Accueil
Candide
Jeux
Architecture
Esthetiques
Facteurs
Avant18
Bergantzel
Callinet
Dubois
Herbute
Moeller
Rinckenbach
Silbermann
Stiehr
Waltrin
Repertoire
Bas-Rhin
  Sélestat
Haut-Rhin
Credits
An2000
An2001
Photo
~ Les orgues de la région de Sélestat ~

Ebersmunster, St Maurice
André SILBERMANN, 1732

Partie instrumentale classée Monument Historique le 24/09/1971
Buffet classé Monument Historique le 06/12/1972


Avant... SILBERMANN Après...

Composition, 1999
Positif de dos
49 notes
Grand-orgue
49 notes
Echo
25 notes
Pédale
25 notes
Bourdon 8' Bourdon 16' Bourdon 8' Flûte 16'
Prestant 4' Montre 8' Prestant 4' Octavebasse 8'
Nasard 2'2/3 Bourdon 8' Cornet 3 rgs Trompette 8'
Doublette 2' Prestant 4' Trompette 8' Clairon 4'
Tierce 1'3/5 Nasard 2'2/3    
Fourniture 3 rgs (1) Quarte de nasard 2'    
Cromorne 8' Tierce 1'3/5    
  Cornet 5 rgs    
  Fourniture 3 rgs (2)    
  Cymbale 3 rgs (3)    
  Trompette 8' (B+D)    
  Clairon 4' (B+D)    
  Voix humaine 8'    
  I/II (Tiroir)    

     Les deux instrument les mieux conservés laissés par les SILBERMANN d'Alsace sont d'André, le père "fondateur". Il s'agit de l'orgue de Marmoutier et de celui de l'ancienne abbatiale d'Ebersmunster, aujourd'hui devenue église paroissiale. Non loin d'Ebersmunster, il faut aussi aller voir l'orgue de Châtenois, moins célèbre, de Jean-André Silbermann.




Ebersmunster, l'orgue J.A. Silbermann

     L'orgue d'Ebersmunster est l'un des plus célèbres d'Alsace, et sa renommée s'étend bien au-delà de nos frontières. Son histoire et sa composition ont déjà été décrites à maintes reprises. En contemplant cet instrument, sur sa tribune, on remarque l'évidente ressemblance avec celui de St Germain des Prés à Paris, construit par Alexandre THIERRY : André avait étudié la facture d'orgues chez François Thierry, et lui était resté fidèle en bien des points.

Par rapport à Marmoutier, les Tailles (diamètre des tuyaux pour une longueur donnée) sont plus larges. Dans se jeunesse, André Silbermann concevait ses instruments plus brillants, et vers la fin il préférait, comme ici, les couleurs plus "flûtées". Ce système de tailles se retrouve chez Gottfried Silbermann, le frère d'André, en Saxe.
L'instrument était prévu pour présenter 3 Tourelles au grand Buffet (comme à Marmouiter), mais finalement, il y en eut 5, comme St-Germain-des-Prés.


     Silbermann était très attaché à la Pédale en 16'. Celle d'Ebersmunster est fondée sur une Flûte ouverte très large, en 16', et curieusement appelée "Soubasse" à la console (une Soubasse est normalement un Bourdon, bouché). Il faut aussi insister sur :

  • la présence au Grand-Orgue d'une Quarte de Nasard 2' (qui est une Flûte) et non d'une Doublette, (qui est un Principal)
  • le fait que la Fourniture du Grand-Orgue a seulement 3 rangs (et non 4)
  • l'absence de Bombarde 16' à la Pédale : ce jeu, placé par Roethinger en 1939 (en remplacement d'une autre Bombarde 16' placée par Martin Wetzel en 1857) a été retiré.

Le montage de l'orgue dura de 1730 à 1731. En 1732, André et son fils Jean-André complétèrent l'instrument par une Trompette d'Echo et un Clairon de Pédale.

Longtemps joué par un excellent musicien, le Père Célestin HARST, l'orgue fut entretenu par la suite par Johann-Josias Silbermann (le cadet de Jean-André, qui mourut à 21 ans) en 1782 (soufflerie, pédalier), puis par Martin WETZEL en 1857 (qui ajouta une Bombarde à la Pédale).

En 1821, Théophile RINCKENBACH nettoya l'orgue sans le modifier.

En 1939, Edmond-Alexandre ROETHINGER retoucha malheureusement l'intonation. L'accord ayant été refait, le Tempérament Silbermann a donc malheureusement été perdu. Des dents ont été faites sur les Biseaux, parce qu'au début du siècle, on aimait pas le "bruit d'attaque", c'est à dire le petit souffle que font les (bons) Bourdons au début de leur note. Par contre, le Diapason a été conservé, évitant ainsi une mutilation de la tuyauterie. Roethinger changea aussi les pavillons de la Bombarde de Wetzel.

     En 1999, le célèbre instrument fut entièrement restauré, par Gaston KERN, Yves KOENIG et Richard DOTT (maîtrise d'oeuvre Marc SCHAEFER). L'exceptionnelle réussite de cette restauration fait de l'orgue d'Ebersmunster un instrument à part parmi tous les survivants du 18 ème siècle.

L'orgue a été inauguré le 02/05/1998 par Michel CHAPUIS.

Mécanique : Suspendue (avec Balanciers au Positif et double-balanciers à la Pédale). Sommiers à Gravures, d'origine.
Diapason : Si 440 Hz.
Il y a un Tremblant doux et un Tremblant fort.
La Soufflerie est constituée de 4 Soufflets cunéiformes à un pli.

(1) Composition de la Fourniture du Positif :
Do1Do2Do3Do4
1'1'1/32'4'
2/3'1'1'1/32'2/3
1/2'2/3'1'2'

La lecture des Tableaux de Compositions

(2) Composition de la Fourniture du Grand-orgue :
Do1Do2Do3Do4
2'2'2/34'8'
1'1/32'2'2/34'
1'1'1/32'2'2/3

(3) Composition de la Cymbale du Grand-orgue :
Do1Do2Do3Do4
1'1'1/32'4'
2/3'1'1'1/32'2/3
1/2'2/3'1'2'

Webographie :


Dans la presse : Un des nombreux articles du journal "L'Alsace", dans ses archives.

Sources :

  • Orgues Silbermann d'Alsace - Itinéraire commenté, ARDAM, 1991, ISBN 2-909371-01-8
  • Caecilia 1999-4

Si vous recopiez des éléments de cette page pour des articles, plaquettes ou pages Web, citez vos sources. D'abord par simple honnêteté intellectuelle, mais aussi pour pouvoir pister d'éventuelles erreurs.
Dernière mise à jour : 06/10/2013 16:18:24

F670116002P03