Accueil
Candide
Jeux
Architecture
Esthetiques
Facteurs
Avant18
Bergantzel
Callinet
Dubois
Herbute
Moeller
Rinckenbach
Silbermann
Stiehr
Waltrin
Repertoire
Haut-Rhin
  Ferrette
Bas-Rhin
Credits
An2000
An2001
~ Les orgues de la région de Ferrette ~

Ferrette, St Bernard-Menton
Edmond-Alexandre ROETHINGER, 1926


Avant... ROETHINGER Après...

Composition, 2003
Grand-orgue
56 notes
Récit expressif
56 notes
Pédale
30 notes
Montre 8' Quintaton 16' Flûte 16'
Bourdon 8' Montre-Viole 8' Soubasse 16'
Gambe 8' Flûte harmonique 8' Bourdon doux 16' (2)
Salicional 8' Aéoline 8' Violoncelle 8'
Prestant 4' Voix céleste 8' I/P
II/I (16', 8', 4') Flûte 4' II/P
  Quinte 2'2/3  
  Doublette 2'  
  Tierce 1'3/5  
  Fourniture 1 rg (1)  
  Trompette 8'  
  Trémolo  

     Cet instrument d'Edmond-Alexandre ROETHINGER a été construit en 1926. Sa Composition est caractéristique des orgues Roethinger de cette époque : c'est pratiquement la même qu'à Saint-Bernard.

     Le premier orgue de Ferrette remonte au début du 18 ème siècle. En effet, un certain Nicolas CLADY (de Mulhouse) installa en 1727 un instrument d'occasion, qui provenait peut-être de St-Etienne de Mulhouse.

Il fut remplacé en 1778 par un orgue neuf de Jaque BESANÇON. Celui-ci toucha le prix de l'orgue, ainsi qu'une gratification, et revint entretenir son instrument en 1787. En 1892, l'orgue était qualifié de "misérable" ("armselige Orgel").

Mais en 1911, la nef de l'église fut reconstruite, et l'instrument vendu par la commune. L'édifice fut achevé en 1914, et on se servit d'un harmonium jusqu'à la construction de l'orgue Roethinger.

     Pour dégager la grande baie en ogive du fond de la Tribune, le Buffet est séparé en deux corps constitués de boiseries néo-gothiques.

L'instrument a été réparé par Georges SCHWENKEDEL en 1958, puis bénéficia d'un relevage en 1987. L'opération a été initiée par le curé doyen Roger KOENIG, également curé de Bouxwiller et Werentzhouse, qui a soutenu la restauration des instruments de ses trois paroisses au milieu des années 80. A Ferrette, ce fut Yves KOENIG qui fut chargé des travaux.

     Malheureusement, en 1993 le Grand-Orgue était redevenu pratiquement muet dans le milieu du clavier, les vers à bois ayant perforé des relais de commande pneumatique.

Après remplacement des 85 soufflets de commande, le 28/09/1998, et réparation des relais (traitement en profondeur contre les vers à bois + encollage de papier bleu) l'instrument est redevenu jouable.

Comme souvent, le "vieux Roethinger" (certains n'hésitent pas à décrier ce type de facture... sans même avoir écouté l'instrument), une fois réhabilité, fait état d'un charme certain, avec son Buffet en chêne et sa façade en étain (Gambe et Montre du Grand-0rgue, Flûte 16 et Violoncelle de la Pédale).
Nul doute que l'harmonie serait encore plus séduisante après un bon relevage en atelier.

Transmission : Pneumatique (Console indépendante face à la nef). Sommiers à Membranes.
Il y a cinq Combinaisons fixes (Piano, Mezzo Forte, Plein-jeu, Grand-jeu et Tutti), et une pédale de Crescendo.
Contrairement à la disposition annoncée dans l'Inventaire, la Pédale est située dans le Buffet de droite, le Grand-orgue et le Récit occupant celui de gauche, où il y a plus de place, parce que le mur sur lequel s'appuie l'instrument n'est pas perpendiculaire à l'axe principal de la nef.

(1) C'est un Appel de la Quinte et de la Doublette du Récit. Seule la Quinte parle actuellement.
(2) Comme très souvent chez Roethinger, le "Bourdon doux" de Pédale consiste à alimenter différemment les tuyaux de la Soubasse.

Sources :


Si vous recopiez des éléments de cette page pour des articles, plaquettes ou pages Web, citez vos sources. D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs.
Dernière mise à jour : 17/05/2004 17:21:45

F680090001P03