> Accueil du site
Les orgues de la région de Ribeauvillé
Rorschwihr, St-Michel
avant 1917 tran > Transformation
1917 degr > Dégâts
Rorschwihr, l'orgue Callinet. Toutes les photos de la
        page sont de Roland Lopes, 29/06/2002.Rorschwihr, l'orgue Callinet.
Toutes les photos de la page sont de Roland Lopes, 29/06/2002.

Cet instrument, s'il est petit par la taille, est l'un des témoins d'une époque très féconde de la facture d'orgues alsacienne : les années 1830-1840. Il est l'oeuvre des Frères Callinet, qui étaient alors associés, et au sommet de leur art. Cet orgue revient de loin : il a malheureusement assez mal passé le 20ème siècle.

---
L'orgue de facteur inconnu (1800)
---

Historique

Il y avait un orgue dans l'ancienne église de Rorschwihr, qui datait du 18ème, car sa présence est attestée en 1800 par une petite réparation par un dénommé Pierre Wanckel. L'actuelle église date de 1830. [IHOA]

L'orgue était à nouveau utilisé en 1808, car les comptes paroissiaux notent le payement de Mathieu Hirtz, souffleur, et Jean-Jacques Hoffmann, organiste. En 1825, c'est Jean-Georges Hoffmann (né à Rorschwihr le 14/10/1771) qui est organiste. [IHOA]

---
L'orgue Callinet,
1839 (instrument actuel)
---

Historique

C'est en 1839 que les frères Callinet construisirent l'orgue actuel. [ITOA] [PMSCALL] [Barth] [RLopes]

Les frères Callinet ont tout d'abord utilisé pour Rorschwihr, un devis manuscrit, daté du 25/02/1839. Il fut par la suite complété par l'un de leurs fameux devis imprimés, - source de confiance chez leurs clients et d'envie chez leurs concurrents. Ces devis ont été plusieurs fois imités ou recopiés. Les orgues décrits se déclinaient en différentes tailles, pour constituer une véritable "gamme" d'instruments. Pour Rorschwihr, ce fut le devis "Numéro 4", correspondant à un petit instrument "de campagne". L'instrument était très voisin de son presque contemporain de Froeningen. Un petit instrument, certes, mais tout de même muni d'une pédale "indépendante" : en Alsace, toute autre solution était impensable, et ceci fit quelques années plus tard l'admiration de Cavaillé-Coll quand il passa à Lutter voir un orgue Callinet. Sur la base du devis imprimé, on supprima le Sifflet 1', peut-être pour économiser une chape (on laissa ce jeu à Froeningen). Voici la composition d'après le devis, qui fut aussi probablement la composition d'origine (le traité a été signé le 08/08/1839) :

L'orgue a été nettoyé en mai 1871 par les frères Wetzel. [PMSRHW]

De 1891 à 1896, l'instituteur-organiste était Gervais Guth, qui était doté d'une bonne renommée. [PMSCALL]

L'entretien fut probablement très approximatif, voire inexistant, entre 1871 et 1948. Il y eut par contre une intervention par un facteur inconnu, probablement avant 1917 (car sinon, la façade aurait sûrement été remplacée à cette occasion). Toujours est-il que l'instrument eut à souffrir d'une modification fort malheureuse : [RLopes]

Les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités en mai 1917. [IHOA]

Les 35 tuyaux de façade ont été remplacés par Ernest Muhleisen (en zinc, devis du 15/12/1947 et facture du 30/03/1948).Il est donc probable que l'orgue soit resté sans façade de 1917 à 1948. [IHOA]

Il n'y eut plus d'intervention d'envergure après 1948. L'instrument était pourtant en mauvais état en 1961 (anches inutilisables, Gambe muette, Cornet abîmé, tuyaux de bois "patchés", postages en plastique). On trouva par contre de l'argent pour repeindre l'église en vert tendre et rose sucré... et l'orgue y passa aussi (1962). Pendant longtemps, ce malheureux instrument mutilé ressembla à une bonbonnière vert clair et vert foncé, face à une chaire rose. En 1978, il y eut de nouveau des travaux à l'édifice (sol, bancs), mais, encore une fois, rien ne fut fait pour l'orgue. L'inventaire de 1986 le trouva encore dans sa livrée "bicolore". [RLopes] [ITOA] [PMSCALL]

Le buffet a heureusement été décapé en 1989, puis peint en faux-bois. En 2002, ce sont deux nouvelles cloches qui ont été installées. Espérons que la restauration visuelle fort réussie (c'est déjà pas si mal : Rorschwihr est une commune de moins de 400 habitants) soit de bon augure pour une prochaine restauration sérieuse de la tuyauterie. Ce magnifique petit instrument le mérite...

Le buffet

Placé à fleur de tribune, il présente trois tourelles rondes (culots à feuilles-écailles), la petite étant au milieu et surmontée d'un vase. Les claire-voies sont constituées de frises florales figurant des roses. Le méplat de la plate-face est caractéristique des buffets Callinet. On trouve un dessin analogue à Nambsheim ou Wildenstein.

Caractéristiques instrumentales

Composition, 2014
Manuel, 54 n. (C-f''')
(A-c')
pas d'origine ; sur la chape de la Trompette
(cis'-f''')
pas d'origine ; (ce qui explique la coupure)
B-dis’ en façade, 1948
(G-f''')
Freins jusqu'à e''
C-Fis conduits dans la Flûte 4'8’, G-Hdans la Gambe
Non harmonique ; Reprise sur c' ; marquée 'Flute traverse' sur E ; c'-f''' en étoffe, ouvert
C-d en façade, 1948
C-h bouché, c(-f''' ouvert, étoffe
(c'-f''')
5 rangs à l'origine, 1'3/5 disparu comme b'-f''' du rang 2' : perces bouchées
Doublure exceptionnelle du 3e rang sur dis’ : 2, 1'1/3, 1'1/3
C B f f' c''
1' 1'1/3 2' 2'2/3 4'
2/3' 1' 1'1/3 2' 2'2/3
1/2' 2'2/3 1' 1'1/3 2'
Chape du Basson
Chape du Hautbois
Pédale, 18 n. (C-f)
Pas d'origine ; chape de la Trompette
Chape du Clairon
[RLopes]
Console:

Console latérale (orgue placé à fleur de tribune), sur le flanc droit, fermée par un couvercle basculant. Tirants de jeux de section carrée à pommeaux tournés, ceux du manuel étant disposés en ligne au-dessus du clavier, et ceux de la pédale verticalement. Pommeaux des tirants pas d'origine (ces derniers manquaient en 1986 lors de l'inventaire ; l'un d'eux est conservé dans l'orgue). Pédalier probablement de la première moitié du 20ème.

Transmission:
Sommiers:

Le manuel est disposé sur deux sommiers diatoniques. Laye à avant. Doubles soupapes sur C-G.

La tuyauterie du manuel. De droite (panneau de
                    visite arrière) à gauche (façade de l'instrument): la Trompette (sur la première
                    chape alors qu'elle devrait être sur la deuxième), le gros Bourdon 16'
                    (remplaçant le Basson/Hautbois d'origine qui se trouvait sur la première chape),
                    la Fourniture à 3 rangs, la Doublette. Ensuite, sur le Faux-sommier suivant,
                    c'est sûrement le Nasard, la Flûte 4'8', la Gambe. Puis le Salicional, le
                    Bourdon 8', le Prestant, et enfin la Montre. Enfin, les postages peu orthodoxes
                    des tuyaux de façade.La tuyauterie du manuel. De droite (panneau de visite arrière) à gauche (façade de l'instrument): la Trompette (sur la première chape alors qu'elle devrait être sur la deuxième), le gros Bourdon 16' (remplaçant le Basson/Hautbois d'origine qui se trouvait sur la première chape), la Fourniture à 3 rangs, la Doublette. Ensuite, sur le Faux-sommier suivant, c'est sûrement le Nasard, la Flûte 4'8', la Gambe. Puis le Salicional, le Bourdon 8', le Prestant, et enfin la Montre. Enfin, les postages peu orthodoxes des tuyaux de façade.

Le sommier de pédale est chromatique sur les 18 notes, les basses du côté C.

Soufflerie: Réservoir à plis parallèles. A l'origine, il y avait trois soufflets cunéiformes de 7' x 3'6". Une pompe permet une alimentation manuelle.
Tuyauterie:
Le malheureux Cornet! Il manque tout le rang
                    de Tierce (trous au premier plan et scotch sur la pièce gravée), tout comme la
                    dernière octave du rang en 2 pieds. Les tuyaux ont aussi ces entailles "en v".
                    Ce Cornet était déjà "saccagé" lors de la visite de Pie Meyer-Siat en 1961. Plus
                    au fond, on peut voir les coulures de peinture et autres graffitis au feutre,
                    témoignant de la désinvolture avec laquelle a été traité cet instrument au
                    siècle passé.Le malheureux Cornet! Il manque tout le rang de Tierce (trous au premier plan et scotch sur la pièce gravée), tout comme la dernière octave du rang en 2 pieds. Les tuyaux ont aussi ces entailles "en v". Ce Cornet était déjà "saccagé" lors de la visite de Pie Meyer-Siat en 1961. Plus au fond, on peut voir les coulures de peinture et autres graffitis au feutre, témoignant de la désinvolture avec laquelle a été traité cet instrument au siècle passé.

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2015. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F680285001P02
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable