Accueil
Candide
Jeux
Architecture
Esthetiques
Facteurs
Avant18
Bergantzel
Callinet
Dubois
Herbute
Moeller
Rinckenbach
Silbermann
Stiehr
Waltrin
Repertoire
Bas-Rhin
  Niederbronn-les-Bains
Haut-Rhin
Credits
An2000
An2001
Photo
~ Les orgues de la région de Niederbronn-les-Bains ~

Gumbrechtshoffen, St Barthélémy
Edmond-Alexandre ROETHINGER, 1908


Avant... ROETHINGER Après...

Composition, 1986
Grand-orgue
56 notes
Récit expressif
56 notes
Pédale
30 notes
Quintaton 16' (D?) Principal-violon 8' Soubasse 16'
Montre 8' Bourdon 8' Violoncelle 16'
Bourdon 8' Salicional 8' Flûte basse 8'
Flûte harmonique 8' (D?) Flûte à cheminée 4' Octave 4'
Prestant 4' Nasard 2'2/3 Mixture 2'2/3
Flûte 2' Flageolet 2' I/P
Cornet 4 rgs (D) Tierce 1'3/5 II/P
Régale 8' Cromorne 8'  
II/I (16', 8', 4') (Chape vide)  

     Cet orgue a été construit par Edmond-Alexandre ROETHINGER en 1908, soit pour la localité d'Ettendorf, soit sur la base d'un instrument repris là-bas. Il fut posé en 1912 à Gumbrechtshoffen.

Orgue de Gumbrechtshoffen

Gumbrechtshoffen, l'orgue Roethinger.
Toutes les photos de la page sont de Franck LECHENE, 22/05/2009 et 23/12/2010.

     A Ettendorf, il y avait déjà un orgue en 1840 lors de la Visite canonique. On dit qu'il avait été construit par SAUER vers 1822. En 1908, cet orgue fut remplacé par un instrument neuf de Martin et Joseph RINCKENBACH.

  • La première hypothèse, plus que discutable, consiste à supposer que Roethinger ait repris l'ancien instrument, l'ait réparé et transformé, puis posé à Gumbrechtshoffen. Mais le Buffet actuel à Gumbrechtshoffen n'a pas grand chose à voir avec Sauer.
  • La deuxième, communément admise, est que Roethinger construisit effectivement son orgue pour Ettendorf "en avance" sur le contrat, dès 1908. L'affaire ayant finalement été conclue avec Rinckenbach, Roethinger se retrouva avec son orgue "sur les bras", et ne le posa à Gumbrechstoffen qu'en 1912.
    Seules objections : 4 ans, c'est long pour placer un tel instrument à cette époque, et, en 1908, on parla de "restauration" (cela ne voulait pas dire grand-chose, mais on peut difficilement expliquer que l'on "restaura" un orgue jamais utilisé).
  • Une troisième hypothèse reste possible : l'ancien orgue (Sauer) d'Ettendorf aurait pu être racheté par Gumbrechtshoffen en 1908, puis réparé ("restauré") par Roethinger, avant d'être remplacé en 1912. Les archives auraient alors mélangé les deux interventions.

     Quoiqu'il en soit, l'orgue doit être attribué à Roethinger. Ses tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités allemandes en 1917.
En 1931, Adolphe BLANARSCH fit une transformation profonde de l'instrument.
En 1960, Curt SCHWENKEDEL "baroquisa" le tout, en introduisant les traditionnels "petits Jeux" (Tierce, Flageolet...) chers aux années 60. La Pédale n'avait encore que 3 Jeux, et l'instrument disposait de rien pas moins que 5 Chapes vides. Et sur 6 Jeux réels, le Grand-orgue comptait 3 Dessus :

Composition, 1967
Grand-orgue
56 notes
Récit expressif
56 notes
Pédale
30 notes
Quintaton 16' (D) Principal-violon 8' Soubasse 16'
Montre 8' Bourdon 8' Violoncelle 16'
Bourdon 8' Salicional 8' Flûte 8'
Flûte harmonique 8' (D) Flûte 4' I/P
Prestant 4' Nasard 2'2/3 II/P
Cornet 4 rgs (D) Flageolet 2'  
II/I (16', 8', 4') Tierce 1'3/5  
  Plein-Jeu  
  Cromorne 8'  
Le Violoncelle était appelé "Salicet". Il y avait un Trémolo et un Crescendo.

     En 1977, Robert KRIESS, de Molsheim, plaça un Prestant et une Mixture à la Pédale (ce n'était pourtant pas le plus urgent) et remplaça le Cromorne du "Récit" par une Ranquette 16'. Le Cromorne n'était sans doute pas allé très loin, puisque l'Inventaire de 1986 le retrouva à sa place, avec en plus une Régale au Grand-orgue.

     En 1997, l'instrument a été relevé par Yves KOENIG.

Console de Gumbrechtshoffen

La Console indépendante avec son grand cadran de Crescendo.

Transmission : pneumatique (Console indépendante), Sommiers à Membranes.
Il y a cinq Combinaisons fixes (Piano, Mezzo Forte, Forte, Tutti sans Anches, Tutti), une Combinaison libre, un Crescendo et un Trémolo général.

Sources :

  • M. BARTH, "Elsass, 'Das Land der Orgeln' im 19. Jahrhundert", AEA XV (1965-66)

Si vous recopiez des éléments de cette page pour des articles, plaquettes ou pages Web, citez vos sources. D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs.
Dernière mise à jour : 14/12/2012 13:54:43

F670174002P02