Accueil
Candide
Jeux
Architecture
Esthetiques
Facteurs
Avant18
Bergantzel
Callinet
Dubois
Herbute
Moeller
Rinckenbach
Silbermann
Stiehr
Waltrin
Repertoire
Bas-Rhin
  Woerth
Haut-Rhin
Credits
An2000
An2001
Photo
~ Les orgues de la région de Woerth ~

Mitschdorf, Eglise des Rois mages
Johann-Jacob MOELLER, 1827


Avant... MOELLER Après...

Composition, 1986
Manuel
56 notes
Pédale
27 notes
Principal 8' Soubasse 16'
Bourdon 8' Octavebasse 8'
Montre 4' I/P
Doublette 2'  
Mixture 2-3 rgs (1')  
I/I 4'  

     On peut voir à Mitschdorf un Buffet consituant un des rares témoignages de la facture de Johann-Jacob MOELLER (1827).

     Johann-Jacob MOELLER, d'Oberbronn, est un facteur ayant tenté sa chance dans l'immédiat après-Révolution, dans le nord de l'Alsace. Au moment où François CALLINET s'imposait en Haute-Alsace, les Moeller étaient donc en concurrence avec Michel STIEHR, de Seltz.

     Il n'y a guère que 3 instruments en Alsace qui contiennent effectivement du matériel Moeller : Berstheim (1811), Mitschdorf et Lampertsloch (1833).

De l'orgue Moeller de Hegeney (également près de Woerth ; vers 1830), il ne reste qu'un Buffet vide. Moeller construisit aussi un Positif de dos (détruit en Janvier 1945) pour l'orgue André SILBERMANN, 1720, de l'église St-Jean de Wissembourg. De l'orgue Nicolas Martin Moeller de Buswiller (1789), il ne reste également que le (magnifique) Buffet (que l'on pourrait prendre pour un Callinet). Celui de Jetterswiller paraît aussi d'origine Moeller. Il n'est pas exclu que Waltenheim-sur-Zorn ait abrité un orgue (Nicolas Martin) Moeller sous l'Ancien régime.

Il ne reste rien des instruments de Froeschwiller (1767, incendié en 1870), Mittelhausen (1779, remplacé en 1890), Gottesheim (1778, remplacé en 1898), Uberach (1823, remplacé en 1871), Kindwiller (1839, remplacé en 1897).

     Le Buffet est à Tourelles plates (comme pour Stiehr à l'époque), mais les Plates-faces sont "en ailes", avec un sommet oblique. On retrouve cette dispositon à Hegeney et Berstheim. La Console était latérale, et la mécanique était donc probablement à Equerres. L'orgue avait 10 registres (peut-être 9 Jeux et un Tremblant, car il y a la trace de 10 trous de passage des Tirants à la Console). La Pédale, limitée à une seule octave, ne disposait donc pas de Tirasse.

Sur la base de 10 trous, on peut donc imaginer sans grand risque de se tromper la Composition suivante :
La Fourniture était peut-être remplacée par une Anche coupée en Basse+Dessus.

     L'orgue fut reconstruit en 1902 par la Maison Gebrüder LINK, qui le considéra comme son Opus 307. Les Sommiers ont été reconstruits, et l'orgue muni d'une traction pneumatique, mais sans Console indépendante (ce qui était généralement la motivation pour ce genre d'opération).

L'instrument fut entretenu par Georges SCHWENKEDEL (réparation en 1926, ventilateur électrique en 1953. C'est Schwenkedel qui posa le Principal 8' (qui n'est pas du tout en façade).

En 1969, Christian GUERRIER posa une Mixture, en remplacement d'un Salicional, et décala la Flûte 4' en Doublette 2'.

Transmission : Pneumatique (Console latérale encastrée). Sommiers à Cônes
Il y a un Appel du Tutti.

Aujourd'hui restent de Moeller :

  • l'essentiel du Bourdon (sauf 15 tuyaux de Basse)
  • La Flûte 4' (décalée en Doublette ; en 1986, l'octave grave était toutefois conservée)
  • La partie intérieure (dessus) de la Montre 4'.
  • Les 13 notes graves des deux jeux de Pédale (car la Pédale n'avait qu'une octave à l'origine).
  • Le Buffet (en chêne), et même la clôture de Pédale.

Sources :

  • P. MEYER-SIAT "La dynastie des facteurs d'orgues Moeller" Pays d'Alsace (Cahiers de Saverne) 61-62, 1968.

Si vous recopiez des éléments de cette page pour des articles, plaquettes ou pages Web, citez vos sources. D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs.
Dernière mise à jour : 26/03/2013 14:29:09

F670294001P02