> Accueil du site
Les orgues de la région de Barr
Le Hohwald, église protestante
L'orgue Link de l'église protestante du Hohwald.
Les photos sont de Martin Foisset, 27/08/2017.L'orgue Link de l'église protestante du Hohwald.
Les photos sont de Martin Foisset, 27/08/2017.

Cet orgue est l'opus 332 de la maison Gebrüder Link, construit en 1900. Il est contemporain - et en totale harmonie - avec son édifice. L'instrument est très voisin de celui de La Broque, mais la console est ici plus "haut de gamme", et dotée de tirants. Les deux instruments ont connu un destin très semblable : ils ont subi une modification dans la seconde moitié du 20ème siècle dans le but de les mettre "à la mode" de l'époque. Malheureusement, cette mode était bien éloignée des belles réalisations des années 1900. Particulièrement intéressant, cet instrument mériterait vraiment une restauration qui lui rendrait sa composition et son harmonie d'origine.

---
---

Historique

C'est le premier orgue de l'édifice (avec lequel il s'accorde idéalement), et il a été posé en 1900 par la maison Gebrüder Link de Giengen-an-der-Brenz. [IHOA]

La nouvelle église protestante venait remplacer un lieu de prière établi en 1834. Elle a été inaugurée le 23/09/1900. [PMSLINK]

Cet instrument doit être le 14ème posé en Alsace par la maison Link, qui a offert à cette région, entre 1897 et 1916, certains des plus beaux éléments de son patrimoine. L'orgue de l'église protestante du Hohwald est pratiquement contemporain de ceux de Struth (l'opus 331, resté authentique) ou de Barembach (1902, l'opus 362, de 23 jeux).

La commune du Hohwald est riche de deux orgues, tous deux construits à la Belle Époque, mais très différents. La localité a donc probablement recherché la diversité, en se dotant de deux instruments très complémentaires. L'orgue de l'église catholique (Notre-Dame de la Nativité) est un post-romantique d'esthétique "Français" (plutôt Alsacienne !), construit par Martin et Joseph Rinckenbach. Alors que celui de l'église protestante est résolument "spätromantik". Ce sont certes de petits instruments (le Rinckenbach n'a que 10 jeux), mais, à eux deux, ils témoignent de la richesse de la facture d'orgues du début du 20ème siècle.

Cet orgue fut malheureusement altéré en 1945. Ernest Muhleisen fut chargé des travaux, qui consistèrent à remplacer la Gambe du grand-orgue par un 2' et la Voix céleste du récit par une Quinte. La maison Muhleisen revint faire des entretiens en 1951 et 1956. [JNStrasser]

On se demande quel conseiller a pu proposer de supprimer les deux jeux les plus importants de cet orgue romantique... Tout cela au profit de ces absurdes "petits jeux" qui n'ont aucun rapport avec l'esthétique de l'instrument (ni avec celle du lieu, d'ailleurs, puis qu'ils sont parfaitement en accord). Il est fort regrettable que cette Gambe et cette Voix céleste aient été supprimées, et les restaurer devrait être une priorité.

Le pauvre instrument ayant perdu une grande partie de son intérêt, la catastrophe faillit survenir au milieu des années 1980 : l'inventaire technique de 1986 relate que "la construction d'un orgue neuf est envisagée". Nul doute que "l'orgue neuf" aurait été un néo-baroque à sommiers à gravures, sans personnalité, comme il en existe aujourd'hui tant. Heureusement, l'irréparable ne fut pas commis, et l'orgue historique de l'église protestante du Hohwald, construit en même temps que l'édifice, fut sauvé.

En 1997, Christian Guerrier vint faire un relevage. Mais les deux jeux altérés n'ont pas été restaurés. [IHOA]

Caractéristiques instrumentales

Composition, 2017
Grand-orgue, 56 n. (C-g''')
Entailles de timbre
Bois, puis en métal à partir de c'', c'''-g''' ouverts
Entailles de timbre
Entailles de timbre
Pas d'origine ; chape de la Gambe
Récit, 56 n. (C-g''')
Sapin et poirier
C-A en sapin ; entailles de timbre
(c-g''')
Ouverte, pas d'origine ; chape de la Voix céleste (!)
Pédale, 27 n. (C-d')
I/P
[ITOA] [Visite]
Console:
La magnifique console de 1900.La magnifique console de 1900.

Console indépendante face à la nef, fermée par un couvercle basculant. Tirants de jeux de section ronde à pommeaux disposés en deux gradins de part et d'autre des claviers. Ils sont repérés par des porcelaines placées sur un grand chanfrein. Elles sont rondes à liséré doré, et font apparaître le nom des jeux en lettres gothiques, dont les capitales sont enluminées. Les porcelaines du grand-orgue sont blanches, celles du récit ont un fond vert, et celles de la pédale un fond rose. Celles du 2' du grand-orgue "Octav 2'" et de la Quinte du récit ne sont pas d'origine (d'un style différent), mais un réel soin a été apporté pour que les nouvelles ne jurent pas trop. Celles des accouplements et tirasses sont bicolores, pour respecter ce code de couleur. Claviers blancs. Joues noires moulurées.

Commande des combinaisons fixes par quatre pistons blancs, situés en haut et au centre de la console, au-dessus du second clavier. Ils sont repérés par des porcelaines. De gauche à droite : "Piano", "Mezzo-Forte", "Tutti", "Auslösung" (annulateur).

Il n'y a pas de commande à pied (l'orgue romantique allemand préfère les commandes manuelles, alors que l'orgue romantique français fait plus volontiers usage de pédales). Il y a un marche-pied, mais il n'est pas d'origine.

Comme souvent chez les Link, la plaque d'adresse est en plusieurs éléments. Les deux principales sont noires à lettres dorées. Elles sont placés au-dessus du second clavier, à gauche et à droite des pistons de combinaison, et disent respectivement :

GEBRÜDER LINK
GIENGEN a.d. BRENZ

Au centre, entre les deux claviers, une porcelaine blanche rectangulaire :

Opus 332

Et, sous le premier clavier, au centre, une seconde porcelaine rectangulaire :

Jahrg. 1900
Les plaques d'adresse Link au Hohwald.Les plaques d'adresse Link au Hohwald.

Le pédalier (clair) semble avoir été remplacé. Banc d'origine.

Transmission:

Pneumatique tubulaire.

Sommiers:

Les sommiers sont à cônes, et chromatiques. Le grand orgue est situé derrière la façade, avec aigus à gauche. Les chapes sont très espacées. La pédale est au fond. Le récit est logé à gauche, perpendiculairement à la façade.

Tuyauterie:

Une vue sur la tuyauterie, depuis le côté gauche.
Tout à gauche, les tuyaux en bois de la Soubasse, et, devant eux,
ceux de la Flûte ouverte de pédale.
Viennent ensuite les jeux du grand-orgue : le Bourdon 8', l'Aeoline,
la chape de la Gambe, au centre, qui est malheureusement occupée par un 2',
puis l'Octave et le Principal. Tout à droite, le revers de la façade.
Le récit est au tout premier plan (en en voit que quelques tuyaux),
et il est perpendiculaire à la façade.Une vue sur la tuyauterie, depuis le côté gauche.
Tout à gauche, les tuyaux en bois de la Soubasse, et, devant eux,
ceux de la Flûte ouverte de pédale.
Viennent ensuite les jeux du grand-orgue : le Bourdon 8', l'Aeoline,
la chape de la Gambe, au centre, qui est malheureusement occupée par un 2',
puis l'Octave et le Principal. Tout à droite, le revers de la façade.
Le récit est au tout premier plan (en en voit que quelques tuyaux),
et il est perpendiculaire à la façade.
Une vue sur la tuyauterie, depuis le côté droit.
Photo d'Eric Eisenberg 27/08/2017.
Cette fois, la façade est à gauche, et la pédale à droite :
on distingue des tuyaux en bois de la Flûte ouverte 8'.
Le grand-orgue est au premier plan,
avec le Bourdon 8' juste à gauche de la passerelle d'accord.
On peut voir, au fond la tuyauterie du récit :
de bas (accès) en haut (fond) : la Quinte, le Gemshorn, le Salicional
et la Flûte 8'.Une vue sur la tuyauterie, depuis le côté droit.
Photo d'Eric Eisenberg 27/08/2017.
Cette fois, la façade est à gauche, et la pédale à droite :
on distingue des tuyaux en bois de la Flûte ouverte 8'.
Le grand-orgue est au premier plan,
avec le Bourdon 8' juste à gauche de la passerelle d'accord.
On peut voir, au fond la tuyauterie du récit :
de bas (accès) en haut (fond) : la Quinte, le Gemshorn, le Salicional
et la Flûte 8'.

La tuyauterie est de belle facture. Les Bourdons sont à calottes mobiles, et les tuyaux ouverts disposent d'entailles de timbre ou d'encoches d'accord. Il y a de nombreuses bouches arquées. L'ensemble a l'air bien préservé et ne porte pas de trace d'une ré-harmonisation vigoureuse.

Dire qu'il était question de détruire ce magnifique instrument dans les années 1980 ! C'était décidément la "période noire" de la facture d'orgues en Alsace, durant laquelle tout ce qui ne ressemblait pas à un "Silbermann" était bon pour la chaudière... Aujourd'hui, dans un paysage saturé de "simili-Silbermanns" ou "simili-Callinets" qui se ressemblent tant, ces orgues de la maison Link, pleins de charme, sont devenus de vrais oasis de diversité.

Cet orgue est surtout impressionnant par son ambiance. Le soin apporté aux moindres détails de la console, la parfaite adéquation avec l'édifice : on se croirait en 1900. Musicalement, il souffre énormément de la perte de sa Gambe et de sa Voix céleste, et il est fort dommage que rien n'ait été fait, depuis toutes ces années, pour réparer cette regrettable altération. On ne peut que souhaiter l'établissement d'une politique globale, destinée à aider les communautés cherchant à réparer les mutilations dues aux "baroquisations". Ce serait infiniment plus souhaitable que de consacrer des sommes folles à "reconstruire" des instruments "façon 18ème" comme il y en a déjà tant.

Il faut vraiment espérer qu'il se trouve ici une dynamique permettant de restaurer cet orgue dans son état de 1900. Cela se justifie tant sur le plan musical qu'historique et patrimonial. La proximité avec l'orgue de l'église catholique, un orgue romantique plus français, permettrait de disposer dans une même localité d'un outil incomparable pour témoigner de la diversité et du niveau atteint par la facture d'orgues du tout début du 20ème siècle.

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2018. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670210001P01
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable