> Accueil du site
Les orgues de la région de Ste-Marie-aux-Mines
Ste-Marie-aux-Mines, St-Louis
avant 1789 atte > Orgue attesté
1917 degr > Dégâts
Orgue authentique (sauf la façade).
Sainte-Marie-aux-Mines, le 03/07/2006. Toutes les photos de la page sont de Roland Lopes.Sainte-Marie-aux-Mines, le 03/07/2006.
Toutes les photos de la page sont de Roland Lopes.

La paroisse St-Louis de Sainte-Marie-aux-Mines a été supprimée vers 1999. L'église, de style néo-classique, date de 1850 (la précédente, construite en 1673, était un don de Louis XIV), et elle a donc à présent d'autres destinations, en particulier culturelles. Elle abrite, en plus du tableau figurant St-Louis rendant la justice sous un chêne, un des joyaux de l'orgue alsacien : un instrument de 1882 resté pratiquement dans son état d'origine.

La localité de Ste-Marie-aux-Mines est particulièrement riche en orgues :
Dans l'église Ste-Madeleine (rue de Lattre-de-Tassigny), on trouve un orgue Joseph Callinet, 1849, pneumatisé par Martin et Joseph Rinckenbach.
L'église St-Louis (rue St-Louis), dont il est ici question, abrite l'opus 6 de Martin Rinckenbach.
Dans l'église Luthérienne des Chaînes (81, rue St-Louis), il y a un orgue de Joseph Callinet, 1846-1847, qui fut pneumatisé par Dalstein-Haerpfer dès 1892.
Dans le temple réformé (23, rue du Temple), il y a aussi un orgue Joseph Callinet, 1847 , qui fut également pneumatisé par Dalstein-Haerpfer, mais seulement en 1911.
L'église St-Pierre-sur-l'Hâte ne semble jamais avoir abrité d'orgue, tout comme l'église St-Guillaume (15 ème siècle). Quand à l'ancienne église "sur le pré", elle a disparu en 1881.

---
L'orgue de facteur inconnu (avant 1789)
---

Historique

Il y avait, dans l'ancienne église un orgue dont on ignore la provenance, inventorié en 1840, et qui datait probablement de l'ancien régime avant 1789. Il fut vendu lors du renouvellement de l'édifice. [IHOA]

Un projet d'orgue neuf fut établi par les frères Wetzel le 29/08/1873, et envoyé à l'organiste de la Madeleine, Eugène Thomas. Ce projet d'orgue de 28 jeux sur 2 claviers et pédale ne fut jamais réalisé. [IHOA] [PMSRHW] [Barth]

Léonard Eugène Thomas (6/11/1841-11/10/1918) est né à Ste-Marie-aux-Mines. Il en dirigea la fanfare et l'orchestre. Il est l'auteur d'oeuvres d'orgue, pour quatuor à cordes, ainsi que vocales. [RMuller]

---
---

Historique

L'orgue actuel a été construit par Martin Rinckenbach, dont c'est l'opus 6. La réception eu lieu le 29/10/1882 [LR1907] [Barth]

L'instrument fut immédiatement apprécié : "Wohlklingende Orgel von Rinckenbach" : Martin commençait à se forger une bonne réputation. [Barth]

Il faut dire que la partie instrumentale est un pur chef d'oeuvre : matériaux de qualité, harmonisation particulièrement réussie en font une des instruments les plus attachants qui soient. Les deux claviers représentent deux plans sonores très contrastés, puisque le récit est placé à l'arrière de la pédale, dans le clocher.

La plaque d'adresse de Rinckenbach.La plaque d'adresse de Rinckenbach.

Les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités allemandes en 1917. [IHOA]

Ils ont été remplacés par Henri Vondrasek en 1932 par des tuyaux en étain, mais beaucoup trop minces, ce qui a provoqué des affaissements et même la chute d'un tuyau sur la tribune. [IHOA] [RDott]

Cet orgue Rinckenbach a donc été conservé bien plus authentique que les trois Callinet de la localité. Voici la composition relevée par l'Inventaire de 1986 :

Composition, 1986
Grand-orgue, 54 n. (C-f''')
Chape de la Flûte traverse, transférée au récit
c'-f'''
Récit expressif, 54 n. (C-f''')
Chape du Salicional, transféré au g.o.
Complet (C-f''')
(H.S.)
Pédale, 25 n. (C-c')

L'échange des deux jeux entre le grand-orgue et le récit date sûrement de 1932. En tous cas, en 1960, lors de la visite de Pie Meyer-Siat, la composition était déjà la même qu'en 1986. [IHOA] [ITOA]

Un relevage exemplaire

L'instrument a été scrupuleusement relevé par Richard Dott en 2001. [RDott]

La Flûte traversière a repris sa place au grand-orgue, et le Salicional 8' au récit. Le trémolo du récit (et sa curieuse commande à accrocher située dans le dos, à gauche de l’organiste, dans le soubassement du grand buffet) ont été restaurés.

L'inauguration a eu lieu le 18/08/2001 par Pierre Pfister et les "Valentins", avec des oeuvres de Vincenzo Petrali, Alessandro Stradella, Haendel, Vierne et Fernand Thomas (originaire de Ste-Marie-aux-Mines). [DNA]

Le buffet

Vue du buffet donnant une idée de la profondeur.Vue du buffet donnant une idée de la profondeur.

Le très beau buffet éclectique, avec ses frontons néo-renaissance, a été réalisé en sapin. Les culots, frises et pilastres sont rehaussés de dorures. Les deux tourelles latérales sont surmontées de clochetons. Le positif est destiné à cacher la console, et sa fonction est purement esthétique. Il n'abrite aucun jeu (dès l'origine), et sa façade est muette.

Caractéristiques instrumentales

Composition, 2006
Grand-orgue, 54 n. (C-f''')
c''-f''' harmoniques
c-f''' harmoniques
c'-f'''
C c
2'2/3 4'
2' 2'2/3
- 2'
c''-f''' harmoniques
Pédale à accrocher
Récit expressif, 54 n. (C-f''')
Fs-f'''
c-f'''
(C-f''')
Complet
Pédale, 25 n. (C-c')
C-f en bois. Noyaux en bois.
[RDott]
Console:
La console indépendante.La console indépendante.

Console indépendante face à la nef, fermée par un couvercle incliné. Tirants de section ronde, à porcelaines, disposés en deux gradins de part et d'autre des claviers. Porcelaines à fond est blanc et inscriptions en couleur : noires pour le grand-orgue, rose pour le récit et bleues pour la pédale. Seule la porcelaine de la Voix Céleste est sur fond rose, caractères en noir (peut-être pour rappeler qu'on ne la tire pas dans le Tutti). L'expression du récit n'est pas continue, mais commandée par une pédale à accrocher (à gauche de la console) à 2 positions : ouvert et fermé. (En fait, il faudrait dire "fermé" et "très fermé".) La pédale de droite commande l'accouplement II/I. Les deux pédales sont repérées grâce à deux grandes porcelaines ovales, de part et d'autre de la plaque d'adresse. Porte-partitions amovible et repliable.

Plaque d'adresse d'un modèle peu courant chez Rinckenbach, en métal gris, vissée, indiquant en caractère noirs:

MARTIN RINCKENBACH
FACTEUR D'ORGUES
AMMERSCHWIHR
(HAUTE-ALSACE)
La curieuse commande du trémolo du récit.La curieuse commande du trémolo du récit.
Transmission: à balanciers et équerres. A noter : l'étendue de la pédale, à 25 notes. Les instruments contemporains de cet orgue n'ont souvent qu'un pédalier d'une octave et demie. Il n'y a pas de tirasse.
Sommiers: à gravures. Deux sommiers diatoniques pour le grand-orgue, basses aux extrémités, laye à l’arrière. Deux sommiers diatoniques pour la pédale, basses au centre, laye à l’avant.)
Tuyauterie: les Bourdons sont à calottes mobiles et oreilles.

Sites Webographie :

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2019. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F680298002P02
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable