> Accueil du site
Les orgues de la région de Brumath
Hoerdt, église protestante
1917 degr > Dégâts
vers 1944 degr > Dégâts
2008 rele > Relevage
Partie instrumentale classée Monument Historique, 27/02/1980.
Buffet inscrit à l'Inventaire Supplémentaire, 29/09/1976.
L'orgue Stiehr de l'église protestante de Hoerdt.Toutes les photos de la page sont de Guillaume Muller, 18/03/2007.L'orgue Stiehr de l'église protestante de Hoerdt.
Toutes les photos de la page sont de Guillaume Muller, 18/03/2007.

L'orgue de Hoerdt a été construit en 1848 par la maison Stiehr, de Seltz. Son buffet est doté de quatre tourelles rondes "à la française". C'est d'une déclinaison du style de buffets Haut-Rhinois que Joseph Stiehr avait utilisé à Zillisheim (1841) : ici, ce sont les tourelles centrales (et non les latérales) qui sont les plus grandes. Sur le modèle du buffet de Hoerdt furent dessinés ceux de La Robertsau (1866), Bernardswiller (1869, version néo-gothique), Ottersthal (1869 version en tiers-point), Nothalten (1871), Minversheim (1877), Munchhausen (1878), Orschwihr (1881). Ainsi que l'orgue disparu de Strasbourg, St-Pierre-le-Jeune cath. (1865).

---
---

Historique

Cet instrument a été construit en 1848, et il est sorti des ateliers de Joseph Stiehr et Xavery Mockers, à Seltz. [IHOA] [HOIE]

Le devis est perdu, mais a probablement été élaboré en 1848, et la réception des travaux eut lieu le 04/12/1848. [PMSSTEIHR]

L'orgue a une particularité précieuse : sa pédale est dotée de deux octaves complètes. Généralement, les clients de la maison de Seltz se satisfaisaient d'une pédale limitée à 18 notes seulement. Peut-être parce que les exécutants de l'époque n'en avaient pas vraiment l'usage, et ne se servaient du pédalier que pour marquer les cadences. Ce pédalier complet a forcément été demandé expressément, et atteste la présence d'un organiste qui voulait un orgue convenant à l'exécution du répertoire. C'est donc l'un des rares Stiehr doté des qualités naturelles des instruments de la maison de Seltz, et qui ne souffre pas des graves limitations imposées par les pédaliers à 18 notes. (La plus grave étant finalement ergonomique).

On peut se demander pourquoi un pareil orgue de 31 jeux ne dispose que de deux manuels. De fait, le grand-orgue ne compte pas moins de 15 jeux, qui auraient pu être exploités bien plus souplement en étant répartis sur deux claviers. Mais la maison Stiehr semble avoir été fort peu à l'aise avec les mécaniques (même si elle resta "fidèle" à ce système jusqu'au bout). Et, du coup, limitait drastiquement le nombre de claviers : il y eut très peu de Stiehr à 3 manuels, et aucun à 4. Il n'y a pas non plus de tirasse, alors qu'on est déjà en 1847.

Du point de vue de la composition, l'instrument est un précieux témoin de la période "de transition", entre les époques classique et romantique. Les aigus cristallins appréciés au 18ème étaient clairement passés de mode. Mais, d'un autre côté, on avait des scrupules à assumer le Romantisme, qui s'imposait partout ailleurs en Europe. L'idée directrice est donc de partir d'une composition "Silbermannienne", dépourvue de ses traits extrêmes (Cymbales, Tierces). On en conservait l'architecture (positif de dos, sommiers à gravures, pédale hors buffet), puis on complétait par des fonds "colorés" : grande Flûte ouverte 8', Flûtes traverses, Gemshorn, et surtout un choeur de Gambes en 16', 8' et 4'. Le Hautbois, rendu nécessaire par le répertoire, était un peu délicat à placer sans récit : il trouvait sa place au positif, avec un statut de "nouveau Cromorne".
Au positif, "Jeu céleste" désigne, chez Stiehr, un Salicional (souvent en 4', mais pas ici), et ne doit pas être confondu avec une Voix céleste. Le Gemshorn est appelé "Cor de daim" ou "Cor des Alpes".

L'orgue dut être réparé par Louis Mockers en 1884. [HOIE] [ITOA]

Les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités en 1917. [HOIE]

En 1938, une nouvelle façade a été posée par Georges Schwenkedel, qui transforma également trois jeux : la Flûte traversière 8' et la Gambe 4' du positif furent remplacées par un Nasard et un Prestant, et, au grand-orgue, le Gemshorn 8' ("Cor des Alpes") par une Tierce. Il dut aussi renouveler les pieds de certains tuyaux à anche. Le Basson/Hautbois du positif fut également renouvelé par Schwenkedel, mais peut-être pas à cette occasion. [HOIE]

On rapporte que vers 1944, l'orgue eut a subir un vol de tuyaux. Mais l'analyse de l'existant laisse à penser que l'ampleur de ces disparitions n'a pas été très conséquente. [ITOA] [PMSSTIEHR]

Il y eut un relevage en 2008. [JNStrasser]

Caractéristiques instrumentales

Composition, 1986
Positif de dos, 54 n. (C-f''')
i.e. Salicional
Schwenkedel ; chape d'une Flûte traversière 8' f-f'''
Schwenkedel ; chape d'une Gambe 4'
Cylindrique
Schwenkedel
Schwenkedel
Grand-orgue, 54 n. (C-f''')
(C-f''')
Ouverte, sapin/érable
C-H bouché
Etain ; freins remplacés (1938 ?)
dis''-f''' ouverts
Stiehr ; ouvert
Etain
Schwenkedel ; chape du gemshorn 8'
(c'-f''')
Posté
C c c' g''
1'1/3 2'2/3 4' 8'
1' 2' 2'2/3 5'1/3
2/3' 1'1/3 2' 4'
1/2' 1' 1'1/3 2'2/3
Etain
Etain
Tirant
Pédale, 25 n. (C-c')
Etain
Etain
Sapin
[ITOA]
Console:
La console en fenêtre.La console en fenêtre.

Console en fenêtre frontale. Tirants de jeux placés en deux fois deux colonnes, de part et d'autre des claviers, de section carrée à pommeaux noirs. Claviers blancs, bloc-claviers noirs. Etiquettes en papier, d'origine.

Transmission: mécanique suspendue, à équerres pour le positif et la pédale.
Sommiers: à gravures. Grand-orgue diatonique, avec un troisième sommier, central, pour les graves (C-A). Positif chromatique à ravalement. Pédale diatonique, en mitre.
Tuyauterie: fortement modifiée et réharmonisée en 1938. Diapason : Sib 440Hz.

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2016. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670205003P01
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable