

La disposition en nid d'hirondelle, très satisfaisante acoustiquement, cause toujours bien du tracas aux facteurs, car l'espace en encorbellement est forcément très limité. Heureusement, à Gerstheim, il était possible d'exploiter les combles du bas-côté "nord", pour y loger le récit et la soufflerie.

Héritage

Jean-Frédéric Verschneider était un "grand" de la facture d'orgues. Essentiellement par la portée de son oeuvre : loin de rechercher la gloire des cathédrales, les Verschneider avaient choisi d'équiper "les campagnes" de (petits) instruments de grande qualité. Des orgues solides, à prix raisonnable, sans fioritures, sans prétention, mais avec des matériaux de premier choix et une harmonisation raffinée.
Bien sûr, on sait que les assurances ne couvrent qu'une "reconstruction" de l'existant et le "cadrage" de l'instrument neuf était donc fixé. Reste que l'on pouvait, même sans élément "matériel", dépasser cela, en gardant un maximum de "l'esprit Verschneider" : c'est ce qui fut fait.
La composition fut reprise presque intégralement. Il valait mieux décomposer la Sesquialtera en Quinte et Tierce, et les deux Trompettes faisaient un peu "doublon" : il valait mieux, à la place, disposer d'une anche "solo", qui devait beaucoup manquer.

L'orgue a été harmonisé en mars-avril 2014, et sera inauguré le 22/06/2014 par Loïc Mallié (Paris, Trinité et CNSM, et, avant 2011, Lyon, St-Pothin).

Caractéristiques instrumentales

Composition, 2014
Grand-orgue, 56 n. (C-g''')
En partie en façade
Essentiellement à cheminées
Très gambé
c'''-g''' ouverts
C c c' c'' d'''
1'1/3 2' 2'2/3 4' 8'
1' 1'1/3 2' 2'2/3 4'
2/3' 1' 1'1/3 2' 2'2/3
1/2' 2/3' 1' 1'1/3 2'
Fonctionne aussi en 'dessus de Trompette', début réglable de c à h' ; harmonique après c''
Récit expressif, 56 n. (C-g''')
C-H bouché, posté, fis-h' à cheminée, c''-g'' ouverts
Emprunt du G.O.
Piloté ; commande au pied
Annulateur récit unisson
Pédale, 30 n. (C-f')
Emprunt + extension en Quinte 10 2/3 de la Soubasse
Extension de la Soubasse
Indépendante, en partie en façade
Ouverte, en façade
C-H longueur réelle ; c-f' emprunt de la Trompette du G.O.
Emprunt du G.O.
Emprunt Trompette du G.O. en 4'
I/P
Coupure de pédale
Réglable
Combinateur
Inversion des claviers
Transpositeur
de -4 à +3 demi-tons
[Visite] [RLopes] [JJGuenego]
Console:
La console indépendante est placée au sol face
					à l'orgue.La console indépendante est placée au sol face à l'orgue.

Console indépendante électrique, fermée par un rideau coulissant. Tirants de jeu de section ronde, motorisés (le combinateur agit sur les tirants) à porcelaines frontales, disposés en 3 gradins de part et d'autre des claviers. Claviers blancs, lestés.

Ordre des tirants : gradin du bas : pédale. A gauche : Grâve 32, Sousbasse 16, Bourdon 8, Grande Flûte 8, Flûte 4. A droite : Basson 16, Trompette 8, Clairon 4.

Gradin du milieu : grand-orgue. A gauche : Montre 8, Bourdon 8, Salicional 8, Prestant 4, Flûte douce 4. A droite : Doublette 2, Plein-jeu 4 R, Trompette, Dessus de Trompette.

Gradin supérieur : récit expressif. A gauche : Flûte à chem. 8, Flûte conique 4, Quinte 2 2/3, Quarte 2, Tierce 1 3/5. A droite : Sifflet 1, Basson et Hautbois 8, Trompette, Dessus de Trompette.

Champignons dorés : de gauche à droite : "Réc./Ped.", "Réc./Ped. en 4'", "G.O/Péd.", "Réc./G.O. en 16'", "Réc./G.O.", "G.O./G.O. en 16'". Puis la pédale basculante d'expression du récit. A sa droite : retour combinateur, avance combinateur, "Trembl. Réc.", "Tutti".

