> Accueil du site
Les orgues de la région de Haguenau
Dauendorf, St-Cyriaque
Orgue entièrement authentique (sauf la façade);Opus 81 de Martin et Joseph Rinckenbach
Dauendorf, l'orgue Rinckenbach dans son buffet Koulen, le 11/03/2018.Toutes les photos de la page sont d'Eric Eisenberg, 11/03/2018.Dauendorf, l'orgue Rinckenbach dans son buffet Koulen, le 11/03/2018.
Toutes les photos de la page sont d'Eric Eisenberg, 11/03/2018.

L'église St-Cyriaque (il s'agit probablement de St-Cyriaque de Rome) de Dauendorf est un édifice assez exceptionnel, de style néo-roman, voulu par le curé Martz, et achevé en 1881. Une première église s'élevait à cet endroit dès le 8ème siècle, et il subsiste actuellement des éléments datant d'une reconstruction au 15ème siècle. Malheureusement, cet église est aujourd'hui "sans voix", puisque son orgue a cessé de fonctionner, victime d'une tempête qui a endommagé la tuyauterie du grand-orgue. L'instrument est pourtant de très grande valeur : c'est l'opus 81 de Martin et Joseph Rinckenbach, construit en 1904 : pour se faire une idée, on peut aller écouter le Rinckenbach de la localité voisine d'Ettendorf.

---
---

Historique

Le premier orgue du lieu avait été placé en 1833 par la maison Stiehr-Mockers (dans l'ancienne église). C'était un petit instrument, doté d'un seul manuel (I/P 14j). [IHOA] [PMSSTIEHR]

Le facteur sélestadien Augustin Moessmer (qui a travaillé pour la maison Rinckenbach) le déménagea à St-Dié de Breitenau en 1881. [IHOA]

Ce déménagement se fit a l'occasion de la construction du nouvel édifice (1882). Là-bas, l'orgue est resté très authentique.

---
---

Historique

En 1891, on s'adressa à Heinrich Koulen pour construire un orgue neuf. [IHOA]

Koulen avait été en concurrence avec Louis Mockers et Charles Wetzel (devis datés de 1886). Ces deux derniers instruments étaient de taille comparable, Wetzel proposant II/P 20j, et Mockers un orgue légèrement plus grand (22 jeux ; le positif étant expressif). [PMSSTIEHR] [PMSRHW]

---
---

Historique

En 1904, Martin et Joseph Rinckenbach construisirent un instrument neuf, dans les buffets de Koulen. C'est l'opus 81 de la maison d'Ammerschwihr. [IHOA] [Visite] [ITOA] [Barth]

Après l'épisode Koulen, Dauendorf a donc fait le choix de cesser l'aventure, en s'adressant à la principale maison de facture d'orgues alsacienne, qui présentait de sérieuses références. L'opération a parfois été qualifiée de "réparation" ou de "transformation" de l'orgue Koulen, mais, sur place, il s'agit bien d'un orgue Rinckenbach, de facture tout à fait conforme aux pratiques de la maison d'Ammerschwihr dans les premières années du 20ème siècle. [Visite]

Des orgues Rinckenbach contemporains de celui de Dauendorf se trouvent à Urschenheim (opus 83, 1904) ou au Le Hohwald (opus 88, 1905). Ils sont certes un peu plus petits, mais témoignent de l'exceptionnelle qualité de ces instruments. L'opus 87, placé à Kogenheim en 1905, est, lui, un peu plus grand (23 jeux), et permet de se faire une bonne idée des prestations fournies par l'orgue de Dauendorf quand il fonctionnait. De plus, il faut noter que l'exceptionnelle acoustique de cette grande église néo-romane devait permettre à l'instrument de s'exprimer avec beaucoup de charme.

Il y eut des travaux, par Edmond-Alexandre Roethinger en 1921 (probablement le remplacement de la façade). [ITOA] [Barth]

Ceci explique que l'instrument ait été un moment attribué par erreur à la maison strasbourgeoise. Mais tout doute a depuis été écarté, et Dauendorf peut à coup sûr être fière de posséder un orgue de la célèbre maison d'Ammerschwihr.

Le buffet

Le buffet est constitué de deux corps identiques, placés de part et d'autre de la tribune pour dégager la rosace. Un plan en chevron permet de dessiner trois plates faces en arc plein-cintre. Les chevrons sont rehaussés d'une ligne dorée et d'une frise d'arcs retombants, et les colonnes séparant les plates-faces (elles aussi soulignées d'une dorure) sont munies de chapiteaux sculptés. Les deux parties sont surmontées d'une croix celtique écourtée (qui n'avait à l'époque absolument aucune connotation "politique" - celle-ci n'étant apparue qu'après la seconde Guerre mondiale. Le symbole évoque ici soit le cœur, soit les cinq plaies du Christ).

Caractéristiques instrumentales

Console:
La console, dans le silence, attend le retour de la musique.La console, dans le silence, attend le retour de la musique.

Console indépendante face à la nef, fermée par un volet coulissant. Tirants de jeux de section ronde, disposés en gradins de part et d'autre des claviers, munis de porcelaines orientées vers le haut à 45° (l'extrémité du triant, où se situe d'habitude le pommeau, est munie d'un point blanc). Il sont du même modèle qu'à Zellwiller (1899), Urschenheim (1904), Kogenheim (1905) ou Romanswiller (1905). Les porcelaines sont à fond blanc pour le grand-orgue, rose pour le récit, et jaune (et non bleu clair comme d'habitude) pour la pédale. Claviers blancs. Les gradins sont munis d'un petit chanfrein concave. (Pour accueillir un crayon ?)
Commande des accouplements et tirasses par pédales-cuillers à accrocher, en fer forgé, et repérées par des porcelaines rondes disposées tout en haut de la console : (à gauche de la plaque d'adresse) "Suboct. koppel I. z. II." (II/I 16'), "Pedal Koppel II." (II/P), "Pedal Koppel I." (I/P), (à droite) : "Manual koppel" (II/I). Vient ensuite une porcelaine "Expression", mais aucune pour la commande du trémolo. Cette dernière est une pédale à accrocher, différente des autres (gaufrage en losange et non piquée) (comme à Kogenheim), et située tout à droite.
Commande des combinaisons fixes par 7 pistons blancs, situés sous le premier clavier, au centre, et repérés par de petites porcelaines rondes placées en regard, entre les deux claviers : "PP.", "P.", "M.F.", "F", "FF.", "Tutti", et "0." pour l'annulateur. Le banc n'a pas l'air de Rinckenbach (Koulen ?), ainsi que, peut-être, le bloc-clavier (les joues noires et non galbées).
Deux porcelaines sont perdues, mais l'intégralité de la console a l'air d'origine (i.e. non modifiés après Rinckenbach).

Plaque d'adresse en position centrale, au-dessus du second clavier, constituée de lettres en laiton incrustées sur fond noir, et disant :

M & J. Rinckenbach
Orgelbauer in
Ammerschweier
Ober-Elsass

Le mot "Ammerschwihr" ondule entre les deux lignes inférieures.

La plaque d'adresse de la maison d'Ammerschwihr.La plaque d'adresse de la maison d'Ammerschwihr.
Transmission:

Pneumatique tubulaire. Les éléments visibles (tubulures, soufflets) ont l'air en très bon état.

Sommiers:

Le récit et la pédale sont logés dans le corps gauche. Le grand-orgue est placé derrière le centre et le corps droit.

Grand-orgue chromatique, aigus à gauche (partie centrale, sous la rosace). Basses à droite, placées orthogonalement, le long du mur, C à l'avant. Une octave du Principal 8' est postée derrière la façade droite (qui est également parlante), alimentée par des relais pneumatiques, pour accentuer le caractère "Montre".

Récit diatonique, Trompette solo juste derrière les jalousies. Celles-ci sont tournées vers le centre de l'instrument (et non vers la façade). Sous les jalousies de la boîte, deux grands panneaux permettent l'accord de l'anche sans déposer le reste.

Pédale logée contre le mur gauche.

Soufflerie:

Le réservoir principal, à plis, est placé à droite du récit, à l'aplomb du côté gauche de la rosace.

Tuyauterie:

La tuyauterie est de très belle facture, et ne semble jamais avoir été altérée. Entailles de timbre quasi systématiques, bourdons à calottes mobiles. La Gambe du grand-orgue comporte des entailles en trous de serrure.

Les dégâts dûs à la tempête qui a endommagé la rosace sont surtout frappants pour la Mixture, la Doublette et l'Octave du grand-orgue. Quelques débris attestent de la violence du phénomène, mais les tuyaux ne paraissent avoir été endommagés que par un choc avec des éléments lourds, tombés sur le côté du sommier longeant le mur. Certains tuyaux sont tordus, et quelques uns sont cassés au niveau de la bouche. A part quelques rares tuyaux (aigus) absents du sommier, le matériel sonore est intégralement présent et conservé. Quelques traces de gouttes d'eau seulement sont visibles, ce qui semble indiquer qu'il n'y a pas eu de dégât d'eau significatif, au moins à la tuyauterie. Il n'a pas été possible de constater l'état du sommier.

Un vue sur la tuyauterie du grand-orgue.De gauche à droite : la Mixture 3 rangs, la Doublette, l'Octave, le Bourdon 8',la Flûte majeure (en bois) et sans faux-sommier, le Dolce,le grand Bourdon 16', la Gambe, puis le Principal 8'.Comme on peut le voir, si les 3 jeux de gauche (le long du mur) ont subi des dégâts conséquents,très peu de tuyaux ont été dégradés au-delà du réparable.Plus vers le fond (donc plus loin de l'aplomb de la rosace,et où on trouve les grands tuyaux graves plus résistants),les effets de la tempête ont été encore plus limitées.Un vue sur la tuyauterie du grand-orgue.
De gauche à droite : la Mixture 3 rangs, la Doublette, l'Octave, le Bourdon 8',
la Flûte majeure (en bois) et sans faux-sommier, le Dolce,
le grand Bourdon 16', la Gambe, puis le Principal 8'.
Comme on peut le voir, si les 3 jeux de gauche (le long du mur) ont subi des dégâts conséquents,
très peu de tuyaux ont été dégradés au-delà du réparable.
Plus vers le fond (donc plus loin de l'aplomb de la rosace,
et où on trouve les grands tuyaux graves plus résistants),
les effets de la tempête ont été encore plus limitées.

La pédale et le récit ont été totalement épargnés, et se trouvent dans un état de conservation remarquable.

L'orgue de Dauendorf paraît donc être réparable dans des conditions tout à fait raisonnables. Sa grande valeur historique et musicale, attestée par la qualité de ses contemporains, justifierait amplement un tel projet de restauration. Ceci est d'autant plus vrai que l'instrument a l'air totalement authentique (sauf la façade, mais qui a été remplacée avec soin et respect pour le style originel). Cela en fait un important témoin de la facture d'orgues alsacienne du début du 20ème siècle, dont beaucoup de trésors restent à découvrir.

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2017. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670087001P03
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable