> Accueil du site
Les orgues de la région de Villé
Steige, Ste-Madeleine
1917 degr > Dégâts
Steige, l'orgue Voit, le 10/02/2013.Steige, l'orgue Voit, le 10/02/2013.

En remontant le Val de Villé, on rejoint le pays Welsche et le village de Steige. La localité est très attrayante, en été comme en hiver. Au milieu du 19ème siècle, la construction de la nouvelle église du lieu a causé bien des tracas (à la fois administratifs et techniques). Mais cela valait la peine, et tout finit bien. On dota rapidement le bel édifice du premier orgue que la maison Voit, de Durlach, posa en Alsace.

---
---

Historique

Le premier orgue de Steige a été construit en 1829 par Valentin Rinkenbach, et placé dans l'ancienne église (celle du cimetière). [IHOA] [PMSRHW] [ITOA] [PMSDBO1974]

L'accord fut signé le 02/05/1828, et l'orgue reçu par Théodore Kuhlmann le 17/03/1829. [PMSDBO1974]

Il fut remonté dans l'église neuve de 1869, mais se montra probablement insuffisant pour le volume de la nef. En 1872, il fut démonté, puis vendu en 1876 à St-Boniface de Diebolsheim, où la maison Kriess le reprit en 1913. [IHOA] [PMSRHW] [PMSDBO1974]

---
---

Historique

C'est en 1872 que fut construit l'orgue Voit, le premier de cette maison destiné à l'Alsace. [IHOA] [Barth] [ITOA] [PMSDBO1974]

C'est Franz Stockhausen (Strasbourg, conservatoire) qui avait recommandé Voit. Le devis est daté du 07/12/1871, et a été approuvé le 18/09/1872. Ce délai s'explique par des modifications (aspect du buffet) demandées par l'architecte Antoine Ringeisen. Voit ajouta une Voix céleste, qui n'était pas prévue au devis, et porta l'étendue de la pédale à 27 notes (jusqu'au Ré, le devis n'en prévoyant que 25). La réception eut lieu le 14/11/1872 par Antoine Ringeisen, F.X.J. Erbling (Sélestat, Ste-Foy) et Franz Stockhausen. L'accueil fut excellent : on souligna la qualité des matériaux et de l'exécution, et il fut noté que "tous les détails sont exécutés avec soin et intelligence. [...] L'instrument est une oeuvre artistique sortant de l'ordinaire." [PMSDBO1974]

La transmission était mécanique. Le procès-verbal de réception donne encore quelques précisions : il atteste la présence de 4 pédales d'accouplement et de combinaison (que le devis appelle "registres d'accouplement et plein-jeu"). Il y avait donc soit un appel "forte" (ou des "jeux de combinaison"), par pédales, et ce malgré l'esthétique "germanique" de l'instrument. Les sommiers étaient en chêne. [PMSDBO1974]

C'étaient certainement des sommiers à pistons ("Kegelladen").

L'inventaire des orgues de 1892 trouva "un orgue excellent, fourni par Voit père et fils, à Durlach (Baden)". [Barth]

En 1880, Mathaeus Moessmer fit une réparation. [IHOA]

Les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités le 28/04/1917. [IHOA] [PMSDBO1974]

---
---

Historique

En 1922, l'instrument fut modifié par Franz Heinrich Kriess : sur la liste des travaux Kriess parue dans Caecilia 1924, il est considéré comme un orgue neuf (opus 33), comme le voulait alors l'usage quand on reconstruisait la transmission. Il était doté de 28 registres, incluant probablement 5 accouplements, avec bien entendu une transmission pneumatique. Du point de vue de la composition, à part la Doublette du grand-orgue remplacée par une Trompette (et bien sûr la façade), toute la tuyauterie était encore de Voit. Le buffet aurait été reculé à cette occasion (et c'est donc probablement de 1922 que date l'installation de la pédale dans le local situé à gauche de l'orgue). Bien sûr, une montre neuve fut posée (zinc). [IHOA] [Barth] [ITOA] [PMSDBO1974]

A une date indéterminée, quelqu'un remplaça la Voix céleste en un Piffaro 8' (puisque ce jeu était présent en 1955).

Entre 1955 et 1959, c'est la maison Muhleisen qui fit une réparation. [IHOA]

Outre un nettoyage, le jeu de Piffaro 8' (récit), qui était pourtant original, fut à cette occasion remplacé par une Doublette. [ITOA]

En 1982, Chrétien Steinmetz altéra gravement la composition (10 jeux changés - certains purement et simplement "recoupés" - , dont la presque totalité du malheureux récit expressif !). [IHOA]

Malgré ces transformations (et surtout celle, très malheureuse, de 1982), l'orgue de Steige reste très attachant, car doté d'une forte personnalité et placé dans un environnement fort agréable. Avec un récit restauré dans son état de 1922 (la transmission est très précise, et le pédale "décentrée" fort originale), ce serait assurément un instrument exceptionnel. Reste à espérer qu'un tel projet puisse un jour être envisagé : il permettrait de retrouver un des très rares témoins de l'influence qu'on eue, à la fin du 19ème, les facteurs badois sur l'Orgue alsacien.

Le buffet

Le buffet de 1872 est constitué de deux grandes tourelles plates néo-romanes à pilastres cannelés, encadrant une partie centrale à deux étages : chacun est constitué d'une plate-face triple, rythmée par des meneaux. Les tourelles sont couronnées par de petites croix, tandis qu'une horloge orne la partie centrale.

Caractéristiques instrumentales

Composition, 2013
Grand-orgue, 54 n. (C-f''')
F.H. Kriess, 1922
Steinmetz 1982
Steinmetz 1982
Steinmetz 1982
Récit expressif, 54 n. (C-f''')
Steinmetz 1982
Steinmetz 1982
Steinmetz 1982
Steinmetz 1982
Steinmetz 1982
Steinmetz 1982
Pédale, 27 n. (C-d')
Steinmetz 1982
I/P
Console:
La console Kriess (1922), le 10/02/2013.La console Kriess (1922), le 10/02/2013.

Console indépendante face à la nef, fermée par un rideau coulissant. Tirage des jeux par dominos (1922), de couleur rose pour le grand-orgue, verte pour le récit et jaune pour la pédale, disposés en ligne au-dessus du second clavier. Les dominos sont munis de porcelaines centrales. Commande manuelle des accouplements par dominos (pas de pédale à accrocher). Commande des combinaisons fixes par pistons blancs repérés par de petites porcelaines rondes disposées verticalement et au-dessus, plus un piston annulateur noir. Commande de la "pédale piano automatique" (allégeant la pédale lorsque l'on joue sur le récit) par deux pistons : un blanc, d'appel, repéré par une porcelaine "Ped.aut" sur fond jaune et bleu, et un noir, l'annulateur. Commande du crescendo et de l'expression du récit par pédales à bascule (pas d'origine), repérées par des porcelaines rectangulaires : "Crescendo" et "Echo" (!). Indicateur de crescendo circulaire, en position centrale interrompant la ligne des dominos, gradué de 0 à 12.

L'indicateur de crescendo est la "signature
                    visuelle" de la console de cet orgue.L'indicateur de crescendo est la "signature visuelle" de la console de cet orgue.
La plaque d'adresse n'est pas sur la console,
                    mais sur le buffet.La plaque d'adresse n'est pas sur la console, mais sur le buffet.

Plaque d'adresse ovale, en laiton :

KIRCHEN-ORGELBAU
von
L. VOIT & SOHN in DURLACH

...c'est-à-dire Louis Voit et son fils Heinrich. Carl Voit (1847–1887), le frère cadet de Heinrich, décéda à 40 ans. Les plaques ultérieures seront libellées "H. Voit & Söhne" : Heinrich et des fils Emil et Siegfried.

Sommiers:
La pédale dans sa niche, à gauche du
                    buffet.La pédale dans sa niche, à gauche du buffet.

L'élément le plus original dans la disposition de cet instrument est la pédale, disposée dans une niche, du côté gauche de l'orgue.

Soufflerie:
La pompe à pied.La pompe à pied.

Le système de pompage à pied a été conservé (mais l'indicateur de remplissage a disparu). Alimenté ainsi, et doté d'une transmission entièrement pneumatique, l'orgue fonctionne absolument sans électricité.

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2015. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670477001P03
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable