Accueil
Candide
Jeux
Architecture
Esthetiques
Facteurs
Avant18
Bergantzel
Callinet
Dubois
Herbute
Moeller
Rinckenbach
Silbermann
Stiehr
Waltrin
Repertoire
Bas-Rhin
  Rosheim
Haut-Rhin
Credits
An2000
An2001
Photo
~ Les orgues de la région de Rosheim ~

Bischoffsheim, Ste Aurélie
STIEHR-MOCKERS, 1848

Partie instrumentale classée Monument Historique le 23/11/1972
Buffet inscrit à l'Inventaire Supplémentaire en 1974


Avant... STIEHR Après...

Composition, 2000
Echo
54 notes
Grand-orgue
54 notes
Positif de couronne
54 notes
Pédale
25 notes
Bourdon 8' Bourdon 16' Montre 8' Principal 16'
Flûte douce 8' Montre 8' Bourdon 8' Bourdon 16'
Prestant 4' Bourdon 8' Gemshorn 8' Flûte 8'
Flûte à cheminée 4' Flûte majeure 8' Salicional 8' Violoncelle 8'
Clarinette 8' Gambe 8' Hohlflöte 8' Flûte 4'
  Salicional 8' Flûte pointue 4' Ophicléide 16'
  Prestant 4' Gambe d'amour 4' Trompette 8'
  Flûte à cheminée 4' Flageolet 2' Clairon 4'
  Fugara 4' Basson/Hautbois 8'  
  Nasard 2'2/3    
  Doublette 2'    
  Cornet 5 rgs    
  Fourniture 4 rgs (1)    
  Trompette 8'    
  Clairon 4'    
     Le projet de Joseph STIEHR et François-Xavier MOCKERS pour Bischoffsheim a été accepté par le conseil municipal en 1846. L'orgue, de 37 Jeux sur 3 claviers et Pédale, a été reçu en 1848. Ceci en fait l'un des rares 3-claviers de Stiehr, et sûrement l'un des orgues les plus intéressants qui ont été construits dans les célèbres ateliers de Seltz.


Bischoffsheim, Ste-Aurélie.

     Par rapport au projet initial, l'orgue réceptionné le 15/06/1848 présentait les modifications suivantes :

L'orgue a été nettoyé en 1868 par Félix et Joseph MOCKERS.

Heinrich KOULEN plaça une soufflerie électrique en 1876, et fit à cette occasion un relevage et une légère modification de la Composition.

Augustin MOESSMER y a travaillé pour Martin RINKENBACH d'Ammerschwihr en 1891. On retrouve sa signature dans le Buffet du Positif, à côté des inscriptions "Hunckler 1891, Adolf Sick, Ammerschweier Ober Elsass, Andreas Berenzung".

En 1917, les tuyaux de façade ont été réquisitionnés par les autorités allemandes, et une façade neuve, en étain (pauvre), a été replacée vers 1921 par Franz KRIESS, qui en profita pour ajouter une Tirasse et un Accouplement Positif/Echo dont une caractéristique intéressante était qu'il rendait le clavier d'Echo trop dur pour être joué.

Kriess rendit aussi le Positif Expressif. Ce travail, consistant à placer des jalousies latérales et à détruire la Montre de ce clavier, n'a visiblement pas donné satisfaction, car en 1962, ROETHINGER élimina la Boîte expressive et répara la Montre de l'Echo (dont certains tuyaux intérieurs avaient aussi été malmenés ou supprimés).
A ce moment, la Clarinette de l'Echo était un Cromorne.
Heureusement, et contrairement à ce qui avait été envisagé, des modifications supplémentaires, touchant notamment à la Tuyauterie, n'ont pas été réalisées.

En 1972, il y eut un premier projet de restauration, qui n'aboutit pas. Mais la Partie Instrumentale fut Classée à cette occasion.

     En 1987 les superstructures présentaient un risque d'affaissement, et Gaston KERN fut appelé pour faire une réparation d'urgence.

A ce moment, la tuyauterie, de très bonne facture (la Trompette du Grand-orgue est en étain, comme le Violoncelle de la Pédale) était toujours coupée au ton (sauf la façade) mais avait été légèrement retouchée (certaines bouches de Flûtes étaient arrondies, ce qui n'est pas dans les habitudes de la Maison Stiehr). Mais au moins, l'orgue n'avais jamais été mis au Diapason moderne. Les écarts par rapport à la Composition originale étaient les suivants (en plus, naturellement, des tuyaux de façade) :

  • A l'écho : il y avait le Salicional du Grand-orgue à la place de la Flûte douce. La première octave faisait parler des tuyaux en bois (Kriess).
  • Au Grand-orgue : la Flûte à cheminée de 4' avait été transformée, par décalage, en Grosse quinte 5'1/3. Le dessus de la Flûte majeure avait été altéré (tuyaux en métal). Il y avait une Flûte harmonique (Koulen), constituée par l'octave grave du Salicional (c'est pourquoi elle manquait à l'Echo) et par des tuyaux de la Flûte douce de l'Echo, rendus harmoniques. De plus, le Clairon de Stiehr "reprenait" à l'origine dans l'aigu, en 8 pieds : cette Reprise avait été remplacée par des tuyaux à Bouche continuant en 4 pieds.
  • Au Positif : le Dessus de la Montre 8' avait été perdu lors de l'installation des jalousies permettant de rendre le clavier expressif. La Gambe d'amour 4' avait été transformée par Kriess en Voix céleste 8' (ondulante). Les Anches et languettes du Basson/Hautbois avait été changées par Roethinger. Les corps du Hautbois étaient de Stiehr, mais pas d'origine.
  • A la Pédale : les Anches et languettes de l'Ophicléide avaient été remplacées.
  • Il manquait aussi un petit nombre de tuyaux divers.




La Console restaurée
En 1991, après avoir été enregistré une dernière fois, l'instrument a été démonté pour être restauré par Yves KOENIG et Gaston KERN, sous la Maîtrise d'oeuvre de Marc SCHAEFER.

L'instrument retrouvé a été inauguré le 05/04/1992.

Diapason : Sib 440Hz.
Mécanique : Suspendue, Sommiers à Gravures.
Il y a un Tremblant doux.


L'orgue Stiehr est le second du lieu, puisque le premier a été construit par Jean-André SILBERMANN en 1746. C'était un Positif, sans Pédale, d'une étendue de 4 octaves, et muni des Jeux suivants : Bourdon 8', Prestant, Nasard, Doublette, Tierce 1'3/5, Fourniture 3? rangs, Cymbale 2 rgs et Cornet 5 rangs. Il y avait aussi un Tremblant doux.

Silbermann revint démonter son orgue en 1761, lors de la construction de la nouvelle église. L'année suivante, il remonta l'orgue en y ajoutant un pédalier. Il est possible, mais pas certain, qu'il ait ajouté une Pédale indépendante. Avant 1782, cet orgue fut probablement abîmé par l'instituteur local, dénommé WOLFF.

Au début du 19 ème siècle, l'orgue subit plusieurs dégradations lors de dommages que subit l'édifice (et des travaux correspondants). Réparé vers 1826 (on ne sait par qui), puis en 1832 par un facteur itinérant du nom d'Adam BLUM, l'orgue fut déplacé en 1836 à l'occasion de travaux sur la tribune. A l'occasion du montage de son orgue d'Innenheim, Valentin RINKENBACH passa faire quelques réparations à Bischoffsheim.

En 1846, le petit orgue Silbermann était en mauvais état, mais il fut estimé assez cher par l'organiste, qui était J. Mockers, beau-frère de Joseph Stiehr. L'orgue fut finalement démonté, proposé Mollkirch, puis revendu à Stiehr. On ne sait pas ce qu'il devint.

Louis GINTER

Louis GINTER a effectué un important travail historique, surtout sur les orgues (Stiehr) dont il a été organiste (à une époque où l'histoire de la Facture d'Orgues n'intéressait pas grand monde) :

  • Wingen (Wissembourg) (STIERH-MOCKERS, 1845, II+P/26) de 1904 à 1911
  • Avolsheim (Joseph STIEHR, 1865, I+P/14) de 1911 à 1922
  • Bischoffsheim (STIEHR-MOCKERS, 1848, III+P/38) de 1922 à 1940

On le retrouve étudiant l'orgue de Bossendorf en 1930.

Les travaux de Louis GINTER (sous la forme d'un manuscrit de 188 pages) ont servi à F.X. MATHIAS et à P. MEYER-SIAT. Il est aussi l'auteur d'un article, paru dans "Elsassland", 1939, concernant l'histoire de l'orgue Jean André SILBERMANN, 1746, qui a précédé l'instrument actuel à Bischoffsheim.

(1) Composition de la Fourniture (avant et après restauration : elle n'avait pas été modifiée) :
Do1Do2Do3Do4Do5
1'1/32'2/34'5'1/38'
1'2'2'2/34'5'1/3
2/3'1'1/32'2'2/34'
1/2'1'1'1/32'2'2/3

La lecture des Tableaux de Compositions

Webographie : Sources :
  • Plaquette "L'Orgue Stiehr de Bischoffsheim" éditée à l'occasion de l'inauguration de l'orgue. Les photos illustrant cette page en sont extraites, avec l'aimable autorisation de Mr Francis ARMBRUSTER.
  • P. MEYER-SIAT, "Stiehr-Mockers", AEA XX (1972-73)
Activités culturelles :
    De très nombreux concerts ont lieu à Bischoffsheim. Citons :
  • 02/12/2001 : Concert de l'Avent, François Régis DERRENDINGER (orgue) et Perre BERTAUT (flûte de pan), avec la participation de la Chorale des Jeunes de Bischoffsheim (direction Marie-Jo KOENIGUER)

Si vous recopiez des éléments de cette page pour des articles, plaquettes ou pages Web, citez vos sources. D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs.
Dernière mise à jour : 14/10/2012 17:30:17

F670045001P02