Accueil
Candide
Jeux
Architecture
Esthetiques
Facteurs
Avant18
Bergantzel
Callinet
Dubois
Herbute
Moeller
Rinckenbach
Silbermann
Stiehr
Waltrin
Repertoire
Bas-Rhin
  Strasbourg
Haut-Rhin
Credits
An2000
An2001
Photo
~ Les orgues de la région de Strasbourg ~

La Robertsau, St Louis
STIEHR-MOCKERS, 1866


Avant... STIEHR Après...

Composition, 2004
Grand-orgue Positif Pédale
Bourdon 16' Montre 8' Contrebasse 16'
Montre 8' Flûte traversière 8' Bourdon 16'
Bourdon 8' Cor des Alpes 8' Flûte 8'
Flûte majeure 8' Flûte pointue 4' Violoncelle 8'
Salicional 8' Fugara 4' Prestant 4'
Prestant 4' Flageolet 2' Ophicléide 16'
Flûte 4' Cor anglais 8' Trombone 8'
Doublette 2'   I/P
Fourniture   II/P
Cornet    
Trompette 8'    
Clairon 4'    
II/I    

     L'orgue de St-Louis de la Robertsau ressemble en beaucoup de points à son contemporain d'Illkirch, St-Symphorien. On pourra faire de nombreux parallèles, bien que visuellement, le Buffet de la Robertsau soit très différent. Son dessin conçu pour s'inscrire sous une voûte en ogive n'est pas sa seule originalité : pour une fois, la Maison STIEHR-MOCKERS ne construisit pas elle-même son Buffet.

La Robertsau, le 28/03/2004.

     L'édifice a été consacré le 21/08/1859, et son architecture est due à Jean-Geoffroy CONRATH..

Joseph STIEHR avait fait un devis dès le 26/02/1861. Par rapport à la Composition actuelle, il y avait en plus :

A ce devis furent ensuite ajoutés une Voix humaine, et aussi un Prestant de Pédale (dont il est peu probable qu'ils furent réalisés). Les claviers (blancs) faisaient 54 notes, le Pédalier 25.
Le Positif de dos avait une Montre 8' (les 8 premières notes étant conduites dans le Bourdon).

L'orgue devait être livré pour le 15/08/1963, mais Stiehr, visiblement confronté à des problèmes de charge de travail (surtout pour les Buffets) demanda à plusieurs reprises des délais.
Il proposa des modifications le 26/01/1863 : probablement l'intégration du Positif dans le Bufet du Grand-orgue pour économiser une Montre. L'avenant fut refusé.
Il demanda alors le 14/02/1863 de ne pas construire les Buffets afin qu'ils puissent être sous-traités localement.
Le tout se conclut par un accord à l'amiable le 03/07/1864 :

  • Le Positif sera quand même de Dos
  • La réalisation des Buffets sera sous-traitée (à un ébéniste de la Robertsau).
  • En compensation, Stiehr devait réaliser une Montre 16' (première octave conduite dans le Bourdon 16').
  • Le délai était repoussé au 01/05/1865.

L'orgue fut finalement reçu le 30/04/1866 : 30 Jeux sur 2 claviers et Pédale.

Louis MOCKERS fit une réparation en 1882.

Comme l'orgue d'Illkirch, celui de la Robertsau fut "pneumatisé" par Franz KRIESS. Cette malheureuse transformation fut reçue le 05/09/1905 par Adolphe GESSNER.

Les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités allemandes en Juillet 1917, et c'est en 1926 qu'ils furent remplacés, par Kriess. La tribune fut agrandie et une nouvelle ballustrade en bois fut posée.

En 1928, Kriess fit encore d'autres transformations  :

  • suppression du Positif de Stiehr
  • élargissement du Buffet, par deux adjonctions sur les côtés, celle de droite pour loger le Récit, celle de gauche juste pour la symétrie.

En 1948, d'autres modifications furent apportées par Georges SCHWENKEDEL : pas moins de 7 Jeux supplémentaires.

     Dès 1970, l'orgue était pratiquement injouable. En raison de travaux menés sur l'édifice, Curt SCHWENKEDEL commença le démontage de l'instrument. En 1973, l'orgue était complètement muet, et des tuyaux gisaient sur la tribune. Il faut dire qu'un accident grave était survenu pendant les travaux de rénovation de l'église, et avait aussi endommagé l'instrument.

Cet orgue revient de très loin : il faut, pour en juger, considérer son état en 1970 :

  • plus de Positif de dos
  • Façade en zinc
  • Le Cor des Alpes de Stiehr (du Positif) était transformé en Dulciane (au Grand-orgue).
  • Il y avait au Grand-orgue une Quinte 2'2/3 et une Mixture 5 rangs (de Schwenkedel).
  • Au Récit, il y avait une partie "Romantisante" de Kriess : un Principal 8', une Viole 8' et une Harmoniefloete 4'.
  • Toujours au Récit, l'autre partie était "Néo-classique", avec la Montre 8' et la Flûte pointue du Positif qui avaient été recoupée respectivement en Nasard 2'2/3 et Tierce 1'3/5, le tout complété par une Cymbale et un Cromorne de Schwenkedel.
  • A la Pédale, le Violoncelle 8' de Stiehr avait été coupé en Choralbass 4', et il y avait une Trompette en zinc.

Composition, 1970
Grand-orgue
54 notes
Récit expressif
54 notes
Pédale
27 notes
Principal 16' Principal 8' Contrebasse 16'
Principal 8' Bourdon 8' Soubasse 16'
Bourdon 8' Salicional 8' Octavebasse 8'
Flûte majeure 8' Viole 8' Choralbass 4'
Dulciane 8' Flûte traversière 4' Bombarde 16'
Prestant 4' Harmoniefloete 4' Trompette 8'
Flûte à cheminée 4' Nasard 2'2/3 I/P
Quinte 2'2/3 Flageolet 2' II/P
Doublette 2' Tierce 1'3/5  
Mixture 5 rgs Cymbale (1'1/3)  
Cornet Cromorne 8'  
Trompette 8' Cor anglais 8'  
II/I (16', 8', 4')    
L'ensemble était accompagné de 5 Combinaisons fixes et d'une Pédale de crescendo.



L'Association des Amis de l'Orgue de St-Louis fut créée en 1982. Il fut alors décidé de restaurer l'instrument dans son état d'origine. Les travaux furent achevés 8 ans plus tard, sous la Maîtrise d'oeuvre de Robert PFRIMMER, Ernest BOHN étant organiste de l'instrument..
Cette Restauration a été menée par la Maison Yves KOENIG, de Sarre-Union.

La Composition est complétée par un Tremblant doux.

L'orgue a été inauguré le 30/09/1990 par Robert PFRIMMER.

La photo ci-contre montre une partie de la gauche de la Console. De haut en bas : Contrebasse 16 pieds, Flûte 8 pieds de Pédale, Prestant 4 pieds de Pédale, Trombone 8 pieds, Trombones 1 pouce.

La Composition est assez originale, avec son remarquable Cor anglais, logé dans un Positif de dos qui a des proportions étonnantes.

Sources :

  • Remerciements à Claude WECKER
  • Historique de l'église, remis lors de la journée Portes Ouvertes du 28/03/2004.
  • P. MEYER-SIAT, "Stiehr-Mockers", AEA XX (1972-73)
  • Caecilia 1991-1-2

Si vous recopiez des éléments de cette page pour des articles, plaquettes ou pages Web, citez vos sources. D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs.
Dernière mise à jour : 05/05/2005 15:10:54

F670482084P04