> Accueil du site
Les orgues de la région de Soultz-sous-Forêts
Betschdorf, St-Jean-Baptiste à Oberbetschdorf
1917 degr > Dégâts
Orgue authentique (sauf la façade).
Betschdorf, église St-Jean-Baptiste, l'orgue Roethinger dans son superbe buffet néo-gothique.Toutes les photos de la page sont de Martin Foisset, 25/10/2016.Les (effarants !) haut-parleurs qui défigurent ce sanctuaire, des deux côtés du buffet, évidemment, ne sont pas de bon augure pour la suite.Betschdorf, église St-Jean-Baptiste, l'orgue Roethinger dans son superbe buffet néo-gothique.
Toutes les photos de la page sont de Martin Foisset, 25/10/2016.
Les (effarants !) haut-parleurs qui défigurent ce sanctuaire, des deux côtés du buffet, évidemment, ne sont pas de bon augure pour la suite.

Le somptueux opus 28 d'Edmond-Alexandre Roethinger a été posé en 1900 dans l'église St-Jean-Baptiste de Betschdorf, qui venait d'être achevée (1887). Aujourd'hui (2016), cet orgue exceptionnel, assurément l'un des plus beaux des environs, pratiquement authentique (et qui fonctionne !), est... à l'abandon.

Betschdorf est une localité qui a été constituée par la fusion de plusieurs villages. Chacun a apporté sa part d'histoire... et son église. Il n'est donc pas toujours facile de s'y retrouver entre les différents édifices, parfois appelés par le nom de leur village d'origine, parfois selon leur consécration.
L'église paroissiale St-Jean-Baptiste à Oberbetschdorf (rue St-Jean) date de 1887. Elle abrite celui qui est sûrement l'orgue le plus intéressant de Betschdorf : l'opus 28 de Roethinger, construit à la Belle époque, et logé dans un somptueux buffet néo-gothique. C'est l'un des rares témoins de la facture de Roethinger avant la "réforme alsacienne de l'orgue", et il est authentique.
L'ancienne église (de 1758, "mixte" jusqu'en 1889) d'Oberbetschdorf est l'actuelle église protestante. On y trouve aussi un instrument fort remarquable, puisqu'il a été construit par la maison Dalstein-Haerpfer en 1901 (opus 147) ; lui aussi est resté pratiquement authentique.
L'église de Niederbetschdorf (Grand-rue) est l'église historique de la localité, également connue sous le nom d'église de l'Assomption (1766, due à J.G. Horrer, mais le choeur est du 15ème). Elle est commune aux deux confessions. Les voûtes (du choeur) sont ornées de fresques remarquables. On y trouve un orgue Stiehr de 1855, qui a malheureusement perdu son authenticité.
L'église de Reimerswiller (rue des Celtes) est consacrée à St-Laurent ; elle a été dotée d'harmoniums, mais jamais d'un orgue.
L'église protestante de Schwabwiller (impasse de l'église) est connue sous le nom "St-Georges" ; elle n'a jamais connu d'orgue.
Enfin, il y a une église protestante à Kuhlendorf, une "Bet und Schulhaus" (1820 ; classée) qui présente la particularité d'être l'un des deux églises alsaciennes à colombages (l'autre est à La Montagne-Verte). Elle est dotée d'un positif de Christian Guerrier (1977).

---
---

Historique

C'est en 1900 qu'Edmond-Alexandre Roethinger posa ici un orgue post-romantique neuf, doté de 17 jeux sur deux claviers et pédale (dont 4 pour ce dernier plan sonore). Comme la plupart des orgues authentiques, son historique est court : [IHOA] [ITOA]

Les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités en juillet 1917. [IHOA]

Il n'y a pas eu d'autre altération : pendant un siècle, cet orgue a fourni de bons et loyaux services, n'a jamais été modifié au gré des modes, et peut être considéré (à part la façade, fort bien remplacée) comme totalement authentique.

Un orgue de la Belle époque

La composition actuelle est donc l'originale. On note l'absence de jeu à anches, ce qui n'est pas rare pour un instrument de cette taille inspiré par le romantisme allemand, qui, de toutes façons, fait la part belle aux jeux de fonds.

Autre caractéristique héritée de ce style : chaque jeu du récit constitue l' "alter-ego" (expressif, souvent moins fort, mais pas toujours) d'un jeu du grand-orgue :

Le Bourdon 16' et la Mixture du grand-orgue n'ont pas d' "alter ego" au récit, en raison de leurs missions spécifiques : le grand Bourdon sert à faire parler tout l'orgue une octave plus bas, et la Mixture est le couronnement de l'ensemble.

La pédale est également plutôt fournie (4 jeux sur 17). Elle propose, pour chaque hauteur (16' et 8') le choix entre un jeu "flûté" (Soubasse, Octavebasse) et un jeu "gambé" (Violoncelles). Cette importante mobilisation de ressources s'explique par une préoccupation forte de l'orgue romantique allemand : pouvoir finement ajuster l'intensité de la pédale à celle des claviers manuels. Une commune registration "16' 8'" peut ici s'exprimer avec les deux jeux flûtés, les deux jeux gambés, ou les deux à la fois. Soit trois registrations conservant l'équilibre entre les deux hauteurs, mais fournissant une intensité et des timbres bien différents. Les Gambes (Violoncelles) de pédale ont aussi une fonction d' "anche douce", dans ces orgues qui sont dépourvus de tels jeux. En de nombreux endroits, ces jeux ont été supprimés dans la seconde moitié du 20ème siècle (souvent pour céder leur place à un 4'), mais à Betschdorf, on trouve l'édifice sonore absolument intact, ce qui lui donne un grande valeur.

Cet orgue Roethinger est un témoin précieux de la production locale avant la "Réforme alsacienne de l'orgue". Quelques années plus tard, ce mouvent initié par Emile Rupp et Albert Schweitzer, destiné à écarter l'orgue alsacien des influences germaniques, va profondément modifier la façon de concevoir les orgues. Edmond-Alexandre Roethinger adhérera à cette réforme de l'orgue, et en deviendra même un porte-drapeau, dès 1914, à Erstein. L'instrument de Betschdorf est donc un précieux témoin de ces évolutions, à coup sûr l'un des mieux préservés de cette époque. L'orgue Roethinger de Woerth (opus 11, 1898) a été classé Monument Historique le 13/09/1982. Les rares contemporains de Betschdorf subsistant dans un état proche de l'authentique sont ceux de Climbach (opus 23, 1899) et de l'église luthérienne de Hangviller (Moselle, 1900). Celui de Neuwiller-la-Roche (opus 21, 1899) a malheureusement été altéré en 1963. Les "successeurs", après 1900 et avant 1914 (où le style changea de façon radicale) sont soit de taille plus limitée, soit ont été considérablement modifiés par la suite, et ont perdu leur authenticité.

Cet instrument semble avoir été privé du remplacement des membranes, qui aurait été nécessaire. De 2001 à 2004, il était affecté de nombreuses notes muettes, de problèmes de tirage de jeux (membranes et soufflets à remplacer, probablement). Après plus de 110 ans sans relevage majeur, c'est tout de même un vrai exploit ! En 2016, quasiment tout fonctionnait (le tirage des jeux du récit avait des faiblesses) et l'harmonisation faisait preuve d'une grande distinction. Malheureusement, comme en témoignent les haut-parleurs de la photo ci-dessus, cet orgue historique, valeureux accompagnateur des joies et des peines des habitants de Betschdorf pendant plus d'un siècle, est aujourd'hui abandonné au profit d'une chose électronique sans âme. [ALoebs] [MFoisset]

Le buffet

Le buffet, de style néo-gothique, est remarquable. Il présente la particularité de disposer d'un "arrière corps" plus élevé qui lui donne une grande profondeur. Il est de plus fermé sur les côtés, qui sont également très bien finis, et même ornés aux corniches.

Le tout paraît provenir des établissements Klem ou Boehm (en tous cas d'une maison d'ébénisterie majeure de l'époque) et présente une façade particulièrement élaborée. Trois tourelles, les latérales étant les plus larges, encadrent deux plates-faces doubles. La tourelle centrale est prismatique (base d'un demi-hexagone), les latérales sont plates (à Climbach, c'est le contraire). De toutes petites plates-faces (chacune de deux tuyaux) jouxtent les côtés. Les plates-faces comportent à leur base des frises végétales très travaillées et la tourelle centrale est munie d'un culot finement sculpté, lui aussi de motifs végétaux. On retrouve des motifs végétaux dans les chevrons supérieurs des plates-faces. Les superstructures s'ornent de galeries, de frontons, d'arcs en ogives, de tri-lobes ou quadri-lobes, tandis que les montants se prolongent par des pinacles à crochets. Le fleuron de la tourelle centrale est surmonté d'une croix.

L'arrière corps, plus élevé, dessine une galerie supérieure, ajourée, surmontée de quadri-lobes et de créneaux.

Les panneaux du soubassement, ainsi que le revers (à fleur de tribune) de la console sont également ornés de motifs néo-gothiques (ogives, quadri-lobes).

La façade, posée en remplacement de l'originale (réquisitionnée en 1917) est très belle, avec des lignes de bouches harmonieuses et des tuyaux pour la plupart munis d'écussons rapportés, en plein-cintre.

Caractéristiques instrumentales

Console:
La console indépendante, à fleur de tribune.Tout à l'air en excellent état, et fort bien entretenu.L'état est exceptionnel pour un orgue... qui n'est plus utilisé.La console indépendante, à fleur de tribune.
Tout à l'air en excellent état, et fort bien entretenu.
L'état est exceptionnel pour un orgue... qui n'est plus utilisé.

Console indépendante face à la nef, à fleur de tribune, fermée par un rideau coulissant. Tirage des jeux par taquets à accrocher (Roethinger se fournissait beaucoup chez Laukhuff, mais ce système ressemble plutôt à ceux de Weigle). Ils sont disposés en ligne interrompue par la plaque d'adresse, au-dessus du second clavier. Chaque jeu est repéré par une petite porcelaine ronde, à fond blanc pour le grand-orgue, rose pour le récit, et jaune pour la pédale. Les porcelaines des accouplements et des tirasses, au lieu d'être bicolores (comme c'est souvent le cas), ont ici un fond bleu.

Claviers blancs. Touches du récit biseautées, celles du grand-orgue étant à frontons droit.

Commande des combinaisons fixes par quatre poussoirs disposés en dessous du premier clavier, au centre : d'abord l'annulateur ('A', noir), puis Piano ('P', blanc et d'origine), Mezzo-Forte (pas de sérigraphie), et Forte (le poussoir, très blanc, semble avoir été remplacé). Pas d'appel du tutti. [ALoebs]

Superbe plaque d'adresse, enluminurée avec des volutes, et disant :

E.A. ROETHINGER
Opus 28 Orgelbaumeister
SCHILTIGHEIM-STRASSBURG
La plaque d'adresse.On voit aussi la forme des commandes de jeux : des taquets disposés dans des ouvertures en forme de "L".La plaque d'adresse.
On voit aussi la forme des commandes de jeux : des taquets disposés dans des ouvertures en forme de "L".

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2017. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670339003P01
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable