> Accueil du site
Les orgues de la région d'Obernai
Meistratzheim, St-André
avant 1716 atte > Orgue attesté
1917 degr > Dégâts
vers 1960 tran > Transformation
Meistratzheim, l'opus 40 de Martin Rinckenbach, le
        08/11/2014.Meistratzheim, l'opus 40 de Martin Rinckenbach, le 08/11/2014.

L'opus 40 de la maison Rinckenbach avait été construit pour l'ancienne église de Meistratzheim. La nouvelle, néo-gothique, est beaucoup plus grande. Et encore, elle représente un compromis, le projet initial de l'architecte Muller (vers 1860) ayant été jugé "trop somptueux" ! Après son déménagement dans ce nouvel édifice, en 1922, l'orgue Rinckenbach a bénéficié d'une acoustique plus généreuse. Les errements des années 1960 lui coûtèrent 6 jeux romantiques (sur 20), mais les entretiens ultérieurs ont réussi à préserver ses qualités intrinsèques.

---
L'orgue de facteur inconnu (avant 1716)
---

Historique

Un orgue est attesté à Meistratzheim avant 1716 (il a été placé entre 1704 et 1716). Jean-André Silbermann a noté que cet orgue a été accordé par Georg Friedrich Merckel en août 1744. On connait le nom de l'organiste de Meistratzheim à cette époque : Laurent Meyer (né à St-Hippolyte). [IHOA] [PMSDBO1975] [ArchSilb]

---
L'orgue Jean Nicolas Toussaint,
1775
---

Historique

Cet instrument fut remplacé en 1775 par Jean Nicolas Toussaint. [IHOA] [Barth] [ArchSilb]

L'organiste en 1825 s'appelait toujours Laurent Meyer ; originaire de Meistratzheim, c'était le fils du précédent. A son tour, il eu aussi un fils prénommé Laurent, qui fut lui aussi instituteur, et qui lui succéda au poste d'organiste. Il y a donc eu 3 générations de Laurent Meyer organistes à Meistratzheim. [IHOA] [PMSDBO1975]

L'orgue Toussaint fut réparé par Adam Blum (de Furdenheim) en 1832. [IHOA] [PMSDBO1975]

Puis en 1837 par George Wegmann. [IHOA]

En 1840, l'instrument était décrit comme "mauvais" ("[il y a un] orgue, mais il est mauvais"). [Barth]

Une autre réparation eut lieu en 1850 par Wetzel. [IHOA]

---
---

Historique

A la fin du 19ème, peut-être par lassitude de toutes ces réparations, mais sûrement surtout pour disposer d'un orgue capable de jouer le répertoire romantique, on s'adressa au plus grand facteur du moment, Martin Rinckenbach, pour construire un orgue neuf de 20 jeux sur 2 claviers et pédale. L'opus 40 de la célèbre maison d'Ammerschwihr fut reçu le 25/02/1894. [Barth]

Il était donc placé dans l'ancienne église de Meistratzheim (l'église "du cimetière"). La première pierre du nouvel édifice (beaucoup plus grand) fut posée en 1913. La consécration eut lieu en juillet 1922.

Dans une lettre datée du 28/03/1998, Martin Rinckenbach écrit à Rebmeister, l'organiste de Niedernai, qu'il ne faut pas juger ses ouvrages avec celui de Meistratzheim, car l'acoustique très défavorable de la petite église l'empêche de sonner correctement. "Was die Intonation anbetrifft, so wird dieselbe ganz anders als in Meistrazheim, idem die Akustik in Meistrazheim so viel als null ist, in einer Scheune wird es eben so gut klingen." [PMSDBO1972]

L'instrument est contemporain de celui de Blotzheim, et ils sont de taille comparable. C'est un des premiers Rinckenbach (sinon le premier) à disposer de claviers de 56 notes (jusqu'au Sol), la norme étant jusque là 54.

Les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités en mai 1917. Il pesaient 96.5 kg. [IHOA]

L'orgue a été déménagé dans la nouvelle église au cours de l'été 1922. C'est Franz Kriess qui fit le travail. [IHOA]

C'est donc sûrement Kriess qui remplaça la façade. Sans en respecter le plan originel, car, aujourd'hui, les plates-faces sont munies de pièces gravées qui n'ont pas de postages. [Visite]

Après le second conflit mondial, l'orgue fut réparé en 1946. [IHOA]

C'est probablement en vers 1960 qu'eut lieu la "baroquisation" qui affecta 6 jeux de l'instrument. [ITOA]

En 1974, Pie Meyer-Siat nota la composition, qui est identique à actuelle, mais avec une Cymbale 1' (!) à la place de l'actuel 2' du récit (il y avait donc déjà la Tierce, le Cromorne et le "Choralbass"). L'auteur déclare que l'orgue a été "rénové récemment". [PMSDBO1975]

En l'absence de documents d'archives, la composition originale est inconnue. Elle est même mystérieuse, car on voit mal un orgue Rinckenbach sans Bourdon 16' manuel... mais il ne semble pas y avoir la place dans le buffet. (L'orgue de Neuwiller semble être un précédent, mais il était peut-être tout de même doté d'un Bourdon 16' manuel à l'origine.) Déterminer quels jeux ont été remplacés par la Doublette et la Tierce du grand-orgue reste donc une devinette (bien qu'un Dolce 8' serait logique). Pour compliquer les choses, le Nasard, s'il est d'origine, n'est pas sur sa chape (les trous du faux-sommier sont trop grands). Au récit, il est sûr que le Cromorne remplace un Hautbois, mais on ne sait pas quel jeu occupait la deuxième chape, là où se trouve actuellement le 2'. Peut-être une Fugara 4' ; un Principal 8' paraît exclu à cet emplacement.

Au cours d'une opération menée en 1988 par la maison Steinmetz de Dachstein, la Cymbale qui affublait le récit depuis les années 60 fut évacuée, et remplacée par un plus sage Principal 2' (cela explique que le faux-sommier ait été remplacé). De nombreux travaux de sauvetage durent être entrepris sur la tuyauterie (pavillons des anches). [ITOA] [AKrauffel] [Visite]

Aujourd'hui (2014), l'orgue est beaucoup plus attrayant que ce que l'on pourrait supposer en l'étudiant "sur le papier". Bénéficiant d'une acoustique très généreuse, les fonds s'expriment avec beaucoup d'élégance. Même la Fourniture "baroque" (1'1/3 à reprises) n'est pas choquante, et permet de bien élargir le répertoire. Il est entretenu par la maison Muhleisen. Il manque une Gambe au grand-orgue, mais en l'absence d'éléments historiques permettant de retrouver la composition d'origine, il faut bien avouer que la palette actuelle, harmonisée avec beaucoup de talent, en fait un instrument de grande qualité. La Trompette du grand-orgue, malheureusement, a beaucoup souffert au cours de l'histoire. Elle a été "réhabilitée" dans la limite de ce qui est faisable en dehors d'un relevage complet. Mais ses surlongueurs ont disparu (pas d'entailles dans les résonateurs) et l'accord tient mal. Le Cromorne du récit est l'élément le plus contestable de l'ensemble : cet instrument serait sublimé par le retour d'un Hautbois ! Le recoupage du Violoncelle de pédale en un inutile 4' a aussi déséquilibré l'ensemble : en l'absence d'anche de 16', le Violoncelle était indispensable pour donner de la puissance aux fondamentales. L'instrument, aujourd'hui fort bien entretenu mais qui a connu une histoire fort mouvementée, mériterait un relevage en profondeur (et un Hautbois).

Le buffet

Le buffet, en chêne, est de type Buethwiller (où ce dessin a été réalisé pour la première fois, en 1883). Trois tourelles plates, la plus large au centre, sont séparées par des plates-faces doubles. Il a été décliné dans des versions plus "Empire" (Hoenheim, 1885, avec comme ici un fronton interrompu) ou plus "néo-classique" (Lauw, 1893, ou Mussig, 1894). On le retrouvera un peu plus tard à Fouchy (1896) ou encore à Houssen (1897, avec des rinceaux plus développés).

Caractéristiques instrumentales

Composition, 2014
Grand-orgue, 56 n. (C-g''')
Entailles de timbre
En métal, perçage côté bouche, au ton, grandes dents
Calottes mobiles
Entailles de timbre
Rinckenbach
Chape d'un 4' ou 8' : Gambe ?
Pas d'origine
Pas d'origine ; faux-sommier neuf
Remplacée ou décalée
14 dessus hamoniques (fis''-g''') ; surlongueurs coupées ; cicatrices
Récit expressif, 56 n. (C-g''')
Entailles de timbre en trou de serrure ; applatissages ovales
Steinmetz 1988 ; faux-sommer neuf ; au ton
Spotted, années 60 ; chape du Haubois (inscription au crayon sur le faux-sommier)
(Appel souffleur)
Tirant bloqué
Pédale, 27 n. (C-d')
Violoncelle recoupé ? ; applatissages ovales
I/P
Console:
La console indépendante.La console indépendante.

Console indépendante face à la nef, fermée par une couvercle basculant. Tirants de jeux de section ronde à pommeaux tournés, disposés en trois gradins de part et d'autres des claviers. Les porcelaines d'origine ont disparu, remplacées par des pastilles en plastique fort inesthétiques. Claviers blancs plaqués d'ivoire, d'origine. Commande des accessoires par pédales-cuillers à accrocher, en fer, repérées par de grandes porcelaines à liséré doré (d'origine) : de gauche à droite : "Koppel I a p" (I/P), "Koppel I a II" (II/I), "Expression". L'expression du récit n'a donc que deux positions (ouvert ou fermé). Le banc (d'origine) est une évolution du modèle dont les montants présentent une forme de lyre ; il y a trois "cordes".

Plaque d'adresse en position centrale, au-dessus du second clavier, en laiton incrusté sur fond noir, encadré :

Martin Rinckenbach
Orgelbauer in
Ammerschweier.
Ober-Elsass

Le nom et "Ammerschweier" sont en cursives, et "Ammerschweier" ondule entre deux lignes. Sur ce modèle de plaque, il n'y a pas le point après "Elsass".

Sommiers:

Sommiers à gravures, en chêne, d'origine. Ils sont tous diatoniques. Le grand-orgue et le récit sont au même niveau, et la pédale légèrement plus basse (placée sur les côtés, sous et même derrière le récit.)

Le grand-orgue. Ordre des chapes du
                    grand-orgue, de l'arrière (accès ; ici à droite) vers la façade :Trompette
                    (hors champ sauf quelques pieds), Mixture, Tierce, la grande Flûte harmonique
                    8',la Flûte 4', le Nasard, le Bourdon 8', la Doublette, le Principal 4',
                    puis la Montre 8'.Le grand-orgue. Ordre des chapes du grand-orgue, de l'arrière (accès ; ici à droite) vers la façade :
Trompette (hors champ sauf quelques pieds), Mixture, Tierce, la grande Flûte harmonique 8',
la Flûte 4', le Nasard, le Bourdon 8', la Doublette, le Principal 4', puis la Montre 8'.
Ordre des chapes du récit, de l'arrière
                    (accès ; il se fait depuis le clocher ; ici en bas) vers les jalousies
                    :Cromorne, Principal 2', Flûte à cheminée 8', Flûte traverse 4',
                    Salicional, Voix céleste.Ordre des chapes du récit, de l'arrière (accès ; il se fait depuis le clocher ; ici en bas) vers les jalousies :
Cromorne, Principal 2', Flûte à cheminée 8', Flûte traverse 4', Salicional, Voix céleste.
La photo de gauche, prise depuis
                    l'intérieur du buffet, montre la partie de la pédale qui se trouve à côté du
                    récit(dont l'abrégé en bois occupe le coin supérieur gauche).D'avant
                    (accès) vers l'arrière : Trombonne , jeu de 4', Flûte 8' (en bois),
                    Soubasse.Seul un tuyau du Trombonne (pied carré en bois) est visible, à
                    droite, et 4 trous carrés du faux-sommier sont vides.Sur la photo de
                    droite, prise depuis l'arrière de l'instrument, voici les 4 tuyaux du Trombonne
                    de pédale :ils sont placés sur un petit sommier additionnel, logé sous le
                    récit.Il y a la même modification, concernant 4 autres tuyaux, de l'autre
                    côté.Elles sont probablement dues au déménagement de 1922 :soit la
                    mécanique du récit n'a pas pu retrouver sa place d'origine en
                    profondeur,soit les deux sommiers de pédale ont dû être
                    rapprochés.Notons que les travaux de (Franz) Kriess sont plutôt de belle
                    facture,et n'ont rien à voir avec les bricolages parfois commis la maison
                    de Molsheim après 1945 et qui ont fini par discréditer le nom.La photo de gauche, prise depuis l'intérieur du buffet, montre la partie de la pédale qui se trouve à côté du récit
(dont l'abrégé en bois occupe le coin supérieur gauche).
D'avant (accès) vers l'arrière : Trombonne , jeu de 4', Flûte 8' (en bois), Soubasse.
Seul un tuyau du Trombonne (pied carré en bois) est visible, à droite, et 4 trous carrés du faux-sommier sont vides.
Sur la photo de droite, prise depuis l'arrière de l'instrument, voici les 4 tuyaux du Trombonne de pédale :
ils sont placés sur un petit sommier additionnel, logé sous le récit.
Il y a la même modification, concernant 4 autres tuyaux, de l'autre côté.
Elles sont probablement dues au déménagement de 1922 :
soit la mécanique du récit n'a pas pu retrouver sa place d'origine en profondeur,
soit les deux sommiers de pédale ont dû être rapprochés.
Notons que les travaux de (Franz) Kriess sont plutôt de belle facture,
et n'ont rien à voir avec les bricolages parfois commis la maison de Molsheim après 1945 et qui ont fini par discréditer le nom.
Soufflerie: Un grand réservoir à plis parallèles est situé dans un local à droite de l'orgue. Le système d'alimentation manuel, par pompe à bras (un seul levier) actionnant un cunéiforme placé sous le réservoir est toujours opérationnel.
Tuyauterie:

La tuyauterie d'origine est de très belle facture ; tuyaux métalliques en étain et étoffe. Certaines entailles de timbre ont la forme d'un trou de serrure, ce qui est caractéristique de Martin Rinckenbach. Tuyaux bouchés à calottes mobiles.

La première chape du récit est bien prévue
                    pour un Hautbois, comme le confirme cette inscription au crayon "N°1
                    Hautbois".La première chape du récit est bien prévue pour un Hautbois, comme le confirme cette inscription au crayon "N°1 Hautbois".

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2014. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F670286001P03
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable