> Accueil du site

La maison Muhleisen

Le logo de la maison Muhleisen.Le logo de la maison Muhleisen.

Fondée en 1941, la manufacture Muhleisen est la plus ancienne entreprise de facture d'orgues alsacienne en activité. La tradition dont elle est issue, via Roethinger et Koulen, remonte à la fin du 19ème siècle, c'est-à-dire à la fin de l'époque dite Romantique. Une époque où l'Alsace était un creuset où se mêlaient les influences "françaises" (Martin Rinckenbach, Joseph Merklin), "suisses" (Jacob Zimmermann, Friedrich Goll) et "allemandes" (Walcker, Link, Voit et Weigle).

C'est aussi dans les dernières années du 19ème (le 26/03/1897) que naquit Ernest Muhleisen, non loin de Stuttgart (plus exactement Echterdingen, D), à l'ombre des ateliers de la maison Weigle. L'histoire de l'entreprise qu'il a fondée continue bien sûr de s'écrire. Et la première partie de celle-ci est indissociable de celle de l'émergence de l'esthétique généralement nommée "néo-baroque" - en fait une totale repensée de la facture d'orgues, qui est passé par un "retour aux sources".

On rappellera que "néo-baroque" est un parfait contresens ; on n'utilise l'expression qu'à défaut d'en avoir trouvé une plus satisfaisante. Cela devient carrément comique quand on utilise l'adjectif pour qualifier un instrument conçu pour accompagner le culte Luthérien... Pour "néo-clacissisme", le mot est un peu plus cohérent.

Les idées "néo-classiques" sont apparues en Alsace dès la fin du 19ème siècle. Rupp s'était fait le militant de la modération des ardeurs du romantisme allemand ("Hochdruck"). Albert Schweitzer avait ramené de Marmoutier (après être parvenu à remonter sa mâchoire inférieure) de solides arguments en faveur d'une meilleure lisibilité polyphonique. Au début, on voulait retrouver dans chaque orgue une dose de Cavaillé-Coll, mais aussi quelques jeux "classiques" (Mutations : Nasard, Tierce...) pour pouvoir "jouer Bach" (i.e. "de façon lisible"). Plus tard, le néo-classicisme consista à supprimer le buffet - dans lequel un instrument aussi encombrant peine à trouver de la place - et à utiliser des éléments industriels, car l'orgue rêvé était hors de portée de la plupart des commanditaires. La chose a finalement été "théorisée" dans les années 1920-1930 à l'occasion de la construction par Gonzalez de l'orgue de Solesmes. Bien sûr, et heureusement, les facteurs, plus proches de leur accordoir que des théoriciens, ont quand même produit à cette époque des instruments absolument magnifiques. Mais le "vrai" retour aux techniques et façons du 18ème n'avait même pas été commencé.

Comme "néo-classique" était déjà pris pour désigner une esthétique qui ne l'était pas vraiment, on appela "néo-baroque" un orgue réellement construit selon les principes de la facture du 18ème siècle (sommiers à gravures, positif de dos, tuyauterie coupée au ton et à calottes soudées, "bruit de bouche" marqué à l'attaque, pressions raisonnables et partagées par tous les jeux d'un même clavier, buffet auto-porteur servant de caisse de résonance). Les seuls composants non hérités du 18ème sont les jeux en bois exotiques ou en cuivre, les tables de sommiers en contre-collé, et bien sûr la soufflerie, que l'on préférait généreuse et régulière.

Une communauté

Tout aussi intéressant est de constater, au fil de ses réalisations, que le chemin d'Ernest Muhleisen ne peut pas être dissocié des activités et réflexions de toute une communauté de facteurs locaux, qui vont chacun apporter leur contribution au renouveau de la facture d'orgue qui eut lieu entre 1950 et 1970 : Georges Schwenkedel et son fils, Alfred Kern, Jean-Georges Koenig. Sans exception, ils sont tous issus d'une même maison alsacienne, ancrée dans le néo-classicisme : celle qu'avait fondée Edmond-Alexandre Roethinger après le départ de Heinrich Koulen.

Une époque de profonds changements

Lorsqu'Ernest Muhleisen effectua sa formation d'harmoniste, le monde de l'Orgue était en train de réfléchir à son avenir. Si la maison Walcker était déjà en plein renouveau, Weigle, à Stuttgart, restait le porte-drapeau d'un post-romantisme allemand aux couleurs très marquées, adepte par exemple des jeux à haute pression. Ernest Muhleisen a appris son métier en observant ces puissants changements esthétiques : "Orgelbewegung" pour les uns, "Réforme alsacienne de l'Orgue" pour les autres. En 1921, âgé de 24 ans, il fit son choix : recommandé par Weigle, il alla poursuivre sa formation à Strasbourg, pour étudier les anches "à la Française". Il souhaitait étudier la sonorité, d'Aristide Cavaillé-Coll qu'il admirait beaucoup. Expatrié Allemand, après la première guerre mondiale, Ernest choisit de s'installer en Alsace. Vers 1939, dans une France qui basculait vers la seconde guerre mondiale, Muhleisen dut souvent se retrouver dans des situations fort voisines de celle que connut, bien des années plutôt, Joseph Merklin.

...et une époque de conflits

Les idées d'Albert Schweitzer, d'Emile Rupp et des autres acteurs de l'Orgelbewegung continuaient à faire leur chemin. Elles étaient transformées en bois et en métal par la seule maison strasbourgeoise de facture d'orgues : celle d'Edmond-Alexandre Roethinger. Mais d'autres, comme Walcker ou Dalstein-Haerpfer, y amenaient aussi des instruments d'exception - que tout le monde pouvait entendre.

Les gars de Roethinger

Roethinger était issu de la tradition allemande amenée en Alsace par Heinrich Koulen. En 1921, date de l'arrivée de Muhleisen à Strasbourg, le premier harmoniste de Roethinger n'était autre que Georges Schwenkedel... lui aussi formé chez Weigle ! Muhleisen fut donc le second harmoniste. En 1924, il arrive à convaincre son ami Alfred Kern de le rejoindre. Roethinger, Schwenkedel, Muhleisen, Kern : les acteurs du renouveau alsacien sont réunis. En 1927, Ernest Muhleisen prit la nationalité française, et épousa la soeur d'Alfred Kern, Jeanne. Ils s'installèrent à Cronenbourg, au 34 de la rue Bastian. Ernest participa à l'harmonisation de bon nombre d'orgues Roethinger (dont Laon, et celui de la cathédrale de Strasbourg).

La fondation de l'entreprise

Le second conflit mondial fut d'abord pour Ernest Muhleisen, comme pour beaucoup d'Alsaciens, une effrayante lutte fratricide. Evacuations, enrôlements, déchirements de l'identité... Réformé dès 1939, Muhleisen fut évacué sur Dossenheim, et continua à entretenir des orgues, comme il le pouvait. Car dans un monde sans repère, Ernest Muhleisen se décida à faire la seule chose qu'il sait faire : des orgues. Il allait fonder sa propre entreprise, ce qui ne fut possible qu'à la fin de l'évacuation de Strasbourg, en 1941. De toutes façons, d'un point de vue esthétique, continuer avec Roethinger était devenu impossible, les divergences étant devenues trop fortes. Malgré les pénuries de matériaux, le premier orgue Muhleisen vit le jour en 1943.

Sites  Principaux travaux de 1943 à 1959

Miniature 1943 : Pfulgriesheim (région de Truchtersheim), Eglise mixte
Instrument actuel.
L'opus 1, construit au milieu du conflit mondial, est un instrument original pour l'époque : sa transmission est en grande partie mécanique.

Ce n'est pas le premier instrument mécanique du 20ème siècle : ceux de Graufthal (Henri Vondrasek, 1936) et de La Robertsau, Chapelle du cimetière (l'opus 80 de Georges Schwenkedel, 1942) l'ont précédé. Mais cet orgue devance, sur ce plan, et de plus de 13 ans l'opus 1 d'Alfred Kern, posé à Strasbourg, Notre-Dame des Mineurs en 1956-57.

Il est vrai qu'une mécanique, on peut la construire de façon indépendante (artisanale), alors que la pneumatique nécessitera des fournisseurs, de la sous-traitance, et un minimum de logistique. Le retour aux traditions artisanales héritées du 18ème était-il donc une solution qui s'imposait "logistiquement", ou réellement un choix esthétique ? Peut-être les deux : une opportunité technique, qui allait, en se confrontant à l'expérience acquise lors des travaux sur les orgues Silbermann d'Ebersmunster, et Strasbourg, St-Pierre-le-Jeune, s'imposer comme une évidence. Le mouvement néo-classique, omniprésent depuis les années 1920, n'était pas allé au bout de sa logique : si les compositions faisaient appel à des jeux du 18ème, les sommiers n'étaient pas à gravures, et les tuyauteries n'avaient assurément pas grand chose à voir avec celles de Thierry, de Clicquot ou de Dom Bedos.

1948 : Timor Domini initium sapientiae

L'acte fondateur de l'esthétique "néo-baroque" restera la reconstruction, par Ernest Muhleisen et Alfred Kern (ce dernier s'occupant de l'harmonisation) de l'orgue de Strasbourg, St-Pierre-le-Jeune.

Miniature 1950 : Strasbourg, Eglise protestante St-Pierre-le-Jeune
Instrument actuel.
De 1948 à 1950, après avoir analysé à fond ce qui restait de l'orgue Silbermann, ils conclurent qu'il était possible d'en restituer l'esprit, et donc d'accorder l'instrument à son prestigieux environnement. Ernest Muhleisen décida d'aller dans le sens d'une restauration, au sens que l'on donne aujourd'hui à ce mot (mais bien entendu sans pousser la démarche à l'extrême : il ne s'agissait pas de revenir à la disposition de 1780). C'est l'opus 2 d'Ernest Muhleisen ; l'orgue sur lequel Helmut Walcha a enregistré son intégrale de J.S. Bach. L'orgue de Marc Schaefer, cher au coeur de tous les organistes alsaciens.

Il est d'usage d'attribuer cet instrument à Jean-André Silbermann, 1780 (c'est bien sûr plus "vendeur" auprès du grand public), bien qu'on sache qu'un orgue de ville ne reste en général jamais authentique plus de 50 ans... Aucun instrument ne peut rester authentique en zone urbaine, où les moyens nécessaires aux transformations, conjugués à la pression des acteurs culturels pour éviter leur "ringardisation" rendent celles-ci inévitables. L'orgue Silbermann (16 jeux) avait été complété avec un positif de dos par Jean-Conrad Sauer dès 1820, transformé au moins deux fois par Charles Wetzel, et complètement reconstruit par Roethinger en 1900 (seconde façade et transmission pneumatique). Avec 41 jeux (5 de Silbermann), orgue actuel peut donc décemment être attribué à Ernest Muhleisen.

1950-1960 : dommages de guerre

Bien entendu, le premier mandat des facteurs d'orgues dans ces années 1950, c'était avant tout la remise en état rapide du parc organistique, pour que celui-ci puisse assurer sa fonction cultuelle.

Miniature 1951 : Diedendorf (région de Sarre-Union), Eglise protestante
Instrument actuel.
A Diedendorf, comme en de nombreux autres endroits, l'orgue était irrécupérable. Le nouvel instrument fut mécanique, comme l'ancien, et surtout comme Ernest Muhleisen avait eu envie de le faire, car la facilité, à l'époque, eut été de faire usage de sommiers électriques à cônes. Une vraie Doublette au second clavier fait déjà de celui-ci un positif plutôt qu'un récit.

Miniature 1952 : Strasbourg, Ste-Aurélie
Instrument actuel.
Partie instrumentale classée Monument Historique (13/09/2000).
Il s'agit de la reconstruction (III/P 52j) d'un grand instrument néo-classique (avec Machine Barker), réalisé sur la base d'un orgue d'André Silbermann, 1718 (II/P 17j), complété par Jean-André à deux reprises, modifié à deux reprises par les frères Wetzel, et profondément transformé par Dalstein-Haerpfer (II/P 33j). Muhleisen réutilisa les deux façades de Silbermann, l'intégralité des 7 jeux hérités du 18ème, et le soubassement du grand-orgue fut surélevé (afin de dissimuler le récit). Les deux clôtures de chaque côté abritent les jeux de pédale.

Georges Emile Walther

En 1952, Alfred Kern quitta l'entreprise pour monter la sienne, à deux pas. Pendant plus de 50 ans, Cronenbourg, avec les rues Bastian et Jacob (qui sont en enfilade), devint la capitale de l'orgue alsacien, ravissant ce titre (officieux) à Ammerschwihr, qui l'avait été pendant plus d'un siècle (avec Rouffach et Seltz) : l'orgue alsacien redevenait citadin. La maison Muhleisen avait embauché Georges Emile Walther, qui épousa Edith Muhleisen en 1953. Formé chez Beuchet, Georges Walther participa en 1955 au relevage de l'orgue de Marmoutier (avec Ernest Muhleisen et Alfred Kern), où il avait été responsable de la partie mécanique. Un travail d'une portée considérable, autre étape sur le chemin du renouveau de la facture d'orgues. Mais en attendant, il y avait toujours des "dommages de guerre" à réparer.

Miniature 1953 : Lembach (région de Wissembourg), Eglise protestante
Instrument actuel.
A Lembach, l'orgue Stiehr, 1838, Dalstein-Haerpfer, 1909, avait été détruit. Pour reconstruire, Muhleisen fit cette fois appel - comme c'était d'usage à cette époque - à une transmission électrique agissant sur des sommiers à cônes.

Miniature 1954 : Aschbach (région de Soultz-sous-Forêts), Immaculée Conception
Instrument actuel.
A Aschbach, l'orgue Xavier et Théodore Stiehr, 1873, avait été détruit en 1945. Ici, Muhleisen place des sommiers à gravures et une console en fenêtre, et applique "dans la facture de tous les jours" les principes qu'ils a (re)découverts lors de la restauration de l'orgue de St-Pierre-le-Jeune.

