Accueil
Candide
Jeux
Architecture
Esthetiques
Facteurs
Avant18
Bergantzel
Callinet
Dubois
Herbute
Moeller
Rinckenbach
Silbermann
Stiehr
Waltrin
Repertoire
Bas-Rhin
  Haguenau
Haut-Rhin
Credits
An2000
An2001
Photo
~ Les orgues de la région de Haguenau ~

Haguenau, St Georges
Daniel KERN, 1988


Avant... A.KERN

Composition, 1988
Positif
56 notes
Grand-orgue
56 notes
Récit
56 notes
Pédale
30 notes
Bourdon 8' Bourdon 16' Diapason 8' Flûte 16'
Prestant 4' Montre 8' Cor de nuit 8' Soubasse 16'
Flûte 4' Bourdon 8' Salicional 8' Quinte 10'2/3
Nasard 2'2/3 Viole de Gambe 8' Unda maris 8' Flûte 8'
Doublette 2' Prestant 4' Fugara 4' Prestant 4'
Tierce 1'3/5 Doublette 2' Flûte en bois 4' Bombarde 16'
Cymbale 3 rgs Fourniture 4 rgs Octavin 2' Trompette 8'
Cromorne 8' Cornet 5 rgs (D) Carillon 3 rgs I/P
  Trompette 8' Basson-Hautbois 8' II/P
  Clairon 4' Voix humaine 8' III/P
  I/II Tremblant  
  III/II    

     Dans les deux buffets qui entourent les vitraux ouest de l'église St-Georges se trouve un très bel orgue construit par Daniel KERN en 1988. Mais l'histoire des orgues de St-Georges remonte bel et bien au 15 ème siècle.

Orgue de Haguenau, St-Georges

Haguenau, St-Georges, le Buffet Walcker contenant l'orgue Kern.
Photo Creative Commons, de Rh67, 18/07/2010.

Entre Moyen-âge et renaissance.

     Friedrich KREBS construisit ici un orgue en nid d'hirondelle au cours de la dernière année de son existence. Le Devis a été retrouvé : il date du 19/06/1491. On y lit qu'en cas de décès (la précaution fut effectivement utile) l'instrument sera achevé par Michel DÜRR, neveu du facteur.
L'instrument, sûrement un 12 pieds en Montre, a été achevé en 1493. Il avait été conçu "à l'image" (mais en réduction) de celui de la Cathédrale de Strasbourg, et c'était - fait remarquable - un orgue à Registres (les instruments habituels à cette époque étaient des Blockwerks sans possibilité de registration).
La Composition était probablement la suivante : un clavier principal de 3 octaves, commençant au Fa, et sans Fa# Grave (donc 36 notes), un Positif de dos de deux octaves (sans octave grave), et une Pédale d'une octave et demie (du Fa au Sib, sans Fa# grave, soit 17 notes) :

L'orgue a été rénové en 1521 par Hans DINCKEL, parce que Hans SÜSS, qui lui avait pourtant été préféré, était indisponible. On ne sait pas grand-chose de cet orgue, mais le tuyau de façade le plus grave était aussi un Fa : la tradition voulait que l'on gratifie le facteur d'une quantité de vin égale à la contenance de ce tuyau. Or, le volume correspond à un Fa de 12 pieds et 26 cm de diamètre. L'orgue fut de nombreuses fois réparé (en 1666 par Hans Jacob BALDNER).

En 1677, Haguenau fut pratiquement rayée de la carte suite à un double incendie.

Deux orgues ROHRER.

     De 1713 à 1719, Johann Georg Rohrer construisit un orgue (neuf?) pour Haguenau St-Georges. Il avait livré en 1712 un instrument aux Franciscains, et il fournit aussi une Régale portative. On ne sait pas si cet instrument a directement été construit sur la tribune ou s'il occupa un moment la place du nid d'hirondelle médiéval. Ce qui est sûr, c'est qu'il se trouva finalement sur la tribune, et qu'ainsi placé, il masquait la rosace.

A l'arrivée du Chapitre de Surbourg à Haguenau, on passa commande à Rohrer d'un autre orgue. Livré en 1743, et faisant probablement double-emploi, il fut déménagé à Mutzig en 1749, où il a été remplacé par STIEHR en 1815.

...et un troisième.

     Pour remplacer l'orgue de 1719, on commanda à Rohrer un instrument conçu pour ne pas masquer la Rosace : le grand Buffet était séparé en deux corps. Les ornements ont été réalisés par l'ébéniste Wenceslas BÖHM, de Haguenau : il s'agit d'un pur chef d'oeuvre. Achevé en 1753, il fut entretenu par HLADKY, puis par Michel STIEHR 1802 et 1820 (avec son fils Joseph). L'instrument faillit être remplacé par WEGMANN en 1841, mais l'opération se limita à une transformation assez importante : 3 claviers et Pédale, avec 38 jeux (Pos. 9 + G.O. 12 + Récit 8 + Péd. 9) et une Console neuve.

Mais St-Georges voulait vraiment se débarrasser de son orgue Rohrer : il fut finalement vendu en 1866 à Monswiller, où il se trouve encore aujourd'hui. (Mais le Buffet a été modifié, au moins par Martin RINCKENBACH, qui rendit le grand-orgue monocorps en comblant l'espace central avec 3 Plates-faces et deux Tourelles.)

Les grandes orgues Walcker.

     Car, en 1865, on avait (déjà) pris la décision de se procurer un orgue romantique allemand. Un instrument d'Eberhard Friedrich WALCKER et Cie (Maison fondée en 1781 à Cannstatt, et installée à Ludwigsburg depuis 1820), avec 3 claviers et Pédale, 40 Jeux, et des Sommiers à Cônes, mécaniques (Kegellade) à assistance pneumatique.

L'orgue Walcker fut reçu le 17/10/1867 par J.B. BENZ (Spire), J.A. SEITZ (Reutlingen) et REITHER (Spire).

Les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités allemandes en Mai 1917.
En 1926, Edmond-Alexandre ROETHINGER changea la traction pour y placer un système électro-pneumatique, et plaça une façade en zinc. La Réforme alsacienne de l'Orgue étant passée par là, Roethinger changea aussi la Composition. Le travail fut reçu le 17/10/1926 par tout un aréopage d'organistes alsaciens.

En 1950, la Maison Roethinger répara quelques dommages de guerre.

L'orgue Kern.

     Mais dans les années 1980, on n'aimait plus les orgues romantiques, dont on accusait les transmissions électro-pneumatiques de tous les maux. En fait, il ne restait du Walcker qu'un Buffet fort intéressant et quelques jolis Jeux romantiques épargnés par la transformation de 1926.

Le 18/04/1983 le Conseil de fabrique prit la décision de reconstruire complètement l'instrument, et confia ce travail à la Manufacture d'Orgues Alfred et Daniel Kern. Il y avait du délai (plusieurs années), mais on l'accepta. Les travaux commencèrent en 1986.

Les trois Claviers manuels sont situés dans le Buffet de gauche, tandis que la Pédale occupe celui de droite.

L'orgue Kern a été inauguré le 15/05/1988.

En plus du Tremblant (doux) spécifique au récit, il y en a un second, commun pour le Grand-orgue et le Positif.

Console de Faguenau, St-Georges

La Console en fenêtre.
Photo de Franck LECHENE, 17/12/2005.

Webographie :

Sources :

  • Article de Robert PFRIMMER dans Caecilia 1988-7-9
  • P. MEYER-SIAT "Histoire des orgues de Saint-Georges Haguenau", dans "Etudes haguenoviennes" IX, 1983.
  • M. BARTH, "Elsass, 'Das Land der Orgeln' im 19. Jahrhundert", AEA XV (1965-66)

Si vous recopiez des éléments de cette page pour des articles, plaquettes ou pages Web, citez vos sources. D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs.
Dernière mise à jour : 17/12/2012 10:46:37

F670180001P08