Accueil
Candide
Jeux
Architecture
Esthetiques
Facteurs
Avant18
Bergantzel
Callinet
Dubois
Herbute
Moeller
Rinckenbach
Silbermann
Stiehr
Waltrin
Repertoire
Haut-Rhin
  Sierentz
Bas-Rhin
Credits
An2000
An2001
Photo
~ Les orgues de la région de Sierentz ~

Magstatt-le-Bas, St Michel
Martin RINCKENBACH, 1890


Avant... RINKENBACH Après...

Composition, 1986
Grand-orgue
54 notes
Récit expressif
54 notes
Pédale
27 notes
Bourdon 16' Flûte à cheminée 8' Bourdon 16'
Principal 8' Salicional 8' Flûte 8'
Bourdon 8' Voix céleste 8' Violoncelle 8'
Gambe 8' Flûte harmonique 4' Ophicléide 16'
Prestant 4'   I/P
Flûte harmonique 4'    
Mixture 3 rgs    
Trompette 8'    
II/I    

     Voici un orgue RINCKENBACH de la belle période, presque contemporain de celui de Husseren-les-Châteaux. Sur la console, Martin Rinckenbach dispose ses tirants "façon St-Sulpice à Paris". Il fera encore plus ressemblant à Mulhouse, Ste Marie, en 1912. On voit donc bien quel est le modèle de Rinckenbach à cette époque !

La tribune de Magstatt-le-Bas doit être un vrai Musée de Bancs d'orgues. 4 bancs y sont conservés, dont 3 proviennent des instruments qui ont précédé le Rinckenbach :

  • le banc de l'orgue du fils (Jean-Baptiste) WALTRIN, 1745.
    Cet instrument a été payé à un dénommé KRAFFT, ce devait devait être un usurier qui avait avancé l'argent à Waltrin.
  • le banc de l'orgue laissé par Weinbert BUSSY , 1770.
    Le Waltrin n'ayant duré que 25 ans, on fit donc appel à Bussy de Pfaffenheim. Ce dernier reprit le Waltrin mais laissa le banc...
    Deuxième essai et deuxième raté pour Magstatt, qui ne savait pas choisir les meilleurs facteurs (ou qui ne voulait pas y mettre le prix ?)
  • certainement un banc pour l'orgue augmenté par Christian LANGES, 1774.
    L'instrument de Bussy ne donnant à l'évidence pas satisfaction, on alla chercher Langes à Uffholtz "pour l'accorder et le faire marcher comme il faut" :
    "um die Orgel zu stimmen und so brauchbar zu machen als es von Nöthen". Pas seulement pour le faire marcher, mais sûrement aussi pour le compléter (à cause du prix élevé de ces travaux). Si à cette occasion, le pédalier a été augmenté, cela explique le deuxième banc, pieusement conservé.
    L'orgue revu par Langes dura jusqu'en 1881 : cette année-là, à l'occasion de l'agrandissement de l'église, on demanda à Meinrad BURGER de le démonter. On ne le remonta sûrement jamais : il n'en valait à coup sûr pas la peine.
    Mais à Magstatt, on garda quand-même le banc.

En 1889, on traita enfin avec un organier "solide". L'orgue Martin Rinckenbach fut presque entièrement payé par cotisations volontaires. Il fut reçu le 07/05/1890, avait 16 Jeux, et était placé dans un Buffet de KLEM.

Les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités allemandes en février 1917, et certainement remplacés en 1925 par Joseph Rinckenbach (par des tuyaux en zinc).

C'est Théophile Rinckenbach, neveu de Martin, qui nettoya l'orgue en 1922. Il ne travaillait pas avec Martin et son fils Joseph, parce qu'il était brouillé avec ce dernier.

Entre 1950 et 1960, l'entretien fut confié à Pierre HUGIN de Champs-le-Duc (que l'on retrouve à Ingersheim, Herrlisheim-près-Colmar et Traubach).

En 1984, Antoine BOIS fit un relevage complet de l'instrument.
L'orgue est donc pratiquement authentique et présente un grand intérêt.
Les bancs aussi, d'ailleurs.

Mécanique : à Equerres. Sommiers à Gravures.

Sources :
  • P. MEYER-SIAT, "Jean-Baptiste Waltrin, facteur d'orgues", AEA XLIV (1985)
    L'historien du lieu s'appelle Louis ABEL.

Si vous recopiez des éléments de cette page pour des articles, plaquettes ou pages Web, citez vos sources. D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs.
Dernière mise à jour : 15/06/2008 16:48:09

F680197001P03