Miniature 1955 : Schiltigheim, Eglise protestante de la Trinité
Instrument actuel.
Sur son chemin vers l'esthétique néo-baroque, Ernest Muhleisen est parfois revenu à une facture plus néo-classique, très différente, et plus conventionnelle dans les années 1950 : transmission électrique, Trompette dans un récit expressif. Le "buffet" actuel n'est pas d'origine.

Miniature 1955 : Bindernheim (région de Marckolsheim), St-Ulrich
Instrument actuel.
C'est aussi le cas ici, avec cette fois une pneumatique tubulaire, sur sommiers à membranes (Taschenladen). Les années 50 sont aussi caractérisées par l'absence de buffets : sur un soubassement en bois, des rangées de tuyaux sont alignées.

Marmoutier !

En 1955, Albert Schweitzer et les Amis de l'orgue Silbermann de Marmoutier, plutôt que de commander une "restauration" comme on l'entendait à l'époque (c'est à dire apporter un maximum de neuf en gardant un petit peu d'ancien), donnent à ce mot la signification actuelle, et demandent à Muhleisen de restaurer l'orgue de Marmoutier dans l'état de 1710. Alfred Kern reviendra à l'occasion travailler avec Ernest sur cet orgue prestigieux. Ce sera la dernière fois que les deux anciens amis, devenus concurrents, travaillèrent ensemble.

Miniature 1956 : Riedwihr (région d'Andolsheim), Ste-Marguerite
Remplacé par Alfred Kern (1987).
Cet orgue ne fait pas partie de la liste des opus neufs de Muhleisen ; c'est en fait la reconstruction d'un instrument de Jules Besserer, qui datait des années 20 ; il a finalement été remplacé en 1987 par l'ancien orgue de Munster, St-Léger.

Miniature 1956 : Oberhoffen-sur-Moder (région de Bischwiller), Eglise lutherienne St-Michel
Instrument actuel.
Avec sa console indépendante et ses sommiers à cônes électriques, cet orgue est encore très néo-classique dans son architecture, mais aussi sa tuyauterie : entailles d'accord et calottes mobiles, comme le faisait Roethinger.

Miniature 1956 : Rothbach (région de Niederbronn-les-Bains), Eglise protestante
Instrument actuel.
Pour remplacer l'orgue Heinrich Koulen (II/P, 17 ou 18 jeux, complètement détruit en 1945, il était prévu de construire un orgue neuf en deux tranches, dont seule la première fut exécutée. De la disposition prévue (II/P 18j), seuls 10 jeux furent posés, avec un seul manuel.

Miniature 1957 : Mertzwiller (région de Niederbronn-les-Bains), Eglise protestante
Instrument actuel.
Doté de sommiers à gravures et d'une transmission mécanique, tout comme pour son contemporain de Katzweiler (D), l'instrument a une console en fenêtre et une composition plus du tout néo-classique.

Miniature 1958 : Lorentzen (région de Sarre-Union), Eglise protestante
Instrument actuel.
L'instrument ne put être achevé immédiatement, probablement faute de ressources. Il restait deux chapes vides au récit, pour une Trompette et une Cymbale, ce dernier jeu étant redevenu à la mode, et "signant" les compositions des années 1950.

Miniature 1958 : Fortschwihr (région d'Andolsheim), St-Laurent
Instrument actuel.
C'est un Merklin-Schütze, détruit en 1945, qu'il fallait remplacer. L'instrument est presque jumeau de celui de Lorentzen : même plan de façade (tuyaux métalliques en mitre flanqués de 6 tuyaux en bois de chaque côté, le tout reposant sur un soubassement en bois). Ils ne diffèrent guère que par la composition du récit, la présence à Lorentzen d'un 4 pieds de Pédale, et le nombre des accouplements.

Miniature 1958 : Kunheim (région d'Andolsheim), Eglise protestante
Instrument actuel.
Dans l'église neuve de Kunheim (l'ancienne ayant été détruite en 1940), Muhleisen pose un orgue à transmission électrique, avec Cymbale et Trompette dans un récit expressif, avec un Cornet et des Principaux "en pyramide" (8', 4' et 2', selon les canons du 18ème) au grand-orgue. Les sommiers sont à cônes, électriques mais il faut dire que les particularités architecturales (buffet en deux corps) rendaient la réalisation d'une mécanique délicate (surtout à l'époque) et excluaient la console en fenêtre.

Miniature 1958 : Mackwiller (région de Drulingen), Eglise protestante
Instrument actuel.
Il s'agissait de remplacer un orgue Georges Wegmann, 1844, détruit en 1944. Trompette au récit, avec Larigot et Cymbale.

Miniature 1959 : Eywiller (région de Drulingen), Eglise protestante
Instrument actuel.
Cet instrument est très voisin de celui de Mackwiller. Il dispose encore d'accouplements "à l'octave".

Miniature 1959 : Zinswiller (région de Niederbronn-les-Bains), Eglise protestante
Instrument actuel.
La localité restera connue dans le monde de l'orgue pour avoir abrité le prototype du premier orgue à transmission pneumatique d'Alsace, construit en 1885 par Heinrich Koulen. Mais le clocher et la toiture de l'édifice furent détruits en décembre 1944. Le nouvel orgue, comme celui d'Eywiller, reste donc caractéristique de l'époque "dommages de guerre". Mais l'horizon s'éclaircissait et un autre tournant allait être pris.

Sites  La S.A.R.L. 'Société de Construction d'Orgues Muhleisen'

L'urgence de la reconstruction d'instruments détruits lors du conflit s'étant un peu apaisée, on allait pouvoir consacrer du temps aux idées neuves, implémentées par Georges Emile Walther (qui allait alors tenir le bureau d'études). Il amena des méthodes mises en pratique chez Rieger Glatter Goetz. Deux autres acteurs majeurs de l'orgue alsacien travaillaient alors chez Muhleisen : Emile Wolf (harmoniste) et Gaston Kern, qui lui aussi se mettra à son compte plus tard, et sera l'auteur des restaurations les plus remarquées de la fin du siècle.

1960-1964 : 'idées neuves'

C'est bien entendu toute l'histoire de l'émergence de l'esthétique néo-baroque que l'on retrouve ici, ce qui rend l'analyse de l'évolution des instruments successifs particulièrement intéressante. Loin d'être une "pensée unique" à l'origine, cette évolution a été abordée de façon très différente par Curt Schwenkedel (qui aimait Marcussen, les idées italiennes), Alfred Kern (passionné de classique français) et Georges Emile Walther (Rieger). La communauté, concurrente certes, partageait les idées, mais les mettait en pratique de façon fort différente. La maison Roethinger ne fit jamais réellement sa conversion. Quant à la maison Muhleisen, elle se démarqua de façon originale, en prenant un cheminement distinct du "mainstream", qui passera par Ingwiller (1965).

Le Pays des (petits) orgues

Dans les années 1960, la région devait déjà compter plus de 1200 orgues (sans compter les privés). C'est une spécificité alsacienne. Comme au 19ème siècle, tous les villages voulaient leur orgue, et qu'ils étaient souvent dotés de deux édifices correspondant à deux confessions, le "parc" est impressionnant. La principale activité des facteurs locaux est avant tout... d'entretenir tout cela. Ce n'est pas l'objet de cette étude, mais il faut bien se souvenir que l'orgue neuf, s'il est évidemment bien plus valorisant que l'entretien, ne constitue pas la part prédominante des activités. Et, quand il y a du neuf, ce n'est généralement pas un 4-claviers avec 16' en montre. La plupart (anciens et neufs) sont des petits instruments (souvent même trop petits pour leur édifice), construits et entretenus à l'extrême limite de ce qui était possible à chaque époque. Des villages de 300 habitants possèdent un deux-claviers à pédale séparée d'une vingtaine de jeux : il ne faut donc pas juger ces orgues en "organiste gâté". Même le plus modeste d'entre eux mérite le respect dû aux sacrifices parfois lourds effectués pour la musique collective. La plupart ne sont pas des orgues "pour organistes", mais des orgues "pour chorales". Ce sont les chorales qui ont voulu, permis, exigé et obtenu les orgues alsaciens. Ce sont donc pour elles que Muhleisen, Kern, Koenig ou Schwenkedel ont travaillé. Ils sont d'abord l'équivalent musical (avec un accordoir en main) de l'écrivain public.

Miniature 1960 : Heiligenstein (région de Barr), St-Jean-Baptiste
Instrument actuel.
L'une des "idées neuves" était la technique d'harmonisation "à plein-vent", consistant à ne pas se servir du pied du tuyau pour réguler l'air admis, et à utiliser des pressions réduites. Elle est souvent associée à la maison Schwenkedel, dont elle fit les beaux jours. Mais le premier orgue ainsi harmonisé en Alsace est bien celui d'Heiligenstein, construit par Georges Emile Walther en 1960. Michel Chapuis faisait partie de la commission de réception. Cet orgue fait exception, car il dispose d'un buffet - vestige il est vrai de l'instrument Sauer/Stiehr qui le précédait - et d'un positif de dos. [IHOA:p75a] [ITOA:IIIp250] [PMSSTIEHR:p440-1]

Miniature 1960 : Engwiller (région de Niederbronn-les-Bains), Eglise protestante
Instrument actuel.
Sommiers à gravures et mécanique à balanciers, console en fenêtre : les années 60 ont vraiment commencé. Mais les orgues n'ont toujours pas de buffet.

Miniature 1964 : Baldenheim (région de Marckolsheim), Eglise protestante
Instrument actuel.
Et voici une autre "idée neuve" réconciliant la facture avec son passé du 18ème : le positif de dos. L'opus 27, construit pour Baldenheim en fut doté, sans qu'il n'y ait eu besoin de la justification d'un orgue antérieur dont on avait gardé les buffets.

Miniature 1960 : Strasbourg, Clinique Bethesda
Remplacé par Alfred et Daniel Kern (1984).
Cet instrument, à transmission électrique et sans buffet, a été transféré en 1984 à Neudorf, Mission italienne.

Miniature 1961 : Bischwiller-Hanhoffen (région de Bischwiller), St-Nicolas
Instrument actuel.
C'est un tout petit orgue de 4 jeux, à fleur de tribune.

Miniature 1961 : Schoenenbourg (région de Soultz-sous-Forêts), Ste-Agathe
Instrument actuel.
Après 10 à 15 ans pendant lesquels les orgues n'avaient plus de buffet, on redécouvrit leurs propriétés acoustiques et esthétiques. Celui de Schoenenbourg, peu ordinaire, a été dessiné par l'organologue Walter Supper.

Miniature 1961 : Wingen-sur-Moder (région de la Petite-Pierre), Eglise protestante
Instrument actuel.
Il s'agit ici d'une "première installation", c'est à dire que l'édifice n'avait jamais eu d'orgue auparavant. La tuyauterie (sans buffet) est séparée en deux corps pour dégager une baie de l'édifice, mais le soubassement est d'un seul tenant, ce qui a permis de réaliser une mécanique à balanciers avec console latérale.

Miniature 1961 : Ostwald (région d'Illkirch-Graffenstaden), Eglise protestante
Instrument actuel.
A nouveau une "première installation" : 7 jeux seulement, mais deux manuels, et une console frontale encastrée.

Miniature 1961 : Wissembourg, Eglise luthérienne St-Jean
Instrument actuel.
Cet instrument va être remplacé par un instrument neuf de Manufacture d'orgues Thomas (Ster-Francorchamps, B).
L'opus 35 sera bientôt démonté ; c'était toutefois un bien bel instrument, qui, espérons-le, sera replacé dans un endroit qui le mettra en valeur.

Miniature 1962 : Schopperten (région de Sarre-Union), Eglise luthérienne
Instrument actuel.
L'édifice, qui datait du 17ème siècle, avait été incendié en 1944. L'instrument qu'il abritait était resté mécanique, aussi est-il logique que le nouvel orgue fut construit avec des sommiers à gravures, une console en fenêtre, et dans un buffet à caissons.

Miniature 1962 : Gungwiller (région de Drulingen), Eglise protestante
Instrument actuel.
Il s'agissait de remplacer un orgue des frères Verschneider (Rémering). Il n'est donc pas surprenant que l'instrument neuf ait été placé à fleur de tribune. Il est toutefois orthogonal à celle-ci, avec deux façades ; sa console est frontale. Les 6 jeux manuels sont tout de même répartis sur deux claviers (comme à Ostwald).

Miniature 1962 : Voellerdingen (région de Sarre-Union), Eglise luthérienne
Instrument actuel.
Ici, il s'agissait de remplacer un orgue Gebrüder Link. Et l'orgue neuf fut du coup plus "néo-classique" que la tendance : pas de buffet, récit expressif. Ceci prouve à nouveau que les orgues détruits pendant la guerre ont sûrement influencé les décisions prises lors de la reconstruction. La tradition est fortement ancrée dans toutes ces localités, même lorsque l'orgue lui-même a disparu. On ne peut qu'être frappé par l'étonnante diversité de la production des années 1960 : malgré un appel évident à la normalisation, les instruments restent tous uniques. C'est clairement une autre idée directrice de la maison de Cronenbourg : échapper à la standardisation exigée par les méthodes "industrielles" et renouer avec l'artisanat (pour pouvoir faire à chaque fois un peu différemment).

Miniature 1962 : Buhl-Seltz (région de Seltz), Eglise protestante
Instrument actuel.
Avant guerre, l'édifice abritait probablement le seul orgue construit pour l'Alsace par Franz Staudt, l'héritier des Verschneider. L'orgue neuf (II/P 6j) présente la particularité d'avoir des dessus coupés au ton. C'est l'arrivée (certes timide) du dernier principe fondateur de l'esthétique néo-baroque : les tuyaux ouverts coupés au ton, et les bourdons à calottes soudées.

Miniature 1962 : Mulhausen (région de Bouxwiller), Eglise protestante
Instrument actuel.
Cet instrument est fort voisin de celui de Schopperten.

Miniature 1963 : Illkirch-Graffenstaden, Eglise luthérienne de Graffenstaden
Instrument actuel.
Avec son positif de dos (malgré une hauteur fort limitée) (contenant un Jeu de tierce, une Cymbale et un Cromorne), sa Trompette au grand-orgue et son 4 pieds de pédale, ses sommiers à gravures et son buffet à caisson, cet orgue marque la fin de la transition : l'opus 43 est complètement fidèle à l'esprit "néo-baroque".

Miniature 1963 : Ostheim (région de Ribeauvillé), Eglise protestante
Instrument actuel.
C'est un orgue Stiehr qu'il y avait ici avant guerre (avant sa destruction en 1945). Prévu pour deux claviers (et 22 jeux, dont 5 à la pédale), l'instrument ne fut jamais achevé, puisqu'il ne reçut que son positif (Jeu de tierce, Cymbale, Cromorne) et la Soubasse.

A titre de comparaison, la même année à Ostheim, mais cette fois à l'église catholique, Max Roethinger pose un orgue à transmission électrique (commandant des sommiers à gravures), avec un récit expressif, une Voix céleste et un Hautbois.

1964 : le style à sa maturité

En 1964, c'est une commande pour un orgue de salon (à Strasbourg, II/P 8j) qui permit de fournir une solution à l'énorme demande en petits instrument de l'époque : il s'agit de répartir une composition prévue pour un seul manuel sur deux claviers manuels, comme cela s'était déjà fait à comme à Gungwiller ou comme à Ostwald. Appréciés par la Direction des églises du pays de Bade (D) qui en commanda plusieurs, les "SEKA" sont de petits instruments (II/P 4 à 8 jeux) destinés au prêt ou a de petites paroisses. Le dernier semble avoir été celui de Strasbourg, Cité de l'Ill (1979).

Miniature 1964 : Ingwiller (région de Bouxwiller), Couvent du Neuenberg
Instrument actuel.
La tuyauterie est maintenant toute coupée au ton, et on assiste ici au retour du grand dessus de Cornet à 5 rangs, "posté" (c'est-à-dire disposé en avant et en hauteur dans le buffet). A la fois soliste et complément des jeux d'anche (dont il compense dans les aigus la relative discrétion par rapport à leurs basses), c'est avec lui l'esprit de la registration classique qui revient. En effet, contrairement à un instrument romantique, pas question de jouer sur des pressions différentes en fonction du type de jeu.

Miniature 1964 : Mulhouse, Eglise évangélique méthodiste
Instrument actuel.
Les jeux des manuels partagent le même sommier, selon un principe maintenant bien établi.

Miniature 1964 : Ruederbach (région de Hirsingue), Eglise mennonite de Birkenhof
Instrument actuel.
Les "petits" orgues, ne se limitent pas à un seul manuel : 7 jeux manuels sur 2 claviers. Il y a donc deux 8 pieds, et ici, le second clavier est expressif, et ce n'est pas anodin.

Sites  D'Ingwiller à Metz

Miniature 1966 : Ingwiller (région de Bouxwiller), Eglise protestante
Instrument actuel.
Retour à Ingwiller, à l'église protestante. Toutes les grandes maisons de facture d'orgues ont un instrument "signature", marquant une étape dans l'évolution, et dont la spécificité a marqué la suite de la production. Pour Stiehr, ce fut Roeschwoog (1808), pour les Callinet Mollau (1833), pour Valentin Rinkenbach Innenheim (1839). Pour Muhleisen, c'est certainement cet instrument (1964-65). L'architecture est tout à fait exceptionnelle, avec ce grand-orgue à fleur de tribune, proche de l'assemblée qu'il doit faire chanter.

L'instrument d'Ingwiller apportait une réponse à un vrai paradoxe : l'orgue "classique français", celui de Couperin ou de Grigny, construits par Clicquot ou Thierry, est avant tout destiné à "commenter" le rite catholique. Il n'est pas destiné à accompagner le chant. Dans les années 1960, alors que les assemblées catholiques étaient juste appelées à chanter, on proposait à nouveau des instruments "néo-baroques" disposant d'un positif de dos. Mais c'est bien d'un "grand orgue de dos" dont on aurait besoin. Dans les églises luthériennes, fortes d'une toute autre expérience en matière d'accompagnement du choral, la sensibilité était fort différente. A Ingwiller, en plus des deux plans sonores (positif et grand-orgue) proches de l'assemblée car à fleur de tribune, le troisième clavier n'est pas un écho : c'est un récit expressif. De fait, Ernest Muhleisen et Georges Emile Walther ne suivent déjà plus les "dogmes" de l'esthétique néo-baroque. Moins "extrême" que chez Kern, et surtout que chez Curt Schwenkedel, l'approche s'infléchit vers des instruments finalement plus proches des orgues de la première moitié du 19ème siècle. La production de la maison Muhleisen, se fera à partir de là (il est vrai en grande partie en Allemagne ou en Suisse) sous un "arc" entamé par cet orgue d'Ingwiller et dont deux piliers seront l'orgue de Neuhaeusel (1972) celui qui fut posé en 2006 au conservatoire de Strasbourg.

Miniature 1965 : Marckolsheim, St-Georges
Instrument actuel.
Marckolsheim, terre de facture d'orgues (la localité a abrité Antoine Herbuté et a été dotée d'orgues dès le 17ème) voulut aussi un instrument à fortes spécificités. En recherchant à nouveau les qualités définies à Ingwiller, à savoir dynamique et proximité avec l'assemblée, l'instrument de Marckolsheim a été doté de chamades et d'un récit expressif.

Miniature 1966 : Ingolsheim (région de Soultz-sous-Forêts), Eglise protestante
Instrument actuel.
Ce petit instrument obéit cette fois complètement aux "canons" des années 1960. Auparavant, il n'y avait pas eu d'orgue dans cette localité.

A partir de 1967, Ernest Muhleisen se retire peu à peu. Il quittera définitivement les affaires en 1975.

Miniature 1968 : Neuhof (région de Strasbourg), Eglise protestante de la Résurrection
Instrument actuel.
Il s'agit bien sûr d'un de ces petits instruments à rapprocher de ceux d'Ingolsheim ou Ruederbach (mais sans la boîte d'expression).

Miniature 1968 : Dorlisheim (région de Molsheim), Chapelle Sarepta
Instrument actuel.
Un autre orgue à rapprocher de ceux de Neuhof, Eglise protestante de la Résurrection ou Ingolsheim. Comme toujours, le buffet est spécifique.

Miniature 1968 : Mittelhausbergen (région de Mundolsheim), Eglise protestante
Instrument actuel.
Cet instrument est très original ; il dispose d'une architecture spécifique, probablement plus inspirée de la Renaissance (buffet en nid d'hirondelle).

Miniature 1968 : Koenigshoffen (région de Strasbourg), Eglise protestante St-Paul Chapelle
Instrument actuel.
Ce tout petit orgue (8', 4', 2', Fourniture) a commencé sa carrière comme orgue de location et a trouvé sa place à Koenigshoffen en 1983, quand la communauté de St-Paul a décidé de le garder.

Miniature 1968 : Colmar, Eglise protestante St-Jean
Instrument actuel.
Relevage et compléments prévus.
Avec son buffet en trapèzes, l'instrument est en tous points fidèle aux principales des années 1960. Il est fort éloigné des orgues "visionnaires" d'Ingwiller (1965) ou Neuhaeusel (1972).

Miniature 1968 : Burnhaupt-le-Bas (région de Cernay), Sts-Pierre-et-Paul Choeur
Instrument actuel.
Ernest Muhleisen et Emile Wolf posèrent ce petit orgue de choeur en 1968, car le grand orgue du lieu était en assez mauvais état.

En 1968 fut aussi construit un 3-claviers (36 jeux), pour Kaiserslautern (D). Cet instrument possède un Kronwerk (positif supérieur) et un Brustwerk. En 1968 aussi ferma la maison Roethinger.

Miniature 1969 : Zutzendorf (région de Bouxwiller), Eglise protestante
Instrument actuel.
Le buffet, avec ses tourelles prismatiques, n'aurait pas été renié par la période romantique tardive. On pourrait le croire inspiré par celui de Gommersheim, mais ce n'est pas le cas, puisque 10 ans séparent les deux réalisations. Positif de dos (avec tirants disposés comme à Marmoutier), Cornet, et 8 rangs de Principaux en font un orgue caractéristique des années 1960.

1969-1971 : Lach, et l'arrivée d'André Schaerer

1969, fut aussi l'année de la construction du grand 3-claviers (51 jeux) de la Stiftskirche de Lahr (D). En 1970, Emile Wolf quitta la société, remplacé par André Schaerer, qui apporta la tradition apprise chez Gonzalez et Beckerath.

Miniature 1970 : Sessenheim (région de Bischwiller), Eglise protestante
Instrument actuel.
L'instrument est logé dans le buffet de l'orgue Walcker, 1912, qui l'avait précédé. Positif de dos, Trompette au grand-orgue, mais aussi Mixture de pédale : l'instrument est tourné vers un répertoire bien défini.

Miniature 1971 : Cronenbourg (région de Strasbourg), Eglise de la cité
Instrument actuel.
C'est un tout petit instrument, à rapprocher de celui de Koenigshoffen, Eglise protestante St-Paul.

A partir de 1971, c'est André Schaerer qui fut chargé de l'harmonisation.

En 1971 furent construits deux 3-claviers : un pour le temple réformé de Bulach (CH) (en fait, il y eut 2 orgues pour Bulach cette année-là : le second est un 2-claviers) et l'autre pour le Temple-neuf de Metz. L'instrument de Metz (50 jeux, opus 95), conçu pour le concert, est le centre d'une activité culturelle intense. Avec son Brustwerk et son récit expressif (Basson 16', Trompette, Clairon), il échappe à nouveau au néo-baroque "pur" pour retrouver des couleurs néo-classiques. Dans son esthétique, c'est l'un des instruments les plus célèbres de l'Est de la France.

Sites  De Neuhaeusel à Oberhausbergen

Miniature 1972 : Neuhaeusel (région de Bischwiller), St-Luc
Instrument actuel.
Georges Emile Walther reprend ici l'architecture définie à Ingwiller : grand-orgue "de dos" et récit expressif pour l'opus 114. Ces deux instruments sont remarquables pour les années 1960-1970, tout comme celui de Metz.

Miniature 1975 : Vendenheim (région de Brumath), Eglise protestante
Instrument actuel.
Dans son buffet à caissons (l'aboutissement de plus d'une décennie de recherches destinées à en redécouvrir les propriétés acoustiques), cet instrument propose une Voix humaine au positif, et reprend comme anche de grand-orgue un Cromorne/Trompette déjà rencontré.

L'après Ernest Muhleisen (1975-1979)

Ernest Muhleisen quitta définitivement ses fonctions de dirigeant, mais continua à pratiquer la facture d'orgues.

Miniature 1976 : Strasbourg, St-Matthieu
Instrument actuel.
Le premier orgue Muhleisen de l'église protestante St-Matthieu était la pièce de maîtrise de Gaston Kern (1966). Il s'agissait de la mise en application d'une idée de Michel Chapuis : construire un orgue "en Fa" (comme au moyen âge), ce qui permet, malgré une taille réduite, de donner l'ampleur des basses d'un instrument beaucoup plus important. L'orgue dispose de 3 claviers en Fa, de 63 notes (jusqu'au Sol), et une pédale de 30 notes. Il resta sur place 10 ans, puis, sûrement jugé trop atypique, fut revendu à la paroisse protestante de Waldkatzenbach (D). L'opus 144, placé en 1976, est plus conventionnel.

Miniature 1976 : Cronenbourg (région de Strasbourg), St-Sauveur Choeur
Instrument actuel.
Cet instrument est mobile, monté sur un châssis à roulettes. Un Larigot au positif tient le rôle de "petit plein-jeu".

En 1977 fut construit un grand 3-claviers (grand-orgue sur 16 pieds ouvert) avec récit et Kronpositiv, à München (D), St-Bonifaz. La façade y a de nouveau été dessinée Walter Supper. En 2000, Franz Lehrndorfer y a enregistré Boëlmann, Widor, Lefébure-Wély, Bieling, Knab, Schnizer, Karg-Elert, Piechler et Franck. Pratiquement contemporain, mais d'une esthétique radicalement différente est l'orgue de Seengen (CH) (II/P 33j).

Miniature 1979 : Strasbourg, Cité de l'Ill
Instrument actuel.
Dernier orgue de la série "SEKA".

Miniature 1979 : Oberhausbergen (région de Mundolsheim), Chapelle Ste-Odile
Instrument actuel.
Le buffet a été inspiré de celui de la Kreuzkirche d'Herrensohr, mais dans une déclinaison plus "19ème siècle", le soubassement ayant la même largeur que la superstructure. Comme le suggère l'aspect visuel, la Trompette est au second clavier.

Sites  La 3ème génération (1980-2008)

Georges Frédéric Walther

En 1979-1980, Georges Frédéric Walther, petit-fils d'Ernest Muhleisen, prit la suite de son père. Pour cela, il alla au Danemark en 1977-1978, se perfectionner chez Marcussen. C'est l'année de construction de l'orgue de Gommersheim (D), l'opus 158, un 8-pieds en montre avec Brustwerk placé à même le sol (avec des tourelles prismatiques), puis celui de Herrensohr (D), l'opus 159, qui se rapproche plus du style "classique français" ; le dessin de son buffet a inspiré le logo de la manufacture. C'est l'époque des tourelles rondes, et des claire-voies ondulées. Herrensohr est le second "orgue Signature" de la maison.

Miniature 1980 : Riedisheim (région de Habsheim), Temple protestant
Instrument actuel.
Le buffet est à nouveau dans le style "Herrensohr", et ressemble donc beaucoup à celui d'Oberhausbergen (la composition est, par contre, fondamentalement différente).

Ernest Muhleisen est mort le 10/12/1981. Quelques mois plus tôt, il s'occupait encore de l'un de ses instruments préférés, qui n'avait pas été construit par lui, mais commandé par Schweitzer à Dalstein-Haerpfer : celui du Palais des fêtes à Strasbourg. La même année, l'entreprise qu'il avait fondée posa à Douai, Notre-Dame un orgue d'esthétique classique française (II/P 29j) caractérisé par ses tourelles centrales superposées.

Miniature 1983 : Cronenbourg (région de Strasbourg), St-Florent Choeur
Instrument actuel.
Il s'agit d'un orgue-coffre, conçu pour accompagner la chorale, ou pour le continuo.

En 1983, il y eut aussi l'orgue des Billettes, à Paris (II/P, 29r), avec positif de dos. En 1984, Patrick Armand, rejoint l'entreprise d’abord comme compagnon. Il deviendra dessinateur-concepteur, puis assurera la direction de la manufacture à partir de 2008.

Miniature 1985 : Munster, Eglise protestante
Instrument actuel.
L'opus 177 est un grand instrument (III/P 39j) qui s'inscrit directement dans la lignée de celui du Temple-neuf de Metz (1971). Comme cela se dessinait lors de la construction des instruments d'Ingwiller (1965) et Neuhaeusel (1972), la maison Muhleisen échappe aux dogmes du "néo-baroque", pour construire un orgue de tradition romantique. Bien entendu, comme à Metz, cela s'explique par l'histoire du lieu : il y avait eu à Munster un orgue Eberhard Friedrich Walcker (1873). Cet instrument d'exception avait malheureusement été reconstruit en néo-classique en 1927. L'orgue neuf de 1985, logé dans le buffet historique, est l'un des plus célèbres du Haut-Rhin. Pas de positif de dos.

Toujours en 1985 fut construit l'orgue d'Achen (Moselle), qui remplaçait malheureusement un instrument de Franz Staudt. De 1986 date un instrument caractéristique d'une famille d'orgues de petite taille (3 à 10 jeux), conçus pour pouvoir être déplaçables (avec des dispositions spécifiques pour tenir au mieux l'accord) : c'est celui qui a été présenté au salon Musicora, et a été un moment installé dans chapelle des soeurs à l'hôpital du Bon-Secours à Paris. Il se trouve aujourd'hui au conservatoire (CNR) de Douai. 10 jeux, avec Régale à l'écho.

La même année fut construit l'orgue de Wiesbaden, Evangelische Freikirchliche Gemeinde, caractéristique de son époque.

Mais de 1986 date aussi un évènement clé : le relevage de l'orgue Dalstein-Haerpfer de Cronenbourg, St-Sauveur. Au lieu d'être "mécanisé" comme ça a souvent été le cas, l'instrument fut classé (ce fut le premier orgue pneumatique à l'être), et relevé avec sa traction pneumatique. Outre la compétence fondamentale sauvegardée lors de cette opération, le monde de l'Orgue réalisa enfin qu'un instrument de 1907 peut être "historique" de la plus noble façon.

Miniature 1987 : Neuhof (région de Strasbourg), St-Christophe
Instrument actuel.
C'est un orgue-coffre de 4 jeux, disposant d'un décor peint.

En 1987 fut aussi achevé un 3-claviers (III/P, 43j), à Poing (D), St-Michaël, suivi en 1988 par celui de Backnang (D), St-Johannes (III/P 35j), avec son buffet à 5 tourelles et positif de dos qui en comporte 3. Reiner Schulte a enregistré sur cet instrument, muni d'un récit expressif avec Voix céleste. En 1989, il faut citer un autre de ces "8 pieds en montre" posé à même le sol : Mülheim an der Ruhr, evangelische Markuskirche. En 1990 ce fut le 3-claviers de Lomme (59), Notre-Dame de Lourdes (III/P 34r), avec des trompes de pédale héritées de la tradition germanique (Nollet) ou de (Michel) Verschneider.

En 1988, Jean-Christophe Debely devint harmoniste. Il assura par la suite la responsabilité de l’harmonisation de tous les instruments de la manufacture d’orgues Muhleisen. Formé par André Schaerer, qui a déterminé l'harmonisation Muhleisen depuis 1971, Jean-Christophe Debely a collaboré à l’harmonisation de la plupart des instruments majeurs construits et harmonisés depuis 1988 par l’équipe Muhleisen. De 1997 à 2002, Jean-Christophe Debely a poursuivi sa formation chez Goll en Suisse.

De 1991 datent les orgues du temple réformé de Dijon (III/P 21j), mais aussi ceux de Sendai (J) et Tokyo (J) (il y avait déjà eu un petit orgue pour l'hôtel Fujiya de Kofu (J) et deux instruments portatifs pour Tokyo). En 1992, l'orgue "de choeur" de Schwerte (D) (II/P 13j+4emprunts) propose une composition très "classique française". En 1993, il y eut des orgues neufs pour Dijon (III/P 19j) avec manuels de 5 octaves, positif expressif et clavier de solo (non expressif), mais aussi pour Haltern (D), (II/P 16j+4emprunts), et surtout Walbeck (D), St-Nikolaus (II/P 35j), où l'instrument neuf a été logé dans un buffet de 1752 provenant à l'origine du couvent des Hospitaliers (Kreuzherren) de Venlo. En 1994, l'orgue de Marienberghausen (II/P 14j+4emprunts) est d'esthétique "classique française" et doté d'une console latérale (comme le sera plus tard celui de Sausheim).

Miniature 1996 : Gueberschwihr (région de Rouffach), Couvent St-Marc
Instrument actuel.
L'opus 204, de 1996, présente la particularité de disposer d'une console retournée, comme un orgue de salon "alla Cavaillé-Coll", mais avec des claviers noirs.

De 1997 date aussi l'orgue de Bekcum (D), Evangelische Kirchengemeinde, un instrument de facture classique mais avec un positif intérieur expressif. Babette Freitag y a enregistré la grande Passacaille en Ut et la 5 ème Sonate en trio, mais aussi Franck et Duruflé. Il y eut aussi l'instrument posé à Apples (CH, canton de Vaud). En 1998, l'orgue de Mülheim an der Ruhr (D), St-Michael (II/P 21j) - le second installé dans cette localité - propose un Brustwerk avec façade, alors que son contemporain de Reken, St-Antonius (II/P 26j) dispose plutôt d'un récit.

La "Sté de Construction d'orgues Muhleisen" a changé de dénomination pour devenir "Manufacture d'Orgues Muhleisen G.Walther et associés" en 1997.

../icones/cdbadganders.jpgL'année 2000 allait être particulièrement riche, et marquée par l'achèvement du grand orgue de Bad-Gandersheim (III/P 50j). L'entreprise a obtenu le titre de "Meilleurs Ouvriers de France en équipe" pour la construction de cet instrument. Mais il y a aussi la reconstruction du grand (III/P 33j+2ext) instrument de Bergen (Basse Saxe, D), St-Lamberti (cette fois d'esthétique allemande du 18ème).

Miniature 2001 : Strasbourg, St-Guillaume Choeur
Instrument actuel.
C'est un orgue-coffre, de 3 jeux, destiné à accompagner une des plus célèbres formations vocales alsaciennes.

Miniature 2002 : La Meinau (région de Strasbourg), Eglise protestante
Instrument actuel.
L'orgue de la Meinau est inscrit dans une tradition déjà longue de petits instruments (II/P 8j) à deux manuels et pédale indépendante (Soubasse). Son côté "19ème / 20ème" (tirants à la Verschneider ou Wetzel, console encastrée) s'explique à nouveau par l'historique du lieu.

De 2002 date l'instrument néo-classique de Münster (Ev. Johannes Kapelle) (D). II/P 19j, avec Voix céleste et sa Gambe, et un Cornet décomposé complet à 6 rangs au positif intérieur. Bien que construit en peu plus tôt, l'orgue de Bergheim Quadrath (D) St-Laurentius est aussi daté de 2002, avec sa console "retournée", son récit expressif néo-classique et ses anches à la française.

De 2004 date l'orgue d'Harsewinkel, St-Paulus (D) (III/P 38+7 transmis ; deux 32'), mais aussi celui de la Johanneskirche d'Erlangen (Bavière, D), et sa jolie composition néo-classique (II/P 15j+3 transmis), avec Salicional, Hautbois et Fourniture progressive, mais aussi Nasard 2'2/3 et Tierce 1'3/5 au récit.

Miniature 2005 : Sausheim (région d'Illzach), St-Laurent
Instrument actuel.
L'un des rares 3-claviers de la maison Muhleisen à se trouver en Alsace (l'immense majorité à été construite pour l'Allemagne) est placé dans le choeur de l'église de Sausheim. Il présente la particularité d'avoir une console latérale. La configuration est très rare, car la conception de la mécanique est dans ce cas un véritable défi technique. L'instrument se distingue aussi par son ornementation.

Miniature 2006 : Strasbourg, Cité de la Musique Grande salle d'orgue
Instrument actuel.
On y retrouve évidemment les tendances esthétiques majeures, du point de vue instrumental, et du point de vue de l'interprétation, qui ont marqué les dernières décennies. On pourra à ce sujet comparer cet orgue de 2006 avec son prédécesseur de 1963 (Ingwiller). Tant de choses ont changé ! L'âge du néo-baroque étant passé, l'instrument est caractérisé par un récit expressif très fourni. Sa composition est le fruit de la concertation entre les trois professeurs Christophe Mantoux, Daniel Maurer et Francis Jacob.

Sites  Patrick Armand et l'installation à Eschau (2008-)

L'orgue de la Cité de la Musique et de la Danse est pour l'instant (début 2012) le plus récent des instruments neufs posés en Alsace par la maison Muhleisen. Après lui, il y eut Forchheim (D, II/P 12j, 2008), avec sa console retournée et son buffet ancien assez exceptionnel, l'achèvement de l'orgue de Pierrefeu (2008), et Cannes, Notre-Dame du Bon Voyage (IV/P 67j, 2009, direction des travaux de Patrick Armand, harmonisation de Jean-Christophe Debely et Philippe Zussy) avec ses chamades.

En 2008, Patrick Armand, qui avait rejoint l'entreprise dès 1984, a repris la direction de la manufacture, qui a récemment reçu en distinction le label "Entreprise du Patrimoine Vivant".

En 2012, les projets marquants sont

Sites 

Style et façon

Sausheim, 2005 (III/0P 29j).Sausheim, 2005 (III/0P 29j).

Sans étiquette

S'agissant d'une entreprise encore en activité, il est difficile de se livrer au traditionnel exercice définissant des spécificités, et plus encore celui consistant à souligner l'impact technique et esthétique des différentes réalisations : le "style Muhleisen" continue d'évoluer. Il est d'usage, pour le commentateur, de définir un style de facture en y voyant la "synthèse" de plusieurs influences. Mais c'est justement là quelque chose de remarquable dans l'héritage d'Ernest : un certain refus de se laisser enfermer dans la "pensée unique" du moment. Une certaine faculté à échapper aux "néo-quelquechose". Si ces étiquettes (bien qu'irremplaçables dans le discours) étaient déjà sémantiquement absurdes, elles ont encore moins de sens ici, face à des orgues pour lesquels la composition seule ne livre même pas 1% des caractéristiques.

Diversité

Significative est l'attention portée aux tailles (progressions des rapports diamètre/longueur des tuyaux), et l'évolution de celles-ci. Le sujet a bien sûr fait l'objet de l'attention de bien des théoriciens, mais il n'y a en fait que deux acteurs réellement concernés : le facteur et l'auditeur. La seule vraie façon d'appréhender la "signature" Muhleisen est donc d'aller écouter les orgues (de nombreux ont été enregistrés). Et une fois en tête ce qu'ils ont en commun, la réelle spécificité saute au yeux : ils sont tous très différents, et font référence à des styles très variés, mais en observant à chaque fois une réelle fidélité à un style, sans chercher à faire de synthèse.

Refus du dogme

Cette diversité de styles avec conservation de leur caractère trouve sûrement ses racines dans les années 1940-50. L'histoire personnelle d'Ernest Muhleisen permet d'imaginer un homme ayant compris que l'adhésion inconditionnelle à un système ou une doctrine n'amène au mieux qu'à l'impasse. Mais plutôt que de vouloir "fusionner" des influences, il donne l'impression de refermer chaque livre avant d'en ouvrir un autre. Au coeur de la communauté de facteurs et d'organistes redéfinissant un orgue "moderne", il faisait sûrement partie des "modérés". Et il s'entoura de collaborateurs partageant cet éclectisme, ce qui explique que cette caractéristique fondamentale ait été conservée. Par exemple, en 1977, furent achevés deux orgues aussi fondamentalement différents que München (St-Bonifaz), et Seengen. Ernest Muhleisen adorait passer du temps dans l'orgue Dalstein-Haerpfer du Palais des Fêtes (un instrument aux caractéristiques directement opposées à ce qui était à la mode dans les années 1960-80 ; un instrument qui, face aux velours désuets, portait en lui les germes de l'orgue du 21ème siècle). En 1986, la maison Muhleisen fut au coeur d'un évènement qui finira pour les historiens de l'orgue par avoir autant d'importance que la reconstruction de St-Pierre-le-Jeune : le relevage de l'orgue (pneumatique !) Dalstein-Haerpfer de St-Sauveur.

Pas d'Avatar

Quel est donc "l'orgue-type" de la maison Muhleisen ? Il est déjà fort éloigné du "parc alsacien", caractérisé par un grand nombre d'instruments de taille réduite (certains sont inachevés) ; les instruments posés en Allemagne ou en Suisse sont sûrement plus révélateurs. Il est généralement posé à même le sol (pas en tribune), proche de son public. Il est dépourvu de positif de dos (auquel on préférera un Brustwerk ou un Oberwerk). Il peut disposer d'un récit expressif. Ses anches seront soit "à l'allemande" soit "à la française" mais pas hybrides. Son buffet, après avoir suggéré la parenté esthétique intérieure, fait usage d'éléments contemporains pour ne jamais "faire semblant". Enfin, il est différent de tous les autres... et rompt avec au moins une des "règles" présentées ici.

Sites

Webographie :

Références

Sources et bibliographie :

© 1999-2013. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.