Commande doublée des accouplements et tirasses ("alla congrès de Vienne") :
Au-dessus des deux octaves graves du récit : "Réc./Ped. en 4'", "Réc./Ped.", "G.O./Ped.", (espace après les tirasses) "Réc/G.O en 16', "Réc./G.O.", (espace) "G.O./G.O. en 16'". Au-dessus de la 4ème octave du récit : "Réc./Réc. en 16'", "Réc. en 8' off", "Réc./Réc. en 4'".

Commande du combinateur par tableau numérique situé au-dessus de l'octave aiguë du récit ; commande séquentielle des combinaisons (retour/avance) possible par deux fois deux boutons à flèches en haut et de chaque côté de la console, les deux champignons à droite de la pédale d'expression, et deux poussoirs situés sous le premier clavier. Commande séquentielle dans l'autre dimension ("morceau") par poussoirs en bois, sous les touches A et c du premier clavier. Les 8 "morceaux" sont accessibles directement par poussoirs numérotés et situés sous le premier clavier. Ils sont complétés par un poussoir "0" retirant tous les jeux. Il y a 6 espaces, avec 493 banques de 8 combinaisons. Le combinateur donne l'heure (!) et propose un port USB.

Inversion des claviers par bouton, en haut à gauche au-dessus du tirant de la Tierce.

La commande du transpositeur et la commande
					manuelle des tirasses.La commande du transpositeur et la commande manuelle des tirasses.

Commande du transpositeur par bouton rotatif situé au-dessus des premières notes du récit.

Commande du départ du dessus de la Trompette (i.e. la note la plus grave où elle commence à jouer quand c'est le tirant "Dessus de Trompette" et non le tirant "Trompette" qui est tiré) situé sur le gradin inférieur, à droite. Il est rotatif, et permet de positionner la note de départ entre c et h' (limites incluses). De façon surprenante, quand la place "habituelle" (c') est sélectionnée, le tirant se retrouve avec la porcelaine la tête en bas. Il s'agissait de signaler visuellement que ce pommeau tourne et n'est pas fait pour être tiré.

Division de pédale (d'un côté les fonds 32', 16', 8' de l'autre la Flûte 4' et les anches) commandée par un panneau situé en haut à droite.

Commande de l'alimentation par clé, au-dessus de la joue droite du récit.

Plaque d'adresse en laiton incrusté :

A. Kern & Fils
à
Strasbourg
La plaque d'adresse. Photo de Roland Lopes,
					13/04/2014.On reconnaît l'hommage à un célèbre facteur parisien.La plaque d'adresse. Photo de Roland Lopes, 13/04/2014.
On reconnaît l'hommage à un célèbre facteur parisien.

Porte-partitions en plexiglas transparent, éclairé par une barre à LED. Banc réglable.

Transmission: Electrique ; notes, jeux et expression.
Sommiers:

A gravures. Grand-orgue diatonique logé dans le nid d'hirondelle au même niveau que le récit (à peu près celui de la voûte du bas-côté).

Vue plongeante sur le sommier du grand-orgue,
					durant le montage.Photo prise le 23/11/2013 dans les ateliers Kern.Vue plongeante sur le sommier du grand-orgue, durant le montage.
Photo prise le 23/11/2013 dans les ateliers Kern.
(Une partie de) la tuyauterie du grand-orgue
					en place.Photo de Roland Lopes, 13/04/2014, prise depuis la passerelle
					visible sur la photo précédente.(Une partie de) la tuyauterie du grand-orgue en place.
Photo de Roland Lopes, 13/04/2014, prise depuis la passerelle visible sur la photo précédente.

Ordre des chapes depuis l'avant (façade, à droite) vers l'arrière (accès, à gauche) :
Montre, Prestant, Salicional, Flûte 4', Bourdon 8', Doublette, Plein-jeu 4 rgs, Basson 16' (C-H de péd.), Trompette.

