> Accueil du site
Les orgues de la région de Mulhouse
Morschwiller-le-Bas, St-Ulrich
vers 1918 dest > Destruction
1982 rele > Relevage
1993 rele > Relevage
Morchwiller, le buffet Klem de l'orgue
        Roethinger.Photo de Roland Lopes, 14/04/2011.Morchwiller, le buffet Klem de l'orgue Roethinger.
Photo de Roland Lopes, 14/04/2011.

Morschwiller-le-Bas (près de Mulhouse, "Niedermorschwiller" dans beaucoup des sources, à ne pas confondre avec Morschwiller près de Haguenau) reste surtout célèbre dans le monde de l'orgue pour un Silbermann qui n'a jamais existé. L'instrument construit par Edmond-Alexandre Roethinger en 1924 n'est pourtant pas dénué d'intérêt, et il a surtout été fort bien conservé : il n'a subi aucune modification, et même le très néo-classique Larigot est parfaitement d'origine. De ce point de vue, Morschwiller-le-Bas avait pas mal d'avance sur le monde de l'orgue...

---
L'orgue Joseph Callinet,
1833
---

Historique

Le premier orgue de Morschwiller-le-Bas a été construit en 1833 par Joseph Callinet. [IHOA]

!L'orgue "Silbermann" de Morschwiller n'a jamais existé. Beaucoup ont cherché un (Jean-André) Silbermann ici en raison d'une erreur figurant dans l'ouvrage fondamental de Martin Vogeleis : [Barth]

Extrait de la page 592 de Quellen un Bausteine zu einer Geschichte der Musik und Theaters im Elsass
                        500-1800Extrait de la page 592 de "Quellen un Bausteine zu einer Geschichte der Musik und Theaters im Elsass 500-1800"

On peut y lire que l'ancien orgue Jean-André Silbermann du couvent des Dominicaines de Ste-Catherine (Catherinettes) de Colmar a été déménagé à Morschwiller-le-Bas. [Vogeleis]

Mais l'orgue des Catherinettes de Colmar, achevé le 29/09/1771, fut en fait racheté à la Révolution par la commune d'Altkirch, et installé dans l'ancienne l'église Notre-Dame de l'Assomption. Reconstruit par Heinrich Koulen en 1884 et victime de graves dégâts en 1914-18, il a été remplacé par l'opus 167 de Joseph Rinckenbach. Une partie du grand buffet actuel provient de l'orgue Silbermann. (Voir aussi Irrenheim.)

En 1878 fut achevée la nouvelle église (munie d'un clocher hexagonal très élancé ; Charles Winkler, architecte). L'orgue y a été installé la même année. [IHOA]

L'orgue Callinet fut pillé vers vers 1918 : Morschwiller-le-Bas avait été évacué en juin 1917, et lors du retour du curé, en 1919, l'église avait été endommagée (sûrement parce que son clocher constitue une excellente tour de guet) et il ne restait de l'orgue Callinet... que deux caisses de tuyaux. [IHOA]

---
L'orgue Edmond-Alexandre Roethinger,
1924 (instrument actuel)
---

Historique

En 1924, Edmond-Alexandre Roethinger posa à Morschwiller-le-Bas son opus 93, directement issu de la Réforme Alsacienne de l'orgue. [IHOA] [Barth]

L'orgue est résolument "néo-classique", et nettement en avance sur son temps, alliant une Fourniture progressive très grave avec des Mutations très aigues, comme un Larigot.

Il est "communément admis" de situer le commencement de l'époque néo-classique, à l'orgue, en 1932. Cette année là, Victor Gonzalez achevait son 3 claviers pour l'église abbatiale de Solesmes. La simple lecture de la composition suivante prouve que 8 ans plus tôt, la facture néo-classique était déjà bien adulte en Alsace. Il n'y a pas de confusion : les chapes sont tamponnées avec les noms des jeux, et c'est donc bien une composition de 1924.

L'orgue a été relevé en 1982 par Christian Guerrier. [ITOA]

L'orgue a été relevé en 1993 par Christian Guerrier. [IHOA]

Le buffet

Le buffet de l'orgue Roethinger est conçu pour dégager la fenêtre centrale du fond de nef. Il est en chêne, et a été réalisé par la maison Klem.

Caractéristiques instrumentales

Console:

Console indépendante, dos à la nef, fermée par un rideau coulissant. Tirage des jeux par dominos, tous alignés en un seul rang, au-dessus des claviers. Plaque d'adresse noire à lettres blanches:

E.A. ROETHINGER
FACTEUR DE GRANDES ORGUES
STRASBOURG
OPUS 93 1924

Il s'agit curieusement d'une console mécanique actionnant une transmission pneumatique. Commande double (pédale et domino) des tirasses. Commande de la combinaison libre par picots au-dessus des dominos. Banc à pieds en forme de lyre.

Transmission: pneumatique sur console mécanique : des vergettes actionnent les valves commandant la dépression des tubulures.
Sommiers: à cônes ("pneumatische Kegelladen"). La partie droite abrite le l'essentiel du grand-orgue et la pédale, celle de gauche le récit expressif. Certains des tuyaux faisant la jonction entre les deux buffets (sous la rosace) parlent, et constituent des dessus de jeux du grand-orgue.

Références Sources et bibliographie :

Carte Localisation :

© 1999-2014. Tous droits réservés, textes et illustrations, qui restent la propriété des auteurs. Si vous recopiez des éléments ou des photos de cette page (pour des articles, plaquettes, sites internet, etc...) merci de bien vouloir demander l'autorisation et citer vos sources (y-compris cette page!). D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs. Les données ici présentées peuvent contenir des erreurs. N'en faire aucune utilisation pouvant porter à conséquence.
Immatriculation de l'orgue actuel : F680218001P02
Pour l'intégrer à des plaquettes ou des affichettes, et donner accès à cette page, vous pouvez imprimer l'image suivante (cliquer pour en obtenir de version grand-format) :
Code-barre pour téléphone
                                portable