Accueil
Jeux
Architecture
Esthetiques
Facteurs
Avant18
Bergantzel
Callinet
Dubois
Herbute
Moeller
Rinckenbach
Silbermann
Stiehr
Waltrin
Repertoire
Haut-Rhin
  St Amarin
Bas-Rhin
Credits
An2000
An2001
~ Les orgues de la région de St Amarin ~

Ranspach, St Antoine de Padoue
Joseph MERKLIN, 1860


MERKLIN Après...

Composition, 1986
Grand-Orgue
56 notes
Récit expressif
56 notes
Pédale
27 notes
Bourdon 16' Flûte harmonique 8' Bourdon 16'
Montre 8' Gambe 8' Flûte 8'
Bourdon 8' Dolce 8' Trombonne 16' (1)
Salicional 8' Voix céleste 8' I/P
Prestant 4' Flûte d'Echo 4'  
Flûte harmonique 4' Trompette 8' (1)  
Quinte 2'2/3 Clarinette 8' (1)  
Doublette 2' (1)    
Fourniture 3-4 rgs (1)    
Trompette 8' (1)    
Clairon harmonique 4' (1)    
II/I    
     A partir la fin du 18 ème siècle, les industries textiles ont assuré le développement de la région de Wesserling , et en particulier celui de Ranspach. En forte expansion au milieu de 19 ème siècle, Ranspach devient une paroisse le 03/05/1849. Du milieu du 19 ème siècle datent donc l'église (dont l'architecte, Joseph LANGENSTEIN, était enfant du pays), la Mairie, la fameuse fontaine St Antoine, de Baltazar KALT (1867), et l'orgue Joseph MERKLIN de 1860.


Ranspach, l'orgue Merklin.
Photo Yannick MERLIN.

     Il faut savoir que ces instruments "parisiens" tels que les MERKLIN-SCHÜTZE étaient des orgues de prestige. Pas loin de deux fois plus chers que l'équivalent construit par les facteurs locaux (CALLINET par exemple, qui posa ses orgues dans les communes voisines de St Amarin, Mollau, Fellering). Aristide CAVAILLE-COLL essaie d'ailleurs de justifier cette différence de prix dans la lettre qu'il écrivit après sa visite à Lutter.

En 1857, Husseren-Wesserling avait reçu un WALCKER ("le plus grand facteur d'orgues du monde" selon l'avis unanime des Allemands), et voici qu'en 1859, Mulhouse, St Etienne traitait avec CAVAILLE-COLL ("le plus grand facteur d'orgues du monde", aussi, mais selon l'avis unanime des Français, cette fois).

Le devis de Joseph Merklin est daté 21/04/1860. Merklin s'était associé à Friedrich SCHÜTZE en 1849, et avait racheté la Maison DAUBLAINE et CALLINET en 1855. Il propose de poser avant Noël à Ranspach un orgue "haut de gamme", avec pas mal d'Anches harmoniques en étain, Sommier à Double Laye pour le Grand-orgue, ou à double Chapes pour les autres, ce qui permet d'appeler des jeux par "combinaisons" (certains jeux peuvent être appelés depuis des pédales, 1 par Clavier). La mécanique doit adopter les "procédés les plus perfectionnés".

Sur le devis, on peut aussi trouver les références suivantes : "comme terme de comparaison de l'instrument à fournir, l'orgue de choeur de Saint-Philippe-du-Roule à Paris, et l'orgue de l'église paroissiale de Brienne Napoléon près Troyes".

Le conseil municipal accepta le devis MERKLIN-SCHÜTZE à l'unanimité le 04/05/1860.
La confection du buffet fut confiée à J.B. KLEM, et la tribune abaissée d'urgence avant l'arrivée de l'orgue.

     Joseph Merklin tint ses délais, pour son deuxième orgue alsacien : l'instrument fut reçu le 16/12/1860. Comme plus tard à Obernai, il y eut des histoires pour les tuyaux de façade : l'orgue étant acheté sans buffet, l'ébéniste fournissant un buffet sans tuyaux de façade, il n'y avait pas de façade, et bien sûr personne n'y avait pensé. Cette dépense, avec d'autres "charges imprévues" (comme l'hébergement de plusieurs "experts" pendant... 16 jours !) fut la source d'un échange de correspondance entre le Préfet et la Commune.

Voici la Composition d'origine :

Composition, 1860
Grand-Orgue
56 notes
Récit expressif
44 notes
Pédale
27 notes
Bourdon 16' Flûte harmonique 8' Bourdon 16'
Montre 8' Gambe 8' Flûte 8'
Bourdon 8' Voix céleste 8' Trombonne 16' (1)
Salicional 8' Flûte d'Echo 4' I/P
Prestant 4' Trompette 8' (1)  
Flûte harmonique 4' Clarinette 8' (1)  
Doublette 2' (1) Voix humaine 8'  
Fourniture 3-4 rgs (1) Trémolo  
Trompette 8' (1)    
Clairon harmonique 4' (1)    
II/I    

L'orgue fut reçu le 16/12/1860 par Edouard MERTKE (Husseren-Wesserling), Gaspard VOGT (Colmar, St-Martin) et François-Joseph HOSSTETTER (Saint-Amarin). Charles-Victor DUBOIS "démonstrateur" officiel de la Maison Merklin, était venu passer une semaine à Ranspach pour expliquer et détailler les ressources novatrices de l'instrument.

L'inauguration fut fort solennelle pour une orgue "de campagne". Le journal "L'industriel Alsacien" rapporte que "L'inauguration et l'expertise de l'orgue de l'église de Ranspach, construit par MM. Merklin-Schütze (Paris et Bruxelles), auront lieu dimanche 16 et jeudi 20 décembre. M. Dubois, professeur au Conservatoire de Bruxelles et les principaux organistes du Haut-Rhin se feront entendre à l'occasion de cette solennité.".

On remarque l'absence de Cornet (en Alsace, ce n'est pas courant : l'instrument était entouré de Callinets !). A la place, le Plein-jeu est progressif. Complètement atypique dans son environnement, l'instrument fut fort bien accueilli.

     En 1930, Jules BESSERER, appelé pour compléter l'instrument (le Récit n'avait que 44 notes), ajouta une octave grave au Récit, en transmission pneumatique. La Quinte du Grand-Orgue est de lui, et il remplaça malheureusement la Voix humaine du Récit par un Dolce.

En 1941, SCHWENKEDEL fut appelé au chevet de l'instrument.

Mécanique : Machine Barker, Sommiers à gravures, et à Double Laye (sauf Récit).

(1) Jeux de combinaison, i.e. appelables séparément pour chaque plan sonore (3 pédales)

Sources :

  • Remerciements à Yannick MERLIN : "Orgues et organistes parisiens en Alsace, de 1860 à 1908", mémoire de Maîtrise, Université Paris IV-La Sorbonne, 2003. Pour tous renseignements, contacter l'auteur : yanbea@wanadoo.fr
  • P. MEYER-SIAT, "Joseph Merklin, Facteur d'orgues", AEA XLVI (1987)

Si vous recopiez des éléments de cette page pour des articles, plaquettes ou pages Web, citez vos sources. D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs.
Dernière mise à jour : 18/01/2004 21:27:34

F680262001P01