La pédale est aussi logée dans le nid d'hirondelle, en partie en façade (Flûte 8'). Au niveau du grand-orgue : l'octave grave du Basson, le reste de la Flûte 8'. La Flûte (ouverte) 4' est en façade. En hauteur, se trouvent les tuyaux bouchés (Soubasse, Bourdon, Grave 32'), disposés en mitre.

Le récit est placé dans les combles du bas-côté. Il est chromatique à ravalement (6 tuyaux (C#, D#, F, G, A, H) graves à gauche, puis les aigus (g'''), et descente chromatique en notes vers la droite jusqu'à Fis ; sauf pour le Bourdon). Ordre des chapes depuis l'avant (jalousies et accès) vers l'arrière (pied-droit du rampant) : Basson, Flûte conique 4', Bourdon 8' (deux fois 6 tuyaux graves postés, de chaque côté), Quinte, Flûte 2', Tierce, Sifflet. Le trémolo "piloté" (motorisé : ce n'est pas un tremblant "dans le vent" mais un vérin agissant sur un soufflet) est logé sur le porte-vent du récit, qui passe par l'arrière.

Le récit en construction. Photo prise le
					23/11/2013 dans les ateliers Kern.Les 6 tuyaux graves du Bourdon 8 sont
					déjà en place. On voit le porte-vent, muni de son trémolo.Les jalousies
					sont situées sur le côté opposé, qui "regarde" vers le grand-orgue et la
					nef.Le récit en construction. Photo prise le 23/11/2013 dans les ateliers Kern.
Les 6 tuyaux graves du Bourdon 8 sont déjà en place. On voit le porte-vent, muni de son trémolo.
Les jalousies sont situées sur le côté opposé, qui "regarde" vers le grand-orgue et la nef.

C'est vraiment un instrument très attachant ! A entendre le tutti, on a peine à croire qu'il n'y a que 18 jeux réels.
Le Salicional du grand-orgue est très gambé (une vraie petite anche dans les mélanges) et donne une "pâte" joliment romantique aux fonds.
Le Cornet décomposé du récit est flûté, et plus d'esprit "post-romantique" que néo-classique ; il fait merveille dans les chorals ornés.
Le récit (surtout quand on sait où il est placé) est un prodige d'harmonisation. L'expression, très efficace, va du "Fernwerk" au récit à la française. (Notons que, malgré la fonction d'inversion des claviers, il ne fait pas positif de dos !)
L'harmonisation de la Trompette et son extension en Basson 16' lui permet de disposer à la pédale d'un complément au plein-jeu qui enchantera les vivantes registrations "alla Buxtehude". Comme il n'y a pas de dessus de Cornet (capable d'équilibrer les anches de batterie vers l'aigu), la Trompette, "bassonnante" (douce) dans les graves, va en se renforçant dans les aigus.
Le 4 pieds de pédale rappelle les "Choralbass", permettant de jouer le Cantus Firmus en ténor à la pédale). Ce 4', ainsi que le Sifflet 1', et le Plein-jeu sont directement inscrits dans une longue tradition alsacienne. Le Sifflet peut servir de "petit plein-jeu" lors de dialogues.

Les nombreuses fonctions de la console ne doivent pas effrayer : une utilisation "zen" est toujours possible. La transmission électrique, négligée durant l'époque du "tout mécanique" (1980-2010) fait ici preuve de ses incroyables qualités : le toucher est agréable, et on peut redécouvrir les vertus des accouplements à l'octave. Vive la liberté.

C'est un orgue d'une modernité incontestable. Pas vraiment par l'utilisation des techniques électriques et électroniques (décidément parvenues à une maturité compatible avec une utilisation artistique), mais par sa façon d'utiliser au mieux les ressources disponibles. Les 18 jeux réels sont exploités au maximum grâce à l'imagination ; et ils suffisent. Cette approche tourne le dos à l'instinct de consommation du 20ème siècle (toujours plus gourmand et insatisfait), ou aux réalisations "de prestige". Ce n'est pas seulement une économie de moyens, mais un réel respect des ressources, naturelles et humaines. Une façon de consommer moins tout en vivant mieux. C'est éco-responsable, responsable tout court, et va forcément marquer notre culture.

Sites Webographie :

Culture Activités culturelles :

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2015. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670154003P02
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable