Accueil
Candide
Jeux
Architecture
Esthetiques
Facteurs
Avant18
Bergantzel
Callinet
Dubois
Herbute
Moeller
Rinckenbach
Silbermann
Stiehr
Waltrin
Repertoire
Bas-Rhin
  Saverne
Haut-Rhin
Credits
An2000
An2001
Photo
~ Les orgues de la région de Saverne ~

Saverne, Eglise protestante
Eberhard Friedrich WALCKER, 1897


Avant... WALCKER Après...

Composition, 2003
Grand-orgue
56 notes
Récit expressif
56 notes
Pédale
30 notes
Bourdon 16' Geigenprincipal 8' Soubasse 16'
Principal 8' Lieblich gedeckt 8' Violoncelle 16'
Bourdon 8' Flûte de concert 8' Octavebasse 8'
Flûte ouverte 8' Salicional 8' Violoncelle 8'
Dolce 8' Aéoline 8' Posaune 16'
Viole de gambe 8' Voix céleste 8' I/P
Octave 4' Flûte traverse 4' II/P
Flûte à cheminée 4' Mixture-Cornet 3-5 rgs  
Mixture 5 rgs (2'2/3) Hautbois 8'  
Trompette 8'    
II/I    

     Cette belle machine d'esthétique romantique allemande, inspirée par Ernst MUNCH, est l'Opus 793 d'Eberhard Friedrich WALCKER, de Ludwigsbourg.


Saverne, église protestante, le 15/08/2003

     Dans l'ancien Temple protestant, il y avait un orgue de Georges WEGMANN, 1847. Lorsque l'édifice actuel fut construit, en 1897, le petit orgue Wegmann était devenu "insuffisant". Il fut envisagé de le vendre à Klingenthal (qui préféra garder son orgue Martin WETZEL, 1844), puis au Temple de La Broque. Mais il ne convenait pas, car le Buffet aurait caché la Rosace (cela justifia l'achat d'un orgue neuf en deux corps à la Maison Gebrüder LINK en 1901). L'orgue fut alors proposé à Neuwiller-la-Roche (qui acquit un ROETHINGER en 1899), puis, en désespoir de cause, offert à l'église protestante de Monswiller. Mais là-bas, une subvention gouvernementale avait permis l'achat un orgue neuf DALSTEIN-HAERPFER, et on ne voulut pas non plus du petit orgue Wegmann. Il fut finalement vendu pour le prix des matériaux à un fabricant de poëles et fourneaux de Saverne.

     Reçu en 1897, l'orgue WALCKER vit ses tuyaux de façade réquisitionnés en 1917. C'est Frédéric HAERPFER qui procéda au remplacement de la façade en 1922.



     Voici une photo de quelques tuyaux de la Façade "provisoire" de Haerpfer, en zinc, posée en 1922 et déposée en... 1997. Ils sont entreposés dans un coin, sous la tribune. Le banc donne l'échelle.


     En 1964, il fallut faire des travaux, au moins à la transmission (pneumatique). Ernest MUHLEISEN fut chargé de ces réparations (après une révision en 1952), mais on demanda aussi quelques changements de Jeux : Nasard, Doublette, Tierces 1'3/5 et Cymbale du Récit n'avait à l'évidence rien à faire dans cette esthétique : ils datent de 1964. La Mixture du Grand-orgue était à l'origine à 5 rangs, avec un rang de Tierce ("Mixtur-cornet" ou "Fourniture-tierce"). Le rang de Tierce avait été déposé, mais il est aujourd'hui à nouveau en fonction.

Voici la Composition en 1986 :

Composition, 1986
Grand-orgue
56 notes
Récit expressif
56 notes
Pédale
30 notes
Bourdon 16' Geigenprincipal 8' Soubasse 16'
Principal 8' Lieblich gedeckt 8' Violoncelle 16'
Bourdon 8' Flûte de concert 8' Octavebasse 8'
Flûte ouverte 8' Salicional 8' Flûte 4'
Dolce 8' Nasard 2'2/3 Posaune 16'
Viole de gambe 8' Flûte octaviante 4' I/P
Octave 4' Doublette 2' II/P
Flûte à cheminée 4' Tierce 1'3/5  
Mixture 4 rgs (2'2/3) Cymbale 3 rgs  
Trompette 8'    
II/I    

     L'orgue a été restauré par la Maison Walcker (qui dispose d'ailleurs des plans de tous ses instruments) en 1997. L'orgue reçut une façade neuve et retrouva sa Composition d'origine (avec des Jeux supplémentaires au Récit : le Hautbois n'était pas posé en 1897).

Transmission : pneumatique. Sommiers à Cônes (Kegellade).
Il y a quatre Combinaisons fixes (Piano, Mezzo Forte, Forte, Tutti) et leur Annulateur.
Le dessus des Bourdons et de la Flûte ouverte du Grand-orgue, ainsi que la Flûte octaviante du récit sont en bois de poirier.




La Console de l'Opus 793.

     Les dominos du Récit sont roses (on distingue bien, à la différence de couleur, ceux qui ont été posés en 1997), ceux du Grand-orgue blancs, et ceux de la Pédale verts. Les Accouplements sont commandés par trois curieux poussoirs qu'il faut pousser vers le bas pour décrocher. Il y a un tirant "Calcant" à gauche du Récit : il commande une petite sonnette, cachée quelque part où elle peut réveiller le souffleur. Les Combinaisons fixes sont commandées par des pédales et un Annulateur en forme de champignon horizontal.





Un Soufflet de commande de Cône.

     La tuyauterie et la transmission sont de très belle facture, à l'image de ce soufflet pneumatique, garanti... 20 ans par le constructeur ! L'harmonisation est très distinguée : la Posaune est d'une rondeur toute allemande.


Sources :

  • Remerciements à Guillaume SCHAEFER et Rémy KALCK.
  • P. MEYER-SIAT "Les orgues des temples protestants de Saverne" Pays d'Alsace (Cahiers de Saverne) 94, 1976-I
  • M. BARTH, "Elsass, 'Das Land der Orgeln' im 19. Jahrhundert", AEA XV (1965-66) (Où l'orgue est curieusement considéré comme un 3 claviers). Quant à M. BARTH, il confond cet orgue avec celui de la Chapelle St-Florent

Si vous recopiez des éléments de cette page pour des articles, plaquettes ou pages Web, citez vos sources. D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs.
Dernière mise à jour : 16/07/2005 21:35:10

F670437004P02