> Accueil du site
Les orgues de la région de Strasbourg
Strasbourg, St-Thomas (Choeur)
1917 degr > Dégâts
L'orgue de choeur Dalstein-Haerpfer de St-Thomas, le
        30/12/2011.L'orgue de choeur Dalstein-Haerpfer de St-Thomas, le 30/12/2011.

En janvier 1905, Albert Schweitzer écrivit sur une feuille de papier les spécifications d'un orgue d'accompagnement, à installer dans le choeur de l'église St-Thomas, et qui serait construit par ses facteurs préférés, Dalstein et Haerpfer. Le financement n'étant pas assuré, il s'agissait encore d'un "cas d'école", bien que le projet fut déjà assez avancé. Plus tard, le pasteur musicien théorisa pour le Palais des fêtes l'orgue "idéal" pour le concert. Puis, pour Gunsbach, l'orgue "de campagne" idéal. Grâce à un legs, le projet pour St-Thomas vit le jour, et, en plus du très célèbre orgue de tribune (Jean-André Silbermann, 1741), se trouve aujourd'hui dans cet exceptionnel édifice un instrument certes moins célèbre, mais doté d'une importance historique au moins aussi importante que celle de son "grand-frère".

---
---

Historique

Le premier orgue "de choeur" de St-Thomas fut le "premier positif JAS", de 1737, aussi appelé "Positif de St-Thomas". C'est un petit instrument que Jean-André Silbermann construisit juste après avoir repris les ateliers de son père, pour prouver qu'il savait construire autre chose que des clavecins. L'instrument fut posé sur le jubé, et servit comme orgue provisoire, jusqu'en 1741. [IHOA] [MSchaeferSilb]

Jean-André Silbermann reprit son petit orgue en 1741, pour le revendre. Après avoir pas mal voyagé, ce "cabinet d'orgue" fut détruit pendant la révolution, à Hommarting. [IHOA]

---
---

Historique

C'est en 1905 (date qui figure sur la plaque d'adresse que la maison Dalstein-Haerpfer posa ici son Opus 177. [IHOA] [ITOA]

La composition d'origine est l'actuelle (restaurée en 2001 dans l'état de 1905). Cela commença donc par la fameuse composition manuscrite de Schweitzer :

Composition, projet Schweitzer
1er clavier
2ème clavier
Pédale
I/P
[StThomasChoeur2001]

L'orgue entier devait être logé dans une boîte expressive (unique).

[StThomasChoeur2001]

L'orgue d'accompagnement "minimal" n'avait donc pas de Bourdon 8', pas de Mixture, pas de Mutation ; en revanche, il était doté d'un 16' manuel et d'un Cornet à 5 rangs (lire : dessus de Cornet à 5 rangs ; sur le manuscrit figure "Cornet 5" à la plume, corrigé plus tard au crayon en "Cornet 8", voulant dure "Mixture-cornet complète"). On peut en conclure que ce sont les Principaux, évidemment conçus dans le style à l'époque, c'est-à-dire avec des entailles de timbre ("pavillonnés") qui constituent l'essence de la "pâte sonore" destinée à accompagner une (grande !) chorale. On peut aussi imaginer que l'orgue d'accompagnement "idéal" devait aussi exceller dans les préludes de chorals (avec l'Orgelbüchlein en tête), d'où le dessus de Cornet.

Sur le même manuscrit, furent ajoutés au crayon les compléments indispensables (si l'on ne voulait pas se limiter au "minimal") : un Bourdon 8' pour le grand-orgue, une Voix céleste pour le récit, et un appel du Tutti :

Vu la taille de l'édifice, et les effectifs de la chorale à accompagner, le Gemshorn 4' du récit était "un peu juste". Surtout qu'avec les accouplements à l'octave, il était possible d'amplifier la dynamique d'un jeu plus intense. D'autre part, dans la logique "Cavaillé-collienne", c'est bien sûr une Trompette de récit qu'il fallait. Ce remplacement sera effectivement fait, bien que tardivement. Evidemment, avec une Trompette et une Voix céleste, les prestations ne se limitaient plus de tout à l'accompagnement : l'orgue d'accompagnement "idéal" devait savoir faire autre chose !

La maison Dalstein-Haerpfer de Boulay avait été en concurrence avec Gebrüder Link, de Giegen-an-der-Brenz, qui posait à cette époque des orgues remarquables en Alsace. Le projet initial avait été élaboré par Albert Schweitzer, mais aussi Ernst Münch (Strasbourg, St-Guillaume et professeur au conservatoire). Link était probablement l' "outsider", proposé par Münch. Quand on connait l'estime que portait Schweitzer à Dalstein-Haerpfer (depuis 1889), il n'est pas étonnant que ce fut la maison de Boulay (impliquée dès la genèse du projet) qui ait été finalement retenue.
Mais le projet Link était fort intéressant : il proposait une Mixture-cornet complète au lieu d'un dessus de Cornet. Et il y avait un jeu de plus à la pédale, un Bourdon 16' doux, réalisé par emprunt des tuyaux du Bourdon 16' manuel, mais alimentés différemment. Cela correspondait à une préoccupation constante, dans la registration de l'époque, de pouvoir ajuster l'intensité de la pédale au reste de l'instrument (avec un seul jeu, les possibilités ne sont évidemment pas nombreuses). Mais l'orgue Link devait être logé dans un buffet néo-gothique, qui ne fit pas l'unanimité. La proposition de Giegen fut d'abord préférée par Münch, et les Link devaient penser pouvoir décrocher l'affaire, puisqu'ils ajustèrent leur devis : ils ne se sentaient pas vraiment jouer le rôle du "lièvre". Du coup, la maison Dalstein-Haerpfer dut proposer plusieurs aménagements : le "Cornet" complet, une Gambe pour le grand-orgue, la pédale à 30 notes. La concurrence, quand elle est loyale, a du bon. [StThomasChoeur2001]

Le financement du projet fut rendu possible grâce à un legs : on peut considérer que cet orgue fut un don. Le marché fut donc conclu, mais, une fois que cela devint "du concret", d'autre menus problèmes surgirent. De fait, placé au sol, côté gauche (console latérale), l'instrument présentait de nombreux inconvénients (encombrement du choeur, oblitération de la vue sur le tombeau du maréchal de Saxe). Le chapitre décida de le placer en hauteur, inscrit dans l'arc sud-est du transept (sur une tribune en bois). Henri Salomon, l'architecte, fut chargé de dessiner le buffet et les plans de la petite tribune. Il conçut un joli buffet, idéalement intégré à l'endroit, puisque conçu sur la base de la forme trilobée des tourelles centrales de Jean-André Silbermann. C'est donc lui le créateur de la "signature visuelle", si caractéristique, de l'orgue de choeur de St-Thomas. [StThomasChoeur2001]

La Trompette n'arrivera que tardivement : elle vint remplacer un Gemshorn 4' initialement prévu. [StThomasChoeur2001]

Plan d'origine de la façade, oeuvre de
                    l'architecte Henri Salomon (1905), archives du chapitre de St-Thomas.Plan d'origine de la façade, oeuvre de l'architecte Henri Salomon (1905), archives du chapitre de St-Thomas.

L'inauguration eut lieu le dimanche 11/02/1906 (Münch avait assuré la réception la veille), avec la participation de Schweitzer, qui joua une sonate de Mendelssohn. [FMenissier] [StThomasChoeur2001]

Les tuyaux de façade (en étain, la facture de 1906 en témoigne) ont été réquisitionnés par les autorités en 1917. [StThomasChoeur2001]

La façade fut bien vite remplacée, grâce au soutien d'Albert Schweitzer, qui donna en particulier un grand concert au profit de sa reconstitution (pièces de J.S. Bach, dont le Prélude et fugue en Ut mineur, et les chorals "Ich ruf' zu Dir" et "Wenn wir in Höchsten Nöten sein"). Toutefois, l'étain étant très cher à l'époque, c'est finalement une façade en zinc que l'on commanda à Frédéric Haerpfer en 1921. Ce fut la dernière intervention de la maison de Boulay sur cet instrument. [StThomasChoeur2001]

Georges Schwenkedel posa un ventilateur électrique en 1928. Comme la maison de Koenigshoffen s'occupait alors de l'orgue de tribune, il n'était pas illogique de lui confier l'orgue de choeur. En 1933, Schwenkedel fournit trois devis "Boucle d'Or" : un minimal, un moyen et un exagéré. Sans surprise, le deuxième fut retenu. Il s'agissait d'ajouter 4 jeux et d'en enlever 2 (donc de créer 2 chapes supplémentaires). Le récit fut doté d'une Quinte et d'une Doublette, la Voix céleste disparut au profit d'un Gemshorn 4' neuf (la chape correspondante a donc probablement été modifiée pour accueillir l'octave grave ; en tous cas, en 1999, un petit sommier permettait de poster les 7 tuyaux les plus graves). Enfin, un Gemshorn 8' de Wetzel, récupéré à l'orgue de tribune, prit la place de la Gambe du premier clavier. Notons que le Salicional du récit était toujours là. Ces travaux, que Schweitzer ne commenta pas (il avait été mis au courant après que la décision fut prise), furent reçus le 30/071934. [StThomasChoeur2001] [ITOA]

Composition, 1934
Grand-orgue, 56 n. (C-g''')
D'origine
Tuyaux 'sur le vent' d'origine, façade Schwenkedel
D'origine
Wetzel, 1836, de l'orgue de tribune
D'origine
Récit, 56 n. (C-g''')
D'origine
D'origine
D'origine
Schwenkedel, sur la chape de la Voix céleste
Schwenkedel, sur sommier supplémentaire
Schwenkedel, sur sommier supplémentaire
D'origine (1906)
Pédale, 30 n. (C-f')
D'origine
I/P
[StThomasChoeur2001]

La Flûte conique 4' au récit (Gemshorn) n'était pas étrangère à l'esthétique d'origine (ce jeu avait été prévu à l'origine, et finalement remplacé par une Trompette).

En 1948, Georges Schwenkedel posa une nouvelle façade et remplaça des dessus des principaux. [StThomasChoeur2001]

C'étaient bien sûr les tailles, qui étaient jugées trop "romantiques allemandes", qu'il s'agissait de "corriger". La façade de 1921, pour laquelle avait oeuvré Albert Schweitzer, ainsi et les dessus de la Montre et du Prestant furent remplacés, dans une esthétique "néo-classique" totalement étrangère à l'instrument. Malheureusement, les tuyaux d'origine furent perdus à ce moment. [StThomasChoeur2001]

Puis, vers 1964, il y eut de petits travaux, par Ernest Muhleisen. [StThomasChoeur2001]

C'est peut-être de cette époque que date la modification de la boîte expressive (qui inclut alors le dessus de la Montre 8') et le déplacement des graves du Bourdon 16' manuel (C-A) en dehors du buffet (et donc de la boîte). Il y eut plusieurs devis, mais ceux-ci ne rendent pas compte de l'état physique de l'orgue en 1999. Après 1964, il semble que ce soit la maison Kern qui a effectué l'entretien courant. En 1999, lors du démontage, on trouva la composition suivante :

Composition, 1999
Grand-orgue expressif, 56 n. (C-g''')
D'origine. C-A hors boîte sur sommier complémentaire
Schwenkedel, 1948
D'origine
C-H d'origine, puis Schwenkedel
D'occasion (Wetzel ?), sur la chape de la Gambe
Récit expressif, 56 n. (C-g''')
D'origine
D'origine
C-H d'origine en bois (Salicional) ; puis Wetzel 1836 (Gemshorn)
Schwenkedel, sur la chape de la Voix céleste
Schwenkedel, sur sommier supplémentaire
Schwenkedel, sur sommier supplémentaire
D'origine
Pédale expressive, 30 n. (C-f')
D'origine
I/P
[StThomasChoeur2001] [IHOA]

Le jeu "Flûte 4'" eut son petit moment de célébrité lorsque l'inventaire de 1986 rapporta "Flûte conique 8 = jeu de 4', pas de Haerpfer, timbre indéfinissable, cylindrique et étroit". La Flûte conique (Gemshorn 8') désignée par la porcelaine se trouvait alors au récit (à la place du Salicional, sauf l'octave grave). Ces modifications, opérées dans les années 60 n'avaient pas été répertoriées à la console. Visiblement, la "Flûte 4'" n'était pas très réussie...

C'est donc à ce moment que dut disparaître le Salicional du récit, victime d'un étrange jeu de "chaises musicales" (pas si musicales que ça, d'ailleurs) : la Flûte 4' de récupération avait chassé le Gemshorn 8' de Wetzel du grand-orgue, qui prit la place du Salicional du récit...

En 2001, l'orgue a été restauré dans son état de 1905 par Quentin Blumenroeder. [StThomasChoeur2001] [ITOA]

L'étude de 1997 avait révélé que les opérations de 1934 et 1966 avaient quand même laissé 578 tuyaux d'origine sur les 822 (i.e. conservés avec leur harmonisation, et leur diapason restituable grâce aux marques des entailles de timbre). Revenir à l'orgue voulu par Schweitzer était donc possible. [StThomasChoeur2001]

Les jeux Wetzel 1836 sont retournés sur la tribune (en caisses, évidement). La traction, le buffet et la soufflerie ont été relevés (repeaussage des relais et soufflets, recherche de la pression d'origine). La console a été entièrement révisée, et la boîte expressive reconstruite. La tuyauterie manquante a été restituée avec des tuyaux construits par la manufacture Klein de Woerth selon des modèles contemporains de 1906 (Longeville-lès-Saint-Avold). La façade a pu retrouver son aspect d'origine grâce à une photo conservée aux archives. Le reste de la tuyauterie a bénéficié d'un relevage en profondeur. Les travaux sur les sommiers ont surtout concerné les chapes et les faux-sommiers (suite aux modifications) [StThomasChoeur2001]

L'orgue a été inauguré le 25/11/2001 par François Menissier, avec l'ensemble "Ripieno" dirigé par Daniel Leininger, et Mathieu Trunk (Violon) : Bach, Mendelssohn, Brahms, Rheinberger, Gigout, Fauré et Vierne. [DLeininger] [FMenissier]

Le buffet

Le buffet dessiné par Henri Salomon est inspiré des éléments esthétiques de celui de l'orgue de tribune de Jean-André Silbermann. Plutôt que d'opposer les deux styles (en présentant un orgue de choeur néo-gothique), on fit clairement le choix de l'unité visuelle. S'il n'était les proportions, on pourrait y reconnaitre St-Quirin... La tourelle centrale tri-lobée, si chère à Jean-André Silbermann, est ici le grand élément central, en quelque sorte magnifié. Cet élément est juste flanqué de deux petites plates-faces. L'ornementation est, elle aussi, cohérente avec l'approche "néo-classique" : claires-voies, pot-à-feu en couronnement, et surtout le culot de la partie centrale, mis en valeur comme dans les dessins de Silbermann. Ce culot permet l'élaboration de grands motifs en rocaille.

Le buffet est en chêne ; les tuyaux de façade sont munis d'écussons rapportés.

Caractéristiques instrumentales

Composition, 2001
Grand-orgue expressif, 56 n. (C-g''')
D'origine. C-h en sapin, puis spotted.
2001 ; étain à 85% ; dessus hors boîte
D'origine. C-H en sapin, puis spotted. cis''-g''' à cheminées entrantes
2001 ; étain à 90%
C-H d'origine (bouches arquées) ; puis étain à 75%, 2001
Tierce sur 2 octaves :
C c c' c'''
2'2/3 4' 8' 8'
2' 2'2/3 4' 4'
1'1/3 2' 2'2/3 2'2/3
1'1/3 2' 2'
1'3/5 2'
Récit expressif, 56 n. (C-g''')
D'origine. C-H en sapin, puis étain 75%
D'origine. C-f'' en pin et pommier, puis spotted, octaviants
C-H d'origine en bois ; puis étain à 49%, 2001
2001 ; étain à 75%
D'origine. c'''-g''' harmoniques. C-H en zinc, puis étain 75%. Anches à larmes, noyaux anglais, pieds en spotted
Pédale expressive, 30 n. (C-f')
D'origine. Sapin ; tout en boîte
I/P
[StThomasChoeur2001] [QBlumenroeder]
Console:
La console indépendante, avec le Silbermann
                    dans le fond.Photo fournie par la maison Blumenroeder ; l'auteur doit être
                    François Wild.La console indépendante, avec le Silbermann dans le fond.
Photo fournie par la maison Blumenroeder ; l'auteur doit être François Wild.

Console indépendante, placée au sol devant l'instrument, tournée vers le choeur, et fermée par un couvercle basculant. Commandes des jeux par petits taquets à accrocher (mouvement en 'L'), repérés par des porcelaines rondes et à liséré doré. Elles sont blanches pour le grand-orgue, roses au récit et bleu clair à la pédale. Claviers blancs (d'origine) ; joues ondulées. Commande de l'expression générale par pédale basculante centrale. Commande des accouplements et du Tutti par pistons situés sous le premier clavier. Chacun des 5 accouplements, ainsi que le Tutti est appelé par un piston, et retiré par un autre (cela fait 6 couples de pistons, chacun repéré par des porcelaines rectangulaires respectant le code de couleur). Pas de pédale à accrocher (1905, c'est avant le "congrès de Vienne"). Porte-partitions ajouré, banc avec pieds en forme de lyre.

Les taquets de commande des jeux.Photo de
                    Victor Weller, 19/06/2014.Les taquets de commande des jeux.
Photo de Victor Weller, 19/06/2014.

Plaque d'adresse en position centrale supérieure, en bois incrusté de lettres en laiton :

DASTEIN & HAERPFER
OP.177 Orgelbaumeiser 1906
BOLCHEN - LOTHRINGEN.
La plaque d'adresse.Photo de Victor
                    Weller, 19/06/2014.La plaque d'adresse.
Photo de Victor Weller, 19/06/2014.
Transmission: pneumatique tubulaire.
Sommiers: à membranes, d'origine. Grand-orgue diatonique, récit chromatique.
Soufflerie: Pression : 105mm de colonne d'eau.
Tuyauterie: Entailles de timbre, calottes mobiles. Aplatissages en ogive. Bouches arquées. Dessus des Bourdons à cheminées entrantes. Le rang de tierce de la Mixture est coupé au ton. Diapason : La 438Hz à 18°. Une valeur atypique probablement conséquence de la volonté d'accorder l'instrument exactement 1 ton plus haut que le Silbermann. Cela met le Silbermann (en 1906, mais c'est probablement son diapason d'origine) à 438 * 2^(-2/12) = 390 Hz. [StThomasChoeur2001]

Sites Webographie :

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2015. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670482092C02
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable