Accueil
Candide
Jeux
Architecture
Esthetiques
Facteurs
Avant18
Bergantzel
Callinet
Dubois
Herbute
Moeller
Rinckenbach
Silbermann
Stiehr
Waltrin
Repertoire
Bas-Rhin
  Truchtersheim
Haut-Rhin
Credits
An2000
An2001
Photo
~ Les orgues de la région de Truchtersheim ~

Kuttolsheim, St Jacques Majeur
Frédéric HAERPFER, 1939

     Orgue commencé par Adolphe BLANARSCH et achevé par Frédéric HAERPFER



Avant... HAERPFER

Composition, 1986
Grand-orgue
56 notes
Récit expressif
56 notes
Pédale
30 notes
Montre 8' Diapason 8' Soubasse 16'
Flûte à cheminée 8' Flûte majeure 8' Contrebasse 16'
Salicional 8' Viole de gambe 8' Bourdon 8'
Prestant 4' Voix céleste 8' Hautbois 8'
Flûte à cheminée 4' Flûte traversière 4' I/P
Ranquette 16' Nasard 2'2/3 II/P
II/I (16', 8', 4') Doublette 2'  
  Tierce 1'3/5  
  Trompette 8'  
  Trémolo  

     Voici l'un des derniers - sinon le dernier - instruments construits par Frédéric HAERPFER en Alsace. L'héritage alsacien de la Maison de Boulay (environ 25 orgues) se situe donc entre 1887 (à l'église protestante de Pfaffenhoffen) et 1939.

L'association de Haerpfer avec Dalstein et leur amitié avec Albert SCHWEITZER marque une époque fondamentale de la Facture d'orgues. Entre 1887 et 1939, tout a changé : on a vu des affrontements de styles, les influences Romantiques françaises et allemandes se mêler (MERKLIN, WALCKER...) Puis ce fut l'époque de la Réforme Alsacienne de l'orgue, des tractions pneumatiques, des Consoles indépendantes, des Compositions colorées, des orgues "à improviser". Puis le courant Néo-classique.

C'était l'époque de la destruction quasi systématique - dans le but de les améliorer - des instruments anciens, mais aussi du retour progressif à une musique "travaillée" et proche de ses sources.

En 1939, tout cela était déjà loin, et, à la veille de la seconde guerre mondiale, ce ne sont plus les artistes qui tiennent le devant de la scène. L'orgue de Kuttolsheim est pourtant intéressant à plus d'un titre : il témoigne que même à la fin de sa carrière, Frédéric Haerpfer continua à progresser. Une intuition visionnaire lui fera ici construire un orgue extrêmement novateur du point de vue technique : les Sommiers sont à Gravures, comme au 18 ème siècle. S'il n'abandonne pas la transmission pneumatique, il se trouve quand même sur le chemin qui amènera, quelques 10 ans plus tard, les facteurs d'orgues sur le chemin du renouveau (Strasbourg, St-Pierre-le-Jeune, 1948).

Orgue de Kuttolsheim

Kuttolsheim, le 15/07/2007, toutes les photos de la page sont de Ivan BAJCSA.

     L'histoire des orgues de Kuttolsheim commence en 1827. Il s'agit, pour le Conseil municipal, d'en justifier l'achat :
"...les pauvres habitants de cette commune, enivrés de reconnaissance envers l'auguste Magistrat de ce département pour les bienfaits dont il a comblé à diverses reprises déjà cette commune, dont à la sueur de leurs fronts, fait en l'automne dernière une collecte en vue du produit d'icelui pourvoir à l'acquisition d'orgues à l'église de cette commune."

Le premier orgue de Kuttolsheim sera donc justifié, petit (1 clavier de 9 Jeux et Pédale de 3 jeux sur 13 notes), et de bonne facture : STIEHR, 1828. On ne jette pas l'argent par les fenêtres.
On peut supposer que la Composition était la suivante (cf. Osthoffen, contemporain et de taille analogue) :

     Kuttolsheim fit agrandir son église entre 1866 et 1868 (la tour date quand même du 12 ème siècle, et une partie de la nef de l'époque baroque). Ce sont les Frères WETZEL qui, probablement, assurèrent le démontage / remontage de l'orgue, firent des réparations, et aussi quelques modifications (une Flûte traversière 4' à la place du Nasard et un Salicet à la place du Salicional 8').

En 1904, il y eut une transformation par Aloïse LORENTZ (il s'agissait de remplacer la Trompette manuelle par un jeu de Fonds et sûrement d'enlever la Tierce 1'3/5 du Cornet 4 rangs). La Pédale fut complétée à 27 notes, et surtout complétée par un 16 pieds, toujours avec 3 Jeux seulement (Soubasse, Bourdon 8', Trompette).

C'est en Janvier 1918 que les tuyaux de façade furent retirés, donc à la toute fin de la réquisition du métal par les autorités allemandes. Ce fut la fin du petit orgue Stiehr (ou de ce qu'il en restait), car à l'occasion du remplacement de cette façade, (par des tuyaux de zinc) en 1939, Adolphe BLANARSCH se lança dans une reconstruction totale, avec pneumatisation.

Même le Buffet fut remanié, en imitation des autels. Mais Blanarsch ne finit pas cet orgue. C'est bien à la Maison Haerpfer qu'il faut attribuer l'instrument, avec ses Sommiers à Gravures moitié mécaniques, moitié pneumatiques.
Il n'y avait ni Quintaton au Récit, ni Hautbois de Pédale : ces Jeux ont été placés en 1943 par Ernest MUHLEISEN.
La Maison Muhleisen revint faire des réparations en 1959 et 1961.

Orgue de Kuttolsheim

Transmission : pneumatique, Sommiers à Gravures. La Console est indépendante, mais tournée vers l'orgue.
Il y a quatre Combinaisons fixes (Piano, Mezzo Forte, Fortissimo, Tutti).

Sources :

  • P. MEYER-SIAT, "Stiehr-Mockers", AEA XX (1972-73)
  • M. BARTH, "Elsass, 'Das Land der Orgeln' im 19. Jahrhundert", AEA XV (1965-66)

Activités culturelles :

    L'orgue est utilisé lors de concerts, par exemple :
    • 18/02/2001 : concert orgue et cor, par Pascal REBER et André HANSS, corniste à l'orchestre symphonique.

Si vous recopiez des éléments de cette page pour des articles, plaquettes ou pages Web, citez vos sources. D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs.
Dernière mise à jour : 30/09/2007 16:59:52

F670253001P02