> Accueil du site
Les orgues de la région de Brumath
Bernolsheim, St-Pancrace
Orgue de Bernolsheim. Photo de Franck Lechêne,
        06/06/2012.Orgue de Bernolsheim. Photo de Franck Lechêne, 06/06/2012.

L'édifice est authentiquement baroque, et il a été complété en 1906 par un clocher-porche néo-baroque en grès rose. Bien que ce lieu soit chargé d'histoire, il s'y est écrit en 1995 une page très triste de l'histoire de l'Orgue alsacien.

---
L'orgue de facteur inconnu (1807)
---

Historique

L'orgue d'occasion qui fut installé en 1807 venait probablement de la localité voisine de Brumath, Sts-Nazaire-et-Celse. [IHOA]

Et plus exactement de l'ancienne église "mixte" (datant de 1683 et reconstruite en 1804). C'était un petit instrument du 17ème, dont le buffet avait été remplacé en 1723, et qui disparut en 1794. [IHOA]

...fort probablement livré à la cupidité de quelque spéculateur. Le petit instrument resta tout de même en place à Bernolsheim pendant presque 50 ans : soit il avait été très bien réinstallé, soit il ne devait pas servir beaucoup.

---
L'orgue de facteur inconnu (1855)
---

Historique

En 1855, la maison Stiehr plaça un orgue d'occasion. Il venait de Niederschaeffolsheim, ce qui laisse deux possibilités : [IHOA]

Nous disposons en outre des indices suivants :


Le buffet

La provenance de ce buffet reste donc mystérieuse. Il était polychrome à l'origine, et ses couleurs ont été retrouvées par Sylvie Poinsaint, d'Ars sur Moselle

---
---

Historique

En 1921, Joseph Rinckenbach construisit un orgue post-symphonique neuf dans le buffet ancien. C'était l'opus 154 de la célèbre maison d'Ammerschwihr, doté de 14 jeux sur 2 claviers et pédalier [IHOA]

C'était un instrument très fidèle à l'esthétique de son époque, avec sa Trompette "solo", son Octavin et sa Mixture (progressive) au récit. Ces instruments font merveille dans les pièces nécessitant un dosage précis de l'intensité sonore, tout en permettant de nombreux changements de coloration. La composition est conçue pour être très dynamique, et profiter à fond de l'expression du récit.

Le récit était très fourni et sonore, et donc plutôt inspiré par l'école romantique française : avec 8 jeux, il abritait plus de la moitié des ressources de l'instrument complet. Du coup, le grand-orgue devait se satisfaire de quatre jeux seulement : trois du "carré d'or" romantique (il manque la Gambe, mais il y en a une - la "Viola 8'" - au récit), et le Prestant.

La composition était un modèle du genre ; elle est pensée pour tirer profit des accouplements, et en particulier ceux "à l'octave". La pédale, tout d'abord, peut s'enrichir des jeux du grand-orgue : la tirasse grand-orgue est très "sélective", puis qu'il y a peu de jeux au grand-orgue. (Rappelons que sur ces instruments, on peut faire I/P et II/I sans avoir II/P, ce qui est fondamental pour en comprendre l'esprit : avec II/I et I/P, on peut adapter finement l'intensité de la pédale... au moyen des jeux du grand-orgue !) Ceci explique aussi qu'on ait pu se passer d'un Bourdon 8' de pédale (qu'on "cherche" au grand-orgue), au profit d'un Violoncelle, qui enrichit les couleurs du plan sonore. C'est cohérent avec le fait qu'il n'y a pas de Gambe au grand-orgue.
Ensuite, le trio de Flûtes harmoniques (8', 4', 2') peut être repris à l'octave aiguë (II/I et II/I 4'), pour faire un "plein-jeu flûté", qui est une couleur caractéristique de ce type d'instruments, presque néo-classique.
Il y avait aussi, bien sûr, le somptueux choeur de Voix célestes (pas de jeu au grand-orgue, Gambe et Voix céleste au récit, II/I 16', II/I, II/I 4', et le tout joué au grand-orgue).
La "signature" (spécificité) de l'orgue de Bernolsheim était un Quintaton 8', qui devait être capable de colorer le récit de façon très particulière (l'instrument est bien-entendu dépourvu de Mutations, donc de Quinte 2'2/3, et c'est cette harmonique que le Quintaton venait "fournir", tout en subtilité).
L'instrument n'existe plus, mais, connaissant les exceptionnels talents d'harmoniste de Joseph Rinckenbach, il devait constituer un édifice sonore très élaboré, attachant, et plein de possibilités.

Cet orgue, issu de l'une des plus belles périodes de la facture alsacienne, était 100% authentique en 1986, lors de l'inventaire. On le déclara "injouable" (comme de nombreux autres dont il aurait tout simplement suffi de remplacer les membranes, qui sont des pièces d'usure : cela fait partie de l'entretien normal). Sa perte, probablement "justifiée" par le prétexte qu'il occupait un buffet "ancien" (ou tout simplement qu'il était pneumatique), restera un grave coup porté à l'intérêt et à la diversité du patrimoine organistique alsacien. La localité de Bernolsheim, qui n'avait pas réalisé qu'elle possédait un (très bel) orgue historique, n'en a plus depuis la calamiteuse opération de 1995. [IHOA]

Caractéristiques instrumentales

Console: indépendante face à la nef.
Transmission: pneumatique.
Sommiers: à membranes.
---
L'orgue Gaston Kern,
1995 (instrument actuel)
---

Historique

En 1995, Gaston Kern livra un petit orgue "néo-baroque" à un seul manuel, placé dans le buffet ancien. [Caecilia]

Caractéristiques instrumentales

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2015. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670033001P04
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable