> Accueil du site
Les orgues de la région de Molsheim
Heiligenberg, St-Vincent
1917 degr > Dégâts
Le grand orgue Kriess de Heiligenberg.Photo de
        Victor Weller, 12/04/2014.Le grand orgue Kriess de Heiligenberg.
Photo de Victor Weller, 12/04/2014.

Cet orgue Franz Xaver Kriess a été construit en 1906 pour l'église de Heiligenberg (achevée en 1865 dans le style néo-gothique) sur la base de l'orgue Stiehr frères (1869) qui l'a précédé. L'édifice abrite aussi une chaire des ateliers Muller, des autels latéraux de Klem, des tableaux du 18ème, et une horloge de Jean-Baptiste Schwilgué.

---
---

Historique

En 1828, un premier orgue fut construit par Xavery Mockers. [IHOA] [HOIE]

Cet instrument fut déménagé à St-Ulrich d'Avenheim en 1869. [IHOA] [HOIE]

1828 Xavery Mockers à Heiligenberg
1869
1869 Xavier et Ferdinand Stiehr à Heiligenberg
vers 1930 Franz Heinrich Kriess à Heiligenberg

---
---

Historique

En 1869, Ferdinand et Xavier Stiehr (donc la maison "Stiehr frères") construisirent un orgue neuf pour l'église reconstruite en 1865. [ITOA] [IHOA] [HOIE] [Barth]

Ce fut le dernier orgue signé par les frères Stiehr ; la réception eut lieu le 20/09/1869. Voici la composition probable, donnée par Louis Ginter, qui avait eu accès au devis.

C'est une composition... qui fait très "milieu du 19ème". Seules concessions à la "modernité" : la Montre 8' à l'Oberwerk, et, peut-être, la grande "Hohlfloete" (Flûte creuse ou ouverte) au grand-orgue. Un "Jeu céleste", dans le vocabulaire de l'époque (surtout placé au second clavier) était généralement un Salicional 4' ("Salicet"). La Voix humaine ne fut sûrement jamais posée. On peut quand même se demander comment était accueilli, juste avant 1870, un tel instrument qui avait probablement, pour le regard de l'époque, au moins 20-30 ans de retard... Finalement, il fit l'affaire 60 ans. Et c'est sûrement sa console en fenêtre et son diapason trop grave qui devinrent rédhibitoires.

---
---

Historique

C'est en 1906 (le devis a été retrouvé) que Franz Xaver Kriess reconstruit l'instrument, en le dotant d'une console indépendante, d'un diapason moderne (La 440 Hz), et bien sûr d'une façade neuve. [IHOA] [IHOA] [HOIE] [Barth] [VWeller]

L'instrument a peut-être été conçu grâce aux conseils de l'abbé R. Gérédis, expert diocésain et vicaire à l'institut des aveugles de Still (village voisin). [VWeller]

En tous cas, la composition était joliment "spätromantik". Ce devait être un instrument assez exceptionnel, sur lequel on imagine bien les pièces de Reger. Voici un essai de restitution de sa composition, grâce aux dominos encore présents en 2004.

Composition, 1906, hypothèse
Grand-orgue, 54 n. (C-f''')
2'2/3
C c c' c''
2'2/3 4' 5'1/3 8'
2' 2'2/3 4' 5'1/3
1'1/3 2' 2'2/3 4'
1' 1'1/3 2' 2'2/3
- - 1'1/3 2'
Stiehr
Récit expressif, 54 n. (C-f''')
C c c' c''
2'2/3 4' 8' 8'
2' 2'2/3 4' 5'1/3
1'3/5 2' 2'2/3 4'
- 1'1/3 2' 2'2/3
- - 1'3/5 2'
Pédale, 27 n. (C-d')
Kriess
I/P
[ITOA] [SBauer]

Les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités en avril 1917. [HOIE]

C'est en 1963 qu'eut lieu un "relevage" (l'inventaire technique de 1986 émet l'hypothèse qu'il a été mené par Robert Kriess), qui fut en fait une désastreuse transformation. [ITOA]

Malheureusement, au lieu de laisser la jolie composition en l'état, plusieurs jeux ont été changés, pour "baroquiser" ce pauvre instrument :

Et pourtant, ce n'est toujours pas l'idéal pour Couperin ou Frescobaldi... Bilan : le bel orgue des années 30 a perdu toute authenticité ; la perte de l'Aéoline, du Salicional et du Dolce, remplacées par d'inutiles petits jeux, dénature à l'évidence le "fond d'orgue" de l'instrument, qui est sa "voix" principale. Le répertoire adressé exige en effet une délicate progression dans l'intensité des différents fonds de 8', or c'est justement 5 fonds de 8' qui ont fait les frais de l'opération.

Au début du 21ème siècle, l'orgue était devenu muet. Dès 2006, en vue de procéder à un entretien devenu nécessaire, un projet a été lancé, sous l'impulsion du chanoine Gérard Auer. [SBauer]

En 2007, des travaux furent menés par Dietmar Schoemer de Saarbrücken. La traction pneumatique a été réparée et l'orgue entièrement relevé. Le buffet a été nettoyé, et les écussons de la façade en zinc ont étés peints en doré. L'ancien banc (Stiehr) en mauvais état a été remplacé par un banc réglable neuf. Les écussons des tuyaux de façade ont été dorés. [VWeller]

C'est ce qu'on peut appeler une opération exemplaire, dans la mesure où la traction pneumatique a été entretenue, et l'essentiel sauvegardé. Dans le but de "détourer" les modifications, les dominos correspondant aux jeux "baroquisés" dans les années 60 ont été munis de porcelaines écrites en italique. (Cela permet d'éviter de les tirer par inadvertance, et de voir par exemple cet effarant 1'1/3 surgir dans un subtil crescendo... )

A gauche (photo de Sébastien Bauer, mai 2006)
                    la version avant "détourage des baroquisations",à droite (photo de Victor
                    Weller, avril 2014), la version corrigée.A gauche (photo de Sébastien Bauer, mai 2006) la version avant "détourage des baroquisations",
à droite (photo de Victor Weller, avril 2014), la version corrigée.

Evidemment, c'est probablement pour des raisons financières qu'une restauration dans l'était de 1930 n'a pas été possible : autant il est facile de "recouper" des jeux (et de revendre le métal au passage ?), autant faire marche arrière est très coûteux. Il faudra donc encore attendre avant d'entendre les beaux jeux de 8 pieds manquants à cet orgue. L'instrument étant très utilisé, en particulier pour l'enseignement, il n'est pas interdit d'espérer. Il ne reste pratiquement plus d'orgues de Franz Heinrich Kriess (deux en Moselle : Rédange (1926) et Grundwiller (1932)), et celui d'Heiligenberg est un précieux témoin de l'époque des "années 30", fort méconnue et jusqu'à très récemment complètement méprisée.

Le relevage a été fêté le 03/06/2007.

Le buffet

Très belle ambiance "néo-gothique" ; photo de
                Victor Weller, avril 2014.Très belle ambiance "néo-gothique" ; photo de Victor Weller, avril 2014.

En harmonie avec l'édifice qu'il abrite, le buffet est néo-gothique. Il est à deux étages, dans une configuration "en triangle" appréciée dans la seconde moitié du 19ème. Deux fois trois plates faces ornées de claires-voies (en ogive ou en double ogive) sont encadrées par deux tourelles plates.

Les jouées sont fort intéressantes ; photo de
                Victor Weller, avril 2014.Les jouées sont fort intéressantes ; photo de Victor Weller, avril 2014.

Les tourelles sont couronnées par des gâbles à 6 crochets et un fleuron, tandis que des jouées comportant de curieux personnages "façon moyen-âge" ainsi que des animaux encadrent l'ensemble. L'étage du grand orgue comporte 3 plates faces avec 2 quadrilobes à chaque fois terminées au milieu par des têtes de barons et de nobles (donateurs ?). Le buffet a probablement été dessiné par Alexandre Matuszinsky, architecte de l'arrondissement (buffet analogue à ceux de Still et Urmatt), et réalisé par les ateliers Klem qui ont aussi fourni les stalles et l'ancien maître-autel (démonté en 1958). Le soubassement à conservé 2 supports de lampes à pétrole destinées à éclairer l'ancienne console en fenêtre. [VWeller]

Caractéristiques instrumentales

Composition, 2014
Grand-orgue, 54 n. (C-f''')
Chape du Quintaton 8'
Chape du Flauto dolce 8'
4 rgs?
Récit expressif, 54 n. (C-f''')
Sorte de larigot principalisant... sur la chape de l'Aéoline !
Pédale, 27 n. (C-d')
Violoncelle recoupé ?
Réharmonisé en 2011
I/P
[ITOA] [SBauer] [VWeller]
Console:
La console indépendante, photo de Sébastien
                    Bauer, mai 2006.La console indépendante, photo de Sébastien Bauer, mai 2006.

Console indépendante face à la nef (touchant la balustrade à l'avant et le buffet à l'arrière), fermée par un couvercle rapporté, et à présent par un rideau coulissant (posé par Kriess dans les années 1980). Tirage des jeux par dominos (Kriess), de couleur rose pour le grand-orgue, verte pour le récit, et orange pour la pédale, disposés de part et d'autre des claviers en deux rangées. Les dominos sont munis de porcelaines centrales avec 2 sortes d'écritures depuis 2007 (les baroquisations de 1963 apparaissant en italique). Commande manuelle des accouplements par dominos (dans ce cas bicolores). Commande des combinaisons fixes par 4 pistons blancs situés en dessous du premier clavier. Plaque d'adresse en laiton avec motifs art-nouveau : [VWeller]

F.KRIESS
Molsheim Els.
Transmission: pneumatique (1930).
Sommiers:

à gravures, de Stiehr, aux manuels (munis d'une transmission pneumatique). Sommier à mambranes (Taschenlade, Kriess ?) à la pédale (mais il s'agit peut-être d'un intermédiaire).

La pédale ; photo de Victor Weller, mai
                    2014.La pédale ; photo de Victor Weller, mai 2014.

Culture Activités culturelles :

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2017. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670188001P03
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable