> Accueil du site
Les orgues de la région de Masevaux
Soppe-le-Haut, Ste-Marguerite
Soppe-le-Haut, l'orgue Claude-Ignace Callinet.Toutes
        les photos de la page sont de Roland Lopes, 26/05/2011.Soppe-le-Haut, l'orgue Claude-Ignace Callinet.
Toutes les photos de la page sont de Roland Lopes, 26/05/2011.

L'église Ste-Marguerite de Soppe (qui remonte pour partie au 15ème siècle) s'orne de peintures de Johann Pfünner et de Henri Kayser. En 1843, Claude-Ignace Callinet avait monté sa propre entreprise, concurrente de celle de son frère aîné Joseph. Les deux frères s'étaient séparés, Claude-Ignace s'étant certainement lassé des nombreuses concessions et "extras" offerts par son frère à leurs clients. C'est à Soppe-le-Haut qu'il posa, en 1846, un des instruments illustrant le mieux le début de sa production "en solo".

---
L'orgue Joachim Henry,
1789
---

Historique

Le premier orgue de Soppe-le-Haut datait de 1789, et avait été posé par Joachim Henry, de Thann. [IHOA] [PMSAEAHENRY]

De Henry, on a surtout retenu les lucratifs déménagements d'orgues confisqués par la Révolution, et ses méthodes peu orthodoxes (conférant à la calomnie) d'affronter la concurrence de Rabiny. L'orgue Henry de Soppe parait toutefois avoir passé la Révolution, et fut finalement utilisé pendant plus de 50 ans.

---
L'orgue Claude-Ignace Callinet,
1846 (instrument actuel)
---

Historique

En 1846 fut posé l'orgue actuel, oeuvre de Claude-Ignace Callinet. [IHOA] [PMSAEAHENRY]

Claude-Ignace se distinguait aussi de son frère par ses aspirations esthétiques - il était beaucoup plus "progressiste" - qui contribuèrent sûrement à leur séparation. Du coup, contrairement à la collaboration de "Stiehr frères" avec "Stiehr-Mockers", la concurrence entre les deux fils de François Callinet se fit forte. Claude-Ignace ne faisait pas de cadeau à son frère, à qui il devait pourtant l'essentiel de sa formation. L'affrontement laissa le bon Joseph brisé, mais n'arrangea pas non plus les affaires de Claude-Ignace qui, en 1872 partit pour Vesoul.

L'orgue de Soppe-le-Haut est un témoin de cette époque. Le buffet est assez spécial dans la production Callinet par le fait que la superstructure est plus large que le soubassement (comme dans un orgue classique). Dans les autres instruments des Callinet (sauf Hirsingue), l'ensemble du grand buffet a la même largeur du haut en bas. Ce buffet n'a pas non plus sa proportion hauteur/largeur habituelle, parce que le plafond est très bas. L'ornementation, si elle reprend les thèmes classiques, est très spécifique. Claude-Ignace voulait un orgue "différent".

Dans son ouvrage sur les Callinet, Pie Meyer-Siat - pourtant peu avare de compliments dès qu'il s'agit de la maison de Rouffach - estime que "fort peu de choses, en cet orgue, parlent pour Callinet". Il attribue la composition "désordonnée" trouvée en 1961 à des transformations, alors qu'en fait fort peu de choses semblent avoir été modifiées. De fait, cet instrument ressemble fort peu à ceux d'Oltingue ou de Mollau... Ce n'en est pas moins une étape fondamentale de la réflexion de Claude-Ignace qui imagine déjà l'orgue romantique à venir. [PMSCALL]

Vers 1900, Martin Rinckenbach vint faire quelques réparations. [ITOA]

En 1917, la façade ne fut pas réquisitionnée : la Montre est toujours d'origine. Vers 1927, c'est Alfred Berger, successeur des Callinet, qui fit des travaux. Peut-être est-ce l'auteur des petits changements de composition (Dolce au récit sur la chape du Hautbois). [ITOA] [IHOA] [PMSCALL]

En 1977, Christian Guerrier vint entretenir l'instrument. Il remplaça le Dolce alors présent au récit par une Voix céleste (toujours sur la chape du Hautbois). Le récit répondait déjà au clavier inférieur. [ITOA]

En 1990, Christian Guerrier revint pour procéder à un relevage plus approfondi de l'instrument. Le Hautbois fut restauré. [ITOA]

Le buffet

Détail du centre du buffet.Détail du centre du buffet.

Cet orgue Callinet dispose d'une ornementation très spécifique. Les culots figurant des feuilles d'acanthe et de grandes grappes de raisin en sont un bon exemple. Celui de gauche a disparu. Les guirlandes de roses sur les plates-faces sont plus communes dans les buffets des frères Callinet (Heimsbrunn, Heidwiller), tout comme l'architecture d'ensemble à 4 tourelles, les deux petites au centre. Les claire-voies de celles-ci sont constituées de lambrequins à pompons, et deux urnes surmontent les petites tourelles. Les jouées figurent des palmes réunies en bouquet par des rubans noués en "8".

Caractéristiques instrumentales

Console:
La console en fenêtre.La console en fenêtre.

Console en fenêtre frontale, fermée par des volets. Claviers à naturelles noires. Tirants de jeux de section carrée, à pommeaux tournés. Ceux du grand-orgue sont en bois plus foncé.

Disposition et orthographe des tirants à la console :

Salicional 8'
Cornet
Bourdon 8'
Doublette
Gambe 8'
 
Hautbois
Prestant 4'
Flûte 4'
Bourdon 16'
Trompette 8'
 
Bourdon 8'
Montre 8'
Fourniture
Flûte 8'
Tacet
Montre 4'
Flûte traversière
Gambe 8'
Trompette 8'
Flûte 4'
Transmission:
Revers de la console (à gauche). En haut à
                    gauche, le grand abrégé.En haut à droite, le tirage des jeux (les
                    extrémités des tirants sont teintés avant de traverser le panneau de la
                    console).En bas, les balanciers du récit.Revers de la console (à gauche). En haut à gauche, le grand abrégé.
En haut à droite, le tirage des jeux (les extrémités des tirants sont teintés avant de traverser le panneau de la console).
En bas, les balanciers du récit.

Mécanique suspendue pour le grand-orgue, et à double-balanciers pour le récit.

Sommiers: à gravures, d'origine. Manuels sur sommiers diatoniques à chapes intercalées. Pédale disposée en mitre, à l'arrière de l'instrument.
Tuyauterie:
La tuyauterie des manuels. De gauche à droite
                    :La Montre (en partie en façade), le grand dessus de Cornet sur ses
                    postages, les deux Prestants, les deux Bourdons 8', la Flûte 4' du grand-orgue,
                    la gambe et le Salicional, la Flûte traverse, la Doublette, la Fourniture à 4
                    rangs, la Trompette, et le Hautbois (neuf).La tuyauterie des manuels. De gauche à droite :
La Montre (en partie en façade), le grand dessus de Cornet sur ses postages, les deux Prestants, les deux Bourdons 8', la Flûte 4' du grand-orgue, la gambe et le Salicional, la Flûte traverse, la Doublette, la Fourniture à 4 rangs, la Trompette, et le Hautbois (neuf).

Culture Activités culturelles :

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2012. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F680314001P02
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
								portable