> Accueil du site
Les orgues de la région de Benfeld
Matzenheim, collège St-Joseph
1917 degr > Dégâts
L'orgue Koulen du collège St-Joseph de Matzenheim, le
        10/11/2014.L'orgue Koulen du collège St-Joseph de Matzenheim, le 10/11/2014.

L'orgue du collège St-Joseph de Matzenheim se trouve à la tribune de la grande chapelle de l'établissement. Il a été construit par Heinrich Koulen en 1881, ce qui le rend pratiquement contemporain de celui d'Andlau.

---
---

Historique

Le devis est daté du 17/01/1881, et l'orgue Heinrich Koulen fut livré la même année, puisque le solde a été payé le 25/11. La réception et l'inauguration ont eu lieu le 30/06/1881. [IHOA] [Barth] [YMerlin]

Voici la composition originale selon le devis et l'analyse de l'existant :

Il n'est pas exclu que le projet ait été légèrement modifié au cours de la construction. En effet, c'est peut-être dès le début qu'on préféra un Flageolet et un Dolce à la place de la Voix humaine et de la Doublette prévues. La première modification entrainant une moins-value et la seconde une plus-value, elles ont pu se compenser, et donc ne pas laisser de trace financière. Mais cela reste peu probable, car pour placer le Dolce, le Cornet a dû être distribué sur deux chapes, et s'est retrouvé dans une position rendant son accès pratiquement impossible : ce n'est pas un "expédient" que l'on pratique volontiers sur un orgue neuf. Le plus probable reste que la composition a été changée plus tard (peut-être par Koulen lui-même, avant 1897, ou par Edmond-Alexandre Roethinger, son "successeur naturel", dont Mathias cite une intervention à Matzenheim en 1898, et... lui attribue l'instrument).
De plus, le récit n'a peut-être pas été expressif à l'origine.

On pourra comparer la composition à ce que Koulen fera 4 ans plus tard à Buhl (l'instrument est un peu plus grand).

Le journal l'Alsace du 07/07 rapporte que le 30/06 eut lieu l'expertise et l'inauguration de l'orgue Koulen (2 claviers, 20 jeux) de la chapelle de l'établissement Saint-Joseph de Matzenheim par ERB, SERING, STERN et le frère Vincent AMANN. "Koulen [...] est arrivé à avoir un genre à lui, une intonation mixte tenant de l'Allemand par les jeux de fonds, se rapprochant éminemment du français dans les anches et dotée de toutes les innovations et de tous les perfectionnement dont l'orgue français est fier à si juste titre." [YMerlin]

Le Cornet est plus une Mixture qu'un grand Cornet posté. Il est d'ailleurs dépourvu de Tierce : Koulen l'appellera curieusement son Cornet "Grand-jeu" à Lampertheim. On retrouve la Flûte d'écho (Fernfloete) à Andlau. L'orgue a aussi conservé sa Gambe en 4 pieds (Violine).

Les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités en juillet 1917. [IHOA]

C'est en 1920 que la traction de la pédale a été modifiée pour intégrer un relais pneumatique (Koulen construisait ses orgues "mécaniques" avec des sommiers à gravures pour les manuels et à cônes pour la pédale). L'opération a probablement été menée en même temps que le remplacement de la façade. On ne sait pas qui a réalisé cette modification : peut-être Edmond-Alexandre Roethinger, à qui Mathias attribue l'instrument. [Barth]

Le Tuba de pédale a malheureusement été remplacé par un Violoncelle 8', probablement vers 1970. C'est probablement la maison Kriess de Molsheim qui fit la modification. [ITOA] [Visite]

Depuis que celui d'Andlau a été déposé, le dernier Tuba 16' (à anches libres) encore en fonction de Koulen se trouve à Mittelhausen église protestante.

Dans les archives du collège sont conservés de nombreux devis, de plusieurs facteurs. Le fait que seulement 3-4 jeux d'origine ont été perdus est quelque part miraculeux. Parmi les projets, l'un d'eux, dont il reste un plan au 1/25ème, prévoyait d' "aplatir" l'orgue, en logeant le second clavier sur les côtés, et en plaçant la pédale transversalement, sur les côtés du grand-orgue... tout ceci pour avancer la console d'un mètre environ.

Le buffet

Le buffet polychrome, particulièrement original et bien intégré dans le mobilier de la chapelle, a probablement été construit par les Frères. Son plan global est assez habituel : trois tourelles plates de 5 tuyaux, la plus grande au milieu, sont séparées par de petites plates-faces de 5 tuyaux aussi. Les détails sont plus originaux, et constitués de sculptures et de dorures sur fond vert. Le style est éclectique, d'inspiration néo-romane (arcs plein-cintre, frises cannelées...) avec des influences "début 18ème" (tympans, cartouches, fleurons d'instruments de musique...). Les rinceaux figurent des poissons. Le couronnement central figure une lyre, deux trompes croisées, et il est surmonté d'une tête d'angelot ailée. Les pinacles sont constitués de vases fins, un peu comme des bilboquets. Sur la ceinture est inscrit en grandes lettres dorées : "LAVDATE.DOMINVM.IN.TYMPANO.ET.CHORO:LAVDATE.EVM.IN.CHORDIS.ET.ORGANO." (les quatrième verset du dernier des psaumes, évidemment cher aux musiciens d'église, l'instrument étant par là dédié à la louange).
De petits buffets latéraux, moins richement ornés et en retrait, abritent la pédale.

Caractéristiques instrumentales

Composition, 2014
Grand-orgue, 54 n. (C-f''')
Tout en bois
Entailles de timbre
Toute en bois
Pas d'origine, intercalé entre le Cornet et la Trompette
Entailles de timbre
Entailles de timbre
Basse 2'2/3+2', dessus 4 rangs
H.S.
Récit expressif, 54 n. (C-f''')
Basses en bois, c'-f''' en métal
C-H en bois, harmonisée très douce
De grande taille ; au ton, accordé au bulldozer
35 dessus (g-f''') harmonique
Entailles de timbre
En fait, Nasard, dessus au ton ; basses bouchées
Au ton, de même facture que la Quinte ; chape de la Voix humaine
Bois ; deux boîtes font pied ; 30 dessus (c'-f''') harmoniques
Pédale, 27 n. (C-d')
Spotted, freins en bois
I/P
Agissant sur les deux manuels
Console:
La console indépendante.La console indépendante.

Console indépendante face à la nef, fermée par une couvercle basculant. Tirants de jeux de section ronde à pommeaux tournés, disposés en trois gradins de part et d'autres des claviers. Porcelaines d'origine, avec le nom des jeux écrit en lettres gothiques, sur fond blanc pour le grand-orgue, rose pour le récit, et vert pour la pédale. Claviers blancs, re-plaqués de celluloïd (années 70 ?). Commande des accessoires par pédales-cuillers à accrocher, en fer, repérées par de grandes porcelaines ovales blanches, situées au-dessus du second clavier. Il y en avait 7 (emplacements visibles à cause des marques ovales et des trous de vis), correspondant à 7 pédales, dont la 4ème et la 7ème ont disparu. De gauche à droite :

  • - [Porcelaine disparue] (appel du "grand-jeu", c'est-à-dire des "jeux de combinaison" au sens de Joseph Merklin : la pédale commande l'alimentation de la Trompette et du Cornet du grand-orgue. Ceux-ci ne fonctionnement pas quand la pédale n'est pas enfoncée, même si leur tirant est tiré.
  • - "Pedal Coppel an I. Manual." (I/P)
  • - "Manual Coppel." (II/I)
  • - [Porcelaine disparue], pédale manquante, mécanisme déposé. II/I 4' ?
  • - [Porcelaine disparue] (II/I 16') : le mécanisme existe toujours, mais a été bloqué par une vis
  • - "Tremblant. doux."
  • - "Expression." Pédale-cuiller manquante, une pédale basculante est placée à sa droite.

L'expression du récit n'avait donc que deux positions (ouvert ou fermé) quand elle fut posée (et il est peu probable que l'orgue n'ait pas été expressif du tout à l'origine) ; la pédale basculante a été placée plus tard (années 70 : on croit reconnaître le style "pragmatique" de Robert Kriess. La pédale manquante reste une énigme. On pourrait penser qu'elle correspond à un mécaniste jamais posé, mais des traces d'usure sur son guide métallique en attestent un usage intensif dans le passé. C'était peut-être un accouplement à l'octave aiguë, non prévu au devis.

La plaque d'adresse n'est pas située sur la console, mais sur le buffet, au-dessus de l'organiste.

Koulen n'est pas le seul à avoir utilisé cette
                    disposition pour la plaque d'adresse : Voit fit de même à
                    .Koulen n'est pas le seul à avoir utilisé cette disposition pour la plaque d'adresse : Voit fit de même à Steige.
Sommiers:

Le grand-orgue et le récit ont des sommiers à gravures, entièrement chromatiques (de l'intérieur, l'orgue a l'air d'être une énorme flûte de pan). Les aigus sont à gauche, et les basses à droite (ce qui est logique puisque la console fait face à la nef). Les sommiers de pédale, diatoniques, étaient à cônes à l'origine, et tirés mécaniquement. C'est peut-être encore les sommiers Koulen qui fonctionnement actuellement (si on a simplement remplacé la commande mécanique par un système pneumatique). Mais ils ont peut-être été remplacés.

Le grand-orgue. (Les aigus sont à droite
                    sur la photo, puisqu'on regarde depuis le fond vers la façade.)Ordre des
                    chapes, de la passerelle à la façade :Trompette, Dolce, "Cornet", Bourdon
                    16', Gambe, Flûte majeure en bois, Prestant, Montre 8'.Le grand-orgue. (Les aigus sont à droite sur la photo, puisqu'on regarde depuis le fond vers la façade.)
Ordre des chapes, de la passerelle à la façade :
Trompette, Dolce, "Cornet", Bourdon 16', Gambe, Flûte majeure en bois, Prestant, Montre 8'.
Récit. Ordre des chapes depuis le mur du
                    fond (à gauche) vers l'accès et les jalousies (à droite):Flûte d'écho 8',
                    Voix céleste, Bourdon 8', Salicional, Flûte traverse 4', Gambe 4', Quinte, Flûte
                    2', Clarinette.Récit. Ordre des chapes depuis le mur du fond (à gauche) vers l'accès et les jalousies (à droite):
Flûte d'écho 8', Voix céleste, Bourdon 8', Salicional, Flûte traverse 4', Gambe 4', Quinte, Flûte 2', Clarinette.
Soufflerie:

Un grand réservoir à plis parallèle est logé dans le soubassement. Il est lesté par deux pierres plates. Une troisième pierre, de même type que les deux autres, est posée à côté du réservoir (ce qui fait penser à une diminution de la pression). Un second réservoir est situé à droite de l'orgue, sous la partie "C" de la pédale. Ce second réservoir a dû remplacer un système de pompage manuel (dont le levier à bras est conservé : on est sûr qu'il se situait à cet endroit).

Le ventilateur est situé dans les combles.

Le plus probable est qu'à l'occasion de l'électrification de l'alimentation en vent, le cunéiforme de pompage a été remplacé par un second réservoir (ce qui offre plus de volume pour la stabilité du vent). Il est possible qu'en raison d'un des nombreux phénomènes pouvant apparaître dans les souffleries, le second réservoir, au lieu de simplement apporter plus de volume disponible, a aussi contribué à une augmentation de pression, qui aurait été compensée par la dépose d'une des pierres du réservoir principal.

Tuyauterie:

La tuyauterie est de belle facture, mais elle a été malmenée lors d'accords maladroits : certains tuyaux coupés au ton nécessiteraient un retour en atelier, tellement leur sommet est déformé. Les nombreux tuyaux à entailles d'accord ou de timbre ont aussi "beaucoup vécu", et certains ont connu les affres des étiquettes de papier collant.

La Clarinette. Ce jeu, en bois, est
                    harmonique (c'-f''' avec résonateur en 16' au lieu de 8').Comme les fameux
                    Tubas de Koulen, les tuyaux n'ont pas de pieds individuels, mais sont "plantés"
                    dans une grande boîte (en fait, deux).En bas, les "robinets" permettant de
                    régler le débit d'air admis dans chaque tuyau.La Clarinette. Ce jeu, en bois, est harmonique (c'-f''' avec résonateur en 16' au lieu de 8').
Comme les fameux Tubas de Koulen, les tuyaux n'ont pas de pieds individuels, mais sont "plantés" dans une grande boîte (en fait, deux).
En bas, les "robinets" permettant de régler le débit d'air admis dans chaque tuyau.
Marque ovale, ici sur un tampon de laye du
            grand-orgue.Marque ovale, ici sur un tampon de laye du grand-orgue.

C'est un bel instrument, unique par son buffet, et contenant des jeux fort rares, qui pourraient servir de modèle lors de la restauration d'autres orgues Koulen, ce facteur encore trop méconnu. Elève de Joseph Merklin, Koulen est le "grand-père" de la facture d'orgues alsacienne du 20ème siècle : il est à l'origine de l'installation d'Edmond-Alexandre Roethinger à Strasbourg. Ce dernier à été formé initialement chez Koulen, et à donné du travail dans leur jeunesse à la plupart des facteurs alsaciens qui ont oeuvré au cours des deux premiers tiers du 20ème siècle.

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2014. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670285002P01
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable