> Accueil du site
Les orgues de la région de Colmar
Ste-Croix-en-Plaine, St-Barthélémy
1917 degr > Dégâts
1945 degr > Dégâts
1953 degr > Dégâts
Partie instrumentale classée Monument Historique, 06/02/1975.
Buffet classé Monument Historique, 11/12/1980.
L'orgue doit être démonté à l'automne 2015 pour restauration en l'état de 1840/1893 par la maison Guerrier.
L'orgue Callinet de Ste-Croix-en-Plaine.Toutes les
        photos de la page sont de Roland Lopes, 25/02/2015.L'orgue Callinet de Ste-Croix-en-Plaine.
Toutes les photos de la page sont de Roland Lopes, 25/02/2015.

Au cours de leur association, les frères Callinet (Joseph, l'aîné, et Claude-Ignace, le cadet) réalisèrent la plupart de leurs meilleurs instruments. C'est l'âge d'or des Callinet et de la facture d'orgues dite "de transition", où l'orgue devient romantique tout en restant par certains côtés fidèle aux traditions du 18 ème. Et le Callinet de Ste-Croix-en-Plaine est certainement l'un des plus beaux instruments de cette époque.

---
L'orgue de facteur inconnu (1665)
---

Historique

Un premier orgue a été installé à Ste-Croix-en-Plaine dès 1665. On ne sait pas qui l'a construit, mais il s'agit sûrement d'un membre de la famille Aebi (peut-être Hans Jacob). [IHOA] [HOIE]

Joué en 1691 par Johann Jodoc Von Esch (le père du facteur d'orgues du même nom), l'orgue a été nettoyé en 1752 par Nicolas Boulay. [IHOA] [HOIE]

Jodoc Von Esch (1692-1743) était facteurs d'orgues (établi à Nancy), et fils de l'organiste de Ste-Croix. Il faillit poser un instrument dans sa localité natale, mais l'instrument qui lui était destiné fut finalement installé à Munster en 1739. Il disparut après la première Guerre mondiale.

L'année suivante, en 1753 c'est un certain Nicolas Siat qui intervient. [IHOA] [HOIE]

Le "vieil orgue" connut l'édifice actuel (construit en 1829), car Valentin Rinkenbach procéda à son démontage et le remonta en 1831 dans l'église neuve. [IHOA] [HOIE]

Mais il devait y faire pâle figure : il était d'ailleurs déjà prévu de faire l'acquisition d'un orgue neuf. [PMSCALL]

---
L'orgue Callinet,
1840 (instrument actuel)
---

Historique

L'orgue actuel a été posé par les frères Callinet en 1840. [IHOA] [HOIE] [PMSCALL]

Pour le devis, daté du 29/09/1838, il a été fait usage des fameux "modèles imprimés", ici le n°2. [PMSCALL]

Le dessin du devis. Original de 45x58
                    cm.Noter l'absence de jouées et les 8 couronnements.Le dessin du devis. Original de 45x58 cm.
Noter l'absence de jouées et les 8 couronnements.

Ces devis imprimés étaient au nombre de 4, du plus grand au plus petit instrument. Il s'agit donc d'un orgue "moyen supérieur" en taille. 3 claviers, avec un positif de dos, et un récit qu'il faut plutôt prendre dans le sens "classique", hérité de l' "écho".

Un tel clavier est surtout destiné à jouer en solo, généralement en soprano, d'où son absence d'octave grave. (Notons que les récits romantiques "français" étaient aussi fréquemment dépourvus d'octave grave.) Il ne s'agit pas encore d'un "vrai" récit romantique, car on ne peut pas accoupler ce clavier au grand-orgue, et qu'il n'est pas expressif. Mais du point de vue de la composition, on y trouve déjà trois 8' et un Hautbois. La Flûte 4', notée 'Flûte octave' au devis n'avait rien à voir avec une Flûte octaviante, 'octave' désigne simplement le fait qu'elle soit en 4'.

L'accord fut conclu le 24/12/1838 (cadeau de Noël ?), avec une annexe au devis précisant que le Bourdon 16' manuel devra être complet et que la "Viole/alto 4'" du grand-orgue aura un dessus de Flûte 8' (ce qui en fait la fameuse Flûte traversière 4'8' que l'on retrouve dans de nombreux autres Callinet). De plus, à la réalisation, la grande Fourniture 5 rangs fut répartie en deux jeux : une Fourniture de 3 rangs, et une Cymbale constituée des deux autres. Les Callinet reprirent l'ancien orgue (pour presque 8% du pris de l'orgue neuf). L'orgue fut reçu le 22/01/1840 par Martin Vogt (Colmar, St-Martin) et François Joseph Rich (Ste-Croix-en-Plaine) [HOIE] [PMSCALL]

La composition suivante est déduite du devis ainsi que de l'état ultérieur, et indique ce qui est arrivé au jeu par la suite :

Composition, 1840
Positif de dos, 54 n. (C-f''')
Ais en montre
(G-f''' ?)
Disparu ?
(c'-f''')
Disparue ?
(C-f')
(fis'-f''')
(C-c')
Disparu
(cis'-f''')
Disparu
Grand-orgue, 54 n. (C-f''')
C en montre
Découpée en Nasard -> I
Basse en 4' en étain disparue ; le dessus est toujours là
Basse bouchée, dessus ouvert
(c'-f''')
(C-c')
(cis'-f''')
Disparu ?
Tiroir, par déplacement du bloc II+III
Récit, 42 n. (c-f''')
-> II
En mélange ; disparue ?
Flûte 'octave' au devis
(c'-f''')
Pédale, 25 n. (C-c')
Découpée en Flûte 2'
Tremblant doux
Agit sur les manuels
[HOIE] [IHOA] [PMSCALL]

Le tremblant (agissant sur les manuels) figure au devis parmi les jeux de pédale.

En 1893 Joseph Antoine Berger procéda au remplacement des soufflets, et probablement à d'autres modifications. [IHOA] [HOIE] [PMSCALL]

Les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités en mars 1917. Ils furent remplacé par la suite (probablement dans les années 20 ou 30 ; on trouve la date de 1947, mais elle est sûrement fausse) (en zinc) par Berger, qui installa aussi un ventilateur électrique. [HOIE]

En février 1945 (au cours des évènements pudiquement appelés par la suite "Réduction de la poche de Colmar"), deux engins explosèrent dans la nef. [HOIE] [PMSCALL]

L'historique laissé par l'organiste Charles Wagner (qui servit l'instrument à partir du 01/04/1946) rapporte qu'en 1946, le titulaire (donc a priori lui-même) "mit en fuite un "Rucksackorgelbauer" qui a collé du papier sur les montres et les porte-vents percés". [PMSCALL]

Outre le côté anecdotique ("Rucksackorgelbauer" = "facteur d'orgues à sac à dos", soit une façon péjorative de désigner un itinérant), cela confirme qu'il y avait bien une Montre en 1946, et donc qu'en 1947, Berger n'a pas remplacé celle réquisitionnée en 1917, mais réparé la montre en zinc déjà présente.

Wagner parle d'une Trompette (et non d'un Cromorne) au positif : ce jeu a donc probablement été remplacé dès 1893. Et c'est probablement aussi à ce moment qu'a été placée la Flûte 16' de pédale.

C'est Alfred Berger qui procéda aux réparations en 1947. [HOIE] [PMSCALL]

En 1953, il y eut un accident lors de travaux sur l'édifice : l'échafaudage autour du buffet de l'orgue s'effondra. Les sculptures supérieures ont été arrachées, et l'orgue reçut des plâtras à l'intérieur. Charles Wagner déposa la tuyauterie. [PMSCALL]

Charles Wagner donne aussi la liste des organiste de Ste-Croix depuis la construction du Callinet :

[PMSCALL]

En 1955, alors que le monde de l'orgue ne pensait plus qu'à Silbermann et au "classique français", les Callinet et autres "pré-romantiques" n'étaient plus du tout à la mode. Outre les travaux de réparation de l'accident de 1953, on demanda malheureusement à la maison Schwenkedel de "Silbermanniser" ce bel instrument. L'historique de Charles Wagner rapporte que les experts étaient Gérédis et Rosenblatt. [IHOA] [HOIE] [PMSCALL]

On peut lire que 7 jeux furent changés (Gambe du grand-orgue, Salicional, Flûte 4' et "Trompette" du positif, Flûte traverse et Salicional du récit, Gambe de pédale). Avec les informations disponibles, le bilan s'établit comme suit : outre la Montre réquisitionnée, [PMSCALL]

Le remplacement du Clairon 4' par un autre Clairon reste un peu mystérieux. Cela pourrait aussi être dû aux dégâts en 1953. Logé sur la chape arrière, loin de la nef mais facilement accessible, il semble douteux qu'il ait été victime des évènements de 1944, mais un vol de tuyaux n'est pas à exclure).

L'instrument a été réharmonisé par Laurent Steinmetz pour le compte de Schwenkedel, car sa signature se trouve dans l'instrument : "Janvier 1956 L. Steinmetz Orgelbauer". [RLopes]

Notons que, sans changement de tailles ni décalages, et probablement pas de changement significatif de pression, la réharmonisation des jeux de Callinet n'a sûrement pas été très vigoureuse. De plus, comme l'harmonisation d'origine avait été décrite à la réception comme "douce et tranchante" : il est probable que l'orgue sonnait plutôt "clair" pour les standards de 1840.

Le buffet

Le buffet est caractéristique de la production des frères Callinet (et en particulier celui de l'aîné, Joseph). Le grand buffet est constitué de 4 tourelles à entablement, les plus petites au centre. Les plates-faces, dans leur partie supérieure, dessinent une courbe achevée par une petite partie rectiligne.

A gauche, le dessin habituel. A droite, le dessin
                particulier des Callinet.A gauche, le dessin habituel. A droite, le dessin particulier des Callinet.

L'architecture à quatre tourelles a été plusieurs fois adoptée par les Callinet (Mollau, 1833, Oltingue, 1843, ...), parois sans positif de dos (Issenheim, 1835, Ste-Marie-aux-Mines, 1847), mais le plus souvent comme ici avec un positif de dos à 3 tourelles, la plus petite au centre. Si la forme des tourelles est encore directement issue du 18 ème, l'allure générale, avec le soubassement aussi large que la superstructure, est caractéristique du 19 ème. Ce style vivra conjointement au "buffet-caisse" (rectangulaire), souvent exigé par les architectes après 1836, surtout dans le cas d'édifices neufs. Il est probable que la version à tourelles ait été la préférée des Callinet, et en particulier de Joseph : celle qu'il aimait réaliser lorsqu'il n'y avait pas de contrainte "extérieure". Claude-Ignace été plus "réformateur", et construisit un (magnifique) orgue néo-gothique en 1863 à Moosch.

La décoration est très élaborée, et d'une rare richesse. Elle est fidèle au "langage ornemental" de la première moitié du 19 ème, constitué de frises (oves et dards), jouées, claires-voies, couronnements (pots à fleurs ou à feu) (les rinceaux étant devenus beaucoup plus rares). Ici, les couronnements sont constitués de pots-à-feu (sur les deux tourelles centrales du grand buffet et les deux latérales du positif). Les claires-voies des tourelles sont ajourées. Comme souvent chez les Callinet, les claires-voies des plates-faces sont des guirlandes de roses. Les jouées sont ici très élaborées. Globalement constituée de motifs végétaux, elles contiennent (au positif) un motif spiralé à angles droits. On y trouve aussi des motifs de draperies pendantes, et même (au grand-buffet) deux étranges pots/fioles.

Il est probable que des couronnements ont disparu suite à l'accident de 1953. Si on se réfère au dessin du devis, ce seraient des pot-à-feux sur les plus grandes tourelles ainsi que sur la tourelle centrale du positif, et une lyre sur la plate-face centrale du grand corps. Les jouées ne figurent pas sur le dessin, mais il est probable que celles du positif devaient être symétriques.

L'ornementation au grand corps : les angelots,
                une partie de la grande jouée avec une des "fioles",la frises à oves et dards,
                ainsi qu'un des trophées végétaux placés sous les plates-faces.L'ornementation au grand corps : les angelots, une partie de la grande jouée avec une des "fioles",
la frises à oves et dards, ainsi qu'un des trophées végétaux placés sous les plates-faces.

Mais les éléments d'ornementation les plus caractéristiques des buffets Callinet restent les fameux visages d'angelots. Ils sont disposés sur les culots des tourelles, et sont apparus à Ste-Croix-aux-Mines en 1834 (là-bas, un angelot par tourelle du grand corps). Ce thème a tellement plu aux Callinet qu'ils en ont fait leur "signature". Sur les différents orgues, les angelots semblent changer d'humeur (peut-être en accord avec les joies et les peines de la famille). Les ailes sont parfois au-dessus, parfois en-dessous du visage. Ils sont très sérieux et plutôt joufflus à Ste-Croix (indicateurs d'une certaines prospérité à l'apogée de la maison ?). Il apparaissent ici nimbés dans les nuages sculptés.

Caractéristiques instrumentales

Composition, 2015
Positif de dos, 54 n. (C-f''')
Façade pas d'origine
(G-f''')
Gambe du II découpée, chape du Salicional ; pastille en plastique jaune
(c'-f''')
1956 ; Chape du dessus de Flûte 4' ; pastille en plastique jaune
(C-c')
1956 ; Chape du Cromorne ; pastille en plastique jaune
(cis'-f''')
1956 ; Chape du Cromorne ; pastille en plastique jaune
(C-f')
(fis'-f''')
Grand-orgue, 54 n. (C-f''')
(Complet (C-f'''))
Façade pas d'origine
C-h de Berger ; Dessus=Flûte traversière d'origine
(c-f''')
Du III ; chape complète, jeu sans C-H ; pastille en plastique jaune
Façade pas d'origine
Basse bouchée, dessus ouvert
(c'-f''')
D'origine
C c f c'' f''
1'1/3 1'1/3 2'2/3 2'2/3 4'
1' 1'1/3 2' 2'2/3 4'
2/3' 1' 1'1/3 2' 2'2/3
D'origine
C c c' f''
1/2' 1' 1'1/3 2'2/3
1/3' 2/3' 1' 2'
(C-c')
(cis'-f''')
Pas d'origine
Récit, 42 n. (c-f''')
Marquée 'Prestant'
1956 ; pastille en plastique jaune
1956 ; pastille en plastique jaune
(c'-f''')
Pédale, 25 n. (C-c')
Jeu de Berger
1956 ; Gambe 8' découpée ; pastille en plastique jaune
Tremblant doux
Agit sur les manuels
[ITOA]
Console:
La console en fenêtre.La console en fenêtre.

Console en fenêtre frontale. Tirants de jeux se section carrée à pommeaux tournés munis de porcelaines d'aspect "deuxième moitié du 19ème" (1893 ?). Il y a un code de couleur : rouge pour le positif, blanc pour le grand-orgue, bleu pour le récit, et turquoise pour la pédale. Les tirants des jeux remplacés ou transformés en 1955 on été munis de pastille en plastiques (toutes jaunâtres indépendamment du plan sonore). Claviers noirs, d'origine. Le clavier du récit est complet, l'octave grave (C-H) "tombant" puisque le sommier ne commence qu'au deuxième Do (c). Pédalier vraisemblablement de 1893. Repose-pieds "boîte aux lettres". Pas de plaque d'adresse.

Voici l'ordre des tirants à la console et l'orthographe utilisée. La Cymbale du positif est coupée en basse/dessus (tirant de la basse à droite ; car c'est une chape de Cromorne). Le tremblant est appelé par un tirant situé en-bas à gauche, avec la porcelaine vierge. L'ancien tirant du tremblant, gratté et retourné, est relié au registre de la Flûte 4' du grand-orgue, et les deux tirants fonctionnent donc en parallèle.

DOUBLETTE
2'
Hautbois
Montre
8
Bourdon
8
Nazard
Sifflet
Prestant
4
Doublette
Basson
Flûte
4
[Tremblant]
 
Flûte
octave
Cornet
Bourdon
16
Tr[emblant]
[=F4 II]
Fourniture
Trompette
basse
Bourdon
8
CYMBALE
2 RGS
Flûte
16
Clairon
 
LARIGOT
1 1/3'
Prestant
4
SALICIONAL
8'
Doublette
Trompette
dessus
NAZARD
2 2/3'
CYMBALE
2 RGS
Flûte
8
Bourdon
16
Ophicléide
Cornet
Bourdon
8
Flûte
4
Flûte
8
Cymbale
Clairon
Montre 8
TIERCE 1 3/5'
Chalumeau
FLUTE
2'
Trompette
8'
Transmission: Mécanique suspendue pour le grand-orgue et le récit, foulante pour le positif, et à double balanciers pour la pédale.
Sommiers:
une moitié de la tuyauterie des claviers
                    supérieurs (grand-orgue et récit), coté Cis.La façade (vue de l'arrière)
                    est à droite. Noter le Cornet du grand-orgue "posté" juste derrière la façade,
                    comme dans un orgue du 18 ème.une moitié de la tuyauterie des claviers supérieurs (grand-orgue et récit), coté Cis.
La façade (vue de l'arrière) est à droite. Noter le Cornet du grand-orgue "posté" juste derrière la façade, comme dans un orgue du 18 ème.

Sommiers à gravures, d'origine. Ordre des chapes (intercalées sur des sommiers diatoniques partagés) du grand-orgue et du récit, depuis l'arrière (accès) vers la façade :

  • - Clairon 4' II
  • - Trompette 8' II
  • - Sifflet 1' II
  • - Cymbale 2 rgs II
  • - Fourniture 3 rgs II
  • - Doublette 2' II
  • - Nazard 2'2/3 II
  • - Flute 8' II
  • - Hautbois 8' III
  • - Flûte "octave" 4' III
  • - Bourdon 8' III
  • - Bourdon 8' II
  • - Larigot 1'1/3 III
  • - Flute 4' II
  • - Doublette 2' III
  • - Salicional 8' II
  • - Bourdon 16' II
  • - Prestant 4' II
  • - Montre 8' II
  • - Cornet 3 rgs III
  • - Cornet 5 rgs II

Comme le Hautbois est placé au beau milieu du sommier (donc peu accessible pour l'accord), certaines rasettes sont très longues.

Positif chromatique à ravalement : depuis l'accès vers la façade :

  • - Basson (pieds en bois)/Chalumeau(manchons)
  • - Cymbale (faux-sommiers récents)
  • - Nasard
  • - Tierce (dessus)
  • - Bourdon (calottes soudées)
  • - Doublette (entailles d'accord)
  • - Prestant
  • - Montre

Il y a bien 25 notes (C-c') au sommier de pédale. [RLopes]

Sites Webographie :

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2015. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F680295001P02
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable