> Accueil du site
Les orgues de la région d'Andolsheim
Urschenheim, St-Georges
1917 degr > Dégâts
Orgue authentique (sauf la façade)
Urschenheim, l'orgue Martin et Joseph Rinckenbach.Toutes les photos sont de Martin Foisset, 18/03/2018.Urschenheim, l'orgue Martin et Joseph Rinckenbach.
Toutes les photos sont de Martin Foisset, 18/03/2018.

L'église St-Georges d'Urschenheim a gardé son clocher du 12ème siècle, qui abrite une chapelle romane "tardive" (il y a déjà des arcs en ogives), fort bien mise en valeur. La nef est plus récente, et elle a été dépouillée de son ornementation historique dans les années 1950-1960. Un ornement d'origine de la Belle Époque a toutefois survécu : c'est le buffet de l'orgue Martin et Joseph Rinckenbach. Cet instrument est l'opus 83 de la grande maison d'Ammerschwihr, et il a été construit en 1904. Il est resté remarquablement authentique.

---
L'orgue de facteur inconnu (1792)
---

Historique

L'instrument actuel n'est pas le premier orgue du lieu : dans l'ancienne église (en grande partie démolie en 1846), on avait placé en 1792 un orgue neuf. Pie Meyer-Siat émet l'hypothèse qu'il avait été construit par Martin Bergäntzel (facteur établi à Ammerschwihr, qui est un peu le prédécesseur des Rinckenbach, auteurs de l'orgue actuel). [IHOA]

L'Histoire a retenu le nom de quelques uns des organistes d'Urschenheim à l'époque : Joseph Pfeffer en 1792, Jean-François Gasché en 1825. L'instrument a été réparé en 1804 et 1830. [IHOA]

La réputation de fiabilité des orgues de l'ancien régime est souvent largement exagérée : de fait, en 1840, il fallut pratiquement tout reconstruire : Antoine Herbuté, facteur à Marckolsheim, fournit un sommier (manuel) neuf, un nouveau clavier, une nouvelle transmission, et de nouveaux tuyaux de Montre. Il y eut à nouveau une réparation en 1877. [IHOA] [PMSAEA69]

---
---

Historique

En 1904, Urschenheim décida de se doter d'un orgue de 13 jeux. Cela a dû constituer un effort considérable, et on s'est de plus adressé à la manufacture d'orgues la plus en vue à l'époque : Martin et Joseph Rinckenbach. Ce fut l'opus 83 de la célèbre maison d'Ammerschwihr. [ITOA] [IHOA] [Barth]

Un trait caractéristique de cet orgue est la Trompette "solo" (au grand-orgue). Nul doute que, lors de la conception de cet instrument, ce jeu fut au cœur du débat. Avec des ressources limitées, est-il raisonnable de s'offrir cette Trompette, certes déterminante pour le rendu musical, mais aussi très coûteuse ? Les choix effectués par les décideurs de l'époque sont parfaitement lisibles lors de l'étude de l'instrument : les ornements sont moins élaborés que ceux de ses contemporains (buffet, joues de la console...) ; mais il est doté de cette fameuse Trompette. Elle a, de plus, été réalisée "sans concession" : les dessus sont harmoniques, ce qui nécessite des résonateurs de longueur double. On a donc renoncé au "décor" pour s'offrir ce jeu d'anche, qui était, à n'en point douter, "une petite folie". Aucune concession, non plus, dans le reste de la partie instrumentale : une grande Flauto dolce au grand-orgue, une Flûte harmonique 8' au récit. Pour parvenir à ses sonorités de prédilection, l'orgue romantique est exigeant !

La composition est tout à fait respectueuse de la tradition romantique : le grand-orgue est structuré autour du "carré d'or" de jeux de 8 pieds : un Principal, une Gambe, une Flûte et un Bourdon. C'est le "noyau" fondamental, qui est ici simplement complété par un Principal 4' et la fameuse Trompette solo. La Mixture (grave, en 2'2/3) que l'on retrouve dans beaucoup d'orgues contemporains n'est pas de la partie (ce qui démontre qu'elle n'a pas un caractère indispensable). Idem pour le Bourdon 16' manuel (que cette esthétique affectionne pourtant particulièrement). Voilà comment composer, avec 6 jeux seulement, un grand-orgue à la fois traditionnel (donc adapté au répertoire) et qui se démarque (avec la Trompette).

Pour composer un récit de 5 jeux seulement, on a appliqué une logique empruntée à l'orgue romantique allemand : les jeux sont les "alter ego" de ceux du grand-orgue, généralement moins forts, et colorés un peu différemment. Ainsi, le Principal a inspiré le Geigenprincipal, la Flauto dolce une grande Flûte harmonique 8', la Gambe une Aeoline, et au Principal 4' (Octave) correspond une Flûte à cheminée 4', parlant à la même hauteur, mais dotée d'un timbre très différent. Le dernier jeu est l'incontournable Voix céleste, à laquelle aucun organiste de l'époque n'aurait renoncé !

Pour la pédale, bien que certains orgues contemporains se contentent d'une seule Soubasse (le 8' étant assuré à l'aide d'une tirasse), celle d'Urschenheim est dotée de deux jeux : la Soubasse et une Flûte 8'. Cela témoigne de l'importance cruciale donnée aux fondamentales par cette esthétique.

Les 27 tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités en avril 1917. [IHOA]

Ils ont été remplacés dès 1919 ! (Preuve qu'Urschenheim tenait beaucoup à remettre son orgue en état.) On ne sait pas qui a placé cette façade, qui est encore là aujourd'hui, réalisée en zinc, et très réussie. [IHOA] [Visite]

En 1960, l'orgue a été nettoyé par Alfred Kern. [ITOA]

En 2004, il y eut un relevage, mené par Sébastien Fohrer. [YMerlin] [Visite] [Devis2003]

Celui-ci fut exemplaire : aucune modification n'a été apportée.

Caractéristiques instrumentales

Composition, 2018
Grand-orgue, 56 n. (C-g''')
Spotted ; poinçon 'FD'
c''-g'' métalliques
Spotted ; fis''-g''' harmoniques
Calcant
Appel souffleur ; mécanisme déposé
Récit, 56 n. (C-g''')
Grands freins, soudés aux oreilles ; poinçon 'VC'
Cheminées sortantes ; poinçon 'R'
Pédale, 27 n. (C-d')
I/P
[Visite] [ITOA] [IHOA]
Console:
La console de l'opus 83.La console de l'opus 83.

Console indépendante face à la nef, fermée par un volet coulissant. Tirants de jeux de section ronde, disposés en gradins de part et d'autre des claviers, munis de porcelaines orientées vers le haut à 45° (l'extrémité du triant, où se situe d'habitude le pommeau, est munie d'un point blanc). Ils sont du même modèle qu'à Zellwiller (1899), Dauendorf (1904), Kogenheim (1905) ou Romanswiller (1905). Les porcelaines sont à fond blanc pour le grand-orgue, rose pour le récit, et jaune (et non bleu clair comme d'habitude) pour la pédale. Claviers blancs. Les gradins sont munis d'un petit chanfrein concave. (Pour accueillir un crayon ?)

Commande des accouplements et tirasses par pédales-cuillers à accrocher, en fer forgé, et repérées par des porcelaines rondes disposées tout en haut de la console (de part et d'autre de la plaque d'adresse) : à gauche de la plaque d'adresse "Pedal Koppel I." (I/P) et "Pedal Koppel II." (II/P), à droite "Manual koppel" (II/I), puis la porcelaine "Expression". Commande de l'expression du récit par pédale basculante, située à droite (au-dessus du "a" du pédalier). Il n'y a pas de trémolo.
Commande des combinaisons fixes par 5 pistons blancs, situés sous le premier clavier, au centre, et repérés par de petites porcelaines rondes placées en regard, entre les deux claviers : "PP.", "P.", "MF.", "F", et "0." pour l'annulateur.

Plaque d'adresse en position centrale, au-dessus du second clavier, constituée de lettres en laiton incrustées sur fond noir, et disant :

M & J. Rinckenbach
Orgelbauer in
Ammerschweier
Op 83. Ober-Elsass.

Le mot "Ammerschwihr" ondule entre les deux lignes inférieures.

La plaque d'adresse de la maison d'Ammerschwihr.La plaque d'adresse de la maison d'Ammerschwihr.

Banc d'origine, typique de la production Rinckenbach, dont les flancs figurent une lyre stylisée.

Transmission:

Pneumatique tubulaire.

Sommiers:

A membranes. Sommiers diatoniques, en mitre (basses au centre). Le récit est logé en hauteur, derrière le grand-orgue, sur toute la largeur. La pédale est tout au fond, contre le mur.

Soufflerie:

Le système de pompage à pied a été conservé, comme l'indicateur de niveau du réservoir au-dessus des pompes, à gauche du buffet. Il y a deux flèches dessinées, montrant dans quel intervalle doit se trouver l'indicateur. Notons qu'il y a, à la console, un tirant "Calcant" destiné à appeler le souffleur (distant pourtant de 2 ou 3 mètres seulement). Ce tirant devait animer une clochette, qui a disparu. Cela semble indiquer que l'ambiance à la tribune était très recueillie, vu qu'un simple signe ou "Hop, jetzt get's loos !" n'était pas envisageable.

Tuyauterie:

Entailles de timbre, Bourdons à calottes mobiles. Aplatissages généralement en ogive. Biseaux à grandes dents, très prononcées et régulières. Le poinçon "R" de la Flûte à cheminée 4' signifie "Rohrfloete", et sur le tuyau "C" figure le nom du jeu en toutes lettres (capitales). Sur le poinçonnage du tuyau grave de la Voix céleste (a priori le "c"), l'avant dernier E de "CELESTE" est à l'envers.

Une vue sur la tuyauterie du grand-orgue.
De bas (passerelle d'accord) en haut (façade) :
la Trompette (conique, aux dessus harmoniques de longueur double),
l'Octave (à peine visible, cachée par la Trompette),
le Bourdon (aigus métalliques, basses en bois),
la grande Flauto dolce (en Spotted, avec son aspect en peau de léopard),
la Gambe, puis le Principal.Une vue sur la tuyauterie du grand-orgue.
De bas (passerelle d'accord) en haut (façade) :
la Trompette (conique, aux dessus harmoniques de longueur double),
l'Octave (à peine visible, cachée par la Trompette),
le Bourdon (aigus métalliques, basses en bois),
la grande Flauto dolce (en Spotted, avec son aspect en peau de léopard),
la Gambe, puis le Principal.

Le Spotted (alliage étain / plomb à "seulement" 50% d'étain, et non raboté) est décidément, et à l'usage, un excellent alliage pour la facture d'orgues. C'est lui qui donne aux tuyaux leur texture "en peau de léopard". Non seulement il permet les magnifiques harmonisations que l'on entend dans ces instruments post-romantiques, mais il semble extrêmement stable dans le temps : il ne s'affaisse pas comme l'étain "riche" (qui est souvent beaucoup trop mou). Le prix de revient de la matière première étant raisonnable, on pouvait "étoffer" les tuyaux en prenant des feuilles plus épaisses, ce qui accroît encore la qualité et la longévité du tuyau. Après plus d'un siècle, cet alliage semble ne subir absolument aucune corrosion et être insensible à l'humidité. D'ailleurs, on en faisait des plombs de pêche, c'est dire... Aujourd'hui, on sait qu'il vaut mieux éviter d'envoyer du plomb dans les rivières. Raison de plus pour réserver le Spotted aux usages nobles, comme construction de tuyaux d'orgues !

Une vue sur l'avant de tuyauterie du récit.
Au premier plan, la belle Flûte à cheminée (les calottes ont aussi un poinçon),
puis la Voix céleste, avec ses grands freins harmoniques,
puis la grande Flûte harmonique, avec ses aplatissages en ogives (en bas à droite).
Plus au fond (invisibles ici) se trouvent l'Aeoline, puis le Geigenprincipal.Une vue sur l'avant de tuyauterie du récit.
Au premier plan, la belle Flûte à cheminée (les calottes ont aussi un poinçon),
puis la Voix céleste, avec ses grands freins harmoniques,
puis la grande Flûte harmonique, avec ses aplatissages en ogives (en bas à droite).
Plus au fond (invisibles ici) se trouvent l'Aeoline, puis le Geigenprincipal.

Un regard sur la tuyauterie rend aussi évidente l'importance de la Flauto dolce (au grand-orgue) et de la Flûte harmonique (au récit) : elles sont imposantes, ont dû compter parmi les jeux les plus coûteux, et sont les "stars" de la composition. Une fois de plus, cela invite à repenser les registrations, et à considérer la "Flauto dolce" comme un réel jeu soliste.

Les basses ont souvent des bouches arquées, mais pas systématiquement (le dessus de la Flûte 8' de pédale a des bouches droites).

D'une grande authenticité, cet instrument met en valeur les solutions techniques caractéristiques de la facture à la Belle Époque : traction pneumatique, tuyauterie romantique dotée d'entailles de timbre et souvent de freins harmoniques (pour favoriser l'attaque). Ces techniques ont été parfois été décriées plus tard, par les prosélytes du "tout baroque", mais elles constituent bel et bien des ingrédients déterminants pour réaliser des orgues de grand caractère. On redécouvre heureusement aujourd'hui ce style "post-romantique", qui procure, à chaque fois que les orgues ont été conservés dans leur état d'origine et bien entretenus, son lot de belles surprises.

Sites Webographie :

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2018. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F680345001P02
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable