Accueil
Candide
Jeux
Architecture
Esthetiques
Facteurs
Avant18
Bergantzel
Callinet
Dubois
Herbute
Moeller
Rinckenbach
Silbermann
Stiehr
Waltrin
Repertoire
Haut-Rhin
  Munster
Bas-Rhin
Credits
An2000
An2001
Photo
~ Les orgues de la région de Munster ~

Muhlbach-sur-Munster, St Barthélémy
Edmond-Alexandre ROETHINGER, 1929


Avant... ROETHINGER Après...

Composition, 2005
Grand-orgue
56 notes
Récit expressif
56 notes
Pédale
30 notes
Montre 8' Montre-Viole 8' Soubasse 16'
Bourdon 8' Flûte harmonique 8' Bourdon doux 16'
Dulciane 8' Salicional 8' Violoncelle 8'
Prestant 4' Voix céleste 8' Bombarde 16'
Quinte 2'2/3 Flûte pastorale 4' I/P
I/I (16', 4') Trompette 8' II/P
II/I (16', 8', 4') Trémolo  
  II/II (16', 4')  

     Edmond Alexandre a construit son Opus 122 à Muhlbach-Breitenbach en 1930. Évidemment, l'esthétique visuelle du Buffet contenant l'instrument n'est pas en accord avec son esthétique sonore. C'est sûrement parce que l'orgue André SILBERMANN/CALLINET du lieu avait marqué les esprits ; on ne souhaitait peut-être pas, même en 1929, trop s'écarter de cette tradition visuelle.

Orgue de Muhlbach-sur-Munster

Muhlbach, l'orgue Roethinger.
Photos de Samuel WERNAIN, Août 2005.

     Le Buffet ressemble à ceux de Jacque BESANÇON, et l'ancien orgue de Muhlbach-sur-Munster était parfois attribué à ce facteur (Hamel). En fait, dans un livret (1) réalisé à l'occasion du 45ème anniversaire de la construction de l'église catholique (inaugurée le 26/05/1929) il est fait mention du "beau buffet d'orgue, en bois de chêne sculpté", dont l'auteur n'est autre que le réalisateur du maître-autel, et des autels latéraux, un sculpteur de Soultzbach-les-Bains appelé J. DRIESBACH. Son l'atelier se trouvait à Munster.

     Dans l'ancienne église de Muhlbach-sur-Munster, il y avait en effet l'orgue André SILBERMANN, 1734, initialement destiné à Wasselonne. C'est Daniel Silbermann qui posa l'orgue à Muhlbach, en 1736. C'était un petit instrument, de Composition absolument classique pour Silbermann :

(Par "12 notes", il faut entendre "1 octave avec 2 Do, mais pas de Do#".)
L'instrument a été modifié par les Frères CALLINET en 1841 (en fait par Claude-Ignace, Joseph, conscient de sa valeur technique et historique, ne voulait pas qu'on y fasse autre chose que le nettoyer).

L'orgue et l'église disparurent dans le bombardement du 21/06/1915.

On construisit en 1929 une église protestante (où on trouve un instrument de Frédéric HAERPFER qui présente la particularité d'avoir une Console en fenêtre), et l'église catholique actuelle.

     L'instrument de Roethinger a été reçu le 10/04/1930 par G. SCHMIDLIN (Colmar, St-Martin), et inauguré le 21/04/1930.
Sa Composition est caractérisée par une pléthore d'Accouplements (9 pour 15 Jeux ; notons que ce n'est pas un record : à Pulversheim, il y a 9 Accouplements pour 10 Jeux) et un étagement étonnamment "sombre", même pour une orgue de 1930. L'esthétique Néo-classique avait pourtant, en de nombreux endroits, réintroduit des Mutations et des Mixtures. Ici, plus de la moitié des Jeux sont des Fonds de 8 pieds, et le rang le plus aigu est une Quinte 2'2/3. Il n'y a pas la moindre Fourniture, bien qu'une Combinaison fixe s'intitule "Plein-jeu".

Il n'y avait pas de Bombarde à l'origine : si Roethinger avait pu ajouter des Jeux, c'auraient été les trois suivants :

Mais la réelle nouveauté de l'instrument, c'était bien sa Console électrique, avec une transmission électro-pneumatique.

Papier à entête de Roethinger

Entête de l'un des courriers envoyés par la Maison Roethinger à Muhlbach.

     On peut se demander comment était accueilli un instrument aussi typé en 1930. La réponse est simple : F.X. MATHIAS le qualifie de "triomphe de la facture d'orgue strasbourgeoise", et insiste sur le fait que "la France peut désormais se vanter de joindre à la plus belle sonorité la plus parfaite traction". Et, dans le P.V. de réception, Schmidlin ajoute : "La disposition judicieuse de cet instrument pourrait servir de cliché pour des orgues de village".

     Sous l'impulsion de l'abbé Raymond GEREDIS, curé de Muhlbach de 1936 à 1945 et artiste-musicien qui, dit-on, n'hésitait pas en semaine à jouer pour lui seul les vêpres, l'orgue à été agrandi en 1938 par adjonction de la Bombarde 16'.

De 1938 à nos jours, l'orgue fut régulièrement entretenu et fit preuve d'une excellente longévité, malgré le caractère novateur de sa transmission : c'était une réussite. (Bien plus que les premières tractions pneumatiques de la Maison Roethinger, qui lui valurent quelques déboires.) L'orgue de Muhlbach représente un tournant dans l'histoire la Maison Roethinger qui domina la facture d'orgues alsacienne dans le second tiers du 20 ème siècle.

     L'orgue a été restauré en 2005 par la Manufacture d'orgues Jean-Christian GUERRIER et Associés. En plus du relevage complet (tuyauterie, Sommiers/Membranes), la très intéressante traction électrique a fait l'objet d'une restauration en l'état, puisque son intérêt historique est grand. Il a juste été placé des composants préservant les contacts en limitant les étincelles de rupture.

C'est Maurice MOERLEN qui a inauguré l'instrument, le 28/08/2005, avec un programme rassemblant Henri Busser, Gigout, C.M. Widor, Vierne et Tournemire.

Orgue de Muhlbach-sur-Munster

Les tuyaux de façade -d'origine- ont été ré-aluminisés.

Tempérament : égal.
Diapason : La 438,3 Hz à 20°
Pression : 95 mm
Transmission : Electro-Pneumatique d'origine (1929) (Console indépendante face à la nef). Sommiers à Cônes.
Il y a cinq Combinaisons fixes (Piano, Mezzo Forte, Forte, Plein-jeu, Grand-Jeu), et une pédale de Crescendo.
Le Bourdon doux 16' de la Pédale emprunte ses tuyaux à la Soubasse, en les alimentant différemment.

Les Jeux du Récit ont 68 notes, afin de pouvoir faire usage des Accouplements en 4' sans perdre l'octave la plus aiguë.

La plaquette d'inauguration précise que l'orgue a 766 tuyaux, et pour une fois - fait extrêmement remarquable - cela tombe juste : 6 Jeux de 56 tuyaux (le Grand-orgue et la Voix céleste, cette dernière n'ayant pas d'octave grave), 5 Jeux de 68 tuyaux, et 3 Jeux de 30 tuyaux (la Pédale - le Bourdon doux 16' n'a pas de tuyaux spécifiques).

Photos prises avant les travaux de 2005, le 24/05/2003

(1) M. MULLER, "C'était hier, histoire de la paroisse St-Barthélémy de Muhlbach" (1929-1974).

Sources :

  • Remerciements à Samuel WERNAIN
  • Plaquette "Restauration de l'orgue de l'église de Muhlbach-Breintenbach", éditée à l'occasion de l'inauguration du 28/08/2005
  • M. BARTH, "Elsass, 'Das Land der Orgeln' im 19. Jahrhundert", AEA XV (1965-66)

Si vous recopiez des éléments de cette page pour des articles, plaquettes ou pages Web, citez vos sources. D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs.
Dernière mise à jour : 18/09/2005 15:59:51

F680223003P01